Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

1.Les préparatifs

04/05/2007 | Michel Lion

Qui n’a jamais rêvé un jour de gravir un sommet en montagne et de prendre le chemin des airs pour en redescendre ? Icare fut le premier des hommes à imaginer un jour s’affranchir des lois de l’apesanteur. Dans la douce idéologie de ce rêve, le Monde De La Photo vous invite à partager ce rêve … un Finepix F30 à la main.

Texte : Mathieu CORSE

Photos : © Bruno CALENDINI / www.studionature.com & Jérôme SARTHE


© Bruno Calendini

Le Finepix F30 est le dernier-né des compacts experts conçus par Fujifilm. Héritier du F10 qui lui-même précédait le F11 (un appareil que nous considérions, à l’époque, comme le meilleur compact du marché), le F30 affiche fièrement la maîtrise technologique de la marque dans la gestion des hautes lumières et de la sensibilité. Doté de la sixième génération du capteur Super CCD HR (6,3 Mpxls), le F30 annonce en effet une plage de sensibilité pouvant atteindre 3 200 Iso ! En outre, ce boîtier, au design certes austère, renferme quelques idées intéressantes en matière de solutions photos comme la prise de vue en séquence avec et sans flash.


© Bruno Calendini

Il est 3h15 du matin quand l’odeur du café réveille les hôtes de la grange. Tout le monde s’affaire pour vérifier son matériel, en particulier nos heureux lecteurs sélectionnés qui jettent un dernier coup d’œil sur leurs sacs : accus, cartes mémoires, dragonnes, étuis de protection et autres petits équipements indispensables à la réussite de cette expédition. La tension est palpable. Le but est de monter par le col au Pic du Midi d’Arrens qui culmine à 2 300 mètres d’altitude ; une fois là-haut, il est prévu de prendre notre envol en parapente pour redescendre dans la vallée au gré des courants ascendants. En ligne de mire l’atterrissage du club local de parapente, le CERPP, qui a organisé cette rando-vol au cœur des Hautes Pyrénées. La quiétude de l’aube est propice à un premier brief pour nos apprentis testeurs. Nous leur confions les Finepix F30. Le contrat est simple : à eux de produire à l’aide de ce compact un reportage cohérent sur cette aventure en moyenne montagne.


© Bruno Calendini

3h45, alors que les derniers levés s’activent pour ne pas mettre notre petite équipée en retard, nous sommes déjà affairés autour d’une table pour examiner attentivement la carte. Dans la pénombre, à la lumière de nos lampes frontales nous reconnaissons le chemin qui doit nous mener au col. Dans ces conditions de lumières épouvantables, les plus hardis en profitent pour réaliser une première série de photos avec le F30. En effet, conscients de sa capacité à gérer les hautes sensibilités, nous réalisons un test probant pour lancer notre nouvelle expérience digitale. Dans ce contexte délicat, le F30 tire la quintessence de son capteur en proposant des belles images au bruit bien maîtrisé en dépit de sensibilités élevées. La photographie devient alors un véritable exercice de style ludique. Le fait de pouvoir couper le flash d’appoint permet de privilégier des ambiances particulières et surtout fidèles de la scène qu’on a voulu photographier. C’est tout l’intérêt du numérique et du F30 en particulier, une extrême facilité pour l’utilisateur de jouer sur la sensibilité. D’une simple pression, le photographe agit sur les Iso sans redouter de détériorer ses futures images par une montée du bruit inacceptable. On est loin du dilemme qui accompagnait l’utilisation de boîtiers argentiques ou le choix de la sensibilité du film était primordial avant son reportage. Dans cette logique le F30 est une vraie avancée et une réussite technique avec une excellente gestion du bruit et une autonomie remarquable sur le plan des batteries.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.