Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

11.Le mélangeur des couches

22/03/2007 | Volker Gilbert


Des images sans (trop) de couleurs

En plus des préréglages que nous venons de mentionner – et dont vous trouverez une présentation détaillée dans le chapitre 5 (« Les filtres noir et blanc de Camera Raw ») –, Lightroom offre une multitude d’options pour aborder la transformation noir et blanc des fichiers RAW.

©Volker Gilbert / Bruxelles. Canon 1Ds, objectif EF 4.0/17-40mm L USM.

Le mélangeur de couches (Mélange des niveaux de gris) est un peu plus souple que son alter ego dans Photoshop CS/CS2
(Image>Réglages>Mélangeur de couches) puisqu’il propose de modifier les teintes orange, jaune, bleu vert, pourpre et magenta en plus des couches RVB (teintes rouge, vert et bleu). Pour transformer une image en noir et blanc, il vous faut tout d’abord désaturer l’image (via l’option Niveaux de gris de l’onglet Réglages de base). L’option Réglage auto effectue ensuite un premier réglage noir et blanc qui peut être affiné en déplaçant un des curseurs. Pour densifier un ciel bleu, vous pouvez par exemple déplacer le curseur Blues vers la gauche (valeurs négatives) ; un mouvement du curseur Reds vers la droite éclaircira les teintes chair d’un portrait ; quant au curseur Magentas, il peut permettre de foncer la couleur du rouge à lèvres d’un modèle (déplacement vers les valeurs négatives).

Si le résultat procuré par le mélangeur de couches ne vous convient qu’à moitié, vous pouvez peaufiner le résultat à l’aide des commandes dédiées à la correction de la température de couleur (Température) et de la teinte (Coloris), ainsi qu’avec l’intégralité des outils qui permettent de modifier la tonalité (dans les onglets Réglages de base et Courbe des tonalités). Cependant, Lightroom n’est pas confiné au monochrome noir et blanc : vous pouvez également effectuer des transformations sépia (Ton sépia) ou cyan (Cyanotype), grâce à deux préréglages dans le panneau Paramètres prédefinis, ou faire appel à un troisième préréglage, « Niveaux de gris patinés ». Vous pouvez également effectuer vos propres réglages et les enregistrer à l’aide du bouton « + » (Créer un paramètre prédefini). L’image suivante a été développée en utilisant le préréglage Niveaux de gris patinés.

©Volker Gilbert / Photo prise avec un Canon 1Ds, objectif EF 2.0/100 USM.

Bien que son mode de fonctionnement soit bien différent de celui du mode Bichromie de Photoshop, la commande Virage partiel (Split Toning) permet d’obtenir des résultats assez proches et surtout très flatteurs. Bien que vous pouvez utiliser la technique de Virage Partiel avec tout type de photo, couleur ou noir et blanc, les résultats les plus intéressants sont obtenus à partir des images déjà transformées en noir et blanc.
Comme son nom l’indique, la commande Virage partiel sépare les tons clairs des tons foncés et permet ainsi de déterminer une teinte et de contrôler la saturation pour chacune des deux gammes de tons. Pour la photo d’architecture suivante, j’ai opté pour une teinte bleue pour les tons foncés et pour une teinte jaune pour les lumières (nuages). L’effet demeure assez discret grâce à une saturation modérée (inférieure à 50 %) pour les deux gammes de tons.Ces réglages de la commande Split Toning ont été appliqués à la photo suivante.

©Volker Gilbert / Bicyclette dans les flots. Canon 1Ds, objectif EF 4/17-40 L USM.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.