Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

12 cartouches pour la Pixma Pro-1 de Canon

24/10/2011 | Laurent Katz

Trop discrète sur le marché des imprimantes photo A3, malgré les Pixma Pro9000 Mark II et Pro9500 Mark II, Canon se positionne en concurrent direct d’Epson et de sa R3000 avec la Pro-1 qui présente quelques avantages sur cette concurrente immédiate.


La Pro-1 est un imposant modèle, et cela pas seulement parce qu’elle imprime au format A3+. Ouvrir ses entrailles, c’est en comprendre la raison. Elle abrite un jeu de douze cartouches d’encres Lucia, d’une capacité triplée par rapport aux Pixma Pro actuelles (36 ml). Pour mémoire, la Pro9000 en comporte 8 (encres Chromalife à colorants), alors que la Pro 9500 en intègre 10 (encres Lucia à pigments), la première ayant vocation à servir l’amateur ou l’expert à son domicile, tandis que la seconde visait plus le professionnel cherchant à vendre des tirages. La Pro-1 s’adresse aux galeries, aux studios qui impriment régulièrement. Mais le photographe amateur, passionné et préférant les beaux tirages papier, prêt à dépenser 899 €, y trouvera aussi son compte. Car la fiche technique et les deux ou trois tirages que nous avons pu voir sont riches de promesses.

Le détail des encres

Les cartouches, de la série PGI-29, se répartissent en trois catégories. Noir photo et noir mat, associés à trois intensités de gris, montrent que la Pro-1 porte une attention toute particulière à l’impression noir et blanc. L’autre série se compose de l’habituel quintet constitué des encres cyan, magenta et jaune, cyan et magenta photo, complétées par une cartouche rouge qui va élargir le gamut dans les rouges/oranges. Enfin, le douzième réservoir abrite une sorte de vernis, le Color Optimizer (optimiseur de couleur) qui recouvre les pigments projetés sur le papier et qui, d’ordinaire, ont tendance à réfléchir la lumière dans toutes les directions. Une anarchie préjudiciable à l’aspect de surface et générant aussi le phénomène de bronzing. Ici, le bénéfice escompté est une brillance uniforme et des noirs plus denses.

Chaque cartouche neutre, outre son rôle dans la reproduction d’une gamme de nuances, joue un rôle spécifique. Ainsi, les gris clairs et foncés affinent les dégradés, le noir mat densifie les tirages sur du papier Beaux-Arts (Fine Arts) et le noir photo améliore le contraste sur les papiers brillants et satinés. Pour obtenir une tête d’impression légère, capable de mouvements rapides, les cartouches en ont été exclues, réparties de part et d’autre de la Pro-1. Un réservoir intermédiaire joue le rôle d’un tampon, dans le but d’assurer le bon déroulement d’une impression sans épuisement de l’encre. Cette tête d’impression affiche 12 288 buses, soit 1 024 pour chaque encre. L’impression est donc rapide, Canon précise que « la Pixma Pro-1 produit des tirages de qualité galerie en approximativement 2 mn
55 s, au lieu de 7 mn 55 s sur la Pixma Pro9500 MarkII.
 ».

Les atouts matériels et logiciels



L’alimentation en papier est triple. On trouve à l’arrière un bac de 20 feuilles de papier photo et une entrée à plat pour du papier de 350-400 g maxi, mais de seulement 0,6 mm d’épaisseur. C’est peu. Plus un tiroir à CD à l’avant. La connectivité passe par des entrées Hi-speed USB et Ethernet (le Wi-Fi demande l’achat d’un adaptateur), complété par un port USB PictBridge à l’avant pour l’impression direct depuis un APN ou un caméscope.

L’offre logicielle est abondante et le pilote (capable de prendre en charge les fichiers à 1 200 ppp) propose trois types de gestion des couleurs : profil ICC (il en existe même pour les papiers Canson, Ilford et Hahnemühle), complété par deux modes. Tonalité linéaire qui reflète les réglages de l’image et Photo couleur qui va retravailler les bleus et les vers pour se rapprocher de ce que la mémoire visuelle nous fait percevoir. On pense que dans le cadre d’une gestion calibrée de la chaîne (moniteur et imprimante), c’est sur l’écran que le bon rendu doit être fait, au besoin avec l’aide de l’épreuvage logiciel de Photoshop, et demander à l’imprimante de respecter cela au travers du profil, sans autre interprétation que le photographe ne maîtrise pas. Cependant, pour obtenir des résultats flatteurs dans un contexte commercial, afin de satisfaire un client, ces modes ne sont pas à rejeter. Parmi les fonctions logicielles, articulées autour du plug-in pour DPP, Photoshop et Lightroom Easy-PhotoPrint Pro et de Colour Management Tool Pro (prise en charge de l’i1 Pro et du Color Munki), on trouve de quoi imprimer des bandes de test et créer des profils ICC.

L’imprimante sera vendue 899 € en novembre. Chaque cartouche revient à 34,99 €, le pack de six cartouches couleur valant 191,99 € et celui des cinq encres monochromes revenant à 159,99 €. Une petite économie qui ne prendra tout son sens qu’avec une consommation homogène des encres. Sinon, il faudra espérer que Canon commercialise aussi des packs de plusieurs réservoirs du même type.

- Format : A3+
- Technologie : jet d’encre
- Résolution : 4 800 x 2 400 ppp
- Cartouches d’encre : 12 (noir photo, noir mat, gris sombre, gris, gris clair, cyan, cyan photo, magenta photo, jaune, rouge, optimiseur de couleur
- Grammage : 350 g/m2
- Épaisseur du papier : 0,6 mm en défilement à plat
- Alimentation : bac arrière, tiroir à CD et passage à plat
- Massicot : non
- Afficheur : non
- Lecteurs de cartes : non
- Interface : Hi-speed USB, port PictBridge, Ethernet
- Logiciels : Easy-PhotoPrint EX avec HD Movie Print, Plug-in Easy-PhotoPrint Pro, Easy-WebPrint EX, Solution Menu EX, Colour
Management Tool Pro (en téléchargement
- OS supportés : Windows Vista, XP SP2/SP3, 7 ; Mac OS X v.10.4.11 - 10.5.6 ou 10.6
- Dimensions : 695 × 462 × 239 mm
- Poids : 27,5 kg

- Le site de Canon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Nouvelle intéressante, peut être enfin le modèle qui correspond à mon cahier des charges et avec lequel je vais me lancer dans l’ impression.
    Je suis impatient d’ en savoir plus sur ce produit et en particulier si Canon a choisi l’ option d’ une tête démontable et remplaçable par l’ utilisateur en cas de problème, situation qui reste la hantise de beaucoup d’ acheteurs potentiels.