Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

2.Le piqué

15/07/2011 | Jean-Marie Sépulchre

Le Samyang 35 mm a été essayé sur notre couple de Nikon habituels, un D3 (en Raw) et un D7000 (en Jpeg). Dans les deux cas, il a fallu passer en Live-View en mode loupe pour obtenir un beau piqué à pleine ouverture, car le moindre micro-décalage de distance cause de multiples aberrations ou franges autour des points de la mire et génère une très mauvaise note de piqué. Heureusement, sur le terrain et sur un sujet en trois dimensions l’assistance électronique de mise au point des boîtiers Nikon permet de bons résultats dès la pleine ouverture, avec un très joli bokeh (flou arrière) en mise au point rapprochée.
Globalement le piqué est très qualitatif, très bon à F1,4 en 24 × 36 et bon sur capteur APS, en fermant d’un cran la netteté devient excellente au centre, puis tout le champ est au meilleur niveau de F4 à F16 sans perte notable par diffraction. Le petit capteur du D7000 (résolution de 105 paires de lignes au millimètre) manque de détails à pleine ouverture, mais la qualité aux ouvertures moyennes fait que cet objectif peut remplacer un standard, quoique qu’étant nettement plus encombrant et cher qu’un 35 mm F1,8 DX de la marque.


Carte de piqué : les cases bleues indiquent les très bons et excellents résultats.
Fig3_sam35f14
Piqué selon l’ouverture pour Nikon D3/D700 (format A3).

Piqué selon l’ouverture pour Nikon D7000/D5100 (format A3+).

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.