Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

5.Mesures /Piqué

23/03/2007 | Jean-Marie Sépulchre


Le zoom 18-200 VR aux mesures

Le système DXO Analyzer est utilisé pour les mesures de piqué, de distorsion et d’aberration chromatique. Les prises de vue de la mire ont été faites en JPG Fine, netteté et contraste réglés sur le grade « normal » avec un boîtier D200 apte à fournir des tirages A3 à partir du fichier d’origine.
La présentation de base du système d’analyse DXO a été présentée en 2004 sur mon site « Pictchallenge » Aujourd’hui j’utilise la version 2 du logiciel d’analyse et les schémas de présentation – notamment pour l’aberration chromatique - ont pu changer, le D200 a remplacé le D2h pour les mesures, mais le principe est strictement le même.


Le piqué pour des tirages A3 :

Le piqué – mesure subjective qui tient compte de la capacité de distinguer les détails (pouvoir séparateur) et de les mettre en avant dans la scène (micro-contraste) est apprécié sur 4 zones de l’image puis fait l’objet d’une note. Au centre, seule la zone centrale (qui correspond au capteur central d’un autofocus) est mesurée ; sur les « lignes de tiers » (zones essentielles de composition d’une image), les bords et les angles, la note est la moyenne des quatre mesures de chaque zone.


Zones de mesure du piqué

Selon la note chiffrée calculée par le logiciel, on va distinguer 7 niveaux de qualité : excellent, très bon, bon, moyen, faible, mauvais et nul. En pratique on retiendra qu’une optique de classe pro doit toujours être dans les zones excellent et très bon, et qu’une très bonne optique amateur peut avoir ses notes étagées entre « bon » et « excellent » selon les focales et l’ouverture.
On sera quand même plus indulgent pour les notes dans les angles à grande ouverture, même pour des optiques pros : en effet, si le sujet est mis au point au centre ou sur la ligne des tiers, les angles et les bords extrêmes (sur l’axe horizontal) seront de toute façon dans le flou. Par contre une utilisation paysage implique de bons résultats dans les angles aux valeurs de f/8 ou f/11.

Le piqué est présenté dans ces chroniques de deux façons :

- sur un histogramme, partant du centre vers les angles. Ob observe que les gradations ne sont pas équidistantes, c’est seulement en haut que démarre la zone « bon » car nos mesures sont assez sévères.

- avec une cartographie permettant de lire immédiatement par code de couleur la qualité par focale, zone de l’image et diaphragme. Les trois nuances de vert sont immédiatement lisibles…il s’agit d’une bonne optique si toutes les cases sont en vert, d’une excellente si toutes les cases sont en vert vif !

Piqué à 18 mm :

Le piqué est exemplaire sur tout le champ à la focale la plus courte, et même toujours dans la zone très bon à excellent entre f/4 et f/11.

Piqué à 24 mm

Le piqué est insuffisant pour du paysage dans les angles à grande ouverture, mais reste dans la zone très bon et excellent dans le reste du champ. A f/8 et f/11 l’homogénéité est totale pour le paysage.

Piqué à 35 mm

J’ai été intrigué que le piqué présente un « trou » dans les angles à pleine ouverture à 35 mm, alors que l’on est certes dans le moyen-faible sur cette zone à 24 mm et à 50 mm, mais pas à ce point là ! J’ai doublé la mesure à 35 mm avec un autre exemplaire…qui présente – aux variations statistiques et erreurs de mesure près – strictement le même profil. En reportage, le piqué est tout à fait bon à pleine ouverture et excellent à f/5.6 pour le centre et la zone des tiers. Pour du paysage « piqué partout » à 35 mm, on choisira plutôt de fermer à f/8 ou f/11.

Piqué à 50 mm

Très bon au centre à pleine ouverture, l’objectif atteint le niveau d’excellence à f/5.6, avec des performances très proches sur les tiers et les bords. L’homogénéité sera de très bon niveau entre f/8 et f/16.

Piqué à 70 mm

A part des résultats un peu en retrait à pleine ouverture, le champ est couvert dans la zone très bons à f/5.6, les angles restant en retrait. Les résultats sont parfaits entre f/8 et f/16.

Piqué à 105 mm

Le piqué est bon puis très bon niveau sur la zone centre-ligne des tiers dès la pleine ouverture, les bords seront à ce niveau à f/8 et les angles s’y trouveront à f/1 et f/16.

Piqué à 135 mm

Toujours très bon au centre, l’objectif nécessite quand même de fermer le diaphragme entre f/8 et f/11 pour une couverture plus homogène. La meilleure valeur en paysage est f/16…on remerciera le stabilisateur même par bonne lumière.

Piqué à 200 mm

Le piqué est toujours très bon au centre de la pleine ouverture à f/11, mais les autres zones de l’image sont moins bonnes, il faut quand même fermer de deux crans pour avoir de belles performances sur tout le champ, même si les angles restent toujours à la traîne.

|Synthèse du piqué :|
|Le tableau ci-dessous permet d’embrasser d’un seul coup d’œil les performances de l’objectif, selon les zones, les focales et les ouvertures. Dans toutes les combinaisons en vert vif et vert foncé, la netteté est vraiment de haut niveau.|

On retiendra que pour toutes les courtes focales (de 27 à 50 mm en équivalent 24 x 36) il suffit de fermer le diaphragme d’un cran à deux crans - en pratique f/5.6 ou f/8 pour disposer d’un niveau de piqué très élevé sur tout le champ de l’image. En prise de vue rapprochée, quand en tout état de cause les bords de l’image ou le fond seront dans le flou, on peut sans aucun problème travailler à pleine ouverture.

En focales moyennes - entre 75 et 150 mm en équivalent 24 x 36 - le zoom sera particulièrement à l’aise en portrait, gros plan, prise de vue de détails. Le piqué est en effet toujours de haut niveau au centre entre la grande ouverture et f/5.6, ce qui permet d’obtenir des fonds assez flous pour isoler le sujet principal. Pour des paysages bien détaillés dans tout le champ (bords et angles de l’image) on pourra fermer par contre jusqu’à f/11, ce que permet l’efficace système de réduction du bougé, dès lors que le sujet est peu mobile néanmoins.

En longue focale - entre 150 et 300 mm en équivalent 24 x 36 - l’objectif est plus apte à bien isoler les sujets dans la zone centrale de l’image et dans la zone des tiers, il faut fermer à f/8 pour être très bon jusque sur les bords du format et les angles seront toujours en retrait avant f/11.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Un bon photographe choisi d’abord l’objectif et l’ APN aprés . Vos tests vont faire référence sur le net s’est sur car ils sont trés complet en particulier celuis des briques vraiment trés informatif ! Mon seul regré est que leur lecture est dificile : soit vous agrandisez leur représentation soit vous enlever les premire lignes . Quand une obtique est nul elle est nul peu importe que ce soit trés nul ou un peut nul !!!
    Encore une fois bravos pour ses tests , j’achéterais votre magazine lundi avec le programe télé !

    Ce site est ma référance,il est trés clair lui mais bien moin complet que vous .

    Voir en ligne : test d’objectif

  • Je posséde le 18/200 couplé au D200, je l’ai choisi car j’ai un fils qui navigue en catamaran et en régate (je vais en mer ....) j’ avais besoin d’un objectif qui me permette de photographier de près et au loin ce que je ne pouvais faire avec un 70/300.Vos conseils vont me permettre dévoluer sourtout que je posséde DXO. Encore merci.

  • Il n’y a pas une erreur sur votre tableau sur la focale 200mm, a f11, on est meilleur qu’a f8, non ?

  • Après avoir lu ce test dans LMDLP, souhaitant voyager léger, je suis allé de Belgique en Provence avec, en tout et pour tout, un boîtier D300 et le Nikkor 18-200 (et un filtre polarisant) ; je ne le regrette pas : non seulement je n’ai jamais changé d’objectif, mais mes photos sont si piquées que je les ai fait tirer en livre qui suscite l’admiration générale. Du coup, j’ai liquidé (sans regret non plus) 17-35, 18-70 et 18-135 - mais j’ai gardé mes excellentes focales fixes (Nikkor 1,4 et 1,8) et mes précieux zooms Nikkor ouvrant à 2,8 que j’utilisais en argentique. Cela dit, vive la combinaison D300 et 18-200 (et la Provence) !

    • peut etre est-ce moi qui suis un peu jeune en photo, mais je trouve que ca manque un peu de piqué en paysages ... je vais suivre vos conseils et essayer de fermer au moins à f11 .... cela dit, peut etre que je ne fais pas la MAP au bon endroit de la scene ... à l’aide ??