Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Adobe Max 2018 : la galaxie Photoshop évolue

15/10/2018 | LAURENT KATZ

Rendez-vous annuel incontournable, le salon Adobe Max 2018 dévoile, à Las Vegas, les nouveautés d’Adobe. Comme des évolutions marquantes de Photoshop CC et, enfin, la sortie d’une version pour tablette, destinée à l’iPad.

La nouvelle offre


Au grand raout qui réunit la communauté des photographes et retoucheurs, vidéastes et monteurs, maquettistes, graphistes et dessinateurs, développeurs web et autres aficionados de blogs et de sites communautaires, Adobe adresse un message sans cesse renouvelé : concevoir, créer et publier où que vous soyez et quel que soit le matériel informatique que vous avez en main : un ordinateur de bureau, un portable, une tablette, un téléphone. Le Creative Cloud constituant un espace de stockage personnel, tous vos actifs numériques (photos, vidéos, dessins, sons, réglages personnalisés, fichiers multimédias, polices de caractères…) sont disponibles à portée de WiFi ou de 4G. Avec de plus en plus d’outils mobiles. Ce fut le cas de Lightroom et c’est maintenant celui de Photoshop, et d’une toute nouvelle application de montage Premiere Rush.

Tous les logiciels évoluent, baignant de plus en plus dans Adobe Sensei, terme générique désignant toutes les techniques d’intelligence artificielle qu’Adobe met en œuvre « pour rendre la vie plus facile ». On retrouve cela dans Premiere Pro et Audition pour nettoyer les fichiers audios ou encore dans Photoshop CC pour tenter de reconstituer un objet imparfait ou un arrière-plan occulté par un élément indésirable.

Vous trouverez ici une présentation des nouveautés concernant Lightoom Classic CC et Lightroom CC.

On note aussi que Windows 8.1 et les premières moutures de Windows 10 ne sont plus prises en charge par nombre de logiciels, comme Photoshop ou Lightroom. Cela facilite certes le développement des produits, mais cela oblige à migrer entre deux systèmes d’exploitation Windows, sachant qu’à lire les sites d’assistance ou le courrier des lecteurs des revues d’informatique, la dernière mouture numérotée 10 prête largement aux critiques.

- Le site d’Adobe Max
- Le site d’Adobe

Photoshop CC

Voici sans doute l’outil qui va faire le plus parler de lui, tant l’intelligence artificielle commence à infiltrer notre vie technologique. C’est une amélioration du remplissage selon le contexte qui, lorsque l’on souhaite faire disparaître un élément géant d’une photo occultant un arrière-plan complexe, permet de choisir quels pixels participeront à la reconstruction. Aborder cette fonction ne doit pas se faire en espérant retrouver à l’identique ce qui est caché, mais plutôt obtenir un rendu plausible. On comprend que cela marche bien avec des textures comme du feuillage, de l’eau, du sol rocailleux… mais qu’inventer des lettres manquantes dans une affiche partiellement occultée relève de l’impossible. Il faudra aussi s’accommoder à l’outil, car selon le type et la structure du contenu, la sélection de la zone participant à la recréation de la zone cachée joue un rôle important. La fonction peut aussi être détournée pour reconstituer un objet présentant une symétrie axiale et dont une moitié est incomplète.

JPEG - 247.3 ko
Le remplissage avec prise en compte du contenu piloté par l’intelligence artificielle offre des résultats contrastés. Ce que montrent ausi les deux exemples ci-dessous (cliquer pour agrandir)..
(photo LK)
JPEG - 898.1 ko
Ici, l’algorithme de reconstruction a presque fait son travail au niveau de la texture, mais reste inabouti en termes de luminosité et de netteté (cliquer pour agrandir)..
(photo LK)
JPEG - 406.3 ko
Au premier regard, cela semble parfait pour faire disparaître le poteau flou au premier plan, mais un examen attentif montre que l’IA ne pourra, dans une majorité de cas, que reconstituer une approximation de la réalité (cliquer pour agrandir)..
(photo LK)

Beaucoup de nouveautés sont liées à la productivité et l’ergonomie. Ainsi, la mise en place de blocs graphiques, à l’image de ce qui se passe dans un logiciel de mise en page comme InDesign CC, facilite en photomontage le placement à la bonne dimension d’une autre photo, dont la taille va automatiquement s’adapter à celle du bloc… qui reste évidemment redimensionnable et auquel il est permis d’ajouter un encadrement coloré.

JPEG - 348.8 ko
Un nouvel outil permet de placer des blocs rectangulaires ou circulaires pour y placer une image (cliquer pour agrandir)..
(photo LK)

De petites améliorations surgissent ici et là. Par exemple, une succession de Ctrl-Z ou Pomme-Z va défaire l’écheveau de l’historique, sans solliciter la touche Alt. Et quand vous sélectionnez un calque ou toute l’image pour le ou la redimensionner, le changement de taille respecte par défaut le ratio hauteur/largeur originel sans qu’il faille solliciter la touche Shift. Inutile de valider certaines actions par Entrée ou OK : le simple changement d’outil suffit. Un double-clic sur un calque de texte suffit à le faire passer en mode Édition.,Enfin, les modes de fusion, dans la palette Calques, pas toujours facile à appréhender, sont visualisés en temps réel.

JPEG - 383.6 ko
Maintenant, dans la palette Calques, le rendu du mode de fusion pointé par la souris est prévisualisé (cliquer pour agrandir)..
(photo LK)

- Le site d’Adobe Max
- Le site d’Adobe

Photoshop CC pour iPad

Cette mouture mobile ne reprend pas tous les outils de la version « historique », les outils 3D par exemple. Du moins dans sa version 1 qu’Adobe souhaite rendre disponible le plus vite possible, car elle indique qu’au fil du temps, elle va s’enrichir des fonctions absentes. Mais elle ouvrira les fichiers PSD qui, dans le futur,bénéficieront d’une synchronisation les rendant accessibles aux applications mobiles qu’Adobe met en place, comme Projet Gemini pour le dessin. Les exemples montrés par Adobe, qui met en avant le compartiment photomontage de cette version mobile, prouvent que gérer des calques par dizaines ne soit pas un problème. Adobe informe que les outils de sélection, de masquage, de retouche seront bien présents et qu’ils bénéficieront de l’ergonomie tactile de la tablette apportée par les doigts et le stylet.

JPEG - 337.9 ko
Photoshop CC pour iPad présente des modes d’affichage différents, plus ou moins compacts pour les calques (cliquer pour agrandir).
(d’après un doc. Adobe)

- Le site d’Adobe Max
- Le site d’Adobe

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages