Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Adobe Photoshop Elements et Premiere Elements : 18e édition

16/10/2019 | LAURENT KATZ

Le duo Elements, photo et vidéo, ne bouge fondamentalement plus édition après édition, mais absorbe année après année sa dose d’intelligence artificielle et s’enrichit de procédures assistées pour faciliter la retouche et la créativité. Dans une optique familiale et d’exploitation d’images mémorielles.

Photoshop et Premiere Elements ne sont que la partie émergente d’un trio de logiciels, le troisième larron étant Elements Organizer qui assure la fonction de visionnage et de catalogage. Et l’on pourrait presque parler de la « gare de triage » qu’est l’écran d’accueil, qui renvoie vers les trois programmes et propose, par une galerie d’images, les activités liées à l’exploitation des photos et des vidéos, en faisant ressortir les nouveautés et la liste des fichiers récemment ouverts.

JPEG - 196.7 ko
L’écran d’accueil de la famille Elements (cliquer pour agrandir).

Comme l’indiquait Adobe lors de la présentation à la presse des nouvelles versions, la série Elements a une vocation familiale. Même si des recoins de Premiere Elements vont bien plus loin en matière de montage qu’un usage amateur. Quant à Photoshop Elements, il offre une version édulcorée en matière de réglages, qui n’évolue guère. L’amateur de traitements Raw personnalisés et pointus ferait mieux de regarder ailleurs.

JPEG - 287.1 ko
La colorisation d’une image monochrome s’avère parfois pertinente et naturelle (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Les processus guidés et les automatismes sont légion et s’enrichissent de nouveaux traitements. La colorisation des photos noir et blanc est introduite, avec le choix entre plusieurs ambiances colorées, ou avec des plages de couleurs à appliquer manuellement à partir de plages de couleurs. Il est aussi proposé de transformer une image couleur en image mixte, avec des zones noir et blanc et d’autre colorées. La sélection d’un sujet en un clic, grâce à la technologie Adobe Sensei d’intelligence artificielle qui analyse le contenu et cherche le sujet principal de la photo, facilite son détourage, pour l’employer dans une autre image ou lui appliquer un effet. Si Adobe parle d’action en un clic, force est de reconnaître que la sélection automatique n’est pas toujours parfaite quand l’image est complexe et que des ajustements manuels restent nécessaires.
Deux activités guidées supplémentaires (il y en a 55 en tout) arrivent, l’une pour supprimer des objets indésirables d’une photo, l’autre pour éparpiller dans l’image des objets géométriques (cœur, étoiles…) et créer des cartes d’anniversaires ou autres documents festifs. Le processus est manuel, protégeant au besoin le sujet principal de l’image identifié par l’intelligence artificielle, ou automatique. En outre, une gomme assure un effacement sélectif de ces objets pour peaufiner le rendu global.

JPEG - 61.6 ko
Le placement automatique de motifs, en arrière-plan, sans toucher au sujet principal.
(photo LK)
JPEG - 268.2 ko
Activité de suppression d’objet : image initiale (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 237.7 ko
Activité de suppression d’objet : étape de masquage (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 235 ko
Activité de suppression d’objet : après la suppression, des corrections manuelles et locales seront appliquées (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 233.2 ko
Activité de suppression d’objet : image finale (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Autres processus introduits : la simulation d’une profondeur de champ réduite et l’effet Pictural illustré ci-dessous. La version 2020 apporte aussi un automatisme, modulable, pour lisser la peau. Enfin, l’importation et le traitement des fichiers photo HEIF (High Efficiency Image File, employé par iOS depuis sa version 11) et vidéos HEVC (High Efficiency Video Coding, correspondant à l’H265 plus performant en matière de compression que l’H264) sont permis.

JPEG - 201.1 ko
La sélection automatique d’objets est ici employée pour diminuer la profondeur de champ (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 264 ko
L’activité guidée Pictural consiste à donner un vague air de peinture en déstructurant les bords et en leur affectant une texture (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 370.2 ko
Dans l’activité Pictural, la photo est aussi modifée dans son rendu, sans pour autant prendre franchement l’aspect d’une peinture (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 224.4 ko
Le lissage de la peau, accessible en tant que commande individuelle ou, comme ici, intégré à une activité guidée de correction du visage (cliquer pour agrandir)
(photo LK)

Du côté de la vidéo, Premiere Elements ajoute trois activités guidées à la vingtaine existante : création d’un timelapse, regroupant photos et clips, animation du ciel d’une image fixe (ce qui fait penser à PhotoMirage de Corel) et enfin, le remplissage latéral d’une vidéo en mode Portrait, prise avec un téléphone, pour obtenir une image 16/9. Dans le panneau des effets, un réducteur de bruit est introduit pour diminuer le grain quand le filmage a été effectué en basse lumière, avec plusieurs niveaux d’intervention.

JPEG - 56.5 ko
Une activité guidée de Premiere Elements ajoute à la vidéo sortie d’un téléphone des bordures, créées à partir du contenu, pour passer en format Paysage.

Enfin, le balisage automatique, pour faciliter la recherche, est introduit pour les sujets comme les montagnes, certains animaux de compagnie, les visages, la mer…

Pour faire tourner ces logiciels, en 64 bits, il faut Windows 8.1 ou 10, ou macOS à partir de la version 10.13. Chaque logiciel coûte 99,60 € (81,60 € en mise à jour d’une version antérieure), ou pour 150 € les deux (123,60 € en mise à jour à partir de l’un des deux logiciels), sachant qu’un tarif éducation positionne le couple à 109,20 €.

- Photoshop Elements 2020 sur le site Adobe

- Premiere Elements 2020 sur le site Adobe

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.