Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Anders Petersen de retour à la BnF

21/12/2013 | Nadia Trujillo

La Bibliothèque nationale de France présente à Paris la première grande rétrospective dédiée au photographe suédois, Anders Petersen. À découvrir jusqu’au 2 février.

En 1974, vingt-cinq tirages de Café Lehmitz, toute première série du jeune Anders Petersen, font leur entrée à la Bibliothèque nationale de France. Trente-neuf ans plus tard, c’est « un photographe mondialement reconnu et célébré que la BnF a le privilège d’accueillir sur les cimaises de la Galerie Mansart », se réjouit Bruno Racine, président de l’institution. L’exposition réunit pour la première fois en France, trois cent-trente clichés couvrant l’ensemble de la carrière du photographe suédois.

« Je ne crois pas avoir un style particulier, mais en revanche j’ai certainement une approche particulière. J’aime les gens. On peut voir le fil rouge qui lie mes premières photos et ce que je fais maintenant […] cependant, il ne s’agit pas tellement d’anecdotes et d’atmosphères, il s’agit de lumière et d’ombre. Ce qui m’intéresse c’est une attaque distincte, coupante, qui n’explique rien, qui n’apporte pas de réponses, mais pose des questions. Et plus je trouve de questions et de désirs dans le cadre, plus c’est réussi » écrit l’artiste.

GIF - 530 ko
Photo : Anders Petersen / courtesy Galerie VU’

Le parcours de l’exposition est non linéaire. Ponctué de vitrines présentant livres et planches-contact, il débute par deux séries récentes Roma (2012) et Reggio Emilia (2012) et s’achève sur la célèbre série Café Lehmitz à propos de laquelle le photographe confie :

J’y découvris quantité de bizarreries, des choses et des moeurs qui ne se voyaient nulle part ailleurs. Je suis tombé amoureux de Vanja, une prostituée qui n’avait qu’un an de moins que moi. Je n’étais pas exactement un enfant de choeur, mais un adolescent qui vivait seul à Hambourg. Nous faisions partie d’un groupe et on nous prenait certainement pour un gang de gamins venus du monde entier. Vanja et moi avons traîné pendant au moins six mois, et j’en ai pas mal appris sur ce que signifie le fait de vivre sans privilèges, d’être vulnérable, de lutter durement pour survivre sans pour autant renoncer à ce que l’on croit. C’est une expérience qui, plus que tout autre, m’a construit.

Pour l’exposition, Petersen a repris ses planches contact et réalisé des tirages d’images à ce jour inédites. L’occasion de découvrir des aspects de sa série la plus connue sous un nouveau jour.

Détails des tarifs et jours d’ouverture sur le site de la BNF (lien ci-dessous).

Informations pratiques

- Où : Site Richelieu de la BNF à Paris
- Quand : Jusqu’au 2 février
- Le site de la BNF

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.