Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Antonio Beato : l’homme sans visage

09/08/2017 | Benjamin Favier

En cette période estivale, focus sur l’un de nos coups de cœur du premier semestre, dans le domaine de l’édition : Trésors photographiques d’Égypte, un livre signé Gérard Réveillac, paru chez Actes Sud.

Antonio Beato. Ce nom ne vous dit probablement rien. Gérard Réveillac, auteur de ce passionnant ouvrage, le présente pourtant comme « le photographe de la Haute-Égypte ». S’il n’est pas parvenu à retrouver de portrait de cet Italien énigmatique (1825-1905), Réveillac, photographe spécialisé en archéologie et responsable du service photo du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak, rassemble ici quelque cent dix-huit images, prisent à Louxor, Abou-Simbel, et en Nubie, pendant plus de quarante ans. Seules cinquante-quatre portent une signature. La plupart ne sont pas datées. « Des éléments d’ordre technique plaident pour l’homogénéité de cet ensemble », précise l’auteur. Il met aussi en exergue des ressemblances en termes de cadrages, de point de vue et de profondeur de champ.

JPEG - 542.3 ko
Famille devant un village 
avec palmiers-doum.
Photo : Beato, 24 x 30 cm
© Archives Réveillac

Contrairement à beaucoup de photographes, attirés par l’Orient au XIXe siècle, et l’Égypte en particulier, l’Italien, Beato reste très peu de temps au Caire. Arrivé fin 1859, il part fin 1861, début 1862, pour la Haute-Égypte, au sud du pays. Il installe un laboratoire photo à Louxor. Il sera ouvert jusqu’à sa mort, en 1905. Il travaille à la chambre 24 x 30 et 30 x 40 cm. Il vend ses tirages sous forme de contacts et de cartes postales aux touristes. Puis il travaille avec des égyptologues. Au cours des dix dernières années de sa vie, il répond aux impératifs archéologiques. Le fonds photographique Beato du musée du Caire est constitué de deux cent quatre-vingt-quinze clichés, des négatifs au collodion sur plaques de verre. Une œuvre unique, de par sa dimension architecturale et ethnographique, remarquablement dépoussiérée et expliquée par Gérard Réveillac.

- Trésors photographiques d’Égypte
- Par Gérard Réveillac
- Éditions Actes Sud
- 192 pages
- 19,6 x 25,5 cm, 36 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages