Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Aperture 2 est arrivé

13/02/2008 | LAURENT KATZ

L’annonce était imminente. Le logiciel de retouche et de développement Raw d’Apple est en vente, avec plus de 100 nouveautés et améliorations à la clé.

Aperture utilise un nouveau moteur de conversion des fichiers Raw, qui a fait l’objet d’une mise à jour de MacOS et qui tient compte des Canon G9/EOS 1Ds Mark III, Nikon D300 et D3, Sony Alpha-700. L’interface a été remaniée, pour plus d’accessibilité précise Apple. Au bas de l’écran, la vue en liste ou en index est complétée par une bande de photos, avec une commande de défilement à vitesse variable. On remarque qu’un raccourci (V) permet d’alterner entre Visionneuse et Navigateur, et que la fenêtre Inspecteur, accessible en mode Plein écran, use d’onglets pour naviguer entre Projets, Métadonnées et Ajustements. Autre détail, la faculté de placer, sous l’histogramme, la focale, le couple vitesse/ouverture et la sensibilité de la photo. En revanche, un bref coup d’œil montre qu’il ne semble pas possible d’ordonner les différents outils de retouche ni de les détacher.

Parmi les nouvelles interventions non destructives sur l’image, Apple introduit un outil pour la récupération des hautes/basses lumières et la possibilité d’intervenir sur six gammes de couleurs - comme avant à cela près que l’on peut choisir laquelle avec la pipette, pour intervenir sur une plage de teintes de la photo à corriger. Je n’ai pas plus trouvé l’outil Courbe, il faudra toujours jouer sur les Tons clairs/tons foncés et leurs paramètres pour agir en dehors de l’histogramme. Certains outils sont couplés à une mise en évidence des zones brûlées et bouchées, avec l’indication du canal RVB concerné.

Apple a ajouté un outil Éclat, une sorte de saturation intelligente qui va préserver les teintes chairs. Une commande Définition augmente le contraste local, donnant plus de relief à l’image. Du côté des défauts optiques, seuls le vignettage et le moiré sont maintenant pris en compte, manuellement, et les franges colorées, mais pas encore les aberrations et distorsions. Enfin, un pinceau correcteur sert à éliminer les défauts.

Apple annonce des gains en performances, par exemple par l’usage de la vignette Jpeg imbriquée, s’elle existe pour afficher une photo Raw sans décodage des données brutes, et surtout par l’exportation en arrière-plan (un Mac sérieusement musclé sera indispensable).

La bibliothèque d’Aperture, qui intègre une visionneuse iPhoto, est accessible de manière transparente par d’autres applications, Iphoto, iWork, Microsoft Word, Leopard Mail. Le logiciel permet aussi l’envoi d’images vers .Mac Web Gallery, et sait récupérer des photos des reflex Nikon et Canon en mode connecté.

Difficile d’énumérer les dizaines et dizaines de changements, qui concernent aussi la composition de livre et les sorties papier (avec une gestion de l’accentuation directement dans le dialogue d’impression). Le mieux est de télécharger une version d’essai ici, valide trente jours, ou, si vous avez été convaincu par les versions précédentes, de procéder à la mise à jour pour 99 €, sauf si vous vous êtes procuré la version 1.5 depuis le début de l’année, auquel cas le tarif est de 8,95 € seulement. Sinon, il vous en coûtera 199 €.

Le site d’Apple France

Le site d’Aperture

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.