Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Bonus : Nikon D4s, rafale et hauts iso

20/04/2014 | Franck Mée

Dans notre numéro 65, vous trouverez notre test du Nikon D4s. Mais il est difficile sur une impression de se faire une idée précise du niveau de bruit, et la place manquait pour mettre une planche-contact dans le magazine : nous revenons donc ici sur la photo en haute sensibilité et vous présentons une rafale complète.

En page 107 de MDLP n°65, vous pouvez voir une image prise à 409 600 Iso avec le Nikon D4s, le nouveau reflex de référence de la marque jaune. Vous y verrez qu’elle n’est pas parfaite, mais que donne-t-elle sans la trame de l’impression, pour une utilisation web ?

Même sur une image redimensionnée, le bruit à 409 600 Iso est bien visible… Notez également que le moindre reflet, la moindre fuite de lumière, est irrémédiablement enregistré, comme la bande violette à droite de l’image.

Cet extrait en pleine taille vous permettra de mieux voir le niveau de bruit atteint en Jpeg : la sensibilité maximale est faite pour rapporter un document qui n’existerait pas autrement, pas pour faire une photo réussie !

Notez tout de même que cette photo est éclairée par… le ciel nocturne, tout simplement. Pis : à 3 h du matin le 7 mars, la Lune était déjà couchée ! Ce sont donc les étoiles et la diffusion des lumières au sol qui permettent de distinguer le relief.

La rafale à 11 im/s est une autre spécificité du D4s, même si dans ce domaine le concurrent Canon EOS 1D X va légèrement plus loin. Le suivi 3D du sujet a correctement accroché le trampoliniste tout au long de la figure (les collimateurs surimprimés le signalaient au fur et à mesure de ses mouvements) et l’appareil a pris sans rechigner une cinquantaine de Raw+Jpeg. Les quarante premières photos ici présentées montrent environ 3,5 s de mouvement, permettant une décomposition du moindre geste : si vous les passez à la bonne vitesse, vous aurez l’impression d’une vidéo saccadée tout autant que d’une rafale…

Notez au passage que ces photos ont été prises à 25 600 Iso, permettant de conserver une vitesse d’obturation de 1/500 s (l’objectif étant un 24-70 mm f/2,8 à pleine ouverture) dans l’éclairage hésitant d’un gymnase. Le grain est visible à 100 %, mais le Jpeg reste exploitable sans inquiétude pour une impression magazine, comme vous pourrez le voir en page 109 du dernier numéro de MDLP…

- Le site de Nikon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages