Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EF 16-35 mm f/2,8L USM III : du lourd en vue !

25/08/2016 | Benjamin Favier

Ce zoom grand-angle surgit dans une troisième version. Avec une ouverture à f/2,8 et une formule optique plus en adéquation avec la définition des capteurs actuels, mais toujours sans stabilisation.

Présentation

C’est un classique de la série L. Le 16-35 mm f/2,8L USM est l’un des zooms préférés des reporters ayant besoin d’aller au plus près de l’action. Il s’agit du troisième modèle ouvrant à f/2,8. La version II datait de 2007. Et depuis, la définition des capteurs a singulièrement augmenté, la poussant dans ses retranchements en termes de performances, surtout sur un EOS 5DS R et ses 50 Mpxl. Ce 16-35 mm f/2,8L USM III a donc pour mission de répondre aux exigences de la haute définition. La formule optique comprends seize éléments (dont deux verres UD et trois asphériques), répartis en onze groupes.

Le diaphragme compte neuf lamelles (sept sur la version II) et la distance minimale de mise au point est identique à celle du précédent modèle, soit 28 cm à toutes les focales. Idem pour le diamètre du filtre, de 82 mm. Comme toutes les optiques de la série L, elle est dotée de joints d’étanchéité et livrée avec un pare-soleil. Le poids augmente singulièrement, passant de 640 g pour la version II à 790 g. Point de stabilisation en revanche. Cela reste l’apanage des modèles ouvrant à f/4 chez Canon, comme le 16-35 mm f/4L IS USM, qui fait office d’excellent compromis.

La disponibilité est prévue le 1er novembre, pour 2 650 €.

- Le site de Canon

Fiche technique

  • Monture : Canon EF
  • Formule optique : 16 éléments, 11 groupes (2 verres UD et 3 lentilles asphériques)
  • Tropicalisation : oui
  • Bague de mise au point : mécanique
  • Échelle des distances : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 28 cm
  • Pare-soleil : fourni (EW-88D)
  • Étui : fourni
  • Diamètre filtre : 82 mm
  • Longueur : 127,5
  • Diamètre : 88,5 mm
  • Poids : 790 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Et pan sur la concurrence !
    Comme chaque année, Canon parvient une fois de plus à produire une optique "Wow" qui ringardise toute la production actuelle des concurrents :

    Avec cette optique, Canon parvient à un nouvel exploit technologique en proposant pour la première fois un zoom GA f/2.8 pro qui cumule plusieurs avantages sur ses concurrents :

    - C’est le premier zoom GA f/2.8 de range R=2.2 qui soit totalement performant sur l’ensemble du range dès la PO
    et sur l’ensemble du champ, y compris dans les coins ! (Les MTFs publiées par Canon Jp sont excellentes )
    Notez que les concurents parviennent à des perfs similaires sur un range plus modeste (seulement 1.71 chez Nikon
    et R=2 chez Tamron...)
    Les anciens zooms 16-35/2.8 (Zeiss 16-35/2.8 ZA & Canon 16-35/2.8 L 1/2 étaient connus pour avoir une faiblesse marquée à 16mm dans les coins)
    Accessoirement, on retrouve la focale 35mm qui est particulièrement appréciée des photographes à cause de sa polyvalence (avec le Nikkor 14-24/2.8 on sacrifiait même 2 focales importantes qui étaient les 28mm/35mm)

    - Les performances optiques ont été obtenues sur un zoom nettement plus léger que les concurrents directs
    (Le Nikkor 14-24 pèse 1 Kg et le diplodocus Tamron 15-30/2.8 est à ....1100 g !!!)

    - Le Canon propose enfin un filtre avant de 82mm infiniment plus pratique que les "bricolages" proposés par certains indépendants pour les 14-24/2.8 AFS & 15-30/2.8 Tamron.
    L’absence de lentille proéminente permet en outre de protéger plus facilement la lentille frontale...

    Avec cette annonce, Canon confirme sa domination technologique insolente dans le domaine des optiques 24x36 depuis déjà pas mal d’années.
    Le 16-35/2.8 L III fait déjà figure de grand favori pour remporter tous les prix optiques dans sa catégorie
    (TIPA de la meilleure optique pro et prix EISA en particulier)

    Canon n’a pas énormément communiqué sur les détails technologiques qui ont permis des améliorations sensibles
    par rapport au 16-35/2.8 L II. À y regarder de plus près, ce zoom intègre des solutions novatrices qui n’avaient jamais été vues auparavant sur un zoom GA f/2.8 :

    - Il y a bien 3 lentilles asphériques comme sur la version II mais le nombre de dioptres asphériques passe de 3 à 5
    (Les deux premières asphériques sont "double face"), une solution déjà vue sur le récent 16-35/4 LIS mais où l’idée
    a été encore améliorée).
    Le diamètre de la lentille frontale a été revue légèrement à la hausse pour la première fois depuis les
    2 premières versions du 16-35/2.8 : On passe de 52mm à 56mm, ce qui a pu poser des problèmes techniques dans
    la phase de polissage (Je rappelle que les 2 dioptres de la lentille frontale sont asphériques contrairement à l’ancienne version).

    - Le nombre de groupes mobiles utilisés pour le zooming passe de 2 à 4, ce qui fait de ce zoom une version bien plus complexe que la version précédente. Ce n’est pas un hasard si Canon a mis pratiquement 10 ans pour remplacer la version précédente...

    - Enfin, le zoom bénéficie de toutes les technologies maison en matière de traitements antireflets (multicouches, fluorine, SWC, ASC) qui ont déjà montré toute leur efficacité sur le 11-24/4 L.
    Ce zoom devrait montrer une amélioration sensible en matière de flare/spots sur des contre-jours(ou les éclairages de nuit) par rapport aux autres optiques voire par rapport au 16-35/4 LIS (qui n’est pas équipé de l’ASC).

    Attendons tout de même ce que Sony va nous pondre avec son 16-35/2.8 FE largement rumoré mais ils auront du mal
    à faire mieux...

  • Ca paie bien le boulot de Troll pour Canon ?
    parce que je n’imagine pas une seconde que tu fais gracieusement sur ton temps libre ... alors faut aller voir un psy direct.

  • Si vous n’avez rien à dire de plus que des propos désobligeants et inutiles, vous pouvez toujours passer votre chemin.
    J’ai écrit ce commentaire à l’attention des personnes qui ne comprennent rien à l’optique et qui sont bien contentes de trouver des renseignements sur les difficultés de réalisation d’un tel objectif, véritable bijou technologique contemporain.
    Dommage pour vous que vous ne soyez pas capables d’apprécier...

  • Ce que @2 veut dire , c’est qu’en fait, on s’en fout de tous ces détails techniques. Canon est innovant ok, on a compris. Ce que moi je retiens : 2650 euros, donc optique de riche, soit optique de pro. Le reste, c’est du verbiage, utile effectivement pour les trolls ou pour tous ceux qui à la place de faire des photos se masturbent le cerveau avec des chiffres, des données, etc. Voyons les tests. Après si on a les sous, on l’achete ou pas. Voilà. Pas besoin de faire du triomphalisme enfantin. Il y en a d’autres qui produisent des optiques exceptionnelles après tout.

  • Sony ne fera pas mieux , il fera bien pire : plus lourd, beaucoup plus cher, vignettage horrible, manque de netteté sur les bords comme tous leurs zooms hélas même badgés zeiss à un point tel que des testeurs de photo zone ont renvoyé une optique pour voir si elle n’était pas def ctueuse, réponse de zeiss : dans les normes. Trop comique !!!
    ceci dit, des optiques Canon ne sont pas non plus à l’abri de problèmes, certaines ont aussi été renvoyées à cause de shift focus par exemple.

  • @4
    Ces détails techniques sont importants pour certains, autant le préciser.
    Canon Jp a d’ailleurs donné des explications.
    Certaines personnes pensent encore aujourd’hui que cette optique a été réalisée à la "va vite".
    L’examen des détails techniques montrent qu’il n’en est rien ; il y a bien un gros travail de R&D derrière et ce n’est pas un hasard si cette optique sort quasiment 10 ans après la version précédente.
    D’habitude, pour un "upgrade classique" (révision de la formule optique en fonction des progrès des logiciels et de la puissance de calcul des ordinateurs) 5-6 ans sont nécessaires.

    Quant à la fameuse "masturbation de cerveau" que vous évoquez vulgairement, vous devriez au contraire vous réjouire que certains la pratique. C’est en effet grâce à elle qu’on passe d’un 17-35/2.8 L (sorti en 1995) aux performances optiques calamiteuses (même chose d’ailleurs pour le 17-35/2.8 AFS Nikkor encore au catalogue !)
    à cette optique qui n’a plus grand chose à envier aux focales fixes. On appelle ça le progrès et, croyez-moi, la plupart des photographes pros troqueront leurs anciens zooms GA f/2.8 pour ce bijou optique à la fois performant polyvalent et léger(en particulier par rapport au 14-24/2.8 ou 15-30/2.8 Tamron ou encore le 16-35/2.8 Zeiss-Sony).

    Pour ce qui est du tarif, il est conforme à celui d’un zoom GA f/2.8 haut de gamme.
    Je rappelle que le tarif officiel du 16-35/2.8 L première version (décembre 2001 )
    était officiellement de 2439 € (230.000 JPY HT au Japon).
    En pasant à 2650 €, on a une augmentation de 9% en 15 ans : Pas de quoi fouetter un chat, même japonais !

    Croyez moi, les professionnels et les amateurs fortunés ne rechigneront pas à la dépense lorsqu’ils verront ce que cette optique a dans le ventre et ils signeront même le chèque avec le sourire !

  • @5
    On va laisser une chance à Sony !
    Depuis qu’ils sont arrivés sur le marché photo, ils ont totalement restructuré la gamme optique de la boîte qu’ils ont racheté (Konica-Minolta) et ont tenté de se faire un nom sur des optiques de prestige comme
    le 24-70/2.8 ZA Zeiss ou le 16-35/2.8 ZA pour la monture A.
    Les performances de ces zooms n’étaient pas si mauvaises que ça mais perfectibles malgré tout.

    Depuis l’apparition de la monture FE, Sony a déjà présenté un intéressant 16-35/4 ZA FE OSS qui est moins performant que le 16-35/4 LIS Canon voire le 16-35/4 AFS VR (à en croire le test comparatif DxOmark ) mais 100g plus léger malgré tout.que le Canon et 160g plus léger que le Nikkor.

    On va avoir l’occasion de voir s’ils ont réalisé des progrès substantiels sur leur 16-35/2.8 GM FE rumoré, ce qui est plutôt dans leur intérêt s’ils cherchent réellement à se faire remarquer de la part des photographes amateurs d’optiques "pointues" .
    À priori, je n’y crois pas trop, vu l’avance technologique de canon dans ce domaine mais sait-on jamais ?

  • grave un gros merci a Eric P célèbre commentateur de ce site
    contrairement a d’autres ses propos sont argumentés et paraissent crédibles
    peut etre que les personnes qui ne sont pas de sont avis devraient eux aussi
    argumenter et documenter plus leur réponse plutôt que de crier bêtement au <>