Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EF 24-105 mm f/4L IS USM II : seconde vie

25/08/2016 | Benjamin Favier

Cette version II met à jour le célèbre zoom stabilisé. La formule optique a été optimisée pour répondre aux exigences des récentes productions de Canon, et le système IS est annoncé comme étant plus performant.

Présentation

Sorti en 2005, en même temps que le premier 5D, le 24-105 mm f/4 s’est imposé comme le zoom transstandard le plus polyvalent de la gamme EF. Mais au fil des années, ses performances ont décliné, en même temps que la définition des capteurs a progressé. Entre temps, sont apparus les 24-70 mm f/4L IS USM et 24-105 mm f/3,5-5,6 IS STM pour offrir des alternatives, notamment aux possesseurs du 6D. À l’occasion de l’avènement du 5D Mark IV, Canon propose une version II de son 24-105 mm f/4L.

L’optimisation de la formule, qui comprend dix-sept éléments, dont quatre lentilles asphériques, répartis en douze groupes, se traduit par une hausse du poids, qui passe de 670 g à 795 g pour cette version II. La distance minimale de mise au point demeure inchangée : 45 cm à toutes les focales. Le système de stabilisation IS devrait être plus performant, avec un gain revendiqué de quatre vitesses par Canon, contre trois auparavant. Toujours pas de sélecteur de mode en revanche, que l’on trouve sur les téléobjectifs stabilisés de la marque. Les utilisateurs de filtres qui possèderaient le premier zoom et souhaiterait le mettre à jour seront heureux d’apprendre que le diamètre reste de 77 mm.

Un joint d’étanchéité est bien présent sur la baïonnette, comme sur toutes les optiques de la série L et le pare-soleil est fourni. Le prix de lancement est de 1 270 €, pour une sortie qui devrait intervenir le 1er novembre.

- Le site de Canon

Fiche technique

  • Monture : Canon EF
  • Formule optique : 17 éléments, 12 groupes (4 lentilles asphériques)
  • Tropicalisation : oui
  • Bague de mise au point : mécanique
  • Échelle des distances : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : oui
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 10 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 45 cm
  • Pare-soleil : fourni (EW-83M)
  • Étui : fourni
  • Diamètre filtre : 77 mm
  • Longueur : 118
  • Diamètre : 83,5 mm
  • Poids : 795 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bigre, 1270 euros , ils s’embêtent pas chez Canon . C’est vachement cher pour un zoom tout compte fait pas compliqué à fabriquer et qui est le successeur d’un vrai winner.

  • @1
    Non, c’est pratiquement le même tarif que l’ancien en Europe.
    Sur le catalogue RP de décembre 2013, l’ancien 24-105/4 LIS était officiellement affiché à 1250 €.
    Après,il y a la pratique des SP qui font qu’on trouve ce zoom pour bien moins cher que le tarif officiel.
    En général, on pouvait trouver ce zoom dans certaines "épiceries" discount pour 20 % moins cher que le tarif officiel voire davantage.

    Actuellement, on peut trouver ce zoom pour 800 €...mais il s’agit vraisemblablement de déstockage, les officines sachant que ce zoom est sur la sellette depuis quelques mois.

    Le tarif du nouveau zoom est relativement stable par rapport à l’ancien.
    Au Japon, l’ancienne version avait été annoncée en septembre 2005 pour 145000 JPY.
    La nouvelle version est proposée au tarif de 155000 JPY, ce qui ne tient sans doute même pas compte de l’inflation.

    On peut également trouver un seul concurrent au 24-105 /4 Canon : Le Sigma !
    Celui se trouve effectivement pour 700 € dans certaines officines mais la clientèle Canon est toujours assez
    réticente face aux produits des marques tierces à cause du FUD entretenu par Canon :

    - Il y a encore des problèmes de compatibilité des produits Sigma par rapport aux nouveaux boîtiers

    - Le SAV chez Sigma fait toujours l’objet d’une certaine méfiance vis à vis d’une partie de la clientèle Canon

    - Les produits Sigma ont la mauvaise réputation de se revendre plus difficilement que des produits de marque en occasion

    - Le 24-105/4 DG OS Art est théoriquement meilleur que le 24-105/4 LIS (ce qui est peu évident lorsqu’on analyse les tests disponibles sur le net)...mais il pèse 220g de plus que la première version du 24-105 LIS.

    - La nouvelle version II du 24-105 LIS reste plus légère que le Sigma concurrent tout en étant plus performante que le Sigma.

    Vu le surcoût (Le 24-105 LIS II devrait se trouver aux alentours de 1000 € en SP voire moins), la plupart des gens préfèreront s’orienter vers le Canon malgré le surcoût pour avoir "la paix"...

  • Sympa cette nouvelle version mais pour mon usage f/4 c’est pas assez, ni pour faire le point via l’AF ni pour y voir quelque chose, que ce soit en concert amateur ou en studio où mes lampes pilotes sont basiques. Alors qu’un 28-120 f/2,8 me serait diablement utile et me dispenserait de changer d’objectif dix fois dans la séance ou la soirée ou de devoir porter deux boîtiers.

  • Le 24-105/4 LIS est un "must have" pour les "prosumers" ; on le trouve souvent monté sur les 5D/6D dans les rues pour faire du reportage.Ses performances optiques représentent un bon compromis entre les fixes et d’autres zooms encore moins lumineux.
    Après, il faut bien être conscient que le coût de R&D d’un zoom transtandard rend hautement improbable
    un éventuel 28-120/2.8.
    Tamron a bien tenté un 28-105/2.8 pas trop lourd (800g quand même !) mais ils se sont repliés sur un 28-75/2.8 plus petit et léger pour des raisons commerciales !
    On a également vu des brevets de 28-200/2.8 chez Nikon restés sans suite.
    Nikon a déjà eu un mal de chien à pondre son 24-120/4 AFS VR à peu près potable (et encore !Certains nikonistes l’ont carrément lynché !). Donc je ne vois pas très bien comment un opticien pourrait pondre un 28-120/2.8 d’un coût /poids/encombrement /performances "raisonnable" avant longtemps...

    Pour en revenir au 24-105/4 LIS II, les MTFs publiées sur le site canon Jp montrent un "léger" progrès à 24mm (c’était un des talons d’achille de la version 1) ainsi que des progrès mesurés sur le reste du range.
    Ceci dit, ces progrès se sont faits aux dépens du poids et de l’encombrement qui repartent à la hausse...et 11 années
    auront été nécessaires pour aboutir à ces progrès laborieux (Les opticiens ont sans doute reçu la consigne de développer ce nouveau zoom à "coût constant" : Exit les solutions optiques exotiques !).

  • Il semble que d’après les tests , la faiblesse de l’ancien modèle se situait à la focale de 70 mm et non à 24 mm. quoi qu’il en soit, il était déjà considéré comme étant trop cher à l’évoque. Canon reste donc dans sa "logique" du trop cher., tout comme ses boîtiers qui sont toujours beaucoup plus chers que son concurrent Nikon .

  • A propos du trans-standard : Je me demande ce que Canon attend pour sortir une nouvelle version du 17-55 f/2.8 USM (aps-c). Car cette dernière version est indigne des nouveaux boitiers APS-C. Un vrai cul de bouteille...

  • @5
    Si on en juge par les MTFs publiées par Canon, la MTF10 termine sous la barre des 60% dans les coins, ce qui s’interprète traditionnellement comme une "faiblesse".
    Par ailleurs, JMS m’avait personnellement signalé un défaut de couverture à cette focale (vignettage excessif à 24mm).
    Il y a aussi un problème de distorsion à 24mm sur ce type de zoom mais je ne m’attends pas à ce que Canon ait réussi à corriger ce problème si ce n’est par les corrections logicielles embarquées sur les nouveaux boîtiers
    (Le 5D IV en serait équipé)
    Autre faiblesse du 24-105/4 LIS signalée par les forumeurs : La nappe aurait tendance à se rompre facilement...
    La nouvelle version II corrige passablement la faiblesse optique notée à 24mm.
    Toujours selon les nouvelles MTFs publiées par Canon,il ne faut pas s’attendre à un bon qualitatif extraordinaire entre la version I & II. En particulier, on note la présence d’un astigmatisme plus marqué à 24mm que sur la version précédente.Comme d’habitude, il faudra attendre les tests pour savoir ce que ce zoom a réellement "dans le ventre".

    Pour ce qui est des tarifs, désolé de vous contredire mais ils sont "normaux" ; contrairement à ce que vous dites, un 24-105 est assez long et difficile à mettre au point.
    La meilleure preuve est qu’ils se comptent aujourd’hui sur les doigts de la main.

    On proposait autrefois chez Nikon un 24-120/3.5-5.6 AFS VR...qui s’est avéré totalement catastrophique une fois passé en numérique.
    Il aura fallu attendre l’an 2014 pour que Canon soit capable de "pondre" un 24-105/3.5-5.6 IS STM qui tient à peu près la route en numérique. Les indépendants sont à peu près absents sur ce créneau et ce n’est pas un hasard.
    Canon le facture déjà 70.000 JPY HT
    Si vous voulez un objectif f/4 "potable" de poids et d’encombrement mesuré, un tarif de 140.000 JPY me paraît un minimum.Canon propose le sien à 155.000 JPY HT ce qui est amha raisonnable.
    Si vous visez du f/2.8 vous paierez au moins 2x plus et vous n’aurez pas le même range alors...

  • @EOS-M3
    "Je me demande ce que Canon attend pour sortir une nouvelle version du 17-55 f/2.8 USM (aps-c). "

    À la Saint Glin-glin !!!

    C’est ce que je me tue à vous répéter depuis des années (à tous les APSCistes ) : L’APSC est une arnaque !

    AUCUN opticien au monde (même pas Canon !) n’est capable d’entretenir 3-4 gammes optiques différentes.
    Ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs.
    De fait, Canon préfèrera toujours développer sa gamme optique EF plutôt que sa gamme EFS pour des raisons "rationnelles" et pour des raisons de "visibilité médiatique" (On parlera plus d’un 24-105/2.8 L IS II que d’un éventuel
    17-55/2.8 IS USM EFS II).

    Ce n’est pas par hasard si je plaide depuis des années pour le recentrage des formats vers le 24x36 !
    La sortie d’un boîtier 24x36 "cheap" (1000 €) ansi que quelques optiques d’entrée de gamme bon marché permettrait
    d’encourager la clientèle de migrer plus facilement vers le FF.
    Hélas-hélas-hélas, ce fameux boîtier tarde à débarquer sur le marché.

    Il n’empêche de voir un début de démocratisation avec le 6D (qu’on a pu trouver à 1200 € sur certains sites avant que le Yen remonte !).

    Quid de la compétitivité du 17-55/2.8 IS USM EFS Vs 24-105/4 LIS EF ???

    Les 2 objectifs étaient proposés initialement à un tarif relativement similaire :
    143.000 JPY HT pour le 17-55/2.8 IS USM EFS,
    145000 JPY HT pour le 24-105/4 LIS.

    Problème : Un 17-55/2.8 EFS est équivalent à un 27-88/4.5 en 24x36 ! (L’équivalence f/4.5 vaut aussi bien en terme
    de PDC que de photons réellement recueillis par l’optique à couverture angulaire identique. Contrairement à une idée largement répandue, ce n’est pas le nombre d’ouverture qui est important mais le diamètre de votre pupille d’entrée
    qui permet ainsi un meilleur rapport S/B pour un même temps de pause-Je rappelle aussi que le S/B d’un capteur 24x36 est meilleur à 200 isos qu’un APSC à 100 isos...

    Donc la démonstration est faite que l’APSC , c’est moins bien mais c’est plus cher (pour les photographes qui cherchent à se confectionner une gamme optique complète ) !

  • @8
    "l’arnaque" fonctionne bien : 85 % des ventes Nikon sont des apsc
    au niveau optiques il suffit d’avoir un 10 ou 12-24.
    enfin, la réponse est facile : elle s’appelle Fuji dont le succès s’explique parce que ce sont les seuls qui proposent des optiques équipées de vrais bagues de diaphragme, qui ouvrent en partie - justement les grand-angulaires - à f1.4. Je ne désire pas relancer le vieux débat full frame/apsc mais il est clair que Fuji a réussi à s’implanter sur le,marché en proposant ce que les autres ne proposent pas.
    Quant à Nikon, on trouve facilement des d610 plus performants que les 6d à des prix autour de 1400 euros et une gamme récente d’optiques ouvrant à f1.8. Canon aussi à une gamme optique extra mais leurs boîtiers sont bien trop chers, snansoarler des optiques "L" , coûteuses et encombrantes.

  • Quant au FF à mille euros, mais vous rêvez ma parole, aucun fabricant ne va proposer un FF moins cher qu’un apsc, la poule aux œufs d’or des Canonikon !! Seuls les vieux imbuvables Sony a7 sont bradés à ce prix mais qui en veut ?

  • @10
    Ben moi par exemple !!!
    Et pourquoi voudriez-vous que Sony ou Canikon "vendent" la poule aux oeufs d’or en proposant d’emblée un boîtier à 1000 € ? Canon propose déjà le 6d qu’on a pu trouver un moment à 1200 € sur le net (avant que le Yen ne remonte...).
    Ce n’est pas la clientèle du 5D ou du 1D x qui va se précipiter dessus, vous savez...

    Actuellement, on est capable de produire des reflex APSC nus d’entrée de gamme pour 300 €.
    Qu’est-ce-que ça veut dire ?
    Ça veut dire que la part du coût du capteur APSC dans ce boîtier est sans doute de l’ordre de 100 € voire moins.
    Si vous parvenez à un taux de rebut comparable à celui des capteurs APSC, le coût d’un capteur FF peut donc être ramené à 300 €...ce qui signifie que le boîtier FF à 500 € est théoriquement possible.

    On a effectivement souvent évoqué la mauvaise volonté des fabricants et leur désir de maximiser leurs profits pour justifier l’absence de boîtier FF à 1000 €. C’est un argument pas totalement satisfaisant en ce sens qu’un fabricant
    qui disposerait d’un FF "cheap" ne manquerait pas d’utiliser cet avantage pour tenter de séduire la clientèle d’en face...
    Bien sûr, on peut aussi soupçonner un accord tacite entre les fabricants mais les acteurs les plus faibles (ceux qui ont tendance à perdre des PDM) n’ont pas forcément intérêt à le respecter...

  • @10
    L’APSC plus cher que le FF est déjà une réalité en ce sens que le 7D Mk II est légèrement plus cher que le 6D.
    L’écart tarifaire entre un 80D et un 6D n’est plus dissuasif pour certains qui migrent vers le FF(à condition de ne pas être trop exigeant sur l’AF de Mmmm*** du 6D !).
    De fait les PDM du FF ont tout de même augmenté à 7-10% (selon les sources !).
    Elles augmenteraient davantage si l’AF du 6D n’était pas aussi famélique (Bien sûr , ils en ont fait exprès pour protéger
    le marché du 5D)

  • @9

    Votre argument est recevable en ce sens, qu’effectivement, 85% de la clientèle se contente du zoom basique qu’ils achètent avec leur boîtier.
    Mon raisonnement se base sur ceux qui souhaitent se composer une gamme optique où l’offre APSC est relativement restreinte et chère (en terme Q/P) et la possibilité de monter des optiques FF bridant en réalité les pleines capacités de celles-ci.
    C’est malheureusement la situation actuelle...

  • @9
    "enfin, la réponse est facile : elle s’appelle Fuji dont le succès s’explique parce que ce sont les seuls qui proposent des optiques équipées de vrais bagues de diaphragme, qui ouvrent en partie - justement les grand-angulaires - à f1.4. Je ne désire pas relancer le vieux débat full frame/apsc mais il est clair que Fuji a réussi à s’implanter sur le,marché en proposant ce que les autres ne proposent pas."

    Mouais, seul problème, c’est que l’OPA du mirrorless sur le reflex n’a toujours pas réussie
    et que le reflex occupe toujours aujourd’hui 75% du marché des boîtiers à objectifs interchangeables à partager en 2 dont la part du lion pour Canon (+ les miettes pour Pentax !).
    quand le marché du mirrorless doit se partager le restant du gateau en ...7-8 parties !!!
    (Canon-Nikon-Pentax-Olympus-Sony-Fuji-Panasonic+ le nain de jardin en RFA )
    On peut donc relativiser le "succès" de Fuji...

    Et puis, sans relancer la polémique,les partisans "acharnés" du MFT ou de l’APSC louchent tout de même bizarrement
    vers le FF comme par hasard (Fuji + Panasonic et leur projet de capteur hybride 24x36, Olympus et ses brevets d’optiques 24x36 pas forcément conçues uniquement pour la causette...).
    Je note comme une contradiction entre le discours marketing de ces opticiens et les orientations passablement full-frêmistes de leurs labos de R&D...

  • @9
    "Quant à Nikon, on trouve facilement des d610 plus performants que les 6d à des prix autour de 1400 euros et une gamme récente d’optiques ouvrant à f1.8. Canon aussi à une gamme optique extra mais leurs boîtiers sont bien trop chers, snansoarler des optiques "L" , coûteuses et encombrantes."

    Bah ! Encore des propos issus d’un Nikophile rampant !!!
    Le D610 possède effectivement un capteur sans doute un peu plus performant que celui du 6D ; peut-être même dispose-t-il d’un AF plus performant (les mauvaises langues diront d’ailleurs que ce n’est pas si difficile que ça)...mais c’est pas ça qui poussera les canonistes à switcher vers Nikon tant leurs dernières nouveautés optiques font peur !!!

    Les optiques f/1.8 (Conçus avec l’aide providentielle de Konica-Minolta à ce qu’on dit !) ont souffert de défauts de jeunesse (problèmes au niveau des asphériques paraît-il) qui ont été heureusement résolus.
    Heureusement pour les canonistes, on a toujours des Sigma qui fonctionnent au moins aussi bien que les f/1.8 pour à peine plus cher et on dispose aussi de GA moins lumineux mais stabilisés.

    Du côté des zooms "encombrants et lourds", je ne sais pas où vous avez vu ça !!!

    Les 70-200 des 2 marques se valent à peu près (Le 70-200/4 LIS est même un peu plus léger que le modèle Nikon mais ce sont des broutilles)

    Le 24-70/2.8 L II n’a pas d’IS mais il est plus petit, plus léger et moins cher que le 24-70/2.8 AFS VR et pas qu’un peu.
    Accessoirement, il encaisse la HD d’un 5DsR. On peu pas en dire autant du Nikkor sur D810...
    Le 24-70/4 LIS n’a pas d’équivalent chez Nikon et pèse seulement 600g
    Le 24-105/4 LIS I ou II sont respectivement un peu plus léger et un peu plus lourd que le 24-120/4 AFS VR ;pas de quoi fouetter un chat...

    Les zooms GA ?
    Le 17-35/2.8 AFS pèse 80g de moins que le nouveau 16-35/2.8 L III...mais ses perfs optiques sont infiniment supérieures !!!
    Le 16-35/2.8 L III est globalement plus performant qu’un 14-24/2.8 tout en étant beaucoup plus polyvalent et plus léger.

    Le 16-35/4 LIS est à la fois plus léger et plus performant que le 16-35/4 AFS VR...

    Ma conclusion concernant la gamme optique Nikon est simple et sans appel : Canon archi-domine le secteur des zooms
    pros et Nikon est tout simplement hors-jeu. On a d’ailleurs eu l’occasion de s’en rendre compte lors des JO où les jaunes se faisaient particulièrement discrets...

    Pour ce qui est du 17-35/2.8 AFS, les nikonistes attendent toujours son successeur depuis maintenant 17 ans !
    La patience des nikonistes fait d’ailleurs l’objet d’une admiration particulière des canonistes...

  • @Eric-p J’ai bien compris les avantages du FF par rapport à l’ APS. Je suis bien d’accord sur TOUS CES POINTS mais c’est juste que... j’ai pas les moyens financiers de tout changer !
    Pour le reste, la gamme APS a encore quelques avantages (dont l’écran orientable) qui évite au vieux que je suis de ne me pas m’allonger au sol. Le 7D2 en animalier et sport dépasse largement le 6D : le capteur, c’est bien mais il ne fait pas tout sinon j’achèterai juste un capteur et basta.
    Le truc, c’est que chacun achète ce qu’il peut avec les moyens dont il dispose et selon ses besoins.

  • C’est effectivement le drame : Canon a "tendance" à se goinfrer sur le 5D Mk IV ,
    vendu plus de 2000 € plus cher que le 7D Mk II... : (

  • Non non pas nikonphile rampant, juste les faits. Tous les tests démontrent une nette supériorité du Nikon d610 (bientôt remplacé d’ailleurs) sur le canon 6d.....
    quant aux optiques, il faut les choisir mais je reconnais que les Canon sont plus tentantes.
    En fait aucun système n’est satisfaisant, canon est trop cher, Nikon manque de bons zooms style 16-35 f4 de loin le meilleur rapport q/p chez Canon, Sony manque d’optiques et d’autonomie, Fuji est un peu cher et à aussi un problème d’autonomie, quid ?
    Un capteur apsc ne doit pas dépasser 40 à 50 euros.

  • Manifestement, les gens s’en tapent totalement : Canon gagne des PDM sur le marché quand Nikon en perd !!!
    Comment se fait-il qu’on en soit arrivé là ?
    Quelques éléments de réponse :
    - Lorsque Nikon a sorti son premier FF "cheap",le D600, celui-ci souffrait d’un défaut au niveau de l’obturateur (projection d’huile excessive si j’ai bonne mémoire) que le contrôle Q n’a même pas été capable de repérer.
    Comble du comble, Nikon a refusé de prendre en charge ce défaut et a conseillé à sa clientèle de se rabattre....contre le D800 (moyennant finance évidemment). Voyant l’effet désastreux de sa politique, Nikon s’est finalement décidé à prendre en charge le SAV de ce défaut.
    Malheureusement, le mal était fait et la réputation de la marque jaune en matière de qualité en a pris un coup.
    La réputation du boîtier aussi...devenu INVENDABLE sur le marché de l’occasion (au moins durant quelque temps).
    À tel point que Nikon a dû sortir une nouvelle version, le D610, censée être délivrée de la malédiction de son prédecesseur !
    Hélas, le D610 a lui aussi souffert de défauts de jeunesse... heureusement assez rapidement corrigés.
    Il n’empêche : La fameuse réputation de "fiabilité légendaire" des boîtiers Nikon en a pris un coup.
    C’est peut-être aussi la conséquence de ce qui arrive lorsqu’on externalise systématiquement toute sa production...

    - Ensuite, Nikon a produit des gaffes assez incroyables sur ses produits optiques :

    *Les 20/1.8-24/1.8 ont paraît-il souffert de défauts de jeunesse ce qui a passablement contrarié sa clientèle
    (qui maintient mordicus que leurs optiques sont d’une fiabilité quasi absolue et qu’ils n’ont aucune leçon à recevoir de la part de la "Plastic company" !)

    *Pire, ils ont osé sortir un 24-70/2.8 AFS VR, censé représenter la vitrine technologique de la marque,le produit que Nikon n’a pas le droit de louper, qui avait la particulatité d’être plus mauvais que la précédente version !!!
    Et je n’exagère pas : Même les journalistes les plus Nikophiles ne sont pas parvenus à la défendre ...
    Qu’ont donc bien pu faire les ingénieurs de Nikon pendant 8 ans ???
    En tout cas, celà a été une occasion supplémentaire perdue pour Nikon de redorer son blason ; ils ont une fois de plus loupé le TIPA de la meilleure optique pro (revenu à Sigma : Un comble !) ainsi que le prix EISA (revenu une fois de plus à Canon).

    Cette boîte est Nº2 mondial des ventes de DSLR et le nombre d’innovations optiques de cette boîte se compte au compte -goutte (Juste le traitement "N" en quasiment 10 ans) quand Canon sort une innovation sensible quasiment chaque année.

    Tout celà contribue à ternir peu à peu l’image de marque du "Nº1 historique" et il leur arrive même de recevoir des leçons de la part des "Piranhas" (Sigma, Tamron, Tokina voire Cosina)
    Au Japon, Nikon est la risée optique des opticiens professionnels, c’est dire !

    - Bien sûr , last but not least, le lancement de leur gamme mirrorless au format 1" est un échec : Le produits Nikon1
    sont pris en étau entre les compacts & bridges 1" à capteurs Sony BSI, bien plus performants que les capteurs US
    des Nikon1 (Ils ont d’ailleurs dû changer de fusil d’épaule à ce sujet).
    Ils ne parviennent pas non plus à stopper l’hégémonie du MFT (bien aidée en celà par les maladresses de Sony en monture E) ou celui de Fuji dans une moindre mesure en APSC.

    - Je passe également sur les Couacs de Nikon en matière de communication lorsque Nikon a osé présenter ses nouveaux "supertélés" comme étant "révolutionnaires"auprès de sa clientèle sous le prétexte qu’ils utilisent des lentilles fluorites en 2013 alors
    que son concurrent l’utilise sur ses télés depuis plus de 45 ans aujourdhui (300/5.6 FL-F , 1969 !).
    Avant 2013, Nikon racontait même à sa clientèle que les verres ED étaient aussi efficaces que la fluorine sur des gros télés ! Nikon nous aurait-il menti ???

    Il faudra donc autre chose que des campagnes marketing intensives chez Nikon pour espérer reprendre "un jour" le leadership dans ce segment. En ont-ils d’ailleurs la volonté ? Personnellement, j’en doute fortement...

    Pendant ce temps là, le 6D, qui est effectivement un peu moins performant sur le plan technologique (capteur et AF en particulier) a au moins le mérite d’être FIABLE. Accessoirement, c’est le reflex FF le moins cher du marché (On a pu le trouver à 1200 € sur le net avant que le ne remonte ce qui n’est jamais arrivé au D610 à ma connaissance )...et le plus léger. Il fait le JOB et il a aussi l’avantage de disposer d’une gamme optique quasiment irréprochable.

    Le 6D devrait par ailleurs être remplacé l’année prochaine par une version disposant des fameux ADC sur capteur
    (dont sont équipés tous les FF Sony depuis 2008) et combler en grande partie les défauts des anciens CMOS Canon
    (auxquels on reprochait un manque de dynamique, trop de bruit de lecture pour le capteur et présence de banding en cas de post-taitement)+ présence probable du DPCA bien utile en vidéo.

    Pendant ce temps là, Nikon traînera toujours son handicap au niveau de sa gamme optique (Encore trop d’AFD)
    et un retard récurrent dans sa gamme pro qu’ils n’arrivent pas à combler...

  • Le bilan n’est pas aussi noir mais c’est un fait que Nikon a fait plus de déçus que d’heureux ces dernières années sans compter la nouvelle gamme DL moquée comme "delayed ". Canon a eu aussi des problèmes d’huile avec son 5d mais ils ont communiqué plus vite. Même l’inénarrable, pour certains même l’ineffable ken rockwell salue la,sortie du 5d tout en s’attristant sur la sortie d’optiques "plastiques " telles le nouveau 70-300 . Je pense Ûil y a beaucoup de nikonistes qui sont passés de Nikon à Fuji, moins vers Canon. Il y a aussi un point non négligeable qui est en faveur de Canon : l’intégration dans un système images. Par exemple les imprimantes Canon sont au top pour correspondre aux boîtiers , de plus les softwares sont à la,hauteur . Pour ma,part, après tant d’années de fidélité, je jette l’éponge jaune....

  • J’ai un copain nikoniste qui est "passé" chez Fuji mais ...ils garde néanmoins son matos Nikon sous le coude.
    Il y a de bonnes choses chez Fuji mais ça reste de l’APSC.
    Les optiques sont en métal...quand ça ne grève pas trop sur le poids.
    Pour les zooms, ils font comme les copains ; ils mettent du plastique partout où ils peuvent à condition de ne pas trop compromettre la qualité mécanique du zoom.
    Les matières plastiques n’ont pas que des inconvénients , vous savez.
    Sur un choc, une optique s’en sort parfois mieux qu’une optique en métal.

    Pour ce qui du récent 70-300/4-5.6 LIS (2010), l’optique est bien en métal malgré la présence de certaines pièces en plastique. L’optique est d’ailleurs sensiblement plus lourde que le "basique" 70-300/4-5.6 USM EF de 2005 de finition beaucoup plus légère.

    En général, les optiques L sont mécaniquement bien conçues. Voir par exemple le démontage du 35/1.4 L II
    sur "Lensrentals" qui est d’ailleurs comparé au Sigma 35/1.4 DG Art. Leur conception mécanique est différente...
    Toutefois,je note dans les 2 cas que les pièces mécaniques importantes sont en métal ...

    N’oubliez pàs non plus que les ingénieurs sont soumis à des contraintes de poids et de coût.
    Canon dispose d’optiques mécaniques en métal pour le cinéma mais le poids et le coût n’ont rien à voir...

  • En fait, je parlais du 70-300 Nikon. Tout le monde attendait un upgrade sérieux du vieux 70-300 f4,5-5,6 mais voila que Nikon nous pond un zoom dont l’ouverture (enfin si on peut dire) en position télé est de f6,3. On dirait le 70-300 de chez olympus !! Quandon’voit quencanon propose plusieurs versions de qualité, encore une fois on s’interroge. QUant à l’apsc fuji, patience, espérons qu’ils nous préparent pour très bientôt un bon petit moyen format pas trop cher. On rêve aussi d’un Canon Ff Mirrorrless, mais ça, cela restera du rêve à mon avis.
    Au sujet des optiques Canon, il faut dire que même s’ils possèdent des petites merveilles, ils ont aussi des nanars comme dans toutes les marques. Leurs grandagulaires en focale fixe ne sont pas géniaux à part le 35 f2 qui a toujours été bien meilleur que le Nikon. Enfin, oui, Fuji, c’est de l’apsc mais sur des tirages normaux, bien malin qui verra la différence ! La qualité d’un tirage dépend de biens d’éléments : stabilité du photographe, qualité de l’optique, conditions météo, traitement informatique, etc.

  • Les priorités de Nikon semblent s’orienter vers la clientèle "grand public", histoire de séduire un plus grand nombre de personnes et accessoirement de prendre le contre-pied de Canon (qui bichonne sa gamme L 24x36), et tenter de maintenir leurs sacrosaintes parts de marché à un moment où celles-ci se sont effritées au profit de ses concurrents.
    Les priorités sont donc de faire du petit/léger/pas cher d’où l’ouverture réduite de ce zoom 70-300.
    Je suppose qu’ils ont cédé à la tentation de l’ouverture f/6.3 car les indépendants ont franchis le pas depuis longtemps
    (Tamron en particulier mais aussi Sigma) et Nikon ne peut pas trop se permettre de voir sa clientèle filer chez les indépendants.
    Les acteurs du mirrorless adoptent aussi la même stratégie afin de séduire une clientèle qui veut la qualité mais pas le poids...ni le coût. D’où les solutions bancales qu’on voit émerger un peu partout.
    Il est à noter que l’AF par détection de contraste est plus tolérant vis à vis des petites ouvertures que le système
    AF reflex par contraste de phases.
    Les ingénieurs sont des gens pragmatiques...

    D’un point de vue purement technique, un ouverture f/6.3 est à la limite de l’hérésie sur un reflex.
    En principe, on ne doit pas dépasser f/5.6...

  • @24
    Mouais, l’article est assez discutable et les comparaisons biaisées.
    Soyons clairs : Je suis en Canon et je suis un fan de la marque. Pour autant, ça fait 10 ans que je soutiens que le mirrorless
    PEUT supplanter le reflex à cause d’un certain nombre d’avantages potentiels.
    Pour autant, il y a UN PARAMÈTRE CLÉ sur lequel le mirrorless ne parvient pas à rivaliser avec le reflex : C’est la cadence des rafales avec visée maintenue ET AF.
    Si Sony parvient à battre Canikon sur ce paramètre, il sera susceptible d’intéresser davantage les professionnels...à condition que Sony poursuive activement le développement de sa gamme optique...et que leurs zooms soient meilleurs que les canon en particulier. Ce n’est pas encore le cas aujourd’hui même s’ils ont accompli des efforts méritoires ces derniers temps.
    Au jour d’aujourd’hui, les rumeurs vont bon train quant à la possibilité de voir Sony présenter un mirrorless FF "pro"
    le 19 septembre prochain doté d’un AF plus rapide que celui des A7. Je ne m’attends à ce qu’ils fasent aussi bien que le
    1D-X Mk II (14 i/s avec AF !) mais des rafales à 8i/s avec AF + EVF maintenu serait déjà une belle performance.
    Wait and see...

    L’argument du manque de compacité des GA en mirrorless est à moitié faux.
    En fait, c’est la technologie des capteurs qui impose un angle limite pour les faisceaux incidents et celà implique une distance limite de la position de la pupille de sortie des optiques GA. Leica parvient à contourner cet obstacle en réalisant un réseau de ML décalées et en modifiant le filtre IR...mais la solution technique n’est pas parfaite à 100%
    (Présence de franges rougeâtres dans certaines conditions de PDV avec les GA/UGA) mais la technologie évolue.
    En particulier Fuji/Panasonic étudient une nouvelle famille de capteurs plus tolérants aux rayons inclinés.
    Canon a également récemment présenté une nouvelle famille de ML asphériques plus efficaces pour traiter les rayons
    inclinés (jusqu’à 27º) .
    Au jour d’aujourd’hui, les zooms GA Sony FE sont légèrement plus légers que ceux des reflex (on gagne 100-160g sur les 16-35/4 disponibles en DSLR)
    et le 21/2.8 Loxia FE est sensiblement plus compact et léger que le 21/2.8 Zeiss ZE/ZF...
    Cosina a également commercialisé une série d’optiques UGA en monture E ce qui prouve qu’on peut réaliser des UGA
    en monture FE (Ils détiennent même le record du monde en UGA avec le 10/5.6 FE !).

    Le 85/1.4 GM est plus encombrant que le 85/1.2 L parce que le cahier des charges du Sony est plus exigeant en ce qui concerne la correction des aberrations géométriques (Le 85/1.2 L corrige moins bien l’aberration des sphéricité que les nouveaux 85/1.4 de dernière génération).

  • Je suis assez d’accord avec vous. Cet article évidemment est un peu une provocation.
    Sur nikon, hélas, oui, on a peur de voir arriver l’avenir. Nikon a revu ses prévisions à la baisse, et selon certaines sources fiables, Nikon passerait d’environ 33 % de parts de marché à 26 % tandis que Canon conserve 42 % de parts , ce qui ne laisse que 32 % pour tous les autres....
    Le jour où le mirrorrles deviendra "dangereux" pour Canonikon, alors celui qui réagira le,plus vite aura les parts de marché. Dans ce match - s’il a lieu - Canon a beaucoup plus de chances. Je pense qu’ils sont moins conservateurs que Nikon et plus rapides à la balle.
    Quant à Sony, il est clair que leur faiblesse majeure est en bonne voie de disparaitre au vu de ce qui sort comme optiques. Malheureusement,il reste à mon sens deux faiblesses récurrentes : le niveau de prix des optiques zeiss, et leur vignettage parfois effrayant qui a toujours été présent sur toutes leurs optiques même celles dédiées à Canonikon....

  • Je viens d’apprendre que la sortie de la,gamme DL de chez Nikon est postposée a un délai indéterminé. Sony et olympus occupent les dix premières places des ventes en mirrorrles, Canon la troisième mais ils,proposent deux nouveaux modèles à la photokina ce qui va peut être changer la donne. Si Canon réussit à prendre cette deuxième place, Nikon va définitivement perdre sa place de deuxième leader du marché en dslr car seules les ventes des Mirrorrless sont stables, celles du premier semestre pour les reflex ont chuté quasi de moitié et Nikon accuse ses pertes de revenus de près de 30 %. Y a pas encore le,feu au lac mais la mèche est allumée.....

  • Durant les derniers JO de Rio, Canon n’a pas manqué de signaler le succès de ses produits parmi les photographes professionnels : 70% étaient équipés en Canon !!!
    Notez que ça ne m’arrange pas forcément car le monopole du marché pro par UNE SEULE marque peut "aiguiser" l’appétit
    de canon en matière de tarifs...