Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS 5D Mark III : bonus Web du test papier

07/06/2012 | Laurent Katz

En complément du test paru dans le numéro 46 du magazine, en kiosque jusqu’en juillet, voici quelques commentaires sur la mise en œuvre de la vidéo

Pour l’EOS 5D Mark III, présenté ici, Canon a pris certaines demandes et contraintes liées à la vidéo à bras le corps, mais pas toutes. Ainsi, le LCD fixe s’avère peu compatible avec un filmage improvisé sans trépied, ni rig ou écran déporté. Pour l’autofocus, c’est simple, il n’est pas continu, devant être ajusté automatiquement avant de filmer, à moins d’opter pour une mise au point manuelle, modifiable en temps réel. On le voit, le nouveau 5D est plutôt destiné à un usage professionnel, avec un trépied, et des accessoires pour contrôler l’image et opérer une mise au point fluide le cas échéant avec un follow focus.

Mais de nombreux desiderata des vidéastes conquis par la version Mark II ont été pris en compte. Et intégrés d’office sans qu’il faille attendre une mise à jour du firmware. Ainsi, le format vidéo est décliné avec des enregistrements de type IPB ou ALL-I, ce dernier plus adapté au montage, mais bien moins compressé. Les cadences de 24, 25 et 30 im/s sont proposées, et même 50 ou 60 im/s en 720p pour obtenir des ralentis.

Contrairement à l’EOS-1D X, la sortie HDMI ne véhicule pas un signal 4:2:2 à destination d’un enregistreur externe. Mais la prise casque, elle, est bien présente. Comme les vumètres d’ailleurs facilitant l’ajustement du niveau sonore, même pendant le tournage. Pour éviter le cliquetis de la molette ou simplement les bruits de frottement du doigt sur le boîtier, la molette dorsale comporte une zone tactile servant à passer d’un réglage à l’autre et à en faire varier la valeur. Vraiment appréciable. En mode manuel, tous les paramètres d’exposition sont ajustables et, en Priorité ou en Programme, la sensibilité est gérée automatiquement entre 100 et 12 800 Iso, avec de légères variantes selon certains réglages fins.

L’usage d’un grand capteur permet une gestion fine de la profondeur de champ que l’on module avec l’ouverture ou la focale. Le rendu en ambiance sombre n’est pas bruité. Quelques scènes montrent sur des lignes fines (des câbles en acier supportant des nacelles de manège et de balançoires en mouvement, filmé dans une fête foraine) que les effets d’escalier sont absents, mais il faudrait multiplier les tests, avec des cordes de guitare et des travellings rapides sur de fines structures pour se forger un jugement définitif. Mais l’EOS 5D Mark III place la barre assez haut en matière de qualité.

- Points forts

  • Qualité d’image
  • Vumètres pendant le tournage
  • Prise casque
  • Roue codeuse tactile
  • Formats d’enregistrements
  • Time code
  • Gamme des optiques EF (ouvertures, focales et qualité)

- Points faibles

  • Absence de sortie HDMI en 4:2:2
  • LCD non orientable
  • Pas de 50/60 im./s en Full HD
  • Pas d’autofocus continu
  • Pas d’assistance à la mise au point (peaking)
  • Pauvreté logicielle en vidéo
  • Optiques stabilisées bruyantes
- Les réglages de définition et de cadence

Le 5D Mark III propose, en Pal, la Full HD à 24 ou 25 im/s et la HD à 50 im/s selon deux modes : IPB et ALL-I. Ces deux termes cachent des variantes de la méthode de compression. Avec IPB, la compression d’une image repose sur les différences avec les images avoisinantes. On parle de compression temporelle, qui repose sur un groupe d’images. Avec ALL-I, la compression ne s’appuie que sur les redondances dans l’image elle-même (comme en M.Jpeg), elle est dite spatiale. Dans le premier cas, le visionnage et le montage nécessitent des ressources informatiques plus importantes, mais la vidéo occupe moins de place et s’accommode d’une carte mémoire de moindres performances. L’appareil offre aussi le filmage en VGA/IPB.
- La visée en vidéo

Le LCD présente le cadrage au format 16/9 avec, en haut le time code et le rond rouge indiquant un enregistrement en cours. On note au bas les paramètres d’exposition (ouverture et correction d’exposition), surmontés par la paire de vumètres. Un cartouche vient rappeler le format de la vidéo. La touche Info permet de simplifier l’affichage. Au centre, le collimateur matérialise la zone AF, à activer avant de filmer pour le faire le point. L’AF est désactivé pendant le filmage, il faut appuyer sur AF-ON pour que l’appareil refasse le point et il n’est pas performant pour cela. La mise au point manuelle est tout indiquée.
- La molette tactile

C’est une intéressante et bienvenue innovation pour un reflex que propose le 5D Mark III. L’intérieur de la molette réagit au doigt de manière silencieuse, de sorte qu’il est permis d’ajuster certains paramètres, par exemple le niveau sans perturber la bande-son.
- Les réglages pendant le filmage

La touche Q active les réglages tactiles, ce que matérialise un pictogramme en forme de pas. L’effleurement des zones supérieures et inférieures sert à choisir entre ouverture, correcteur et niveau du micro, tandis que les zones latérales font varier la valeur du réglage sélectionné.
- Les réglages du boîtier

On y ajuste les paramètres du micro (interne ou externe) en manuel ou automatique, mais aussi le time code. Celui-ci démarre à zéro, à une valeur spécifique ou reprend la date et l’heure de l’appareil. Son évolution au fil du temps est continue, que vous filmiez ou pas, ou ne dépend que des moments où vous enregistrez.
- L’édition d’une séquence

En mode Lecture, vous pouvez couper des images au début et à la fin d’une séquence, puis sauvegarder le résultat en tant que nouveau clip, ou écraser l’original pour gagner de la place.
MDLP n° 46, juin 2012
- Retrouvez le test du Canon EOS 5D Mark III dans le numéro quarante-six de Le Monde de la PHOTO.com, actuellement en kiosque.
- Lire le sommaire du n° 46

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • je fais de la photo, j’achète un boitier pour faire de la photo.. alors que tout le long de votre article vous ne parlez que de vidéo... je pensais qu’un appareil photo, c’était pour faire justement de la photo, donc j’attendais un jugement sur cela..
    j’ai un mach II, je voulais savoir si le passage au III , va beaucoup changer de chose pour moi (3ans d’utilisation pro et une vidéo a mon actif pour tester ..)
    donc arreter de nous bassiner sur la video, ou vanter des caméras fait pour cet usage !
    le mach II ne fait pas le café par hasard ?

    • Je fais également de la photo depuis bien longtemps et j’ai acheté ce boitier principalement pour cela mais cet article présente la partie "vidéo" du 5d mark3 et l’annonce clairement ( voir simplement le titre et passer son chemin si l’on considère cela sans intérêt pour soi ...)
      La fonction "video" reste intéressante pour de nombreux amoureux de l’image, il fallait donc que vous restiez au 5D d’origine, sans vidéo et éviter ces commentaires qui n’apportent pas grand chose au débat...
      Pour s’informer de la qualité photo de l’appareil vous avez d’autres articles, très bien faits également ... et ne forcez pas trop sur le café, ça excite !

    • J’adore les gars comme vous, une utilisation pro depuis trois ans et vous n’arrivez toujours pas à lire Mark 2 et non Mach2...
      Mdr !
      Si vous n’êtes pas heureux des articles, écrivez les vôtres, et si ce boitier fait de la vidéo, tant mieux ! Parlons en !

  • @Laurent katz
    Ayant lu un test sur dpreview par rapport au bruit en comparaison avec le d800, le canon d5 mkiiii l’emporte largement (comparaison sans NR applique) or dans le meme test, ils écrivent que le markiii a un gros défaut : il "mushe" les détails meme en iso de base. Je ne comprends plus ! Les images sont criantes de verite, le canon etant - en tout cas sur ce point - largement meilleur quenle d800, ce qui m’a fort etonne mais les photos sont implacables. J’aimerais vraiment savoir ce qu’il en est lorsqu’on rcompare par exemple a 400 asa les deux boitiers. En effet, il n’est pas exclu qu’après de longues années de fidélité a nikon, je passe a canon, leurs optiques etant nettement moins chères et plus completes dans l’offre (85 F1,2 - 70-200 f4 stabilise, etc). Merci de m’éclairer si qqn a l’info.