Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS 5DS & 5DS R : tout pour la définition

06/02/2015 | Benjamin Favier

Ces deux reflex plein format disposent d’un capteur Cmos flambant neuf de 50 Mpxl. Une définition record en 24 x 36. La version R annule l’action du filtre passe-bas. Pour le reste, nous sommes en terrain connu…

Présentation

Les photographes en quête de boîtiers plein format haute définition abordables regardaient jusqu’à présent du côté de Nikon et Sony : les D810 et Alpha 7R abritent un capteur Cmos de 36 Mpxl. Il faudra désormais compter sur Canon. Les EOS 5DS et 5DS R placent la barre encore plus haut, avec un nouveau capteur 24 x 36 de 50,6 Mpxl.

Avec ou sans filtre

Pourquoi cette mention R ? Canon a procédé de la même manière que Nikon, lors du lancement des D800 et D800E, ou Pentax, avec les K-5 II et K-5 IIs (les deux enseignes ont depuis simplifié les choses en ne proposant qu’un modèle, sans filtre passe-bas, respectivement les D810 et K-3) : ici, le R signifie que cette version du 5DS annule l’action du filtre passe-bas, bien présent, pour tirer la quintessence du capteur. Quitte à devoir composer avec une présence accrue de moiré ou d’aberrations chromatiques. La taille d’un fichier pris au format 3/2 atteint 8 688 x 5 792 pixels !

Il sera néanmoins possible de la réduire. Soit en utilisant les formats Raw intermédiaires, M-Raw et S-Raw. Soit en sollicitant les nouveaux modes « Crop » (dits recadrage), dont les deux premiers coefficients multiplicateurs parmi les trois disponibles font écho aux formats APS-H et APS-C de la marque : x1,3, x1,6 ou x1, avec un cadrage ajusté en conséquence dans le viseur. Mais attention, cette fonction est uniquement accessible en Jpeg. En outre, il n’est toujours pas possible de monter des optiques EF-S, prévues pour les reflex APS-C, sur les EOS 5DS et 5DS R. Avec une telle définition, il va de toute façon falloir miser sur les modèles les plus performants : ce n’est pas un hasard si les visuels fournis par Canon mettent en avant l’excellent – et onéreux – zoom EF 24-70 mm f/2,8L IS USM II.

Évidemment, cette évolution a une incidence sur les capacités du boîtier en hautes sensibilités. Le 5D Mark III et ses 24 Mpxl autorisent une montée à 204 800 Iso. La plage des EOS 5DS/5DS R s’étend au maximum de 50 à 12 800 Iso (100-6 400 Iso par défaut). Tout comme la sensibilité, la cadence est revue à la baisse, mais reste honorable. On passe ainsi d’un mode Rafale à 6 im/s sur le 5D Mark III, à 5 im/s sur les deux 5DS. Ils héritent du système autofocus de l’EOS-1D X, qui repose sur 61 collimateurs, dont 41 en croix, avec la détection de couleurs et de visages (technologie AF iTR).

Copie (trop) conforme

Au niveau de l’ergonomie, on ne constate aucune évolution par rapport au 5D Mark III : le positionnement des commandes est identique et le châssis en alliage de magnésium offre un niveau de protection similaire, avec de nombreux joints d’étanchéité à la clé. Une semelle en acier a toutefois été ajoutée pour réduire les risques de vibrations lors du déclenchement. L’écran demeure fixe et non tactile. Toujours pas de flash intégré, ni de fonction WiFi, ou de GPS : les possesseurs du 5D Mark III ne seront pas jaloux, il faudra aussi passer par des accessoires optionnels pour accéder à ces fonctions. On note aussi que le levier apparu sur le 7D Mark II au niveau du joystick et permettant de basculer d’une zone AF à l’autre, n’est pas repris. Pis, les vidéastes déploreront une différence de taille : exit la prise casque, pourtant précieuse pour avoir un retour son. En revanche, la surface de la roue codeuse peut être utilisée de manière tactile pendant un tournage, comme sur les EOS 5D Mark III et 7D Mark II.

Au niveau des réglages, on constate que le mode silencieux, dont nous avons loué la discrétion sur les EOS 6D, 5D Mark III et 7D Mark II, répond présent. Le mode de prise de vue par intervalles, intégré pour la première fois sur le 7D Mark II, figure également au menu, ainsi que la fonction d’alerte antiscintillements (Flicker), inaugurée sur le bolide APS-C. Un nouveau Style d’image fait son apparition : baptisé « Fine Detail », il aurait pour but d’accentuer le contraste et les détails, toujours en Jpeg, évidemment. Parmi les réglages de la balance des blancs, un préréglage dédié à la prise de vue de produits en studio (« packshots ») apparaît. Enfin, il sera possible de personnaliser l’agencement des cases dans le menu rapide (touche Q).

JPEG - 83.3 ko
Le menu rapide (touche Q) peut être agencé à sa guise…

Le versant vidéo demeure identique au 5D Mark III. Toujours pas de 4K, et la cadence d’enregistrement maximale en Full HD est de 30 im/s, quand l’EOS 7D Mark II filme à 60 ou 50 im/s en 1080p. Hélas, toujours pas de fonction focus peaking en vue, qui facilite pourtant la mise au point manuelle pendant un tournage…

Les Canon EOS 5DS et 5DS R sortiront au mois de juin aux prix respectifs de 3599 € et 3799 €.

- Le site de Canon

Focus technologique

En dehors du capteur, les différents composants des 5DS et 5DS R sont connus, puisqu’ils sont repris des EOS 5D Mark III, 7D Mark II et 1D X. Canon a donc prôné une approche conservatrice, misant d’abord sur la définition record de son capteur 24 x 36.

50 Mpxl


Les deux reflex sont équipés d’un tout nouveau capteur Cmos de 50,6 Mpxl. Chacun dispose d’un filtre passe-bas, mais son action est annulée sur l’EOS 5DS R et il ne peut être activé : c’est ce qui différencie les deux modèles. La plage de sensibilité nominale va de 100 à 6 400 Iso et peut être étendue de 50 à 12 800 Iso. Quant à la technologie Dual Pixel AF, qui a fait ses preuves sur les EOS 70D et 7D Mark II, elle s’est avérée impossible à mettre en œuvre étant donnée la définition, à laquelle Canon a donné la priorité.

61 points AF

Les EOS 5DS et 5DS R reprennent le module autofocus de l’EOS-1D X. Il repose sur 61 collimateurs, dont 41 en croix, comme sur l’EOS 5D Mark III, mais avec la détection de visages et de couleurs en plus. À l’heure actuelle, c’est l’EOS 7D Mark II qui conserve le système le plus ambitieux, avec 65 collimateurs, tous en croix, et la même technologie iTR (Intelligent Tracking and Recognition). Il est également le plus sensible en basse lumière, à égalité avec l’EOS 6D : -3 IL avec le collimateur central, contre -2 IL pour les 5DS/5DS R. Pour ce qui est de la mesure de la lumière, les deux reflex héritent du capteur RVB de 150 kpts doté d’une couche sensible à l’infrarouge, vu sur l’EOS 7D Mark II.

USB 3

Comme pour l’EOS 7D Mark II, Canon fournit un protège-câble, certes en plastique, mais qui permet de sécuriser la connexion, ce qui est appréciable quand on connaît la fragilité des modèles HDMI. En revanche, carton rouge à la marque : la prise casque a tout simplement disparu du volet connectique ! La fiche plus large de l’USB 3 a évincé l’espace dédié à la prise casque, située du même côté sur le 5D Mark III. Pourtant, sur l’EOS 7D Mark II, la marque a prouvé qu’elle pouvait faire cohabiter six ports…

Digic 6

Le 5D Mark III fonctionne avec un processeur Digic 5+. L’EOS-1D X en a deux. La sixième génération est apparue sur l’EOS 7D Mark II, qui embarque une paire. Rebelote sur les 5DS et 5DS R, qui en intègrent deux chacun pour manœuvrer les opérations.

Châssis

La construction en alliage de magnésium est identique à celle du 5D Mark III. Enfin quasiment, car les ingénieurs de Canon ont ajouté une semelle à la base pour limiter les vibrations. Un système permettant de mieux contrôler la descente et la remontée du miroir lors du déclenchement a également été ajouté au niveau du miroir. L’obturateur des EOS 5DS et 5DS R est garanti pour 150 000 cycles, comme celui du 5D Mark III.

Premier avis

Canon frappe un grand coup et franchit la barre symbolique des 50 Mpxl en plein format. La marque confirme ainsi son net regain de forme depuis l’avènement du 5D Mark III : le sombre épisode de l’EOS-1D Mark III semble bien loin. Pourtant, si nous saluons l’évolution et en attendant de tester une version définitive, nous ne pouvons nous empêcher de pointer quelques travers auxquels Canon nous a parfois habitués et qui resurgissent sur ces deux modèles. Clairement, la marque n’a pas voulu « tuer » le 5D Mark III, mais plutôt conserver celui-ci en tant qu’alternative aux deux nouveaux venus. À lui les hautes sphères en sensibilité Iso, à eux la définition superlative. Une stratégie pertinente, les trois boîtiers, identiques au niveau de l’ergonomie, étant très complémentaires.

Pourtant, d’aucuns pourront regretter un manque d’audace, qui rappelle l’époque du 5D Mark II, innovant dans le domaine vidéo, mais peu surprenant par ailleurs. Canon persiste ainsi à se priver de flash intégré sur ses EOS plein format, et à se passer d’écran articulé ou tactile, qui aurait pourtant une utilité en studio. Plus regrettable encore, la marque se passe d’évolutions intégrées entre-temps sur ses propres boîtiers, comme une cadence de 60 im/s en vidéo ou le levier situé autour du joystick, vraie réussite ergonomique sur le 7D Mark II. Dans ces conditions, les absences conjuguées de fonctions Wi-Fi (plus pour déclencher le boîtier à distance que pour partager des fichiers, étant donnée la définition) et GPS paraissent presque anecdotiques. Mais c’est bien sûr au niveau de la qualité d’image qu’on attend les 5DS et 5DS R au tournant. Face à une telle définition, il faudra miser sur la crème de la crème parmi les membres de la série L et les optiques compatibles. Et accroître toujours un peu plus ses espaces de stockage (cartes, disques durs)…

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 x 36 mm, 50,6 Mpxl effectifs, format 3/2
  • Définitions maxi. : 8 688 x 5 792, (M-Raw) 6 480 x 4 320, (S-Raw) 4 320 x 2 880 (1,3x) 6 768 x 4 512, (1,6x) 
5 424 x 3 616, (1:1) 5 792 x 5 792 pixels
  • Vidéo maxi : 1 920 x 1 080p (24, 25 ou 30 im/s)
  • Protec. du boîtier : Oui
  • Stabilisateur : -
  • WiFi : Opt.
  • GPS : Opt.
  • LiveView : Oui
  • Nettoyage capteur : Oui (ultrasonique)
  • Sensibilités : 50 - 12 800 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, m-Raw, s-Raw, MOV
  • Monture : Canon EF (sauf optique EF-S), coeff. mult. 1x
  • Mise au point : Auto sur 61 zones (41 en croix, 5 en double croix ), 15 ou 9 (auto ou manuel) ; 1 (manuel, avec ou sans expansion selon 4 ou 8 directions) ; gestion selon la tenue verticale ou horizontale : automatique au déclenchement, suivi Ai-Servo, manuelle ; 6 schémas de suivi AF ajustables ; micro ajustement AF
  • Type de mesure : Évaluative multizone (252 zones sur deux couches) couplée à l’AF, pondérée centrale, sélective (6,1 %), ponctuelle (1,3 %)
  • Vitesses : 1/8 000 à 30s, synchro X 1/200s
  • Rafales : 5 im/s (14 Raw, 510 Jpeg avec CF UDMA 7)
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (6), manuelle, mesurée (1), +/-9 sur bleu/ambre ou magenta/vert ; bracketing 3 im.
  • Réglages divers : Styles d’images automatique, prédéfinis (6) et utilisateur (3) sur saturation, netteté, contraste et teinte ; 31 fonctions personnalisées ; Auto lighting Optimizer ; corrections optiques (vignettage, aberration, distorsion) ; HDR ; multi-exposition ; intervallomètre ; fonction anti-scintillement
  • Prise flash : Griffe, prise synchro
  • Flash intégré : -
  • Contrôle du flash : E-TTL II ; +/-3 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Visée : reflex optique par pentaprisme (100 %), grossissement 0,71x, dégagement 21 mm
  • Moniteur : LCD fixe 3,2 pouces/1,04 Mpts
  • Écran LCD de contrôle : 1 (rétroéclairé)
  • Visée LCD temps réel : Oui ; zoom 5x et 10x ; grille ; horizon virtuel ; vumètres
  • Modes d’affichage : Zoom 1,5x à 10x, planche de 4 ou 9 vignettes, 
en lecture accès par dossier, indicateur de surexposition ; comparaison de photos
  • Stockage : 1 x CF (UDMA 7), 1 x SD/SDHC/SDXC
  • Interfaces : 
USB 3/vidéo, mini HDMI, télécommande IR, 
micro stéréo, prise broche pour flash studio
  • Personnalisation : 3 configurations, 8 touches, 2 molettes
  • Divers : Mode silencieux, ratio hauteur/largeur,
  • Logiciels : Digital Photo Professional, EOS Utility, Image Browser EX, Photo Stitch, Picture Style Editor
  • Accessoires fournis : accu et chargeur/adaptateur secteur, bandoulière, câble USB, câble vidéo
  • Alimentation : accu LP-E6 N (fourni) ou LP-E6
  • Dimensions/poids : 152 x 116,4 x 76,4 mm/nc

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Tout pour la définition (à condition de s’équiper d’objectifs très chers)… mais rien pour la vidéo ! Pas de 4K ni, surtout, de 50i/s à 1080p, pourtant essentiel pour un bête panoramique même pas rapide. Pas de prise casque non plus. Et pour la photo la netteté est souvent bien plus précieuse grâce à la profondeur de champ en non à la définition. Or, en rendant un ou deux diaphs à son prédécesseur, dans beaucoup de situations il fera moins bien que lui.

  • @P-M : Essentiel ???? Si vous souhaitez un appareil tout en un, passez votre chemin. La vidéo n’est clairement pas l’objectif de cet appareil dont l’utilisation est le studio ou le paysage. Quand à la 4K, pas besoin de 50MP pour cela.
    Attendez donc le 5D Mark IV...
    Ici, c’est pas Le monde de la vidéo ;-)

  • Ce n’est évidemment pas le capteur qui fait la 4K, mais un processeur sachant gérer 50MP devrait pouvoir gérer aussi la 4K, les débits devant à peu de chose près être équivalents (même si j’avoue que je n’ai aucun chiffre en tête).

    Après, bien sûr que ce n’est pas le monde de la vidéo ici, mais force est de constater que depuis la seconde génération de 5D, la vidéo orientée vers le monde pro est un des motifs principal d’achat de ce boitier, et qui a nettement contribué à son succès. Ce qui rend d’autant plus regrettable le fait que cette nouvelle génération aurait pu/du se démarquer de la génération précédente par ce biais.

    Et à l’inverse, quand Nikon sort son Df avec le parti pris de ne se consacrer exclusivement qu’à la photo, tout le monde râle parce qu’il ne filme pas...

  • Prenons ces boitiers pour ce qu’ils sont : des moyens formats, avec les défauts et les qualités de ces derniers :
    - Lents, peu sensibles (quoique...)
    - Très définis, format physique 50 x 70 cm à 300 DPI (ça laisse quelques possibilités de recadrage pour une double page standard 30 x 42).
    Ca s’appelle une offre cohérente.

  • Il ne faut pas généraliser systématiquement.
    Tout le monde ne râle pas parce que le Nikon Df ne fait "que " de la photo.

  • @DFX
    Certes, mais y’en avait pas mal tout de même (en particulier sur le fil du Df ici-même), et j’ai vu plusieurs tests de magazines et tests web notamment qui regrettaient l’absence de vidéo (notamment à cause du prix de sortie assez élevé).

    En ce qui me concerne, vu je n’utilise jamais la vidéo, j’admets d’autant mieux le parti pris de ne rien mettre plutôt que de faire un truc un peu au rabais comme cela semble être le cas ici.

  • Ils ont intérêt d’envoyer du lourd en fonction vidéo sur l’éventuel 5D4, car la ne même pas avoir le 1080 60fps c’est clairement se foutre de nous (alors que le 7D2 le possède ainsi que tout les derniers reflex d’autres marques). Canon encore et toujours à la ramasse depuis 2 ans avec leur manque d’évolution et pseudo firmware qui n’apportent rien, malheureusement ! Et leur nouveau 11-24 "F4" à 3000€ on en parle ? Bref, vite qu’ils réagissent dans le bon sens.. sony et pana nous tendent les bras à ce rythme

  • Quelle est l’imprimante qui sera capable de restituer les 50 megapixels ?
    Quelles sont les optiques qui pourront équiper ces boitiers sans faire apparaitre les défauts criants ?
    Pour 99 pcts des utilisateurs, un boitier de 20 megapixels est largement suffisant. La.photo étant en crise, le prix de l’équipement adapté a ce type de boitier va faire grimper un ensemble boitier plus trois optiques a plus de dix mille euros !!!

  • DELC, non un 24x36 avec la même définition qu’un moyen formant n’en est pas un, à ce compte un compact 20 mpx sur capteur 1/2. 3" est équivalent à un reflex 24x36 avec 20 mpx !

  • Il y a aussi le workflow.
    D’abord on va faire 50 photos sur une carte mémoire de 256 gigas qui coute 500 euros, ensuite, on va prendre dix minutes pour charger chaque cliché ....... Façon de parler évidemment mais il n’est peut être pas inutile de penser à tout cela avant d’investir dans un boitier FF a la définition moyen format.

  • @9
    Je n’ai jamais dit ça. Je dis simplement qu’on voit tout de suite la différence entre un d700 et 12 megapixels et un d610 avec 24 megapixels mais que par contre il n’est pas évident qu’une imprimante puisse rendre la différence de finesse entre un canon à 20 megapixels et un capteur à 50 megapixels. Toute la chaine doit suivre : après le capteur, l’optique, l’ordinateur, l’imprimante et le papier. De nombreux sites anglo-saxons bien connus se sont deja penché sur cette question en constatant qu’au delà de vingt megapixels, il était quasi impossible de voir une différence sur un tirage qui ne dépasse pas 30 pouces. Dont acte.

  • Il est clair que la fluidité du workflow, forcément liée à la qualité/rapidité du matos de traitement, est avec ma préférence pour les hauts ISO LE facteur qui personnellement me dissuadera à tout jamais de taper dans les +36MP.

  • Pour tous ceux qui pensent que ces 50mpx ne servent à rien qu’ils n’ont pas les bonnes optiques, et ni les bonnes cartes, etc.. ce boitier n’est pas fait pour vous.
    Ca fait longtemps que les pros travaillent avec des boitiers de 60 mpx ou plus, type phaseone, et tout se passe pour le mieux.
    Si vous faites de la photo en loisir sur un ordinateur poussif, avec des optiques en plastique, achetez vous un compact, c’est largement suffisant, et ne venez pas raler..
    _

  • C’est sûr que quand on a les moyens de s’acheter/d’amortir un moyen-format, c’est pas vraiment l’investissement informatique qui pose un soucis majeur, bien qu’une station de travail sérieuse et un ou deux Eizo 30" à calibrage hardware ne soient (vraiment) pas donnés. Mais là, ce n’est pas plus une question d’être pro ou pas, c’est surtout une question d’exigence et de très grande qualité.

    En revanche, quand on se paye un appareil dont la virgule du montant s’est déplacée d’un cran vers la gauche, et ce en lieu et place d’un moyen-format, hé bien qu’on soit pro ou pas, c’est qu’on est en général un peu plus regardant sur la facture (ou bien qu’on a aussi besoin de plus de praticité). Et certains même oublient que si le prix du boitier est en soi déjà élevé, c’est comme d’habitude "hors tout", y compris des besoins informatiques accrus qu’il peut convenir de faire évoluer, et c’est pas du tout gratos dans cette échelle de prix. Du coup, c’est peut-être pas inutile de le rappeler de temps à autre.

    Après, on a dit que le D800 à sa sortie allait taper quelques boitiers moyen-format avec ses 36MP. C’est en partie vrai, mais j’ai pu voir que les grands capteurs avaient toujours cet avantage physique qui leur est propre, et que ça se traduisait de façon assez nette dans les rendus, même si le Nikon n’avait pas tant à rougir que ça.
    Quid du 5DS avec 14MP de plus ? Pas sûr que ça change tellement la donne, mais on verra bien.

  • FUYEZ DE TOUTE URGENCE CHEZ PANASONIC LUMIX GH4 !!!
    CANON SE FOU DE LA GUELLE DE SES CLIENTS DEPUIS BELLE LURETTE.
    JE SUIS, POUR MA PART, BIEN CONTENT DE NE PLUS ETRE CHEZ CANON.

  • Canon ne s’adresse pas à la même cible que pour le GH4 et ils ont bien raison. Faire un clone du GH4 aurait été un réel foutage de gueule. Les pros, bref ceux qui achèteront le 5Ds ne sont pas intéressés pas le GH4. Quand aux amateurs pauvres comme @MarcGyver et tous ceux qui sont intéressés pas la 4K, ils ne seront pas intéressés pas le 5Ds. C’est évident. Pas la peine de venir pleurer sur l’absence de la 4K sur le 5Ds. C’est évident le GH4 est LE produit amateur 4K qui convient.
    La même rengaine était présente là lors de la sortie du 7D Mark II : pas d’écran orientable, pas de wifi... mais achetez un 70D et taisez-vous !

  • @6
    Les différents testeurs demandent la vidéo, le WIFI, le GPS, etc.
    Leurs essais ne sont que des outils de comparaison.

    Ce qui compte, c’est l’avis des utilisateurs.
    Ils n’ont pas tous besoin (ni envie) d’une usine à gaz.

    Au final, chacun choisit ce qui lui convient et c’est très bien ainsi, n’en déplaise à certains.

  • A tout ceux qui se demandent à quoi vont servir les 50 Mpix, pensez au recadrage que permet une telle définition. en cadrant 25% de la surface de l’image, on a encore une image de 12,5 Mpix, suffisante pour une parution en presse magazine… Et un tel recadrage "transforme" un 200 mm en 800 mm.
    Pour la vidéo @60fps, c’est faux de dire que c’est "plus fluide" : l’œil humain ne perçoit pas la différence. Ca permet juste de faire des beaux ralentis, c’est tout…

  • @Bnana : pur moi ça fait une énorme différence, au moins avec un 5D 3. Faites un panoramique sur un décor comportant des verticales (arbres, bâtiments...) à 25 ou 30 puis à 50 ou 60 i/s, à 720p, et vous verrez, quelque soit le réglage de l’obturateur.

    Pour en revenir au 5DS ils font leur promotion sur le paysage, mais il n’est pas tropicalisé, et sur le studio, mais sa dynamique revendiquée n’est pas plus étendue que celle du 5D 3 (et il faut aimer le rendu Canon des tons chair !).

  • Autre remarque : en recadrant à 25 % de la surface de l’image on ne diminue l’angle que de deux fois, ce qui donne environ l’équivalent d’un 400mm et non d’un 800mm pour un 200. Ne perdez pas de vue le fait qu’avec ses 50 Mp le 5DS n’ajoute que 50% de la longueur d’un côté de l’image, par rapport au 5D 3, et donc qu’à qualité égale (22 Mp d’origine avec le 5D 3 ou recadré pour le 5DS) le "gain" en angle n’est que de 50 %, le 200 "devenant" un 300. Et encore à condition que la finesse de l’image au niveau du pixel soit identique, ce qui dans la pratique sera difficile à obtenir (nouveaux objectifs chers, stabilité, bonne lumière).

  • Ras le bol du dénigrement systématique des nouveautés (quelles qu’elles soient). Tout ça, ça pue le "c’était mieux avant...". Si vous trouvez ça trop cher, personne ne vous force à acheter, si la vidéo ça va pas, allez ailleurs, si il manque le bidule truc, c’est de toute façon pas ça qui vous permettra de faire la tof du siècle, vu que tous ces grincheux on le même problème, ils sont nuls en photo et essayent de se raccrocher désespérément à un bout de technique mal maitrisée. Ces ringards me font penser aux mecs qui disent devant une toile de Picasso à 5 millions de $ : "J’aurais pu le faire !". Ben t’attends quoi mon gars tu serais riche ! Et là en général il y a plus personne. Ah j’oubliai les zoom à 3000 euros... j’ai toujours préféré les optiques fixes, c’est bon pour le regard et pour les jambes, les zoom c’est bon pour le cinéma pas pour la photo. Salut

  • A ceux qui pleurent parce qu’il n’y a pas un mode vidéo comme ceci ou comme cela, rappelez-vous que c’est un appareil photo et que pour faire des films on utilise une caméra.

    A ceux qui trouvent que de ne pas proposer une cadence permettant de faire des ralentis, demandez-vous si un film c’est une histoire ou des effets (combien de ralentis dans les films présentés à Cannes par exemple ?) .

    A ceux qui désespèrent de ne pouvoir mettre que 50 photos sur une carte, ne perdez pas de vue que sur un film 120 il n’y a que 8 images 6x9 (pour être dans un ratio et une définition comparable). Ou encore, que dans un châssis il n’y a que deux faces et qu’on transporte rarement plus de 10 châssis 4x5 voir 5 8x10.

    Et n’oublions pas surtout que l’outil ne précède pas le projet. C’est le projet qui dicte l’outil. On a un projet et on choisi l’outil adapté.

  • Moi ce qui m’étonne c’est de mettre autant de pixels (équivalents à certains moyen format) sur un capteur plein format.
    Corrigez moi si je me trompe mais plus la densité de photosites est importante sur le capteur, moins chaque photosite aura de place pour capter la lumière. Il y aura donc une baisse de qualité d’image non ? Au delà de 36 Mpx j’avais un peu l’impression qu’on atteignait la limite pour le ratio qualité photo / nb Mpx ?

  • @Truk " les zooms c’est pour le cinema" vas te coucher mon grand.
    tu as pas l’air de dominé un seul des sujet que tu as aborder, que ce soit photo video ou histoire de l’art.
    Je trouve qu’il est normal de râler sur la qualité de la video de cet appareil, perso je préfère 100x tourner une video avec un dslr plutôt qu’avec une camera (dans les meme gamme de prix aller pas me chercher une red a 30 000e) l’ergonomie est meilleur, moins encombrant, réglages plus pratique, le full frame et surtout choix de l’objectif !
    Peux etre cet appareil est spécialisé pour la photo mais quand on veux les deux nouveaux entree de gamme (D760) avec l’hdr sur la video et qu’il y est meme pas sur celui la, alors que tout est juste une question de processeur. Je pense que les 2 digic 6 peuvent largement gerer le 1080 60p et l’hdr !
    À mes yeux Canon aurait pus fair un effort sur la video ou sortir un autre appareil pro capable de tenir la distance en video.

  • @Laurent
    Je ne pense pas que tu vois souvent dans un vrai studio de cinema, les cadreurs avec des dslr. Les gens qui utilise ce genre d’appareil pour la video ne sont pas en studio. les ralentis sont omnipresent dans cet autre genre de video de sport, paysage ...

  • @ Vince
    Effectivement, on commence à arriver à des photosites petits-petits.
    Il serait plus intéressant et révolutionnaire de sortir un capteur de 4x5" !
    Mais ce n’est pas un marché, et Canon fait des pantalons pour vendre, pas des pantalons pour mettre.
    @ Kwanon
    Je n’ai jamais parlé de studio. Je suis photographe mais aussi réalisateur et je commence jeudi un 52 documentaire pour France 3 avec la nouvelle petite Sony FS7. Elle ne coûte presque rien et elle est d’une ergonomie autrement mieux pensée que n’importe quel bricolage à partir d’un DSLR.
    Et elle fait du 4K (Raw en option) et si tu veux t’amuser à faire des ralentis à la con (dans 99% des cas, un effet est le cache-sexe de l’absence d’idée, d’intension), elle fait du 180FPM.
    La poussée technologique des DSLR a chamboulé le marché des outils de prise de vues, mais les acteurs de la vidéo et du cinéma, Sony et Arri en tête, ont digéré la pilule et commencent à sortir des outils moins couteux (depuis que je fais des films, ce sont les coûts techniques qui ont servi de variable d’ajustement dans des budgets régulièrement en baisse, mais ça ne peut pas descendre jusqu’à zéro).

  • Je pratique la photo (amateur) avec des exigences personnelles de qualité élevées depuis des années et je ne comprends pas bien certains points de débât ici...

    Lorsque l’on fait de la photo, soit en amateur averti, soit en pro, il y a certains aspects à prendre en considération avant de choisir son appareil, car si l’on commence à rechercher de la vraie belle qualité, on s’orientera forcément vers du matériel assez onéreux !

    Le pont 1, selon moi, c’est : Que souhaite-t-on faire comme genre de photos ?
    - Le portrait, le travail en studio, les photos du chien-chien qui joue dans le jardin ou la photo d’action, ne demande pas du tout le même genre de matériel !

    Le point 2 (celui qui fâchée souvent)... Le budget !!!
    - Qui dit "qualité" dit investissement... Le bon marché finit toujours par coûter cher... Je suis clairement du côté des rouges et j’ai voulu donner sa chance à un gros Sigma ! Grave erreur, car bien qu’il soit bon, il est et restera à des années lumière d’un Canon de la série L !!!

    Alors 50mp... Bien ou pas ?
    - Je suis persuadé que si on cherche la définition, en ayant le temps, voire la possibilité de travailler sur trépied et/ou en studio... Je serais tenté par le 5Ds R, plutôt que par le fantastique Sony alpha 7R II qui ne dispose pas d’une gamme d’optique équivalente. L’optique fait tout !!! Collez un Canon EF 70-200 F/2,8L IS II USM sur pratiquement n’importe quel boîtier EOS du 60D à supérieur et vous aurez des images simplement BLUFFANTES !!!

    Mais si comme moi, vous faites plutôt de la photo d’action, à crapahuter par monts et par vaux, optez pour un 7D MkII si vous voulez de l’ApsC ou pour un 5D MkIII (ou le futur Mk IV) si vous préférez le full frame... Ou alors, avec le budget, un 1Dx MkII et ceci fermera le débat !!!

    Pour les plus petits budgets chez les rouges, un 70D ou un 80D avec de très bonnes optiques fera certainement le bonheur de la plupart des photographes amateurs qui veulent sortir de très belles images... Mais avec de très bonnes optiques !!!

    Pour ce qui est de la vidéo (j’en fais parfois)... J’ai un camésope et un Bridge Sony HX400V pour ça et franchement, les écrans tactiles ou la 4K sur un DSLR haut de gamme je m’en passe volontiers ! J’ai un 5D MkIII qui n’est pas le dernier de la classe en vidéo et si je fouille dans mes souvenirs, je pense n’avoir encore jamais utilisé la fonction vidéo dessus !!!

    Mais heureusement nous avons nos goûts persos, sinon nous ferions tous la même chose et ce serait chiant !

    Amitiés.