Publié le : 08/06/2012

Canon EOS 650D, 18 Mpxl et nouveau capteur hybride

La fameuse saga des EOS à trois chiffres continue. Sagement. Le capteur hybride et un autofocus plus performant symbolisent le 650D. Qui reprend par ailleurs les principales caractéristiques du 600D.

Présentation

C’est avec une curiosité particulière que nous accueillons le 650D, tant son prédécesseur présentait peu de défauts. L’apparition conjuguée d’un écran orientable et d’un flash intégré permettant de contrôler des flashs externes sans fil faisait taire les critiques, arguant le manque d’innovation de la marque sur ce segment. Ainsi, quels critères pouvait améliorer Canon sans empiéter sur les plates-bandes des reflex APS-C plus experts que sont le 60D et le 7D ?

JPEG - 64.6 ko
La touche Iso est désormais isolée près de la molette principale, le bouton Disp. ayant disparu. On note la présence d’un pictogramme vidéo au niveau de la mise sous tension : on active désormais ce mode par ce biais, ce qui le met sur le même plan que la photo.

Cmos hybride

Pas la définition en tout cas. Dans la lignée de ce qu’elle a fait avec le 5D Mark III, point de flambée de pixels : le 650D embarque un Cmos de 18 Mpxl, comme les 550D et 600D. Mais avec une différence de taille. Ce nouvel imageur est de type hybride. Le premier dans la gamme EOS. C’est-à-dire qu’il embarque des photosites dédiés à l’autofocus en LiveView et en vidéo. Ainsi, il fonctionne à la fois en détection de phase et de contraste en visée par l’écran. Dans le même temps, une nouvelle technologie voit le jour au sein de la gamme d’optiques : STM, comme Stepper Moteur, pour une meilleure précision et réactivité de l’AF. Canon précise que la mise au point ne sera pas optimale avec les modèles USM. Il faudra attendre un test pour en dire plus sur l’efficacité de ce capteur hybride. La plage de sensibilité s’achève désormais à 25 600 Iso contre 12 800 Iso auparavant.

Écran tactile

Parmi les autres nouveautés du 650D, notons l’interface tactile, sur l’écran de trois pouces de plus d’un million de points. Ce dernier bénéficie d’un nouveau traitement Clear View II. Une première prise en main révèle une navigation intuitive en mode Lecture. Le « pinch-zooming » permet de vérifier la netteté de l’image avec deux doigts, comme on le ferait avec un smartphone. Pour la prise de vue, la pertinence de la mise au point reste à démontrer dans cette configuration sur un modèle définitif. Mais en vidéo, le concept fait mouche : pendant le tournage, les réglages peuvent être ajustés probablement sans générer le moindre bruit, qui ne manquerait pas d’être capté par le nouveau microphone stéréo placé près de la griffe porte-accessoires. En revanche, toujours pas de vumètre pendant le tournage. Ni de possibilité de filmer à 50 im/s en Full HD. Le mode Snapshot inauguré sur le 600D évolue quant à lui : on peut désormais monter des séquences de durées différentes. Pour ce qui est de la partie photo, la cadence est revue à la hausse, à 5 im/s, contre 3,7 im/s auparavant. Pas encore de quoi envisager sérieusement la photo d’action. Mais ce mode Rafale rend le 650D un peu plus polyvalent que ses prédécesseurs. D’autant qu’il bénéficie d’un nouveau système autofocus reposant sur neuf collimateurs, tous en croix, le central étant sensible à f/2,8. Des essais réalisés à la volée s’annoncent prometteurs. Au niveau de l’ergonomie, les possesseurs de 600D ne seront guère déboussolés. Soulignons la touche d’accès au mode vidéo située au même niveau que la touche de mise sous tension de l’appareil. Une bonne idée, qui met cette fonction sur le même plan que la photo. La touche Disp. laisse le champ libre au bouton Iso sur le devant, ce qui évite tout risque de confusion.

JPEG - 53.5 ko
Le 650D bénéficie aussi d’un écran LCD de 3 pouces et 1,44 Mpts orientable, comme le 600D. Avec un nouveau traitement Clear View II, et surtout la possibilité de naviguer de manière tactile, grâce à la technologie « pinch zooming ».

L’EOS 650D fait figure d’évolution sage du 600D, déjà très réussi. Avec un mode Rafale en hausse, ce nouveau reflex se rapproche du 60D et laisse peu d’atouts à ce dernier (construction plus robuste, nombre de déclenchements). Le capteur hybride de 18 Mpxl laisse augurer de meilleures performances de l’autofocus en vidéo et LiveView. Il était temps, car les hybrides ou les Sony SLT ont nettement pris l’ascendant dans ce domaine. Le 650D sortira fin juin, au prix de 850 € boîtier nu. Le prix sera de 950 € en kit avec le 18-55 mm IS. Il sera vendu 1199 € en double kit avec le 55-250 mm. Et au même prix avec le 18-135 mm IS STM. Un autre kit est prévu avec le 40 mm pancake STM. Le prix n’est pas encore défini.

- Article mis à jour le 08/06/2012 à 14h42 (prix et disponibilité)

- Le site de Canon

La technique en détail


Pas de changement pour ce qui est de la définition. Alors que Nikon a décidé d’intégrer un capteur de 24 Mpxl dans le D3200, Canon conserve 18 Mpxl sur le 650D. Mais le capteur Cmos innove au niveau de sa conception, puisqu’il est de type hybride. La plupart des photosites sont affectés aux modes LiveView et Vidéo. Ainsi, il fonctionne à la fois en détection de phase et de contraste dans ces cas.


Le nouveau capteur autofocus du 650D repose sur neuf collimateurs, tous en croix. À noter, le collimateur central est sensible à f/2,8, ce qui n’est pas si courant sur un reflex plutôt destiné aux amateurs. La cadence évolue elle aussi, puisque le 650D photographie désormais à 5 im/s, contre 3,7 im/s sur le 600D. Pas encore suffisant pour pratiquer sérieusement la photo d’action, mais cette hausse de la rafale rend le boîtier plus polyvalent que ses prédécesseurs dans cette gamme…


L’interface tactile constitue l’une des principales nouveautés du 650D. De rapides essais effectués à la volée montrent une réactivité intéressante, qui n’est pas sans rappeler celle d’un smartphone. En vidéo, on peut notamment modifier la vitesse ou l’ouverture pendant le tournage, sans solliciter les molettes, dont le cliquetis est capté par le micro interne.


L’apparence des menus a été revue en visée par l’écran. Les réglages principaux sont aisément accessibles. À l’aide du pad, ou du doigt, si la fonction tactile est activée. Sur cette capture, on voit que les modes AF sont au premier plan. L’efficacité de l’autofocus est censée être plus importante avec les optiques STM et le capteur hybride du 650D, selon Canon. À vérifier lors du test…


On retrouve l’arborescence très réussie entrevue sur les derniers reflex EOS. Le design des onglets ainsi que leur nombre évolue un peu. Mais on aperçoit toujours l’intégralité des réglages contenus dans chacun d’entre eux sans avoir à scroller vers le bas. Avec un code couleur limpide d’une partie à l’autre.

Fiche technique

Principales caractéristiques


- Capteur : Cmos 22,2 x 14,8 mm 18,5 Mpxl, format 3/2
- Définitions maxi. : [3/2] 5 184 x 3 456 [4/3] 4 608 x 3 456 [16/9] 5 184 x 2 912 [3/2] 3 456 x 3 456 pixels
- Vidéo maxi : 1 920 x 1 080 (24, 25 et 30 im/s, H.264, Mov)
- Protection du boîter : -
- Stabilisateur : Sur certaines optiques
- Nettoyage du capteur : Oui
- Monture : Canon EF, EF-S, coeff. 1,6x
- Mise au point  : Automatique au déclenchement ou avec suivi, continue, manuelle , 9 zones (détection auto ou manuelle), reconnaissance de visage (LiveView)
- Sensibilité : 100 à 12 800 Iso (H : 25 600 Iso)
- Mode d’exposition : PASM, Intelligent Auto, Creative Auto, modes Scènes, mode profondeur de champ
- Type de mesure : Évaluative multizone (63), pondérée centrale, sélective (9 %), ponctuelle (4 %)
- Compensation d’exposition : +/-5 IL par 0,3 ou 0,5 IL
- Bracketing d’exposition : 3 vues (+/-2 IL par 0,3 ou 0,5 IL)
- Vitesse : 1/4 000e à 30 s, synchro X 1/200 s
- Rafale : 5 im/s (6 Raw, 22 Jpeg)
- Balance des blancs : Auto, préréglée (6), manuelle (1), 9 niveaux de correction bleu/ambre ou magenta/vert, bracketing 3 images
- Réglages divers : 6 styles d’image prédéfinis et 3 personnels (contraste, saturation, accentuation, teinte), mode monochrome avec filtres,
- Flash intégré : NG 13/100 Iso (couverture 28 mm en équiv. 35 mm), E-TTL II, pilotage sans fil, +/-2 IL par 0,3 ou 0,5 IL
- Visée : Reflex optique (95 %, 0,85x, 19 mm)
- Moniteur : LCD TFT 3 pouces orientable, 1,04 Mpts format 3/2
- Visée LCD temps réel : Oui, avec grille, histogramme L ou RVB, simulation exposition et autofocus 1 zone
- Modes d’affichage en lecture : Zoom 1,5x à 10x, index (4 ou 9), accès calendaire/dossier, histogramme RVB, diaporama
- Stockage : SD/SDHC/SDXH
- Interfaces : High-speed USB, vidéo (PAL/NTSC), mini HDMI, microphone, télécommande
- Personnalisation : 1 touche
- Divers : Priorité hautes lumières, optimiseur d’exposition, réduction du bruit et du vignettage
- Logiciels : Digital Photo Professional, EOS Utility, Photo Stitch, Picture Style Editor, ZoomBrowser EX/ImageBrowser
- Accessoires fournis : Accus et chargeur/adaptateur secteur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble vidéo
- Alimentation : Un accu Li-Ion (7,2 V, 1 120 mAh)
- Dimensions/Poids : 133,1 x 99,8 x 78,8 mm/575 g (avec accu et SD)

- Le site de Canon

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • bon ben voilà, y à plus qu’a faire le saut.
    sans oublier les de changer parc d’optiques à terme....vivement les test.

    • Ayant déjà passé des optiques FD aux USM et EF, je pense que je vais passer à Nikon.
      Eux, au moins, ils ne se f....... pas de leurs clients avec un marketing malhonnête les
      obligeant à changer de parc optique tous les 10 ans ! Donc je conseil à tous les nouveaux
      qui veulent se lancer dans la photo de choisir Nikon, qui assure, sur presque tous ses boîtiers
      actuels l’utilisation de ses gammes optiques.

    • Vous n’avez pas l’air d’y connaître grand chose... commencer par confondre le type de baïonnette (FD / EF), et le type de technologies de motorisation de l’AF (Micro-Moteur ; USM ; STM) !

      Pour info, les premiers objectifs à monture EF n’était pas USM (mais M.M.) ; il en reste d’ailleurs quelques uns au catalogue : EF 24 mm f/2,8 (de 1988) ; EF 50 mm f/2,5 Macro (de 1987) ; EF 135 mm f2,8 softfocus (de 1987). Sans oublier le EF 50 mm f/1,8 II (de 1990) à baïonnette en plastique.

      Sachez que vous pourrez commencer à vous inquiétez seulement quand Canon annoncera une nouvelle baïonnette, un successeur à la monture EF.
      (pas d’inquiétude à avoir concernant l’annonce de technologies comme l’IS ; STM ; IF ; UD et autre DO)

    • Il faudrait peut être mieux vous renseigner.

      Effectivement, nous avons dû changer d’objectifs à partir de 1987 entre la gamme de baïonnette FD et EF. Mais depuis, il n’y a plus de changement de baïonnette.
      Depuis cette date, Canon est fidèle à la baïonnette EF pour la gamme EOS.

      Pour exemple, l’objectif EF 70-200 IS USM fonctionne parfaitement avec l’EOS 1 argentique (sortie en 1989).

      Vous mélangez les technologies de motorisations de la gamme EF.

      Avant de poster vos messages, essayez de vous renseigner correctement...A bon entendeur...

    • Oui voilà, passez donc chez Nikon histoire de changer une troisième fois de monture ;-))

    • un bémol cependant à votre réponse : Canon ne juge pas toujours utile de tenir compte de certaines optiques dans la mise à jour des logiciels, particulièrement ceux ... qui ne sont pas de la marque !

      L’excellent Sigma 28 - 70 F2.8 est inutilisable, sauf à pleine ouverture. Contacté, Canon m’a répondu qu’ils ne le tenaient pas pour nécessaire.

      Conclusion : avant de changer de boîtier : essayez-le avec chacune de vos optiques !!

    • En effet sigma ne payant pas de licence à canon, la gestion est faite par retro engineering (du hack en gros) et donc incapable de suivre l’évolution de la transmission de signal (qui change depuis le 10D).

      Si quelqu’un est à critiquer dans l’histoire c’est sigma et non pas canon, car les objectif EF de 1987 (comme mon 100-300 F/5.6L) ne sont pas impactés et fonctionne eux sans souci sur les boitiers récents.

    • Je crois savoir que le bémol sur la mise au point des USM ne concerne que le contexte de la vidéo. Je m’explique : tous les objectifs restent aussi performants qu’avant en terme de mise au point (AF) sur le 650d quel que soit leur technologie (USM, sans USM, STM), en revanche, en mode vidéo, les objectifs STM sont plus doux et plus réactifs que les objectifs sans STM.
      Je ne suis pas certain de mon info, mais en recoupant avec les infos d’autres sites, j’ai le sentiment que c’est ce que veut dire l’avertissement de cet article sur les objectifs USM.
      Sinon, si ce n’est pas le cas, c’est vraiment dommage, effectivement...

    • Tous les objectifs de la gamme restent effectivement compatibles avec le 650D.
      De la monture EF avec moteur standard,
      en passant par l’EF - USM à moteur Ultra Rapide,
      jusqu’au dernier EF - STM avec la précision d’un moteur pas à pas très rapide, et qui couplé au système d’analyse pour l’autofocus du nouveau capteur CMOS (de type TTL à formation d’image secondaire, et mise au point par détection des différences de phase) permet d’aller directement à la position de mise au point délicatement sans les aller/retours jusqu’ici monnaie courante.
      Ce nouveau concept STM est très appréciable en mode vidéo quand on veut utilisé l’AutoFocus, mais n’est pas du tout obligatoire pour continuer à faire des photos...

  • Mais qui vous a dit qu’on est obligé de changer les objos avec des nouvelles boitiers canon ?
    C’est tout faux !
    Mêmes les anciens objo USM pour les argentiques, aux temps t’antan sont toujours fontionnels pour ces boitiers tel le 650D.
    Bien sur, y aura pô de motorisation et l’autofocus peut ne pas fonctionner. mais il est toujour utilisable et un bon photographe n’aura pas beaucoup de mal à ajuster manuellement ses prises et réglages.

  • canon aurait mieux fait de travailler sur la dynamique médiocre de son capteur plutôt que d’ajouter je ne sais quel gadget tactil STM et autres inutilités... les exmors sony commencent à creuser l’écart...
    Un 24x36 à 1500€ !!!!!!!! voilà ce qu’il faut oser !!!!!!!

    • Il me paraît judicieux d’attendre les tests pour ce qui est de l’utilité du STM. Canon avait une belle avance sur ses concurrents lorsqu’il a sorti l’USM :)
      Par contre je plussois sur l’utilité du tactile. Mais ça aidera peut être certains néophytes à faire la transition vers le réflexe.

      Le 24x36 à 1500€, tous les forums l’espèrent depuis longtemps. Mais ce que de nombreux commentateurs oublient, c’est que plus le capteur grandi, plus l’optique devient onéreuse et encombrante à focale et ouverture équivalente ! L’amoureux de photo voudra un capteur toujours plus grand, mais les critères de l’amateur de souvenir sont bien différents : 1/prix, 2/encombrement et design, 3/facilité d’emploi ...

      Le dernier exemple en date serait d’opposer le Canon G1X au Sony RX100 (ce sont des compacts experts mais les règles de l’optiques sont valables pour tous les appareils) : le sony a un capteur plus petit que le canon, mais son optique ouvre d’avantage et il est plus compact, pour une qualité finale d’image très proche. Possesseur d’un Canon 350D et d’un 5d MK II, je me verrais bien compléter mon parc par le Sony.

      Les exmors de Sony sont très très bons, et leur passage au mirrorless permet de réduire l’encombrement et de rapprocher l’optique du capteur. Et rapprocher l’optique du capteur leur permet (ou permettra) de fournir des optique ouvrant d’avantage (exemple extrème : l’optique utilisée par Kubrick qui ouvrait à 0.7, impossible sur un réflexe).

    • « Le dernier exemple en date serait d’opposer le Canon G1X au Sony RX100 (ce sont des compacts experts mais les règles de l’optiques sont valables pour tous les appareils) : le sony a un capteur plus petit que le canon, mais son optique ouvre d’avantage et il est plus compact, pour une qualité finale d’image très proche. Possesseur d’un Canon 350D et d’un 5d MK II, je me verrais bien compléter mon parc par le Sony. »

      Le Sony aurait selon vous une qualité d’image très proche de celle du G1X ????? Etes-vous sûr d’avoir regardé les tests et images disponibles avec attention ? Dès que l’on monte en ISO, le G1X écrase le Sony qui en basse lumière devient médiocre passé 800 ISO.
      Le Sony a d’autres avantages sur le G1X, sa compacité et surtout sa réactivité mais pour la qualité, il n’ y a pas de match à mon avis. Quel dommage que ce G1X soit aussi lent.

    • le système usm est excellent alors plutôt que de vouloir faire mieux que ce qui est déjà excellent canon devrait améliorer ce qui ne l’est pas !!!!!
      Il est tout à fait possible de concevoir un 24x36 de la taille d’un eos 60d ou d’un d7000 voire même plus petit avec des optiques adaptées en poids, en taille et en prix (24-85 3.5-4.5, 70-300 4.5-5.6, 16-30 4.5-5.6 etc... sans compter les fixes 50 1.8, 85 1.8, 60 macro etc... ils ont bien mis un capteur aps-c dans les nex !!!

  • Définitivement une amélioration meilleure que le passage jadis du 550D au 600D. Je retiendrai surtout l’utilisation de l’écran LCD en tactile, qui, s’il est bien utilisé, et surtout bien paramétré, pourrait devenir un outil génial pour y intégrer des raccourcis qui ne sont pas sur le boitier. Pour plus de détails, allez sur cette page : http://www.photoexposition.fr/slr-dslr-reflex/

  • moi j attend le pentaxk30 visé 100% et ils on des bonne optique

  • Le 7 juiilet c’était mon anniversaire et ma compagne m’a offert la bête... Dommage que le kit acec le 18-135 n’était pas disponible !
    Quelque chose me dit que mon 18-55 sera bientôt sur ebay le bon coin ou un site du genre...
    Pour la photo c’est un sans faute... par contre en vidéo la mise au point se fait bien en continue... et on enregistre bien le bruit du moteur...
    Donc microphone externe indispensable et soit très directionnel soit très loin du boîtier !!!

[
0
]