Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS 800D : suite logique

15/02/2017 | Benjamin Favier

Successeur du 750D, ce reflex perpétue la fameuse saga des EOS à trois chiffres. Avec des caractéristiques quasiment identiques à celles du 77D.

Présentation

C’est le boîtier le moins surprenant des trois annoncés aujourd’hui. Comprenez par là, le plus prévisible. Après le 750D, Canon dévoile donc un 800D qui reprend les mêmes ingrédients que son prédécesseur, le Dual Pixel AF et un système autofocus plus ambitieux en plus. En fait, il est au 77D ce qu’était le 750D par rapport au 760D : un modèle plus sage, plus léger, destiné aux utilisateurs à la recherche d’une ergonomie simplifiée, qui va plus loin que celle du 1300D, positionné en entrée de gamme. Par rapport à lui, le 800D peut notamment se targuer d’un LCD monté sur charnière et orientable en tous sens, attribut désormais incontournable de la saga, depuis son apparition sur le 600D.

Cette volonté de simplification de l’interface, Canon l’a même prolongée jusque dans les menus, dont une version plus ludique, et plus explicative est proposée. Ainsi, en optant pour les modes priorités ouverture (Av) ou vitesse (Tv), l’utilisateur visualisera l’intérêt de chacun d’eux, que ce soit pour la gestion de la profondeur de champ ou de l’obturation au travers de visuels explicatifs très réussis.

Pour le reste, prenez un 77D, retirez le barillet situé sur le capot gauche et placez-le près du déclencheur, enlevez le panneau LCD sur le dessus, faites disparaître la touche AF-On, remplacez la roue arrière pas un trèfle, rétrécissez le tout, et vous obtenez un 800D ! On retrouve ainsi le capteur Cmos APS-C de 24 Mpxl, la technologie Dual Pixel AF, redoutable en LiveView et vidéo, le système AF à 45 collimateurs du 80D et le processeur Digic 7, à l’œuvre dans les EOS M6 et 77D. Il dispose d’un viseur à pentamiroir couvrant 95 % du champ, a priori le même que celui du 77D. Idem concernant l’écran LCD de 3 pouces et 1,04 Mpts.

La disponibilité du 800D est annoncée pour fin mars, début avril, au prix de 849 €, boîtier nu, soit 50 € de moins que le 77D. Un nouveau 18-55 mm f/4-5,6 IS STM (vendu 249 € seul) est également proposé en kit pour 949 €. Une télécommande Bluetooth, la BR-E1, investit le catalogue, au prix de 49 €.

Premier avis

La généralisation de la technologie Dual Pixel AF sur toute la gamme EOS est une excellente nouvelle. Elle permet à Canon de se démarquer de Nikon et Pentax, en LiveView et en vidéo, et surtout, de rivaliser avec les hybrides dans ces conditions, là où les reflex traditionnels perdent pied. En revanche, pour ceux qui souhaiteraient passer des joies du smartphone à un outil de prise de vue plus sérieux, le choix ne se limite pas aux reflex et inclut aussi des boîtiers hybrides tels que ceux que nous avons mentionnés dans notre présentation du 77D : Panasonic G80 et Fujifilm X-T2, mais aussi un Sony A6000, que l’on trouve à des tarifs attractifs depuis la sortie des A6300 et A6500…

Il faut donc là encore souligner l’étendue de la gamme EF/EF-S, bien plus aboutie que la plupart des gammes optiques hybrides à l’heure actuelle. Et la fiabilité de la série des EOS à trois chiffres n’est plus à démontrer. En dotant le 800D du système autofocus du 80D, Canon envoie un signe fort : elle tient à sa gamme phare sur le segment amateur, bien qu’elle se montre dans le même temps un peu plus active sur le marché des hybrides avec les M5 et M6. Le test ne devrait pas révéler de grosses surprises, puisque l’on connaît la plupart des ingrédients qui le composent. Nous serons notamment attentifs à l’amélioration de l’AF quant à la détection du sujet, propre au processeur Digic 7.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos APS-C, 24 Mpxl
  • Wi-Fi : oui (NFC)
  • GPS : -
  • Définition maximale : [3:2] 6 000 x 4 000
  • Vidéo : 1080p (24, 25 ou 30 im/s, H.264)
  • Processeur : Digic 7
  • Format de fichier : Jpeg, Raw, Mov, Mp4
  • Autofocus : reflex par corrélation de phase, 45 collimateurs croisés (27 sensibles à f/8) ; LiveView par corrélation de phase sur le capteur
  • Objectifs : monture Canon EF ou EF-S
  • Stabilisation : -
  • Écran : LCD 3 pouces/1040 kpts tactile, format 3:2, orientable
  • Viseur : couverture 95 %, grossissement 0,82x, dégagement 19 mm
  • Mesure de lumière : Multizone (63), locale, spot, pondérée centrale, correction sur +/- 5 IL
  • Modes d’exposition : Auto, sans flash, Auto créatif, PASM, modes Scènes
  • Sensibilités : 100-12 800 Iso et H-25 600 Iso
  • Balance des blancs : auto, prédéfinies (6), mesurée ; compensation bleu/ambre et magenta/vert
  • Vitesses : 30 s - 1/4 000s
  • Rafale : 6 im/s
  • Flash : pop-up, NG=12 pour 100 Iso
  • Divers : mode HDR, 7 filtres créatifs
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC
  • Connectique : mini HDMI, Hi-speed USB, entrée micro, griffe flash
  • Accu : Li-Ion LP-E17
  • Dimensions : 131 x 99,9 x 76,2 mm
  • Poids : 532 g (avec batterie et accus)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Il existe encore des gens qui attendent ce genre d’appareil ? A ce prix on trouve de bons hybrides bien plus sexy et tout aussi performant et en plus, plus agréables à l’usage. Il serait peut-être temps que Canon et Nikon réfléchissent à de vrais hybrides, sérieux et au niveau de ce que proposent Sony, Fuji ou Olympus

  • @1 Et oui, il reste bien des idiots pour qui l’autonomie de la batterie, la visée reflex, l’utilisation plus facile du raw, le grand choix des optiques sont bien plus importants que le style vintage des Fuji.

  • Autonomie de la batterie ? SI tu fais plus de 400 photos par jour ça doit être du joli !
    Visée reflex ? Sur un reflex APS-C c’est tout sauf un argument de qualité... Il y’a des visées numériques bien plus confortable et efficace. La visée réflex n’a un sens que sur les pleins format, en dessous c’est rikiki et sombre.
    Le Raw ? Lightroom gère les RAW de presque tout le marché photo
    Grand choix d’optique ? Encore la manie de certains à avoir une tonne d’optique et ne pas savoir les utiliser ou rarement bien les utiliser qui au final, garnissent les sacs ou les placards. Quand on voit la décote du matériel photo, faut pas s’étonner... Less is more