Publié le : 23/07/2012
Par : Laurent Katz

Canon EOS M : doublement hybride

On ne dira plus s’il n’en reste qu’un à propos de Canon. Son engagement, inéluctable, dans l’hybride est clairement affirmé avec un modèle qui n’est pas donné et qui manifeste de franches similitudes techniques avec l’EOS 650D.

Présentation

En préambule de cette présentation, il faut préciser pourquoi, contrairement à nos habitudes, il n’y a ni photos personnelles du boitier ni descriptif illustré de l’interface. Canon n’a pas souhaité que nous prenions et publiions des clichés autres que ceux qu’elle nous a fournis.


Tous y étaient venus, sauf Canon qui, au fil des ans, restait la seule à ignorer, en apparence, la nouvelle catégorie d’appareils photo située entre les reflex et les compacts. À la sortie du compact expert à grand capteur, leG1 X, beaucoup se sont demandés, moi inclus, si l’appareil n’était pas le prélude annonciateur d’une gamme d’hybrides. Eh bien pas du tout. Peut-être est-il l’initiateur d’une nouvelle gamme destinée à prolonger la série G actuelle, qui montre ses limites en raison d’un petit capteur de 1/1,7 de pouce (profondeur de champ, hautes sensibilités, format d’image 4 /3). Pas de quoi satisfaire pleinement celui qui cherche l’alter ego quotidien de son reflex ou celui qui au contraire, ayant un compact, souhaite accéder à un niveau qualitatif franchement supérieur, la souplesse et l’évolutivité en plus.

Tenant compte de ces arguments, constatant le succès des Nikon 1, visant une clientèle aisée qui recherche « la belle photo sans être photographe », Canon a élaboré son premier hybride. Confortée par une enquête menée en Europe qui montre l’attachement des consommateurs à une marque. 35 % d’utilisateurs de compacts, toutes marques confondues, disaient envisager l’hybride si s’était un Canon. Fort de cela, Canon a joué à fond la carte notoriété en baptisant le nouveau-né EOS M, persévérant avec la nouvelle monture qui s’appelle tout naturellement EF-M. Au lancement, la panoplie d’optiques devrait, sauf annonce-surprise, se résumer à un duo. Un pancake 22 mm f/2 (35 mm, éq. 24 x 36) et un zoom stabilisé 18-55 mm f/3,5-5,6 (29-82,5 mm, éq. 24 x 36), tous les deux dotés de la nouvelle et silencieuse motorisation STM.

Mon cousin l’EOS 650

Sur ces bases markéting ainsi posées, il est logique que le premier modèle présente des atouts appréciables et des omissions contestables. Une première ébauche de son portrait serait de le considérer comme un EOS 650D dénué de visée reflex et de LCD orientable. Ce que montre l’analyse de sa fiche technique. Le capteur Cmos de 18 Mpxl est de type hybride, assurant en visée sur LCD (photo et vidéo) une mise au point grossière par détection de phase et un réglage fin par détection de contraste. Comme Nikon, qui emploie pour ses hybrides un capteur avec des photosites particuliers, dédiés à la détection de phase, Canon ne communique pour l’instant pas sur les détails technologiques de cet imageur. La visée se pratique exclusivement sur l’afficheur tactile multipoint (comme celui du 650D), coiffé d’un verre endurci. Il n’y a pas de connecteur pour un viseur électronique, ce qui risque de déplaire à certains. Canon n’a pas rendu le LCD orientable, arguant que l’épaisseur du boitier en aurait pâti. Un argument peu crédible, car l’EOS M, sans être énorme, n’est pas non plus fluet. Deux ou trois millimètres en plus n’auraient pas gâché la fête. Sa fabrication repose sur du polycarbonate armé de fibre de verre pour la partie externe, mais à l’intérieur, c’est acier et alliage de magnésium. Canon propose plusieurs finitions : noir, blanc, rouge et argent. Et pour le système de dépoussiérage du capteur, c’est un système à vague d’ultrasons, comme sur le reflex pro EOS-1 DX, qui est mis en œuvre. Traitement d’image, correction du vignetage et des aberrations chromatiques, tout est orchestré par un processeur Digic 5.

Ambivalence

Même si la cible n’est pas l’expert affirmé, le parcours des menus, dotés d’une structure à onglets, montre un niveau d’ajustement digne d’un reflex évolué comme l’EOS 650D. Mais pas avec le niveau de personnalisation d’un EOS 7D. C’est simple, lors de la rapide prise de contact initiale avec le boitier, je n’ai pas vu de touches programmables ou de configuration utilisateur. D’ailleurs, s’il y a bien une roue codeuse à l’arrière, nulle molette ne vient saillir à l’avant et nul sélecteur de mode ne pointe le bout de son nez. Juste un commutateur à trois positions : l’automatisme intelligent, les modes Photo et Vidéo. C’est par la position intermédiaire que l’on accède aux modes PASM et Scènes. Et une fois la touche Q activée, on entre dans un affichage montrant les réglages opérationnels, ajustables in situ.

La vidéo est naturellement de type Full HD, bénéficiant d’une entrée micro et d’une paire de vumètres, non visualisables en temps réel pendant le filmage. Canon a reporté de l’EOS 650D le mode HDR et la photo de nuit par empilement de plusieurs vues prises en séquence. Les effets habituels sont là, mais le mode Panorama par balayage est toujours absent.

Un prix médaille d’or

Le flash n’est pas intégré, mais, contrairement à Nikon qui facture scandaleusement cher un petit flash optionnel, Canon fournit le nouveau et modeste Speedlite 90EX. Maintenant, au prix auquel est vendu l’EOS M avec le zoom 18-55 mm STM, ce n’est que justice. Car il faudra débourser 899 € pour le kit de base. Et attendre octobre pour le double kit comportant en plus le pancake de 22 mm, prévu pour environ 1 100 €. Tout cela parait bien onéreux quand un 650D et son 18-55 mm ne valent qu’une cinquantaine d’euros supplémentaires.

Aujourd’hui, un NEX-5N coute 699 € en kit et franchement, si l’on considère que cet hybride APS-C de 16 Mpxl bénéficie du mode Panorama, de rafales et d’un HDR plus performants, d’un LCD inclinable, on se dit que Canon a placé la barre un peu haut. Sans parler du NEX-F3 à 599 € ou de l’hybride Micro 4/3 Panasonic DMC-G5 à visée électronique et LCD multidirectionnel, vendu en kit pour 750 €. On frémit d’avance si Canon sortait un hybride expert avec visée incorporée. Mais d’ici là, la distribution aura sans doute vite fait de raboter le tarif officiel.

La disponibilité est annoncée pour début octobre. Et comme Canon indique qu’il s’agit « du premier représentant d’un nouveau système », on est impatient de connaître le prochain opus.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 22,3 x 14,9 mm 18,5 Mpxl
  • Définitions maxi. : [3/2] 5 184 x 3 456 [4/3] 4 608 x 3 456 [16/9] 5 184 x 2 912 [3/2] 3 456 x 3 456 pixels
  • Vidéo maxi : 1 920 x 1 080 (24, 25 et 30 im/s, H.264)
  • Protection du boiter : -
  • Stabilisateur : Sur certaines optiques
  • Wi-Fi : -
  • GPS : Opt.
  • LiveView : Oui
  • Nettoyage du capteur : Oui
  • Sensibilité : 100 à 25 600 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, Mov
  • Espace de couleurs : AdobeRGB, sRVB
  • Monture : Canon EF-M
  • Coefficient multiplicateur : 1,6x
  • Mise au point auto. : Hybride par détection de phase et détection de contraste sur le capteur
  • Zones de mise au point : 31 (détection auto ou manuelle), reconnaissance de visage (LiveView)
  • Illuminateur AF : Led
  • Mise au point  : Automatique au déclenchement ou avec suivi, continue, manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, Intelligent Auto, Creative Auto, modes Scènes, filtres créatifs, HDR
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : IL 1-20
  • Type de mesure : Évaluative multizone, pondérée centrale, sélective, ponctuelle
  • Histogramme : Prise de vue et consultation (luminance ou RVB)
  • Compensation d’exposition : +/-3 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Bracketing d’exposition : 3 vues vues (+/-2 IL par 0,3 ou 0,5 IL)
  • Vitesse : 1/4 000 à 30 s
  • Vitesse de synchro X : 1/200 s
  • Rafales : 4,3 im/s (6 Raw, 17 Jpeg) sans AF, 3 im/s avec AF
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (6), manuelle (1), décalage bleu/ambre ou magenta/vert
  • Bracketing balance des blancs  : oui (3 images)
  • Réglages divers : 6 styles d’image prédéfinis et 3 personnels (contraste, saturation, accentuation, teinte), mode monochrome avec filtres
  • Prise flash : Griffe
  • Contrôle du flash : E-TTL II, contrôle flashs sans fil
  • Flash intégré : -
  • Compensation d’exposition au flash : +/-2 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Commentaires sonores : -
  • Visée : -
  • Moniteur : LCD tactile multipoint 3 pouces orientable, 1,04 Mpts format 3/2
  • Écran LCD de contrôle : -
  • Visée LCD temps réel : Oui, avec grille, histogramme L ou RVB, simulation exposition
  • Modes d’affichage en lecture : Zoom 1,5x à 10x, index (4 ou 9), accès calendaire/dossier, histogramme RVB, diaporama, notation (0-5 étoiles)
  • Stockage : SD/SDHC/SDXC, compatible UHS-1
  • Interfaces : Hi-Speed USB, vidéo (PAL/NTSC), mini HDMI, microphone, télécommande
  • Configurations utilisateur : -
  • Personnalisation : 1 menu utilisateur
  • Touches personnalisables : -
  • Divers : Priorité hautes lumières, optimiseur d’exposition, réducteurs du bruit, du vignettage, des aberrations chromatiques
  • Télécommande : Opt.
  • Logiciels : Digital Photo Professional, EOS Utility, Photo Stitch, Picture Style Editor, ImageBrowser
  • Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, 1 câble USB
  • Alimentation : Accu Li-Ion (7,2 V, 1 120 mAh)
  • Dimensions : 108,6 x 66,5 x 32,3 mm
  • Poids : 296 g (avec accu et SD)

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Capteur APS-C ou pas, la qualité de la photo sera du niveau « à bout de bras ».
    Pas de viseur, pas d’appareil.

    • Hybride,Compact Expert ... sans viseur ça n’a rien d’ "Expert" !!
      Allez,c’est des marchands,c’est tout !
      Courage.
      Raysau.

    • Pas de bras, pas de chocolat .... non soyons sérieux, je partage votre avis, un appareil expert ne peut pas ne pas avoir de viseur, en d’autres termes, un appareil expert doit avoir un viseur, un bon viseur, un très bon viseur (type Fuji X100, Sony Nex 7, ...)

    • Des marchands ont besoin de clients.
      Pour cet appareil-là à ce prix-là, ils ont besoin de pigeons.
      Sont-ce des marchands ?

    • Commentaire de Ken Rockwell http://kenrockwell.com/canon/eos-m/m.htm

      The Canon EOS M is the world’s first serious mirrorless camera.

      Le canon EOS M est le premier appareil mirrorless sérieux.

      M. Rockwell a le sens de l’humour ! Ou il est bien payé.

    • Indeed ! Chaque fois qu’un nouvel appareil ou une nouvelle optique sort sur le marche, notre ami Ken dit : c’est le meilleur ceci ou cela.
      On connait l’oiseau, il faut lire entre les lignes mais il faut reconnaitre qu’il ne pratique pas la langue de bois et que son site donne des infos utiles. Il faut évidemment savoir faire la part des choses. Il a au moins réussi a nous faire peur en disant, que d’apres une etude canadienne très sérieuse, les soudures électroniques présentes sur nos objectifs modernes n’étaient pas faites pour durer plus de dix ans, ouche !!!! Allons nous connaitre la meme obsolescence programmée que nos lessiveuses et frigos ??

    • Encore un appareil pas très interressant qui vient se positionner là ou Canon ne s’était pas présent et où la demande augmente , cet appareil est encore bien éloigné des
      Sony Nex et Olympus , particulièrement de l’OMD-EM5 qui a vraiment placé la barre très haut , Olympus est dailleurs la seule marque crédible si l’on utilse de vieux cailloux (avec une bague d’adaptation) : c’est la seule marque qui offre la stabilisation quelque soit l’optique car elle est intégrée au boitier ! sur l’EM5 elle est carrément Bluffante tout comme la qualité d’image ,et il y a en + une gamme d’optique interressante !!
      Ceux qui attendaient une réponse sérieuse de Canon vont être déçus , sans doute veulent t’ils protéger leur gamme de reflex traditionnels ..

    • Bon, cet argument de capteur stabilisé est assez discutable. S’il peut intéresser les geeks pointilleux, c’est bien tout ce qu’il sera capable de faire.
      "L’inconvénient" dans la vraie vie est mineur.
      J’utilise depuis des années un 5 D avec des optiques non stabilisées et une sensibilité maxi de 1600-3200 isos et je n’ai pas de problème particulier pour faire des photos pour autant (sauf pour les téléobjectifs où le dispositif a fait ses preuves.) Il est vrai que ce sont des objectifs f/1.4 voire f/1.2 et que Olympus ne propose au mieux que 2 objectifs f/1.8 alors....

      Pour ce qui est de la vocation de l’EOS-M, Canon a précisé qu’il était conçu...pour les femmes !!!
      La gamme optique va encore s’enrichir.

      L’absence de bague compatible avec les FD est en revanche (du point de vue du consommateur canoniste !) assez incompréhensible.

      Personnellement, je persiste à penser que Canon n’accorde pas beaucoup d’importance aux mirrorless et a d’ailleurs précisé qu’il n’avait pas de "plan"
      pour un mirrorless FF.
      Leur priorité reste donc la monture EOS classique et les capteurs FF dont les tarifs devraient diminuer dans les mois à venir, au point de disqualifier
      complètement ou presque les mirrorless "haut de gamme".

    • Pas de viseur j’achète pas, Viseur, je commence à m’intéresser.
      LOUPE les gras LOUPE ! Dommage Canon !!

    • viseur ou pas , le niveau d’une photo est du niveau du photographe pas du niveau de l’appareil.
      Certains croient qu’avec tous les raffinements technologiques sur leur appareil , ils vont faire de meilleures photos ... n’importe quoi !

    • Que vais-je faire de cet appareil ?

      1) virer ses deux filtres antipoussière et anti-infra rouge, ça lui donnera une sensibilité augmentée de plus de 50%
      2) jeter l’objectif (ou le vendre sur LBC ou EB)
      3) me bricoler une bague T2/M43
      4) l’installer au bout de mon 1000mm F/5 (ou de mon 750 mm F/5)
      5) Le piloter depuis mon ordinateur avec EOS Utilities pour les poses longues répétées.

      Je pense qu’avec son poids plume et son bon capteur, ce boitier va faire un malheur chez les astro-photographes. Si seulement il était vendu boitier nu et à 300 EUR de moins...

      Je ne comprends pas le prix pratiqué. Le 650D est à peine plus cher avec en plus des choses couteuses :
      - un flash
      - un pentaprisme et miroir pour la visée
      - toutes les molettes et boutons de réglage
      - un plus gros boitier

      Le M devrait donc être bien moins cher que ce qu’il est. 500 EUR max serait le prix.

      Je vais donc conserver mon bon 1000D acheté 150 EUR nu lors d’une braderie (pour faire de la place au 1100D).

      Au fait, saviez vous que lorsque le M est utilisé en mode Bulb, sa sensibilité est fixée à 400 ISO non modifiable ?

      Fred

    • bonjour au vu de votre réponse qu’achèteriez vous comme type d’appareil ? du même accabit
      merci
      JPR

  • On ne voit pas de roue PSAM sur les photos.
    Pas très pratique...
    Par contre, c’est bien qu’ils ont décidé d’aller vers un capteur APS-C, c’est intérèssant pour le futur.
    Et le pancake a l’air pas mal.

    • c’est intérèssant pour le futur.

      On peut voir le futur de deux façons :
      ou bien la chambre façon Visoflex pour les optiques des reflex, retour aux années soixante et bonjour le compact !
      ou bien le viseur en retro-fit fourni en kit avec la cyanolit, l’étain à souder et la meuleuse Dremel.

    • L’éditeur du forum accepte les commentaires non signés (devrait pas).
      Je le re-poste ci-dessous.

      c’est intérèssant pour le futur.

      On peut voir le futur de deux façons :
      ou bien la chambre façon Visoflex pour les optiques des reflex, retour aux années soixante et bonjour le compact !
      ou bien le viseur en retro-fit fourni en kit avec la cyanolit, l’étain à souder et la meuleuse Dremel.

  • L’avantage du Nikon c’est sa discrétion : pas de bruit, pas de lumière. Avec l’adaptateur et un objectif très ouvert il est idéal en théâtre ou en concert. Le Canon, dépourvu de viseur, n’a pas cette possibilité. C’est un appareil comme il y en a de plus en plus, qui déclenche rapidement et qui n’est pas encombrant à condition d’utiliser ses objectifs dédiés. Intérêt très limité.

  • Décevant !!!
    Je sais bien que je suis hostile au mirrorless mais comment qualifier ce nouvel appareil alors que Canon disait travailler sur ce système depuis la Kina 2008 !!!(officiellement)
    4 ans d’attente pour les aficionados pour aboutir à ça :
    Un vulgaire 650D recyclé...mais sans viseur (même pas en option !) !!! On se demande ce que Canon a rééllement l’intention de faire avec ce système ;dévaloriser le mirrorless en soulignant implicitement ses faiblesses (pas de flash intégré, pas de viseur, objectifs qui ne demandent qu’à tomber en panne,pas d’indication des distances, pas d’échelle de PDC,de nombreuses fonctions présentes sur les reflex disparues,etc...)
    Le zoom 18-55 IS STM est trop LOURD (210g) par rapport au boîtier (262g/298g sans/avec batterie). Que va-t-il se passer si les gens réclament un 15-55/3.5-4.5 IS
    ou un 18-135 ???
    Ironiquement parlant, Canon proposait un 28-90/4-5.6 pour 24x36...plus léger !!!Qui a dit que les optiques APSC étaient plus légères que les modèles équivalent 24x36 ?
    A côté de çà, Canon propose son G1x compact, plus léger, plus compact ,...avec viseur optique (!) pour moins cher, tout en offrant une qualité d’image comparable
    à cet EOS-M. Vous voyez la suggestion ?
    Le 22/2 EF-M reprend l’astuce de Panasonic / Fuji pour le diaphragme rejeté vers l’avant du système optique, ce qui devrait conduire à une forte distorsion, qu’un logiciel
    interne devra corriger.

    Mon interprétation personnelle : Canon réalise une opération stratégiquue visant à décourager la clientèle du mirrorless et du MFT en particulier.
    Le but global est bien évidemment de siphoner la clientèle du MFT et du mirrorless en général afin de ramener les "brebis égarées" vers le reflex.
    ça me rappelle l’initiative de Pentax avec son système Q ( mirrorless= JOUET ! ).

    Noter que Canon n’a pas introduit la moindre nouveauté technologique dans ce système, se contentant de repomper plus ou moins les astuces techniques de la concurrence.On note l’absence du mode "obturateur électronique" qui est présent maintenant sur le Panasonic G5 et Nikon J1.

    Seul point positif : L’EOS-M a un look plus sympa que celui des NEX (la limande !).

    • "Le zoom 18-55 IS STM est trop LOURD (210g)" Je plains vos chères petites vertèbres !

    • décourager la clientèle du mirrorless et du MFT en particulier.

      Pus simplement décourager les clients qui ne sont pas fanatiques d’acheter un Canon.
      S’il faut passer à un nouveau système pour le capteur APS, autant prendre un Fuji ou un Sony.
      S’il s’agit d’avoir un choix d’optiques sans adaptateur, pourquoi pas le micro 4/3 ?

      La clientèle visée serait-elle celle qui évalue un appareil au nombre de pixels ?
      On avait pu croire que cette course débile était finie avec le G12, mais il semble que non.

    • Pour décourager la clientèle Canon aura certainement du mal, car possédant un mirorless sony, je crois que ce n’est pas gagné pour eux avec une bague le tour est joué en plus d’un objo grande ouverture. En plus quand on regarde les scores du nex 5 n et ceux du nex 7 le mirrorless à de beaux jour devant lui car c’est la solution de montée en iso si on ne cesse de monter en pixel. Mais je ne dis pas que cela remplacera un réflex (ergonomie et touti cuanti ).

    • Pour une fois, je suis assez d’accord sauf sur l’interprétation personnelle. Je vois mal Canon dépenser des millions de yens pour fabriquer un appareil auquel ils ne croient pas tout cela pour miner le MFT et le mirrorless. Je pense plutôt que Canon répond a la fois a nikon et a Sony tout en refaisant les memes erreurs que Sony en sortant un appareil sans viseur, place a un niveau de prix irréaliste. Je ne vois franchement aucun intérêt a acheter un appareil a ce niveau de prix qui a autant de lacunes.....

    • C’est pas mes vertèbres qu’il faut plaindre mais le photographe qui portera un appareil déséquilibré.
      ça fait belle lurette que les institutionnels ont compris ce problème : Chez Leica, la plupart des objectifs font <300g alors que le M9 fait le double.
      Ce n’est pas un hasard. Le 75/1.4 est passé à la trappe à cause de ça ainsi que le 135/2.8 du temps de l’argentique.
      Joker pour le 50/0.95 (raisons de prestige).

    • Mouais. Mais le Fuji est encore plus cher tandis qu’on attend toujours des optiques qui tiennent la route sur Sony NEX.
      Un des gros reproches que je fais aux mirrorless, c’est de ne pas offrir de vrai map manuelle (celle-ci est assistée pour des raisons apparemment techniques).
      Le jour où votre AF lache, vous êtes chocolat...

      Quant à la clientèle visée, ce sont essentiellement les geeks, les personnes agées (et ce peut être effectivement une excellente raison car ils ont souvent des problèmes de préhension ), et plus généralement ceux qui ne comprennent rien à l’optique et à la photographie.

      Pour ce qui est de la "pixelrace", l’EOS M reprend le capteur du 650 D, qui est une évolution du capteur du 7 D(même définition de 18 MP), sorti il y a 3 ans maintenant.
      Il semble qu’il y ait une pose dans ce domaine mais qui n’est pas forcément définitive.
      La pixelrace est bien entendu vendeuse mais la qualité d’image s’améliore malgré tout.
      Nokia s’est fait remarquer récemment avec son smartphone à 41 MP dont la définition réelle peut "taquiner" celle d’un reflex (surtout quand il fait beau !!!)
      Pourquoi ne pas imaginer un reflex à 160 MP qui exploiterait " à donf " les meilleures optiques ?

    • Attention : Ce que je dis n’est pas nécessairement LA vérité. Je donne simplement un "éclairage" particulier de ce que peuvent penser les "institutionnels" à l’égard du mirrorless.
      Ce dont je suis certain, c’est que Canon ou Nikon ne sont pas des enfants coeur sur le plan marketing et qu’ils défendront "bec et ongle" leur beefsteack !

      Il est quand même étrange de voir le MFT encadré par des formats à la fois plus petits (1/2.3" ou 1") et par plus grand (1.5 " et APSC ).

      Lors de l’épisode APS argentique, Canon avait fait semblant de jouer le jeu contrairement à Nikon (Pronéa) et Minolta (Vectis).

      Personnellement, je pense que le mirrorless ne réussira pas son OPA sur le reflex tout simplement parce qu’ils ont un mauvais format (boudé par les pros)et
      que le 24x36 est davantage fédérateur, surtout si les tarifs du FF baissent.
      Par ailleurs, le 24x36 dispose encore de pas mal de marges de progression. Les capteurs actuels ne permettent pas réellement de faire de vrais compacts 24x36
      comme au bon vieux temps de l’argentique. Quand ce sera le cas (et ils y travaillent), le MFT aura encore perdu un argument supplémentaire (La fameuse compacité)
      et le 24x36 aura totalement retrouvé son universalité.

      Pour ce qui est de dépenser de l’argent pour bloquer la concurrence, Canon et Nikon ont largement utilisé cette stratégie pour étouffer la concurrence :

      - Surenchère technologique sur l’AF et l’USM qui a donné un avantage important à Canon dans le domaine pro. Idem pour l’IS.

      - Surenchère sur le choix des optiques pro : Pratiquement 8 optiques à > 5000 € chez Canon, presque 7 chez Nikon, 2 chez Sony, zéro chez...les autres.
      ( Je mets de côté Leica dont l’offre est volontairement décalée )

      Si Canon et les "majors" parviennent à dissuader la clientèle des mirrorless, ils ne perdront pas d’argent puisqu’ils auront réussi à ramener l’ensemble de la clientèle
      des COI vers le reflex. Accessoirement, ils auront sauvé leur monture reflex à laquelle plusieurs millions d’utilisateurs restent très attachés.

    • N’est-ce pas plutôt parce que personne n’achetait le 135 et que le 75 F1,4 etait particulièrement mauvais a pleine ouverture ? Je ne pense pas que le nouveau 75 apo soit nettement plus compact !

    • pour ceux qui croient encore que :

      1° le MFT, c’est pas bon
      2° que fuji avec son x pro a sorti un produit miracle qui va donner envie aux gens de revendre leur Leica

      lisez donc (et regardez bien surtout) le lien suivant :
      http://www.stevehuffphoto.com/tag/fuji-x-pro-1/

      vous serez édifiés !!!

    • Le 135 mm a sa clientèle et Leica a bien remplacé son 135/2.8 par un 135/3.4 sensiblement plus léger.

      En ce qui concerne le 75/1.4, ses performances optiques sont moins bonnes que celles du 75/2 Asph. mais n’est pas un mauvais objectif pour autant.
      Leica a par ailleurs développé des objectifs f/1.4 inédits ( 21/1.4 ; 24/1.4 ; 35/1.4 FLE ; 50/1.4 ; ....) , et rien ne les empêchaient à priori de développer un nouveau
      75/1.4 Asph au moins aussi performant que le 50/1.4 Asph.
      Amha, les considérations de poids / encombrement ont dû entrer en ligne de compte pour le choix d’un 75/2 Asph. plutôt qu’un 75/1.4 Asph.

  • Joli capteur et belle gueule, mais la rareté des commandes directes laisse présager du temps perdu à naviguer dans les menus. Quant à la visée, sans OVF ni écran orientable, elle promet bien du plaisir !

  • C’est l’inflation chez Canon, après le 5D mark III à plus de 3300 euros, des optiques fixes censées être "grand-public" à plus de 800 euros (28 is et 24 is), de qui se moque-t-on ?
    Il me semble que c’est ce que l’on reprochait à Nikon il y a déjà longtemps. Canon semble donc s’aligner sur cette surévaluation de son matériel...
    je veux bien qu’il y ait eu des dégâts au Japon en 2011 mais quand même !...

    Sûr qu’ils nous préparent à l’arrivée d’un EF-M 1X avec visée vidéo à 1500 Euros d’où le prix de ce premier opus décevant....
    Mais qui voudra acheter un "machin" pareil à ce prix là !

    Merci pour la mise en ligne Laurent, c’est toujours intéressant de découvrir ces nouveautés, même si parfois elles sont frustrantes...

    • Qui vous a dit que le 24/2.8 IS USM et 28/2.8 IS USM étaient des objectifs grand public ???
      Les tarifs des objectifs Canon sont généralement maintenus durant TOUTE leur carrière commerciale et sont parfois minorés à l’occasion de promos ou de l’évolution de
      l’offre de la concurrence (Sauf fluctuations importantes des cours du Yen ).
      En comparant les tarifs des 24/2.8 EF et 28/2.8 EF lancés en 1987-1988, l’évolution annuel du coût de l’objectif suit à peu près celle de l’inflation ( 2-3% par an)
      Le cas du 28/2.8 EF est un peu différent en ce sens que l’objectif qui le remplace est bien plus sophistiqué.
      dans les 2 cas, Canon apporte aux nouveaux objectifs l’USM et l’ IS. Canon ne peut pas faire cadeau de tout !!!
      Enfin, les tarifs que vous évoquez sont "officiels". Les SP sont déjà plus favorables et sont susceptibles d’évoluer (dans le bon sens du terme !) en fonction de l’évolution de l’offre de la concurrence.

      (Vous pouvez consulter les tarifs des objectifs Canon lors de leur commercialisation sur le site du "Canon Camera Museum" )

    • Série L = Série Pro
      Les autres = grand public
      C’est la politique Canon, non ?
      Même avec de l’USM et de l’IS dedans (technologies qui sont depuis longtemps amorties chez Canon, précurseur dans le domaine, je crois que 800 euros comme prix de départ c’est toujours trop cher, 650 euros aurait été tout à fait acceptable et aurait marqué cette différence significative avec les EF 24 et 28 classiques - non USM ni IS)....

    • Canon n’ a pas donné de définition précise pour la marque L. Au début, ces objectifs indiquaient simplement l’usage de verres spéciaux (Asphériques, UD, Fluo, etc...).
      La définition a aujourd’hui évolué vers des objectifs orientés pro tant par la formule optique que par les composants internes.

      Les objectifs non-L ne sont pas pour autant tous des objectifs grand public, ne serait-ce que par le prix !!! Les 45/2.8 TSE ou 90/2.8 TSE ne sont pas spécialement donnés.

      En ce qui concerne les derniers nés 24/2.8 IS USM & 28/2.8 IS USM, vous aurez noté comme moi une amélioration dans la finition et des formules optiques par rapport
      aux modèles qu’ils remplacent.
      Les performances optiques seront vraisemblablement bien meilleures que celles d’un GA pour MFT par exemple.
      Canon n’a pas vraiment l’habitude de brader sa technologie.
      Si vous êtes patient, vous attendrez donc des réductions dans les années à venir ( 20%).

  • Du potentiel mais mais : un accu de 825 milliampères, donc a peine 230 photos, ouille !! Inadmissible sur un appareil destine autant a photographier qu’a filmer.
    Pour le reste, probablement le killer du nikon one et peut etre aussi du Sony nex qui n’a toujours pas compris qu’il devait fabriquer des optiques dignes de ce nom pour accompagner leurs boitiers petits et grands....voici un boitier qui en évoluant va faire basculer pas mal de monde de nikon a Canon...et peut etre meme détourner les amateurs de simili-leica qui se sont unpeu vite laisses tenter par le Fuji x pro dont la taille va commencer a faire réfléchir...quand on aura eu ce canon en main. Qui sait ? Bien tentant en tout cas quand on sait que sa taille se situe entre celle du canon s100 et du Fuji xz1 !

    • "voici un boitier qui en évoluant va faire basculer pas mal de monde de nikon a Canon" Rien que ça !
      Je ne vois pas en quoi cet hybride peut être un killer. Des nikon V1/J1, peut-être... mais des NEX dont la taille de capteurs est la même, je ne vois pas. Si ce n’est le fait que c’est écrit Canon sur le boitier et que les gens aiment ca... Quant au parc optique des NEX, il grandit doucement et est aujourd’hui bien plus riche que celui des EOS-M !

    • Silence de fonctionnement, discrétion, fiabilité des optiques contre optiques désastreuses chez Sony dont les boitiers sont très très bruyants.....voilà déjà quelques raisons de ne pas désespérer de cette nouvelle gamme....

    • "Silence de fonctionnement" Ah bon, par ce que les mirrorless que sont les Nex font trop de bruit au déclenchement ? Je dois être dur de l’oreille alors...

      "discrétion" A quelques mm près, c’est du pareil au même, les deux ayant la même taille de capteur. De part leur capteur similaire, les eos-m et les nex seront du même ordre de grandeur en termes d’encombrement.

      "optiques désastreuses chez Sony" J’aimerai bien savoir vos sources ! Car je ne pense pas que le Zeiss 24mm F1.8, le Sony 50mm F1.8, le Sigma 19mm et 30mm F2.8 soient des optiques si désastreuses que cela....

      Mais bon, libre à vous de penser que les eos-m vont révolutionner le marché des hybrides ! Leur seul avantage est de bénéficier de l’aura de la marque Canon. Après en termes de technologie, je ne vois pas en quoi ils feraient beaucoup mieux ou moins bien que les autres... un peu d’honnêteté mon ami !

  • J’attends cette bete avec impatience !
    J’ai un 5Dmk2 avec pas mal d’objectifs EF et en second boitier de secors un 40D que j’emporte rarement a cause du poids
    Mon Canon M sera un second boitier ideal !
    Reste a Canon a le proposer en boitier nu avec l’adaptateur EF

[
0
]