Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS R6 & R5 : la relève, sans miroir

09/07/2020 | Benjamin Favier

Par le passé, nous n’aurions pas songé à présenter des modèles issus des séries 6D et 5D, dans un même article. Trop de différences séparaient ces deux familles d’EOS en monture EF. En dépit de caractéristiques propres, les R6 et R5 partagent de nombreux points communs, et non des moindres. Ils sont les véritables héritiers de leurs homologues à miroir. Et marquent une rupture par rapport aux précédents modèles en monture RF.

Présentation

Le lancement des EOS R6 et R5 fait écho aux Sony A7/A7R de première génération, puis des Nikon Z6/Z7 et Lumix S1/S1R : des boîtiers partageant de nombreuses caractéristiques communes, notamment au niveau de l’ergonomie, hiérarchisée selon la définition de leur capteur. Les deux hybrides 24 x 36 en monture RF ne se ressemblent certes pas autant que les duos cités. Mais leur identité, largement inspirée des EOS experts en monture EF, est immédiatement reconnaissable. Une sorte de marche arrière forcée, les audaces ergonomiques de l’EOS R ayant dérouté les aficionados de la marque, là où Nikon, sur ses Z 24 x 36, a pris soin de conserver des repères, par rapport à ses reflex. Canon a donc revu sa copie et place le R5 face aux A7R, S1R, SL2 et Z7 ; tandis qu’elle positionne le R6 sur le créneau des A7 III, S1 et Z6.

Héritiers des 6D et 5D

Canon ne s’en cache pas. L’EOS R6 tient beaucoup de la série 6D… voire d’un certain 7D Mark II, reflex APS-C à la construction ambitieuse et aux performances de course. Quant à l’EOS R5, dont le nom est connu depuis plusieurs mois, il fait évidemment écho à la mythique saga des EOS 5D, dont le Mark IV est l’actuel représentant. Après un essai, non transformé, pour innover sur le plan ergonomique – symbolisé par la touchbar de l’EOS R – et un minimalisme qui peut aussi être perçu comme un manque d’audace sur l’EOS RP, Canon revient à ses fondamentaux : joystick et roue codeuse sont des attributs incontournables sur les gammes reflex experts et professionnels. On les retrouve sur le R5, mais aussi le R6, alors que la série 6D conservait un positionnement plus proche du monde amateur (pas de joystick sur les 6D et 6D Mark II).

JPEG - 78.5 ko
L’EOS R5 de dos : on retrouve la philosophie des 5D.
JPEG - 81.8 ko
L’EOS R6 a droit à la même ergonomie que le R5 vu de dos, avec un joystick pour déplacer les collimateurs AF.

Vus de dos, les R6 et R5 sont identiques. En découvrant le dessus des boîtiers, on constate que tout n’a pas été mis aux oubliettes par rapport aux EOS R et RP. Ainsi, la disposition des touches et du mini afficheur LCD, sur le R5, est la même que sur l’EOS R ; tandis que l’EOS R6, dépourvu d’écran supérieur, reprend le barillet (non verrouillé) donnant accès aux modes de prises de vue, et un agencement des molettes, tel qu’il est employé sur le RP. Cette différence accentue le positionnement respectif des deux modèles.

JPEG - 55.9 ko
Le dessus de l’EOS R5 s’inspire de l’EOS R.
JPEG - 63 ko
L’EOS R6 n’a pas d’écran sur le dessus, contrairement au R5.

Sur la face avant, seul le R5 dispose d’une prise Synchro X, à gauche de la monture, un attribut propre aux modèles haut de gamme. Les deux boîtiers disposent de nombreux joints d’étanchéité (voir schémas plus loin), pour évoluer sereinement dans des conditions climatiques délicates. En mettant l’œil dans les viseurs respectifs, on constatera une définition moindre sur l’EOS R6, pourtant doté d’un bel Oled de 3,69 Mpts (grossissement 0,76x, dégagement 23 mm), faisant match nul avec le R. L’afficheur, également de type Oled, du R5, va plus loin et atteint 5,69 Mpts (grossissement 0,76x, dégagement 23 mm), rejoignant ainsi certains concurrents tels le Lumix S1R, le Leica SL2 ou bien le Sony A7R IV.

Cmos 20 et 45 Mpxl

L’EOS 5D Mark IV possède un capteur Cmos de 30 Mpxl, tout comme l’EOS R. Depuis l’avènement des 5DS et 5DS R, il y a plus de cinq ans, Canon a tempéré ses ardeurs : ces deux reflex offraient 50 Mpxl et lors de nos tests, nous avions constaté que peu d’optiques, même parmi les meilleures de la série L, parvenaient à rendre justice à cette très haute définition. Canon avait d’ailleurs communiqué une liste d’objectifs recommandés. Sony fait face aux mêmes défis avec son A7R IV de 61 Mpxl qui révèle les limites de certaines optiques G Master. Pour autant, les objectifs en monture RF tels les 50 et 85 mm f/1,2L ou le trio à f/2,8 formé par les 15-35 mm, 24-70 mm et 70-200 mm, ont laissé entrevoir un fort potentiel, que nous n’avons pu pleinement apprécier sur l’EOS R. Nous serons donc curieux de les étalonner sur le capteur Cmos de 45 Mpxl de l’EOS R5.

PNG - 40.8 ko
Pas de taille de Raw intermédiaire sur l’EOS R5.

Pas de technologie particulière à signaler pour ce capteur maison, pourvu d’un filtre passe-bas. Pas de déclinaison sans filtre passe-bas prévue, comme lors du lancement des 5DS/5DS R. La sensibilité s’étend par défaut de 100 à 51 200 Iso (extensible sur une plage 50-102 400 Iso). En revanche, si des fichiers bruts C-Raw, allégés, seront disponibles, pas de définition intermédiaire proposée dans les menus alloués aux fichiers bruts. Canon le propose pourtant sur ses EOS 5DS/5DS R. On retrouve la fonction Dual Pixel Raw , apparue sur le 5D Mark IV.

De son côté, l’EOS R6 se contente d’un Cmos de 20 Mpxl, également pourvu d’un filtre passe-bas. C’est moins que les EOS 6D Mark II ou RP, dotés d’un capteur de 26 Mpxl. La sensibilité est, par défaut, comprise entre 100 et 102 400 Iso. Elle pourra être étendue de 50 à 204 800 Iso. Les R6 et R5 enregistreront tous les deux des fichiers Heif sur 10 bits (conversion en Jpeg possible), une fois la fonction Prise de vue HDR PQ activée, comme sur l’EOS-1D X Mark III, dont ils reprennent le processeur Digic X.

Double stabilisation

Mais la grande nouveauté, qui place les R6 et R5 à part, dans l’histoire des EOS reflex et hybrides, c’est bien sûr l’adoption d’un système de stabilisation interne. Son arrivée était très attendue, d’autant plus que les appareils actuels disposent de potentiels de plus en plus impressionnants dans le domaine de la vidéo. Non seulement les capteurs des R6 et R5 sont stabilisés, mais le système IBIS fonctionnera de concert avec la stabilisation optique des modèles IS.

PNG - 32.9 ko
Lorsqu’une optique est stabilisée (IS), pas de menu dédié dans les EOS 5D et R6. En revanche, avec un modèle comme le RF 50 mm f/1,2L USM, on accède au menu ci-dessus.

À la manière de ce que propose Panasonic sur ses Lumix S, via sa technologie Dual IS 2. Pour sa part, Canon annonce une efficacité accrue par rapport à la concurrence, revendiquant un gain de 8 IL, avec certains objectifs, comme le zoom RF 24-105 mm f/4L IS USM, à 105 mm. Cela vaut aussi bien pour le R6 que le R5. En revanche, l’arrivée de la stabilisation interne ne s’accompagne pas de mode Haute résolution, comme on en trouve en 24 x 36 sur les Leica SL2, Lumix S1, Pentax K-1 Mark II ou Sony A7R IV.

Vidéo pro

Parmi les caractéristiques dévoilées en amont, au travers des différents teasers consacrés au R5, la possibilité de tourner en 8K, au format Raw, est celle qui a fait le plus parler. Alors que Sony n’a toujours pas sorti de boîtier Alpha capable de tourner en 4K à 50p en interne (le successeur de l’A7S II devrait enfin voir le jour durant l’été et pourrait remédier à cela) et que le Lumix S1H y parvient et séduit les vidéastes avec son mode 6K, mais en intégrant un système de ventilation pour dissiper la chaleur, d’aucuns se demandaient comment Canon était parvenu à proposer une telle définition, dans un boîtier aussi compact, sans recourir à un système de refroidissement.

PNG - 63.1 ko
L’EOS R5 tourne bien en 8K au format Raw en interne. Mais pas en HDMI, à cette définition. Et pas de format Raw en 4K.

Nous n’avons pas eu plus d’explications sur ce point. Toujours est-il que le R5 tourne bel et bien en interne en 8K, sans recadrage, au format Raw (CRM), à 25 im/s, avec un débit de 2 600 Mbps, sur une durée limitée à 29 min et 59 secondes. Une fonction time-lapse sera disponible à cette définition. Il ne sera pas permis de filmer en 8K via la sortie HDMI. En 4K DCI ou UHD, (modes ALL-I ou IPB), il est possible de filmer à 50 im/s, en 4:2:2, sur 10 bits, pendant la même durée. Mais le format Raw n’est étrangement pas disponible à cette définition.

Il n’y a pas non plus de définition intermédiaire entre 4K et 8K : par exemple, le 1D X Mark III tourne en Raw en 5,5K, le Lumix S1H en 6K. Peut-être une mise à jour de firmware viendra-t-elle rectifier cela. Toujours en 4K, la cadence de 100 im/s permettra de générer des ralentis. Si l’autofocus fonctionne dans tous les modes (avec détection des visages et des yeux pour les personnes et les animaux), le son ne sera lui pas capté à 100 im/s. La durée maximale d’enregistrement sera alors de 7 min et 29 secondes. Petit regret, pas de cadence supérieure en 1 080p, alors qu’un mode à 200 im/s, par exemple, comme le propose un X-T4, aurait été intéressant. Le profil Canon Log sera accessible dans les menus des R5 et R6. Ce dernier, s’il n’égale pas l’impressionnant potentiel de son frère, se montre bien plus performant que les R et RP, en matière de tournage. En interne, il filme à 50 im/s en 4K, sans recadrage, en 4:2:2 sur 10 bits, jusqu’à 29 min et 59 secondes. Là aussi, le Cmos Dual Pixel AF II sera actif, avec détection des visages et des yeux sur les personnes et animaux. Pas de format Raw ou de cadence à 100 im/s à cette définition. Par contre, il sera possible d’enregistrer des séquences en 1 080p à 100 im/s. Mais pas plus. Pour ce qui est de la gestion du son, les deux appareils sont munis d’une prise casque et d’une sortie pour brancher un micro externe.

Rafales de course


Nous en oublierions presque la prise de vue fixe. Alors que l’EOS-1D X Mark III a été lancé au printemps, dans les temps pour les Jeux olympiques d’été, finalement reportés l’an prochain, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, on se dit que ces EOS R6 et R5 auront également toutes leurs chances de figurer dans les fourre-tout des photographes de sport à Tokyo. Le mode rafale à 20 im/s avec suivi AE et AF, en obturation électronique, fait tout simplement jeu égal avec les Sony A9 et A9 Mark II. En obturation mécanique, la cadence passe à 12 im/s.

JPEG - 90.8 ko
Le R6 dispose de deux compartiments pour cartes SD, tous deux compatibles avec la norme UHS-II.
JPEG - 92.5 ko
Deux logements sur le R5, un pour CFexpress, l’autre pour cartes SD UHS-II.

Reste à vérifier le comportement de la visée dans ces circonstances. Avec une carte SD UHS-II (deux compartiments SD compatibles UHS-II sur le R6), à 20 im/s, en Raw, il est possible d’enregistrer consécutivement quelque 240 vues, sur le R6 (20 Mpxl), d’après Canon ; dans les mêmes conditions, mais avec une carte CFexpress (le R5 dispose d’un compartiment pour SD UHS-II en complément), on enregistrera jusqu’à 180 fichiers bruts d’après la marque, avant que la mémoire tampon ne sature.

JPEG - 310.1 ko
L’emplacement des joints d’étanchéité sur le R5.

Le mode Cmos AF Double Pixel II des R6 et R5 repose respectivement sur 6 072 (sensibilité -6,5 IL) et 5 940 points (sensibilité -6 IL) et couvre environ 90 % en hauteur, 100 % en largeur. 
Pas de surprise au niveau du flash : il n’y en a pas, Canon nous ayant habitué à cela sur ses appareils plein format, reflex et hybrides compris. Les obturateurs des deux boîtiers culminent à 1/8 000s. Ils sont donnés pour 500 000 cycles.

Accus et connectique


Les possesseurs de reflex 7D, 6D, 5D, ou d’EOS R, susceptibles de basculer vers le R6 ou le R5 apprécieront la compatibilité des accus LP-E6 et LP-E6N sur ces derniers. Même s’ils sont livrés avec une nouvelle déclinaison de cette batterie, la LP-E6NH (109 € à l’unité). Gardez toutefois à l’esprit, comme c’est déjà le cas avec l’EOS R, que les LP-E6 première génération seront uniquement rechargeables sur secteur, et non via le port USB 3.1.

PNG - 195.2 ko
La poignée optionnelle BG-R10 abrite deux accus. Elle est compatible avec les EOS R6 & R5.

Par ailleurs, sur les EOS R6 et R5, il ne sera a priori pas possible de recharger une batterie en USB pendant que l’on filme ou photographie. L’autonomie annoncée par Canon n’a rien d’extraordinaire. Elle serait ainsi d’environ 510 images via le LCD et 380 via l’Oled du R6 ; et 490 vues en utilisant le LCD et 320 via l’Oled, sur le R5. 
Le fait d’avoir conçu une poignée optionnelle commune pour les deux appareils : la BG-R10 (399 €, disponible le 30 juillet) intègre deux accus (non fournis) et duplique les commandes principales des deux appareils, dont le joystick. Comparé aux Sony A9/A9 Mark II et au 1D X Mark III, le R5 ne dispose pas de port Ethernet.

JPEG - 75 ko
L’EOS R5 dispose d’une prise pour flash de studio ce qui n’est pas le cas du R6.

Ainsi, le transmetteur WiFi optionnel WFT-R10B (1 149 €) est d’abord conçu pour ce modèle, afin de permettre aux pros de transmettre rapidement leurs images. L’amélioration des fonctions WFT ne concerne que ce modèle. Le R5 est d’ailleurs le premier boîtier Canon à être compatible avec le réseau WiFi 5 GHz, outre le 2,4 GHz, en interne. Il sera également possible de transmettre des fichiers en Bluetooth. Idem avec l’EOS R6, après avoir téléchargé l’application Camera Remote, disponible sous iOS et Android.

L’EOS R6 sera disponible le 27 août, au prix de 2 699 € nu et 3 059 € avec le RF 24-105 mm f/4-7,1 IS STM. L’EOS R5 sortira lui le 30 juillet au prix de 4 499 € nu.

RETROUVEZ NOTRE DOSSIER EXCLUSIF AVEC PLUS D’ILLUSTRATIONS, UN FOCUS SUR LES PRINCIPAUX MENUS ET DES ÉCLAIRAGES SUPPLÉMENTAIRES SUR LE FONCTIONNEMENT DE LA STABILISATION SUR LES EOS R5 & R6 DANS LE NUMÉRO #128
148 PAGES - Août-Septembre 2020 - 6,70 € Actualités ■ Concours Photo ■ EXCLUSIF : TOUT SAVOIR SUR LES EOS R5 & R6 ■ Influences : s’inspirer de Daido Moriyama ■ IL ÉTAIT UNE FOIS : Les 70 ans de Tokina ■ DOSSIER SPÉCIAL : JPEG, RAW OU LES DEUX ? ■ ATELIER PRATIQUE N°1 : LA PHOTO PANORAMIQUE PAR ASSEMBLAGE ■ ATELIER PRATIQUE N°2 : CRÉER DES EFFETS PICTURAUX ■ CRÉATIVITÉ : le panoramique macro ■ RETOUCHE : Lightroom [1 tutoriel] ■ DxO PhotoLab 3 et Nik Collection [1 tutoriel] ■ Capture One [1 tutoriel] ■ TESTS : Nikon D6 ■ Canon EOS 850D ■ Sony Z-V1 ■ Nik Collection 3 by DxO ■ BenQ SW321 C ■ Feiyu Pocket ■ Sony Xperia 1 II ■ Zhiyun Crane 3 S ■ Irix Edge IFH-100 ■ Lowepro Fastpack Pro BP250 AW III ■ Nikkor Z 24-200 mm f/4-6,3 VR ■ Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 ■ La tribune de Sylvie Hugues ■
Cliquez sur ce lien pour commander le magazine papier (envoi sous 48 heures) NOUVEAU : Cliquez sur ce lien pour commander le magazine sur tablette (iOs & Androïd) en version numérique

- Le site de Canon

Premier avis

Canon remet les compteurs à zéro. Considérer qu’il n’y a pas eu de première génération d’appareil en monture RF serait un peu injuste. Après tout, les EOS R et RP ont des atouts à faire valoir. Toutefois, l’avènement des R6 et R5 ravive surtout le souvenir de leurs défauts : ergonomie inaboutie, recadrage sévère en 4K, absence de stabilisation. Tout cela est désormais corrigé. Canon a entendu les critiques adressées et pris conscience qu’elle ne pouvait ignorer plus longtemps les avantages d’un système de stabilisation interne. Comme si elle était blessée dans son orgueil, la marque va même plus loin, emboîtant le pas de Lumix, avec un système de double stabilisation, boîtier et optique qui permettrait de gagner jusqu’à huit vitesses. Ce qui serait du jamais vu en 24 x 36, si cela se confirmait lors de nos tests.

L’ergonomie est revue, à l’aune des glorieuses heures de la série 5D, en atteste le retour du joystick (sur les deux boîtiers), aux côtés de la fameuse roue codeuse. Et que dire du niveau de performance revendiqué, en photo et en vidéo, sur les deux appareils… L’enregistrement en 8K en interne au format Raw, sans recadrage, ou en 4K à 100 im/s fait du R5 un sérieux rival du Lumix S1H, en attendant un probable successeur de l’A7S III durant l’été ; le R6 n’est pas en reste (4K 50p sur 10 bits en interne). Cette sortie simultanée fait sens, ces deux boîtiers partageant de nombreux points communs, le R5 occupant logiquement le haut de la gamme avec son capteur de 45 Mpxl et ses dispositions superlatives en vidéo et en photo, qui ont de quoi faire pâlir les Sony A9… et les 1D X Mark III ou D6 ; tandis que le R6 paraît bien armé (rafale à 20 im/s !) pour ferrailler avec les A7 III, S1 et Z6. Le RP peut quant à lui continuer d’occuper l’entrée de gamme 24 x 36 hybride, sous la barre des 1 500 €. Mais les nouveautés ne se résument pas aux boîtiers.

Depuis l’avènement de la monture RF, Canon s’évertue à montrer son savoir-faire avec des modèles très haut de gamme. En misant sur des téléobjectifs abordables, elle entend ne pas laisser le terrain libre à des spécialistes comme Tamron ou Sigma. Et annonce la couleur pour les mois à venir : la gamme va s’étendre à grande vitesse. Canon a mis du temps à s’installer, ménageant dans un premier temps ses gammes reflex. Le cap est désormais limpide : tout pour les EOS R.

Fiches techniques

EOS R6

  • Capteur : Cmos 24 x 36 de 20 Mpxl, avec filtre passe-bas
  • Définition maxi. : [3/2] 5 472 x 3 648 pixels pixels
  • Définition vidéo. : 4K à 50 im/s
  • Montures/Coefficient : Canon RF/1x
  • Stabilisateur : Système intégré IBIS + IS avec optiques stabilisées jusqu’à 8 IL
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilités : 100-102 400 Iso (extension 50-204 800 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw CR3, C-Raw, Heif, Mov, MP4
  • Processeur : Digic X
  • Viseur : Oled de 3,69 Mpts, grossissement 0,76x, dégagement 23 mm
  • Écran : LCD 3’’ de 1,62 Mpts, multi orientable et tactile
  • Flash  : -
  • Autofocus : AF Cmos Dual Pixel II à détection de phase sur 6 072 points (sensibilité - 6,5 IL). Autofocus à détection de contraste en 4K Movie Servo.
  • Vitesses : 1/8 000 s à 30 s, synchro flash 1/200s (1/250s avec obturation électronique)
  • Rafales : 20 im/s (12 im/s en obturation mécanique)
  • Balance des blancs : Auto, préréglages (6), K, mesurée
  • Modes Exposition : PASM
  • Modes Scènes : Scène Intelligent Auto
  • Image Process : Priorités Hautes Lumières, Optimiseur d’exposition, Réduction de bruit, Réduction de bruit hauts Iso, correction aberration chromatique, correction optiques.
  • Styles d’image : Auto, prédéfinie (8), personnalisées (3)
  • Stockage : 2 x SD/SDHC /SDXC UHS-II
  • Interfaces : USB 3,1, prises casque et micro,HDMI type D, sortie E3 pour télécommande
  • Wi-Fi/Bluetooth/GPS : WiFi 2,4 GHz/Bluetooth v4.2/-
  • Alimentation : LP-E6NH (compatibilité avec LP-E6 et LP-E6N, ainsi que le grip optionnel BG-R10)
  • Dimensions/Poids : 138,4 x 97,5 x 88,4 mm/680 g avec carte et batterie

EOS R5

  • Capteur : Cmos 24 x 36 de 45 Mpxl, avec filtre passe-bas
  • Définition maxi. : [3/2] 8 192 x 5 464 pixels
  • Définition vidéo. : 8K Raw et 4K à 100 im/s
  • Montures/Coefficient : Canon RF/1x
  • Stabilisateur : Système intégré IBIS + IS avec optiques stabilisées jusqu’à 8 IL
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilités : 100-51 200 Iso (extension 50-102 400 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw CR3, C-Raw, Heif, Mov, MP4
  • Processeur : Digic X
  • Viseur : Oled de 5,69 Mpts, grossissement 0,76x, dégagement 23 mm
  • Écran : LCD 3,15’’ de 2,10 Mpts, multi orientable et tactile
  • Flash  : -
  • Autofocus : AF Cmos Dual Pixel II à détection de phase sur 5 940 points (sensibilité - 6 IL). Autofocus à détection de contraste en 4K Movie Servo.
  • Vitesses : 1/8 000 s à 30 s, synchro flash 1/200s (1/250s avec obturation électronique)
  • Rafales : 20 im/s (12 im/s en obturation mécanique)
  • Balance des blancs : Auto, préréglages (8), K, mesurée
  • Modes Exposition : PASM
  • Modes Scènes : Scène Intelligent Auto
  • Image Process : Priorités Hautes Lumières, Optimiseur d’exposition, Réduction de bruit, Réduction de bruit hauts Iso, correction aberration chromatique, correction optiques, Dual Pixel Raw.
  • Styles d’image : Auto, prédéfinie (8), personnalisées (3)
  • Stockage : 1x CFexpress + 1 x SD/SDHC /SDXC UHS-II
  • Interfaces : USB 3,1, prises casque et micro,HDMI type D, sortie N3 pour télécommande, prise Synchro flash
  • Wi-Fi/Bluetooth/GPS : WiFi 5GHz/2,4 GHz/Bluetooth v4.2/-
  • Alimentation : LP-E6NH (compatibilité avec LP-E6 et LP-E6N, ainsi que le grip optionnel BG-R10)
  • Dimensions/Poids : 135,8 x 97,5 x 88 mm/738 g avec carte et batterie

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE