Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS R6 & R5 : la relève, sans miroir

09/07/2020 | Benjamin Favier

Par le passé, nous n’aurions pas songé à présenter des modèles issus des séries 6D et 5D, dans un même article. Trop de différences séparaient ces deux familles d’EOS en monture EF. En dépit de caractéristiques propres, les R6 et R5 partagent de nombreux points communs, et non des moindres. Ils sont les véritables héritiers de leurs homologues à miroir. Et marquent une rupture par rapport aux précédents modèles en monture RF.

Présentation

Le lancement des EOS R6 et R5 fait écho aux Sony A7/A7R de première génération, puis des Nikon Z6/Z7 et Lumix S1/S1R : des boîtiers partageant de nombreuses caractéristiques communes, notamment au niveau de l’ergonomie, hiérarchisée selon la définition de leur capteur. Les deux hybrides 24 x 36 en monture RF ne se ressemblent certes pas autant que les duos cités. Mais leur identité, largement inspirée des EOS experts en monture EF, est immédiatement reconnaissable. Une sorte de marche arrière forcée, les audaces ergonomiques de l’EOS R ayant dérouté les aficionados de la marque, là où Nikon, sur ses Z 24 x 36, a pris soin de conserver des repères, par rapport à ses reflex. Canon a donc revu sa copie et place le R5 face aux A7R, S1R, SL2 et Z7 ; tandis qu’elle positionne le R6 sur le créneau des A7 III, S1 et Z6.

Héritiers des 6D et 5D

Canon ne s’en cache pas. L’EOS R6 tient beaucoup de la série 6D… voire d’un certain 7D Mark II, reflex APS-C à la construction ambitieuse et aux performances de course. Quant à l’EOS R5, dont le nom est connu depuis plusieurs mois, il fait évidemment écho à la mythique saga des EOS 5D, dont le Mark IV est l’actuel représentant. Après un essai, non transformé, pour innover sur le plan ergonomique – symbolisé par la touchbar de l’EOS R – et un minimalisme qui peut aussi être perçu comme un manque d’audace sur l’EOS RP, Canon revient à ses fondamentaux : joystick et roue codeuse sont des attributs incontournables sur les gammes reflex experts et professionnels. On les retrouve sur le R5, mais aussi le R6, alors que la série 6D conservait un positionnement plus proche du monde amateur (pas de joystick sur les 6D et 6D Mark II).

JPEG - 78.5 ko
L’EOS R5 de dos : on retrouve la philosophie des 5D.
JPEG - 81.8 ko
L’EOS R6 a droit à la même ergonomie que le R5 vu de dos, avec un joystick pour déplacer les collimateurs AF.

Vus de dos, les R6 et R5 sont identiques. En découvrant le dessus des boîtiers, on constate que tout n’a pas été mis aux oubliettes par rapport aux EOS R et RP. Ainsi, la disposition des touches et du mini afficheur LCD, sur le R5, est la même que sur l’EOS R ; tandis que l’EOS R6, dépourvu d’écran supérieur, reprend le barillet (non verrouillé) donnant accès aux modes de prises de vue, et un agencement des molettes, tel qu’il est employé sur le RP. Cette différence accentue le positionnement respectif des deux modèles.

JPEG - 55.9 ko
Le dessus de l’EOS R5 s’inspire de l’EOS R.
JPEG - 63 ko
L’EOS R6 n’a pas d’écran sur le dessus, contrairement au R5.

Sur la face avant, seul le R5 dispose d’une prise Synchro X, à gauche de la monture, un attribut propre aux modèles haut de gamme. Les deux boîtiers disposent de nombreux joints d’étanchéité (voir schémas plus loin), pour évoluer sereinement dans des conditions climatiques délicates. En mettant l’œil dans les viseurs respectifs, on constatera une définition moindre sur l’EOS R6, pourtant doté d’un bel Oled de 3,69 Mpts (grossissement 0,76x, dégagement 23 mm), faisant match nul avec le R. L’afficheur, également de type Oled, du R5, va plus loin et atteint 5,69 Mpts (grossissement 0,76x, dégagement 23 mm), rejoignant ainsi certains concurrents tels le Lumix S1R, le Leica SL2 ou bien le Sony A7R IV.

Cmos 20 et 45 Mpxl

L’EOS 5D Mark IV possède un capteur Cmos de 30 Mpxl, tout comme l’EOS R. Depuis l’avènement des 5DS et 5DS R, il y a plus de cinq ans, Canon a tempéré ses ardeurs : ces deux reflex offraient 50 Mpxl et lors de nos tests, nous avions constaté que peu d’optiques, même parmi les meilleures de la série L, parvenaient à rendre justice à cette très haute définition. Canon avait d’ailleurs communiqué une liste d’objectifs recommandés. Sony fait face aux mêmes défis avec son A7R IV de 61 Mpxl qui révèle les limites de certaines optiques G Master. Pour autant, les objectifs en monture RF tels les 50 et 85 mm f/1,2L ou le trio à f/2,8 formé par les 15-35 mm, 24-70 mm et 70-200 mm, ont laissé entrevoir un fort potentiel, que nous n’avons pu pleinement apprécier sur l’EOS R. Nous serons donc curieux de les étalonner sur le capteur Cmos de 45 Mpxl de l’EOS R5.

PNG - 40.8 ko
Pas de taille de Raw intermédiaire sur l’EOS R5.

Pas de technologie particulière à signaler pour ce capteur maison, pourvu d’un filtre passe-bas. Pas de déclinaison sans filtre passe-bas prévue, comme lors du lancement des 5DS/5DS R. La sensibilité s’étend par défaut de 100 à 51 200 Iso (extensible sur une plage 50-102 400 Iso). En revanche, si des fichiers bruts C-Raw, allégés, seront disponibles, pas de définition intermédiaire proposée dans les menus alloués aux fichiers bruts. Canon le propose pourtant sur ses EOS 5DS/5DS R. On retrouve la fonction Dual Pixel Raw , apparue sur le 5D Mark IV.

De son côté, l’EOS R6 se contente d’un Cmos de 20 Mpxl, également pourvu d’un filtre passe-bas. C’est moins que les EOS 6D Mark II ou RP, dotés d’un capteur de 26 Mpxl. La sensibilité est, par défaut, comprise entre 100 et 102 400 Iso. Elle pourra être étendue de 50 à 204 800 Iso. Les R6 et R5 enregistreront tous les deux des fichiers Heif sur 10 bits (conversion en Jpeg possible), une fois la fonction Prise de vue HDR PQ activée, comme sur l’EOS-1D X Mark III, dont ils reprennent le processeur Digic X.

Double stabilisation

Mais la grande nouveauté, qui place les R6 et R5 à part, dans l’histoire des EOS reflex et hybrides, c’est bien sûr l’adoption d’un système de stabilisation interne. Son arrivée était très attendue, d’autant plus que les appareils actuels disposent de potentiels de plus en plus impressionnants dans le domaine de la vidéo. Non seulement les capteurs des R6 et R5 sont stabilisés, mais le système IBIS fonctionnera de concert avec la stabilisation optique des modèles IS.

PNG - 32.9 ko
Lorsqu’une optique est stabilisée (IS), pas de menu dédié dans les EOS 5D et R6. En revanche, avec un modèle comme le RF 50 mm f/1,2L USM, on accède au menu ci-dessus.

À la manière de ce que propose Panasonic sur ses Lumix S, via sa technologie Dual IS 2. Pour sa part, Canon annonce une efficacité accrue par rapport à la concurrence, revendiquant un gain de 8 IL, avec certains objectifs, comme le zoom RF 24-105 mm f/4L IS USM, à 105 mm. Cela vaut aussi bien pour le R6 que le R5. En revanche, l’arrivée de la stabilisation interne ne s’accompagne pas de mode Haute résolution, comme on en trouve en 24 x 36 sur les Leica SL2, Lumix S1, Pentax K-1 Mark II ou Sony A7R IV.

Vidéo pro

Parmi les caractéristiques dévoilées en amont, au travers des différents teasers consacrés au R5, la possibilité de tourner en 8K, au format Raw, est celle qui a fait le plus parler. Alors que Sony n’a toujours pas sorti de boîtier Alpha capable de tourner en 4K à 50p en interne (le successeur de l’A7S II devrait enfin voir le jour durant l’été et pourrait remédier à cela) et que le Lumix S1H y parvient et séduit les vidéastes avec son mode 6K, mais en intégrant un système de ventilation pour dissiper la chaleur, d’aucuns se demandaient comment Canon était parvenu à proposer une telle définition, dans un boîtier aussi compact, sans recourir à un système de refroidissement.

PNG - 63.1 ko
L’EOS R5 tourne bien en 8K au format Raw en interne. Mais pas en HDMI, à cette définition. Et pas de format Raw en 4K.

Nous n’avons pas eu plus d’explications sur ce point. Toujours est-il que le R5 tourne bel et bien en interne en 8K, sans recadrage, au format Raw (CRM), à 25 im/s, avec un débit de 2 600 Mbps, sur une durée limitée à 29 min et 59 secondes. Une fonction time-lapse sera disponible à cette définition. Il ne sera pas permis de filmer en 8K via la sortie HDMI. En 4K DCI ou UHD, (modes ALL-I ou IPB), il est possible de filmer à 50 im/s, en 4:2:2, sur 10 bits, pendant la même durée. Mais le format Raw n’est étrangement pas disponible à cette définition.

Il n’y a pas non plus de définition intermédiaire entre 4K et 8K : par exemple, le 1D X Mark III tourne en Raw en 5,5K, le Lumix S1H en 6K. Peut-être une mise à jour de firmware viendra-t-elle rectifier cela. Toujours en 4K, la cadence de 100 im/s permettra de générer des ralentis. Si l’autofocus fonctionne dans tous les modes (avec détection des visages et des yeux pour les personnes et les animaux), le son ne sera lui pas capté à 100 im/s. La durée maximale d’enregistrement sera alors de 7 min et 29 secondes. Petit regret, pas de cadence supérieure en 1 080p, alors qu’un mode à 200 im/s, par exemple, comme le propose un X-T4, aurait été intéressant. Le profil Canon Log sera accessible dans les menus des R5 et R6. Ce dernier, s’il n’égale pas l’impressionnant potentiel de son frère, se montre bien plus performant que les R et RP, en matière de tournage. En interne, il filme à 50 im/s en 4K, sans recadrage, en 4:2:2 sur 10 bits, jusqu’à 29 min et 59 secondes. Là aussi, le Cmos Dual Pixel AF II sera actif, avec détection des visages et des yeux sur les personnes et animaux. Pas de format Raw ou de cadence à 100 im/s à cette définition. Par contre, il sera possible d’enregistrer des séquences en 1 080p à 100 im/s. Mais pas plus. Pour ce qui est de la gestion du son, les deux appareils sont munis d’une prise casque et d’une sortie pour brancher un micro externe.

Rafales de course


Nous en oublierions presque la prise de vue fixe. Alors que l’EOS-1D X Mark III a été lancé au printemps, dans les temps pour les Jeux olympiques d’été, finalement reportés l’an prochain, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, on se dit que ces EOS R6 et R5 auront également toutes leurs chances de figurer dans les fourre-tout des photographes de sport à Tokyo. Le mode rafale à 20 im/s avec suivi AE et AF, en obturation électronique, fait tout simplement jeu égal avec les Sony A9 et A9 Mark II. En obturation mécanique, la cadence passe à 12 im/s.

JPEG - 90.8 ko
Le R6 dispose de deux compartiments pour cartes SD, tous deux compatibles avec la norme UHS-II.
JPEG - 92.5 ko
Deux logements sur le R5, un pour CFexpress, l’autre pour cartes SD UHS-II.

Reste à vérifier le comportement de la visée dans ces circonstances. Avec une carte SD UHS-II (deux compartiments SD compatibles UHS-II sur le R6), à 20 im/s, en Raw, il est possible d’enregistrer consécutivement quelque 240 vues, sur le R6 (20 Mpxl), d’après Canon ; dans les mêmes conditions, mais avec une carte CFexpress (le R5 dispose d’un compartiment pour SD UHS-II en complément), on enregistrera jusqu’à 180 fichiers bruts d’après la marque, avant que la mémoire tampon ne sature.

JPEG - 310.1 ko
L’emplacement des joints d’étanchéité sur le R5.

Le mode Cmos AF Double Pixel II des R6 et R5 repose respectivement sur 6 072 (sensibilité -6,5 IL) et 5 940 points (sensibilité -6 IL) et couvre environ 90 % en hauteur, 100 % en largeur. 
Pas de surprise au niveau du flash : il n’y en a pas, Canon nous ayant habitué à cela sur ses appareils plein format, reflex et hybrides compris. Les obturateurs des deux boîtiers culminent à 1/8 000s. Ils sont donnés pour 500 000 cycles.

Accus et connectique


Les possesseurs de reflex 7D, 6D, 5D, ou d’EOS R, susceptibles de basculer vers le R6 ou le R5 apprécieront la compatibilité des accus LP-E6 et LP-E6N sur ces derniers. Même s’ils sont livrés avec une nouvelle déclinaison de cette batterie, la LP-E6NH (109 € à l’unité). Gardez toutefois à l’esprit, comme c’est déjà le cas avec l’EOS R, que les LP-E6 première génération seront uniquement rechargeables sur secteur, et non via le port USB 3.1.

PNG - 195.2 ko
La poignée optionnelle BG-R10 abrite deux accus. Elle est compatible avec les EOS R6 & R5.

Par ailleurs, sur les EOS R6 et R5, il ne sera a priori pas possible de recharger une batterie en USB pendant que l’on filme ou photographie. L’autonomie annoncée par Canon n’a rien d’extraordinaire. Elle serait ainsi d’environ 510 images via le LCD et 380 via l’Oled du R6 ; et 490 vues en utilisant le LCD et 320 via l’Oled, sur le R5. 
Le fait d’avoir conçu une poignée optionnelle commune pour les deux appareils : la BG-R10 (399 €, disponible le 30 juillet) intègre deux accus (non fournis) et duplique les commandes principales des deux appareils, dont le joystick. Comparé aux Sony A9/A9 Mark II et au 1D X Mark III, le R5 ne dispose pas de port Ethernet.

JPEG - 75 ko
L’EOS R5 dispose d’une prise pour flash de studio ce qui n’est pas le cas du R6.

Ainsi, le transmetteur WiFi optionnel WFT-R10B (1 149 €) est d’abord conçu pour ce modèle, afin de permettre aux pros de transmettre rapidement leurs images. L’amélioration des fonctions WFT ne concerne que ce modèle. Le R5 est d’ailleurs le premier boîtier Canon à être compatible avec le réseau WiFi 5 GHz, outre le 2,4 GHz, en interne. Il sera également possible de transmettre des fichiers en Bluetooth. Idem avec l’EOS R6, après avoir téléchargé l’application Camera Remote, disponible sous iOS et Android.

L’EOS R6 sera disponible le 27 août, au prix de 2 699 € nu et 3 059 € avec le RF 24-105 mm f/4-7,1 IS STM. L’EOS R5 sortira lui le 30 juillet au prix de 4 499 € nu.

RETROUVEZ NOTRE DOSSIER EXCLUSIF AVEC PLUS D’ILLUSTRATIONS, UN FOCUS SUR LES PRINCIPAUX MENUS ET DES ÉCLAIRAGES SUPPLÉMENTAIRES SUR LE FONCTIONNEMENT DE LA STABILISATION SUR LES EOS R5 & R6 DANS LE NUMÉRO #128
148 PAGES - Août-Septembre 2020 - 6,70 € Actualités ■ Concours Photo ■ EXCLUSIF : TOUT SAVOIR SUR LES EOS R5 & R6 ■ Influences : s’inspirer de Daido Moriyama ■ IL ÉTAIT UNE FOIS : Les 70 ans de Tokina ■ DOSSIER SPÉCIAL : JPEG, RAW OU LES DEUX ? ■ ATELIER PRATIQUE N°1 : LA PHOTO PANORAMIQUE PAR ASSEMBLAGE ■ ATELIER PRATIQUE N°2 : CRÉER DES EFFETS PICTURAUX ■ CRÉATIVITÉ : le panoramique macro ■ RETOUCHE : Lightroom [1 tutoriel] ■ DxO PhotoLab 3 et Nik Collection [1 tutoriel] ■ Capture One [1 tutoriel] ■ TESTS : Nikon D6 ■ Canon EOS 850D ■ Sony Z-V1 ■ Nik Collection 3 by DxO ■ BenQ SW321 C ■ Feiyu Pocket ■ Sony Xperia 1 II ■ Zhiyun Crane 3 S ■ Irix Edge IFH-100 ■ Lowepro Fastpack Pro BP250 AW III ■ Nikkor Z 24-200 mm f/4-6,3 VR ■ Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 ■ La tribune de Sylvie Hugues ■
Cliquez sur ce lien pour commander le magazine papier (envoi sous 48 heures) NOUVEAU : Cliquez sur ce lien pour commander le magazine sur tablette (iOs & Androïd) en version numérique

- Le site de Canon

Premier avis

Canon remet les compteurs à zéro. Considérer qu’il n’y a pas eu de première génération d’appareil en monture RF serait un peu injuste. Après tout, les EOS R et RP ont des atouts à faire valoir. Toutefois, l’avènement des R6 et R5 ravive surtout le souvenir de leurs défauts : ergonomie inaboutie, recadrage sévère en 4K, absence de stabilisation. Tout cela est désormais corrigé. Canon a entendu les critiques adressées et pris conscience qu’elle ne pouvait ignorer plus longtemps les avantages d’un système de stabilisation interne. Comme si elle était blessée dans son orgueil, la marque va même plus loin, emboîtant le pas de Lumix, avec un système de double stabilisation, boîtier et optique qui permettrait de gagner jusqu’à huit vitesses. Ce qui serait du jamais vu en 24 x 36, si cela se confirmait lors de nos tests.

L’ergonomie est revue, à l’aune des glorieuses heures de la série 5D, en atteste le retour du joystick (sur les deux boîtiers), aux côtés de la fameuse roue codeuse. Et que dire du niveau de performance revendiqué, en photo et en vidéo, sur les deux appareils… L’enregistrement en 8K en interne au format Raw, sans recadrage, ou en 4K à 100 im/s fait du R5 un sérieux rival du Lumix S1H, en attendant un probable successeur de l’A7S III durant l’été ; le R6 n’est pas en reste (4K 50p sur 10 bits en interne). Cette sortie simultanée fait sens, ces deux boîtiers partageant de nombreux points communs, le R5 occupant logiquement le haut de la gamme avec son capteur de 45 Mpxl et ses dispositions superlatives en vidéo et en photo, qui ont de quoi faire pâlir les Sony A9… et les 1D X Mark III ou D6 ; tandis que le R6 paraît bien armé (rafale à 20 im/s !) pour ferrailler avec les A7 III, S1 et Z6. Le RP peut quant à lui continuer d’occuper l’entrée de gamme 24 x 36 hybride, sous la barre des 1 500 €. Mais les nouveautés ne se résument pas aux boîtiers.

Depuis l’avènement de la monture RF, Canon s’évertue à montrer son savoir-faire avec des modèles très haut de gamme. En misant sur des téléobjectifs abordables, elle entend ne pas laisser le terrain libre à des spécialistes comme Tamron ou Sigma. Et annonce la couleur pour les mois à venir : la gamme va s’étendre à grande vitesse. Canon a mis du temps à s’installer, ménageant dans un premier temps ses gammes reflex. Le cap est désormais limpide : tout pour les EOS R.

Fiches techniques

EOS R6

  • Capteur : Cmos 24 x 36 de 20 Mpxl, avec filtre passe-bas
  • Définition maxi. : [3/2] 5 472 x 3 648 pixels pixels
  • Définition vidéo. : 4K à 50 im/s
  • Montures/Coefficient : Canon RF/1x
  • Stabilisateur : Système intégré IBIS + IS avec optiques stabilisées jusqu’à 8 IL
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilités : 100-102 400 Iso (extension 50-204 800 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw CR3, C-Raw, Heif, Mov, MP4
  • Processeur : Digic X
  • Viseur : Oled de 3,69 Mpts, grossissement 0,76x, dégagement 23 mm
  • Écran : LCD 3’’ de 1,62 Mpts, multi orientable et tactile
  • Flash  : -
  • Autofocus : AF Cmos Dual Pixel II à détection de phase sur 6 072 points (sensibilité - 6,5 IL). Autofocus à détection de contraste en 4K Movie Servo.
  • Vitesses : 1/8 000 s à 30 s, synchro flash 1/200s (1/250s avec obturation électronique)
  • Rafales : 20 im/s (12 im/s en obturation mécanique)
  • Balance des blancs : Auto, préréglages (6), K, mesurée
  • Modes Exposition : PASM
  • Modes Scènes : Scène Intelligent Auto
  • Image Process : Priorités Hautes Lumières, Optimiseur d’exposition, Réduction de bruit, Réduction de bruit hauts Iso, correction aberration chromatique, correction optiques.
  • Styles d’image : Auto, prédéfinie (8), personnalisées (3)
  • Stockage : 2 x SD/SDHC /SDXC UHS-II
  • Interfaces : USB 3,1, prises casque et micro,HDMI type D, sortie E3 pour télécommande
  • Wi-Fi/Bluetooth/GPS : WiFi 2,4 GHz/Bluetooth v4.2/-
  • Alimentation : LP-E6NH (compatibilité avec LP-E6 et LP-E6N, ainsi que le grip optionnel BG-R10)
  • Dimensions/Poids : 138,4 x 97,5 x 88,4 mm/680 g avec carte et batterie

EOS R5

  • Capteur : Cmos 24 x 36 de 45 Mpxl, avec filtre passe-bas
  • Définition maxi. : [3/2] 8 192 x 5 464 pixels
  • Définition vidéo. : 8K Raw et 4K à 100 im/s
  • Montures/Coefficient : Canon RF/1x
  • Stabilisateur : Système intégré IBIS + IS avec optiques stabilisées jusqu’à 8 IL
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilités : 100-51 200 Iso (extension 50-102 400 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw CR3, C-Raw, Heif, Mov, MP4
  • Processeur : Digic X
  • Viseur : Oled de 5,69 Mpts, grossissement 0,76x, dégagement 23 mm
  • Écran : LCD 3,15’’ de 2,10 Mpts, multi orientable et tactile
  • Flash  : -
  • Autofocus : AF Cmos Dual Pixel II à détection de phase sur 5 940 points (sensibilité - 6 IL). Autofocus à détection de contraste en 4K Movie Servo.
  • Vitesses : 1/8 000 s à 30 s, synchro flash 1/200s (1/250s avec obturation électronique)
  • Rafales : 20 im/s (12 im/s en obturation mécanique)
  • Balance des blancs : Auto, préréglages (8), K, mesurée
  • Modes Exposition : PASM
  • Modes Scènes : Scène Intelligent Auto
  • Image Process : Priorités Hautes Lumières, Optimiseur d’exposition, Réduction de bruit, Réduction de bruit hauts Iso, correction aberration chromatique, correction optiques, Dual Pixel Raw.
  • Styles d’image : Auto, prédéfinie (8), personnalisées (3)
  • Stockage : 1x CFexpress + 1 x SD/SDHC /SDXC UHS-II
  • Interfaces : USB 3,1, prises casque et micro,HDMI type D, sortie N3 pour télécommande, prise Synchro flash
  • Wi-Fi/Bluetooth/GPS : WiFi 5GHz/2,4 GHz/Bluetooth v4.2/-
  • Alimentation : LP-E6NH (compatibilité avec LP-E6 et LP-E6N, ainsi que le grip optionnel BG-R10)
  • Dimensions/Poids : 135,8 x 97,5 x 88 mm/738 g avec carte et batterie

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Si c’est le même capteur et le même traitement d’image que le 1DX III, le R6 va envoyer du bois !

  • Autonomie de 320 photos avec le viseur du R6.
    Écran LCD moins bon que celui du R.

    Je préfère la stratégie produit des Nikon. Le R6, outre le 20MP, a un moins viseur Oled, écran LCD que le R5. Idem sensibilité AF, absence d’écran supérieur...

  • Ca fait plaisir que Canon propose des boiters avec une vrai ergonomie.
    Enfin les temps de vidéos sont si j’ai bien lu limité à - de 30 minutes en 4 et 8 K.

    Enfin 20 mpx pour ce prix, ..... , quand on lit les critiques ( infondées) sur les 20 mpx des m4/3.... .

  • Déception ?!
    Comme d’habitude la politique marketing frustre le quidam qui perd 6Mpx et un écran supérieur pour remettre 1800€ de plus afin d’obtenir enfin le meilleur.
    Je trouve qu’un boîtier de 20 Mpx n’est pas digne d’éloges A CE NIVEAU DE PRIX. Perdre l’écran supérieur c’est le ponpon. Le concurrent Nikon Z6 est bien mieux pensé.
    C’est dommage je suis partiellement équipé en Canon et donc, mon choix obligé sera le R5, mais on verra cela dans un an, après les plâtres essuyés et la baisse tarifaire normale.
    Quant à la prise en compte des besoins actuels de vidéos, on s’aperçoit que les formats plus petits on encore de beaux jours devant eux, à commencer par Fuji qui propose le 200 images/seconde avec son XT4 (et pas que).
    Quid également du radiateur Canon à l’usage ?

  • qqn pourrait il m’éclairer sur le prix exorbitant du transmetteur wifi ? Je n’y connais rien mais je sais qu’il y a des transmetteurs à partir de dix euros. Qu’est-ce qui justifie une prix pareil chez Canon ???

  • @5
    Si vous connaissez un pro qui utilise un transmetteur à 10€, vous me dites son nom.
    La qualité et la sécurité du truc exigent de rester dans la marque, sauf si l’on reste en studio où la débrouille sans le chronomètre est toujours possible. Seule exception selon moi, mais en outdoor...
    Perso, j’ai 3 flash 600 EXRT et le STB3, jamais eu aucun mauvais départ, alors que certaines marques noname...
    Faites l’expérience et vous nous direz.
    Désolé de ne pouvoir vous renseigner, je vous ai simplement donné mon point de vue.

  • @4
    Mais non ce n’est pas possible puisque Eric-p à dit que le Nikon Z6 est un produit bas gamme.

  • @3 En 2007, l’Union européenne a décidé d’imposer une taxe d’importation sur les caméscopes et les enregistreurs vidéo, alors que les appareils photo en sont exempts. Comment différentier un caméscope d’un "photoscope" ? Avec la règle des 30 minutes.

  • Peut-être que ces deux nouveaux boîtiers permettront l’obturation électronique dans tous les modes.
    J’attends le premier compte-rendu avec impatience.

  • @7
    Ah ben voui, s’il l’a dit c’est qu’c’est vrai, c’est écrit dans les livres...( :-))

  • Réaction à chaud:Avec des prix pareils surtout pour le R6 et ses 20Mp( bien que suffisants pour la majorité des photographes) à mon avis Canon se plante, l’apsc de Fuji ou le micro 4/3 de Panasonic sont de meilleures options et bien moins chères surtout avec objectif( hors de prix en Canon),En full frame vive Nikon et aussi Panasonic attendons leurs nouveautés, Sony, hors mis le capteur manque de qualité !

  • Oui, le R6 1100 € plus cher que le RP à sa sortie, c’est assez violent...

  • @6 Bonsoir,
    Je ne connais personne qui utilise un transmetteur à 10 euros...En général ce genre de matériel tombe en rade très rapidement.
    Mais entre celui à 10 euros et ceux des marques Canikon, Fuji and co il y a la marque Godox. Pour utiliser 3 flashs un transmetteur (utilisation pro)...ça vaut largement les autres...à 2 fois moins cher.

  • Ils semblent bien nés sur le papier, mais le R6 est trop chère.
    Canon démontre qu’il va maintenant tout miser sur la gamme R et les objectifs allants avec.

    @3 Pour les vidéos limités à 30mn, toutes les marques en sont là pas pour des raisons techniques mais pour des raisons de taxes imposés par l’Europe. Au delà de 30mn l’UE considère que ce ne sont plus des appareils photos mais des caméras qui sont taxés beaucoup plus fortement par une taxe d’importation que le fabricant devrait reporter sur le prix de vente. Des firmware alternatifs comme magic lantern permettent de contourner cette restriction de temps, mais il faut prendre le risque de modifier le firmware d’origine Canon.

    Vu les avancés techniques sur ces deux nouveaux boîtiers, peut-on espérer une mise à jour du firmware de l’EOS R avec quelques unes des améliorations du genre rafale plus véloce ou vidéo sans crop ?

  • Bien tout ça, mais beaucoup trop cher,les marques déroulent des nouveautés certes en progrès continuels mais en pensant être dans la grande époque de la photo....!
    Incroyable ce positionnement, curieux de voir les chiffres de ventes annuelles des différentes marques pour 2020.

  • @14
    Oui, Godox pourquoi pas, si cela vous convient.
    J’ai fait mon expérience avec Metz et raté une cérémonie pour une simple question de contacts, les sabots étaient interchangeables, tu parles. Branlants et mal fixés. Très mauvaise séquence.
    J’ai alors décidé d’en rester définitivement à l’unique marque de mon boîtier (idem pour mes optiques) et la cote tient au moment de la revente pour upgrader.
    J’ai des collègues qui sont en Yongnuo, tantôt ça part, tantôt nothing, pas cher, ils changent souvent et pestent lors des problèmes d’incompatibilité, etc.
    Quand j’étais en Nikon, tout accessoire Nikon. Maintenant je suis en Canon, tout dans la marque.
    Jamais de problème de fixation ou incompatibilité montante, bon matériel secur, tranquillité d’esprit, plus cher mais aussi meilleure cote à la revente.
    Pour en revenir à la question du transmetteur, imaginons la tête du mec qui ne parvient pas à balancer ses fichiers lors de la finale du 100 mètres au J.O.
    C’est d’ailleurs pour cela qu’il y a au moins 3 pros de la même agence sur une telle finale, il faudra à l’arrivée, traiter dans la demi-heure environ 350/400 clichés par le journal. Pas question de se louper, les places sont chères entre agence, les luttes d’influence itou, les budgets adaptés, etc.
    Un transmetteur à 1000€ c’est peanuts.

  • J’attends de voir si Canon va implémenter l’IBIS dans ses ML APS-C.
    Pour l’instant, étant équipé dans les 2 formas, je dois reconnaître que pour mon usage, le rapport polyvalence/prix/encombrement est encore très nettement en faveur de l’APS-C.

  • @18
    ouille ouille ouille, vous allez vous faire lyncher par EricP qui va essayer de vous convaincre en 50 lignes pourquoi le FF Canon est le seul qui soit bon et que l’aps-c est une tromperie éhontée...
    C’est vrai que ce boitier est pour l’élite qui va dépenser 4000 euros pour un boitier qui en 2020 arrive à une autonomie d’à peine 300 vues....

  • @19
    Et qui arrive surtout bien après les autres pour finalement pas grand chose apporté en plus (la 8K ?)...

  • @19 Ne tendez pas à Eric-p le baton pour vous faire battre durement : un reflex FF Canon , c’est plus de 800 vues.

  • [mode oups] mon message @21 est pour @18 et non @19

  • @22 : je ne vois pas de qui vous voulez parlez. Non, vraiment pas.
    Ah, mais c’est peut-être parce que je n’ai pas encore de boîtier ni objos en MFT... ;)

  • Étant donné que ces appareils sont de pures hybrides, est ce qu’on peut faire une correction d’exposition dont l’effet est visible en tant réel dans le viseur (sans avoir à attendre d’avoir pris la photo) comme sur les Fuji XT2 et compagnie, qui ont une roue dédié de -3 à +3, sauf qu’ici pas de roue dédiée sur les Canon ?. Le peuvent ils ?.

  • Je ne suis pas certain que l’engouement pour ces nouveaux venus perdure et je pense même que les reflex traditionnels avec monture EF ne sont peut-être pas morts pour les raisons suivantes :
    - les nouvelles optiques pour hybrides sont toujours encombrantes et de plus en plus chères ;
    - les viseurs optiques (OVF) sont toujours très appréciés (ça repose l’oeil) ;
    - les photographes et non les passionnés de tuning ne sont pas tous atteints de boulimie avec le dernier "matériel à la mode" ;
    - cette course à l’armement surréaliste est en parfaite contradiction avec les sujets de société (chômage, pollution, pillage des ressources, etc.) qui nous préoccupent actuellement, nous pauvres humains pollueurs-consommateurs ; surtout pour créer de trop lourds fichiers qui moisiront sur des disques durs, finiront peut-être sur un "fléau social" énergivore et au mieux sur un vulgaire tirage papier réalisé chez un discounter de l’image grand public (autrement dit, de la "merde").
    Aujourd’hui, photographier y compris la nature pour témoigner en révélant par la même occasion notre médiocrité - c’est bien - mais protéger la planète concrètement en accordant nos grands discours et nos actes - ne serait-ce pas mieux ?

  • Ils semblent bien nés sur le papier, mais le R6 est trop chère.pour un wifi de du temps desdinosaures

  • @15
    et oui, vous avez parfaitement raison : ls optiques pour FF sont toujours aussi encombrantes.
    Regardez le petit 9-18 Olympus ou le très compact et ultra performant 12-100 utilisé par monsieur Nichols de DPReview pour tester le Canon : les commentaires sont éloquents car les gens ne louent pas d’abord Canon mais bien les performances filmiques de l’Olympus équipé du 12-100 mm et effectivement, le résultat est assez bluffant. Comme quoi, quand on sait utiliser du matos, on a des résultats, peu importe le format.

  • « Comme quoi, quand on sait utiliser du matos, on a des résultats, peu importe le format ».
    Vous avez raison.
    Pas comme l’autre, qui passe son temps à faire la leçon et qui manifestement n’a aucune expérience de la photographie de terrain qu’elle que soit le format.

  • Sauf erreur, on ne parle pas de la bague adaptatrice pour monter les anciennes optiques.
    Faudra rajouter quelques centaines d’euros ?
    Est-il prévu un kit 4-24/105 L par exemple ?
    C’est quoi le progrès ? Je pense regarder de plus près le Nikon Z6.

  • @Olivier 24 : Oui comme tous les appreils de cette cathègorie, la corection est bien présente. Sur le R6 et R5 Correction d’exposition 3 IL par paliers de 1/3 ou 1/2

  • @29 : si, la bague EF-R existe sous 4 versions, allant d’environ 100€ à un peu plus de 400€.
    Il y a déjà un kit R6 + RF24-105 proposé sous les 3100 €.
    Une recherche rapide sur le net vous les montrera.
    Par contre, pas de bague allant de la monture RF vers M.
    Là-dessus, Nikon et Sony conservent l’avantage.

  • @29.
    - La bague d’adaptation EF vers RF est offerte jusqu’au 30 novembre, c’était déjà le cas avec le premier EOS R. Il en existe plusieurs autres officielles Canon, avec bague de réglage ou porte filtre.
    - Oui un kit 24-105 F4 est commercialisé
    - Les gros progrès sont : Stabilisateur dans le boitier une première chez Canon qui ne faisait que de la stabilisation dans l’objectif. Une plage AF sur 100% de la surface du capteur. Af dual pixel an version II qui semble être extrêmement efficace, cadence rapide 12im/s et 20im/s. Vidéo jusqu’au 8K sur le R5.
    Et bien d’autres chauses que l’on retrouve sur les pages dédiés du site Canon.fr

  • Merci à 31 & 32 pour vos réponses.
    Je me suis probablement mal exprimé.
    Je suis actuellement équipé en Canon, mais la politique commerciale m’interpelle.
    1/ Les Canon R & RP étaient accompagnés dans la boite d’une bague simple pour montage des précédentes optiques non R.
    je connais les autres bagues et leurs possibilités.
    - Question : Faudra-t-il acheter en plus une bague pour R6 ou R5 ? Quelques centaines d’euros fera augmenter, le cas échéant, le tarif du boitier.
    2/ Je précise bien 4/24-105 série L cerclée rouge.
    Un kit existe, mais c’est le 4-7,1/24-105 non L et c’est une optique à 499€ ! Rien à voir.
    - Question : Existe-t-il un kit avec ce zoom 4/24-105 série L comme c’était proposé pour le R ?
    3/ Je dis quel est le progrès ? (du point de vue tarifaire) :
    1 boitier + 1 bague plein tarif + 1 zoom 4/24-105 L plein tarif car non kité, cela signifie, selon moi, à prévoir un supplément d’environ 1000€ par rapport à la formule commerciale d’avant, l’époque du R...Toutes choses étant égales par ailleurs.
    Par rapport au Nikon Z6, c’est vite vu (si on veut switcher), pas d’écran supérieur, retour à 20 Mpx (...!), stab obtenue partout chez la concurrence, c’est une juste mise à niveau façon 21 ème siècle, été 2020.
    Finalement, je suis déçu par Canon et m’interroge sérieusement à basculer chez Nikon dont l’offre me semble beaucoup plus équilibrée et respectueuse des clients.
    Je sens que je vais faire un tour du coté de la porte de Champerret.

  • @Benjamin FAVIER
    Qui peut sans doute répondre à #33 ?

  • @33
    Canon semble avoir changé sa politique pour ce qui est de la bague,maintenant ils la proposent gratuitement sous une forme différente, il faut la demander sur https://canon-cps-2020.sales-promotions.com/fr/?country_promotion=5 avec preuve d’achar.
    En effet il ne semble pas y avoir de kit avec le 24-105 F/4
    Patientons un peut des boutiques proposeront peut être le kit avec 24-105 f/4
    Pour ce qui est de Nikons Z, personellement pour les avoir pris en main je n’ai pas aimé l’hergonomie, mais ce n’est qu’une question de gout et probablement d’habitude avec Canon
    En plus ce n’est pas la peine de se précipiter, pour le moment on n’a pas de véritables retour de test et de toute façon se sera difficile de se le procurer rapidement car Canon annonce déjà une pénurie sur les deux boitiers ainsi que sur le grip (commun aux deux) face aux précommandes qui dépassent largement leurs prévisions.

  • après autant de "teasing", d’annonces et d’informations semées au compte goûte pour faire saliver, voici maintenant Canon obligé de se fendre d’un long communiqué pour expliquer aux futurs utilisateurs comment faire pour éviter (et encore c’est pas sûr, on devrait dire "limiter") la surchauffe qui pourrait endommager les boîtiers.... aah quel progrès !

  • Le petit monde la photographie est de plus en plus une affaire de gros sous qui s’adresse avant tout à ceux qui veulent toujours avoir la plus grosse.

  • Canon EOS R6 & R5 : Très cher... Trop cher !

    Pour ce qui est des précommandes, Canon, comme l’ont fait d’autre avant lui, crée la pénurie pour faire croire à l’engouement sur ses produits. C’est assez éculé comme politique commerciale !
    Tout ça dénote d’une fébrilité certaine.

  • -  @36 La « surchauffe » : ne croyez pas que je souhaite défendre Canon coute que coute, mais je ne comprends pas la polémique. Ils sont les premiers à offrir un tel niveau vidéo dans un hybride et avec une telle résolution et un tel débit, sans parler des besoins en traitement de l’image avant son enregistrement sur la carte, la surchauffe est inévitable et est également le lot chez les autres fabricants pour des résolutions moindres. Ce n’est pas pour rien que Panasonic a mis un ventilateur dans son boitier S1h. De plus ce sont avant tout des appareils photos qui ont la capacité de faire de la vidéo, ceux qui souhaitent faire purement de la vidéo sur des plans longs de plus de 20mn (ce qui est rare) se tourneront vers des caméras.
    -  @38 La pénurie : je ne parierais pas sur une pure volonté commerciale mais plus sur une retenue à la vue de l’énorme morosités du marché de la photographie depuis plusieurs années, marché qui ne cesse de se casser la gueule. De plus la crise du covid avec fermeture de beaucoup d’usine et de sous-traitants en Asie n’a probablement pas aidé.
    -  @37 au contraire le marché de la photographie et de moins en moins une affaire de gros sous, il suffit de regarder les chiffres des vents qui s’effondrent depuis 10 ans et des fabricants tous plus ou moins dans la tourmente.

  • @39
    Les ventes baissent mais les prix augmentent considérablement pour compenser le manque à profiter ; le résultat est donc en accord avec mon précédent propos.
    J’ajoute que pour mieux faire passer la pillule, les fabricants augmentent considérablement les prix de départ pour ensuite faire des remises alléchantes à tour de bras.
    Vous êtes un grand naïf ou un ado attardé...

  • @40 "Vous êtes un grand naïf ou un ado attardé..." merci pour le compliment c’est très class et pour le coup je vous retourne la formule. Et en passant je fais de la photo et m’ainteresse à l’évolutions des marchés de ce secteur depuis plus de 40 ans.
    Pour rester sur le sujet. Les coups en recherche et développement sont toujours de plus en plus élevés pour un marché de plus en plus restreint, je ne vois pas comment des entreprises qui perdent de l’argent sur leur branche photo pourraient faire autrement que de faire monter les prix alors que les ventes en dimminués de X10 au cours des années. Si quelqu’un à la recette miracle je pense qu’ils seront preneur.
    l’arrivée des smarphones à totalement détruit le marché des compacts et bridges qui étaient les segments où les marques fesaient des marges et de volume. le seul marché du reflex et hybride est très concurentiel et après l’arret d’Olympus qui vends sa branche photo je pense que d’autres marques ne survivront pas au marrasme que connait le secteur des appareils photo.

  • @41
    Du coût (...) je suis d’accord avec vous, en tout point.

  • Et ils tombèrent tous dans le piège que leurs tendaient les marketeux :
    Avec moi t’auras la plus belle, t’auras la plus longue et surtout la plus grosse.
    Et puis tu pourras acheter un nouvel ordinateur et brader ton tout récent parc optique si chèrement acquis pour de nouveaux objectifs de rêve qui seront obsolètes dans six mois.
    Tes récentes optiques de marques tiers seront bonnes à brader pour que tu puisses de nouveau briller avec ton dernier joujou qui coûte un bras, la peau des fesses, une bagnole et que ton concierge ne pourra jamais s’offrir car les étrennes récoltées ne seront pas suffisantes à compléter son modeste salaire.
    Peu importe, l’essentiel c’est que tu te balades au bord de la plage avec ta femme et tes gosses en arborant ton magnifique appareil photo qui servira le plus souvent de presse-papier.

  • Si il a l’IBIS, je sauterai le pas sans aucune hésitation !
    Et je bazarderai le 80D sans même une larmichette (mais pas le 6D, je le garde pour son rendu).

  • « J’ATTENDS ENCORE QUE QUELQU’UN VIENNE ME DONNER DES LEÇONS D’OPTIQUE POUR VOIR !
    ESSAYEZ DE M’EN DONNER QU’ON RIGOLE UN PEU !
    EN RÉALITÉ, PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE, NE M’A JAMAIS DONNÉ DE LEÇON EN MATIÈRE D’OPTIQUE. MANQUERAIT PLUS QUE ÇA ! »
    Signé eric-p, l’optichiant, le modeste.

  • Cela a déjà été évoqué, mais la publication sur Canon Rumors de ce qui suit mérite l’attention :

    "Canon publie une déclaration officielle sur les problèmes de chaleur de l’EOS R5 et de l’EOS R6"

    Je maintiens que la 8K sur ce type de matériel est une connerie marketing des jap. Ils seront obligés d’une mise à jour qui ruinera leurs promesses. La 4K, d’accord ; la 8K échec assuré.
    Quand on veut avoir la plus grosse, faut pas se tromper de modèle.

  • A toujours vouloir la plus grosse, on s’étouffe avec !

  • Que les 2 marques historiques fidélisent leurs clients c’est le plus urgent ! la guerre des prix ne mènera qu’a une victoire à la Pyrrhus.

  • @49
    Je ne comprends pas où vous voulez en venir.Pourriez-vous expliquer ?
    Pour moi, les fables de La Fontaine sont toujours d’actualité :
    "La loi du plus fort est toujours la meilleure, nous l’allons voir tout à l’heure. "

    Autrement dit, Canon a les PDM, c’est encore lui qui peut mener la guerre des tarifs à son profit.

    Je ne suis pas tout à fait d’accord sur les causes de la crise et sur quoi elle repose réellement.
    Il y a bien effondrement des compacts au profit des smartphones mais je dis aussi que les grandes marques photo ont une "petite part de responsabilité" dans cet effondrement :

    Pourquoi voudriez-vous que les consommateurs continuent d’acheter ou racheter des compacts si le SAV
    refuse de prendre en charge les réparations de ces APN ?
    Amha, une partie des causes de l’effondrement de ce marché repose là.
    Les smartphones sont équipés de focales fixes : Pas de zoom qui bloque au premier choc !

    Ensuite, effondrement du marché DSC ou "stabilisation" ?
    À la fin des années 1990’, il me semble que les ventes de reflex en France (argentique) étaient de 280.000 par an.

    Ensuite, avec l’arrivée du numérique, les gens sont passés de l’argentique au numérique et ont massivement
    investi dans le format apparemment "dominant", l’APSC :
    > 400.000 reflex numérique étaient vendus chaque année vers 2008.

    Ensuite, on a assisté au déclin des ventes dû :

    - À la crise des "subprimes"
    - Une certaine saturation du marché (un reflex numérique peut se garder >10-15 ans) et de nombreux photographes ne sont pas des geeks contrairement aux apparences.
    - Une désaffection des clients du marché "amateurs" absorbés par d’autres achats (smartphones, gadgets électroniques,etc...)...ou cetains bridges, plus universels (Le marché ne s’est pas forcément complètement effondré) ET supposés plus fiables.

    Reste le marché "expert" : Il a toujours existé et je n’ai aucune raison de penser qu’il s’est contracté du fait de la promotion permanente dont il bénéficie : Internet et la presse !

    Au 16 juillet 2020 , et depuis le début de l’année , les opticiens ont présenté :

    29 optiques 24x36 (12 marques différentes)
    1 optique APSC ( 1 marque)
    2 optiques MFT ( 1Olympus + 1Cosina)

    ...ce qui suggère tout de même que l’essentiel des ventes d’objectifs se fait avec le marché professionnel
    (1% du marché DSC ? et 10% (estimation à la louche faute de stats officielles)

    Ces 2 marchés sont amha relativement stables, ce qui fait que je ne suis pas entièrement convaincu par le discours de "sinistrose permanente".

    Le marché photo connaît une nouvelle mutation :

    - La mutation télémétrique-reflex (1950-1965 environ)

    - La mutation reflex manuel-reflex autofocus (1985-1992 env.)

    - La mutation reflex argentique-reflex numérique (2000-2008)

    - La mutation reflex numérique-mirrorless (2008-2019 ?)

    Les gens sont encore en position d’attente étant donné que les gammes optiques des 2 principaux acteurs du marché photo sont en construction et que ces gammes ne seront "complètes" que vers 2025-2028...

  • @L’emm*** (m25)
    "Je ne suis pas certain que l’engouement pour ces nouveaux venus perdure et je pense même que les reflex traditionnels avec monture EF ne sont peut-être pas morts pour les raisons suivantes :
    - les nouvelles optiques pour hybrides sont toujours encombrantes et de plus en plus chères ;
    - les viseurs optiques (OVF) sont toujours très appréciés (ça repose l’oeil) ;
    - les photographes et non les passionnés de tuning ne sont pas tous atteints de boulimie avec le dernier "matériel à la mode" ;
    - cette course à l’armement surréaliste est en parfaite contradiction avec les sujets de société (chômage, pollution, pillage des ressources, etc.) qui nous préoccupent actuellement, nous pauvres humains pollueurs-consommateurs ; surtout pour créer de trop lourds fichiers qui moisiront sur des disques durs, finiront peut-être sur un "fléau social" énergivore et au mieux sur un vulgaire tirage papier réalisé chez un discounter de l’image grand public (autrement dit, de la "merde")."

    MAUVAIS CALCUL !
    Canon est le patron de sa boîte et il fera tout pour que les gens basculent du reflex=>mirrorless
    en suscitant l’envie chez le consommateur.
    J’ai commis la même erreur que vous en pensant que je pourrais garder mes FD et mon reflex AE1 Program/A1
    et puis Canon a présenté de nouvelles optiques ....qui n’existaient pas en MF....et j’ai fini par basculer dans le système EOS comme les copains ! Et je me suis constitué ma gamme d’objectifs petit à petit (1 optique par an).

    Les gens se plaignent des optiques "trop lourdes, trop encombrantes" ?

    Eh bien, contrairement à ce que vous racontez, les opticiens sortent constamment des optiques toujours plus légères et toujours plus compactes !

    Le 100-500/4,5-7,1 LIS RF de 2020 pèse 1370g et mesure 208mm.

    En 1981/83 Minolta proposait un 100-500/8 MD pesant 2082g et mesurant 332 mm.

    Mardi prochain, Nikon présentera son zoom 24-50/4-6,3 Z qui sera le plus léger et le plus compact jamais commercialisé par la marque en 24x36. Longueur attendue= 32mm, poids espéré=135g.
    On peut comparer ces cotes avec celles du 24-50/3,3-4,5 AF Nikkor de 1988 : L=74 mm P=335g.

    Il y a également le 18/2,8 qui a largement progressé entre :
    Le Nikkor 18/2,8 AFD : L=68,5 mm P=385g (1993)
    et le Samyang 18/2,8 FE : L=61mm P=145g (2019)

    Et les téléobjectifs ?
    En 1952, Nikon commercialisait un 500/5 pour AP 24x36 : L=490 mm P=8550 g
    En 2018, Nikon a annoncé un 500/5,6 AFS PF VR : L=237 mm P=1460g !!!

    Le procès que vous faites aux optiques est injuste. C’est un peu comme si je reprochais au modèle
    successeur de la Renault 5 de 1971 d’être plus lourde !

    La réalité, c’est que la science des optiques progresse lentement mais elle progresse tout de même !

    Quant aux tarifs, celui des optiques de pointes est cher mais reste en principe à peu près constant dans la durée en intégrant l’inflation :

    En 1988, un Canon 600/4 L EF (6 Kgs !!!) coûtait officiellement 59000 Frs (8994 € de l’époque !)
    En 2020, un 600/4 LIS III EF (3050 g !) est facturé en "SP" 13646 €, soit une inflation moyenne de 1,3% par an ...mais des performances bien meilleures...et un devis poids divisé par 2 !

    On ne peut pas dire vraiment la même chose des voitures de luxe :
    En 1981, une des meilleures voitures de sport, la Ferrari BB 512 coûtait 330.000 Frs (50.308 €).
    En 2020, la meilleure voiture de sport "courante" (Je mets de côté l’Enzo et Cie), la Ferrari 812 Superfast 297914 € !!! C’est plus que l’inflation ...

    Pour en revenir aux R5/R6, tout le monde n’est pas intéressé....mais quand même un p’tit peu, hein !
    12-20 i/s à 45 MP, les photographes professionnels regardent quand même !
    Et puis les professionnels usent leurs boîtiers assez rapidemement et comme l’offre du moment est appréciable, ils ne la refuseront pas.
    La vidéo 8 K à 30 i/s peut aussi être utile pour décomposer des mouvements (scènes de sport, photo animalière,....).

    "- cette course à l’armement surréaliste est en parfaite contradiction avec les sujets de société (chômage, pollution, pillage des ressources, etc.) qui nous préoccupent actuellement, nous pauvres humains pollueurs-consommateurs ; surtout pour créer de trop lourds fichiers qui moisiront sur des disques durs, finiront peut-être sur un "fléau social" énergivore et au mieux sur un vulgaire tirage papier réalisé chez un discounter de l’image grand public (autrement dit, de la "merde")."

    - Le chômage a toujours existé
    - La pollution, il y en a moins qua’avant et les APN ne consomment plus du tout de sels d’argent !
    Accessoirement, ils sont ZÉRO ÉMISSION...
    - Quant aux ressources, le plastique est fait à partir de Carbone et d’hydrogène, le capteur est en silicium,
    les batteries consomment du Lithium abondant dans les océans (Il reste 230 milliards de Tonnes dans les océans) : C’est pas demain la veille que ces éléments chimiques seront épuisés !

    " surtout pour créer de trop lourds fichiers qui moisiront sur des disques durs, finiront peut-être sur un "fléau social" énergivore et au mieux sur un vulgaire tirage papier réalisé chez un discounter..."

    Que proposez-vous ? Arrêtez de faire de la photographie et revenir à la peinture à l’huile ???
    C’est vrai qu’on fait moins de tirages....et donc on gaspille moins de papier photo !!!

    C’est un peu contradictoire avec ce dont vous vous réclamez, non ?

    "...être sur un "fléau social" énergivore "

    Ça va question consommation énergétique, on a vu pire qu’un APN ou même un ordinateur, non ?
    Et puis, la production d’énergie devient de plus en plus verte :
    Demain, de nouvelles centrales nucléaires feront leur apparition qui nous mettront à l’abri de la pénurie pendant des centaines de millions d’années (au rythme actuel de la consommation)
    et on pourra même réparer les dégâts causés par les générations précédentes !
    C’est pas beau le progrès ?

  • @25 et 49
    Vous avez là le résultat d’une ingestion de sangria au méthanol, à moins que ? ...

  • @51 Mr le Péremptoire,
    Sans doute êtes-vous d’une ignorance crasse en matière d’exercice photographique, je vous informe donc qu’il existe encore des photographes à l’instar de Bernard Plossu qui contrairement à vous exposent et publient préférant photographier avec un matériel modeste plutôt que de pérorer comme vous le faites.

  • Eric-p
    Votre pseudo démonstration est un tissu de bêtises.

  • 09/07/2020 | Benjamin Favier
    L’EOS R5 sortira lui le 30 juillet au prix de 4 499 € nu.

    29 mai, 13:07, par eric-p
    Déjà, lorsque Canon lance un boîtier, en général, ...c’est pour le vendre, et plutôt en grande quantité !
    Aux dernières nouvelles, il serait vendu <4000 $, une somme relativement raisonnable compte tenu de la polyvalence du produit.

    Soient 3500€, bien vu !.. à 1000€ près

  • @56
    Quand on aime on ne compte pas !
    A ce tarif faudra sans doute ajouter la bague de conversion optique EF/R sans bénéficier également d’optique kitée, soit grossièrement 300/400€ + 400€, soit à rajouter environ 700/800€, un système qui démarre à 5200/5300€, pour être conciliant disons 5000€ !
    c’est très exactement ce que je pense depuis les premières annonces tarifaires : Canon est très très cher.
    J’espère que Sony va pousser Canon, à revoir la chose ?

  • IL NE FAUT JAMAIS ETRE A LA MODE MAIS LA SUIVRE

  • @eric-p : non niveau pollution on a rarement vu pire qu’un ordinateur et un apn

    1/ il faut les fabriquer : 50 % de la pollution provient de la production
    2/ il faut les livrer : on les importe donc depuis des cargos qui polluent plus que des aeroports
    3/ il faut les utiliser : on fait donc des photos que l’on stocke sur des réseaux sociaux qui ne sont que des espèces de stockage, serveurs energivores à la production et à l’usage qu’il faut refroidir et qui génèrent quantité de gaz à effet de serre.
    4/ il faut renouveler ses matériels régulièrement puisque l’utilisation est de plus en plus intense et on revient au point 1/.
    il faut bien analyser toute la chaîne de la valeur et l’écosystème pour réaliser que si la photo actuelle est une pollution sans nom (en revanche, c’est la même pollution qu’elle soit depuis un téléphone ou un appareil photo de qualité).
    la question à laquelle personne n’a envie de répondre est : je me prive de quoi pour sauvegarder l’environnement ?
    Deja en conservant son matériel autant que possible on réduit son impact (50 % de la pollution est due à la production).
    Après la photographie en tant que telle a un impact mineure mais considérée dans son usage d’ensemble...
    Enfin l’histoire de la photographie a été pliée par le téléphone et c’est pas fini la degringolade.

  • @Anonyme (m59)

    Ah, je l’attendais celle-là !
    Eh bien je vais vous faire une réponse qui va vous surprendre :
    - Je n’ai pas de voiture
    - Je n’ai même pas de permis de conduire
    - Je ne fume pas, je ne picole pas (Je dois pas être très Français !)
    - Je fais la leçon à ma femme qui milite pour greenpeace...mais qui ne possède pas le moindre échantillon de comportement écologique vertueux sur elle !
    - Les écologistes (les vrais), je les ai rencontrés quand j’étais petit avec mes grands parents paternels : Ils recyclaient tout du fait des nombreuses privations dont ils ont été victimes durant les 2 guerres mondiales et du climat économique morose qui régnait jusqu’au début des années 1950’ pour les prolétaires (au moins !).
    C’est une excellente école (mais les gens ont oublié ) !
    - Je roule en 24x36 depuis la période argentique (forcément) et j’ai investi directement sur un 5D
    ...pour ne pas avoir à réinvestir sur des optiques EF-S qui seraient devenues des doublons de ce que je possédais déjà. Depuis 2006, j’ai toujours mon 5D de 12 MP !
    - Je ne prône pas le gaspillage !

    Maintenant concernant la gestion de l’environnement, la pollution, le recyclage, la surpopulation supposée :
    Beaucoup de conneries ont été dites...à commencer par les écologistes eux-mêmes qui connaissent mal leur sujet (et c’est normal !).
    Il y a deux façons de voir les choses : Le verre à moitié vide ou ...le verre à moitié plein !
    Vous avez des écologistes/défenseurs de l’environnement/adeptes de la décroissance qui vous annoncent
    pratiquement la "fin du monde" (genre Yves Cochet, Denis Meadows, Jancovici, Pablo Servigne ou Philippe Bihouix,...) qui possèdent de vrais arguments pratiquement incontestables....mais qui commettent généralement l’erreur classique de raisonner "à technologies constantes" !
    Or, le monde n’obéit pas aux équations différentielles emmagasinées dans un ordinateur comme le laisse supposer Denis Meadows ! Les gens possèdent toujours leur libre arbitre et trouvent des solutions aux problèmes qui leur font face !
    La pollution que vous évoquez est essentiellement due à des modes de production énergétique technologiquement totalement dépassés et il faut évidemment...trouver autre chose !
    Cette solution, nous pensons l’avoir : C’est la fusion aneutronique prônée par Heinrich Hora et quelques autres depuis environ 50 ans et qui commence à être reconnue (Voir l’excellent site HB11 Energy !).
    Grâce à cette technologie, l’humanité pourra produire la même quantité d’énergie primaire pendant ...500 millions d’années !
    Cette ressource énergétique pourrait être disponible en 5 ans...à condition d’obtenir les crédits pour construire
    le laser "Nexawatt" qui n’est malheureusement toujours pas financé. Trop de dispersion dans les différentes filières énergétiques...
    Pas de radioactivité en amont, pas de radioactivité en aval, pas de risque de prolifération nucléaire (terrorisme international et autres délires du même genre), possibilité de fabriquer des milliers de centrales nucléaires
    capables d’éliminer rapidement toutes les centrales thermiques au charbon/fuel/gaz instantanément ou presque....Et vous éliminez 25% des émissions mondiales de CO2. cOût du Kwh défiant toute concurrence
    (le facétieux Eric Lerner l’avait évalué à....0,5 cent /Kwh, moins qu’une centrale hydraulique !!!)
    Vous voulez ramener le taux de CO2 dans l’air à 285 ppm ?
    Aucun problème : Vous construisez 40.000 centrales capables d’absorber 1 MT de CO2/an et vous ramener la concentration de CO2 dans l’air au même niveau que celui de l’ère pré-industrielle en 25 ans !
    Pas dans 10.000 ans comme le laisse entendre Jancovici avec ses mesures passives !
    Bien avant la "limite de la fin du monde" dont on n’arrête pas de nous rebattre les oreillles...
    À bien y réfléchir, TOUS les problèmes de pollution dans l’air, le sol ou les eaux sont résorbables à condition
    de s’en donner les moyens, c’est à dire en disposant de l’énergie nécessaire pour affronter le problème.

    Pour ce qui est de la pénurie des matières premières, là aussi on a mal abordé le problème :

    - Les techniques d’exploitations minières peuvent encore laaaargement progresser
    - Certains métaux peuvent être extraits de l’eau de mer (Lithium, uranium, etc....)
    - Certains métaux rares peuvent être substitués par d’autres métaux plus abondants
    - On peut exploiter des minerais dont la teneur en tel métal est de plus en plus faible ....sans nécessairement faire exploser les coûts d’exploitation (La teneur des minerais en Cuivre décroît régulièrement et le coût du Kg de Cuivre n’a pas explosé pour autant !)
    - L’épuisement des mines de Fer ne signifie pas pour autant qu’on arrêtera d’exploiter le Fer !
    - Si on devait finalement manquer de métaux, on pourrait toujours envisager d’exploiter les ressources minières de l’espace ! Une mission spatiale est d’ailleurs prévue pour 2022 afin d’explorer l’astéroïde "Psyché"
    qui est le plus gros astéroïde métallique connu du système solaire (3000 ans de réserves mondiales en Fer et Nickel +quelques autres métaux au niveau de la production mondiale).
    Reste aussi la Lune, Mars, Mercure ou Vénus.
    - On peut même fabriquer artificiellement certains éléments chimiques grâce aux techniques de physique nucléaire (Le Plutonium pour les militaires, le Technétium pour les médecins, bientôt l’Hélium 4 pour des tas d’applications,...)
    Conclusion : La soi-disant pénurie de métaux/éléments chimiques annoncée en réalité...n’existe pas !

    Si nous ne pouvons pas aller jusqu’aux montagnes, les montagnes peuvent venir jusqu’à Mahomet !

    Pour ce qui est de la pénurie alimentaire ou de l’eau potable, on nage également dans les délires apocalyptiques habituels pour les mêmes raisons que celles que j’ai abordées précédemment.
    Le blogueur américain Brian Wang estime qu’on peut nourrir 40 milliards de personnes...si on veut !
    (site Nextbigfuture)

  • @Octant (m56)
    29 mai, 13:07, par eric-p....
    09/07/2020 | Benjamin Favier
    L’EOS R5 sortira lui le 30 juillet au prix de 4 499 € nu.

    29 mai, 13:07, par eric-p
    Déjà, lorsque Canon lance un boîtier, en général, ...c’est pour le vendre, et plutôt en grande quantité !
    Aux dernières nouvelles, il serait vendu <4000 $, une somme relativement raisonnable compte tenu de la polyvalence du produits"

    "...Soient 3500€, bien vu !.. à 1000€ près"

    DANS LA CITATION QUE VOUS FAITES, JE VOUS AI PARLÉ DE DOLLARS(donc HT !!!), PAS D’EUROS !!!

    Dépriviou a annoncé le tarif du R5...conforme à ce que je vous avais annoncé :

    "As you can see from the spec list, there’s a lot to cover. Follow along with us as we take an in-depth look at all that Canon has to offer in its latest high-end mirrorless camera. The EOS R5 will be available at the end of July for $3899 USD body-only, or $4999 with the RF 24-105mm F4L."

    Par ailleurs, si vous aviez lu l’ensemble de mes interventions sur le sujet vous auriez lu la chose suivante :

    Canon commercialise généralement ses produits à "tarif constant" corrigé de l’inflation qu’on peut évaluer grossièrement à 1% par an .

    Le R5 est l’héritier direct du Canon 5D Mk IV qui avait été officiellement annoncé en France au tarif de 4099 € en 2016.
    Il était donc facile d’imaginer que le R5 serait commercialisé au tarif de 4099 € + 4% =4265 €.

    La réalité, c’est que Canon estime que l’ajout de la vidéo 8K et des autres innovations vaut bien un
    "petit surcoût supplémentaire" par rapport à ces 4265 € théorique. 4499 € au lieu de 4265 €, c’est
    5,5% de plus que mon évaluation théorique : Ma boule de cristal ne fonctionne donc pas si mal !
    Je rappelle que le R5 dispose de capacités photographiques dont ne disposait pas le 1D-X Mk II vendu 6000 $ en 2016 (12 i/s à 20 i/s pour le R5 Vs 14i/s à 16 i/s pour le 1D-X Mk II, le 8K évidemment, le traitement amélioré du bruit dans l’image qui repousse ce qui se faisait auaparavant d’une ouverture,etc,etc...).
    Canon ne fait pas cadeau de sa technologie et demande un petit supplément.
    Quand les gens auront testé "la bête", ils paieront 4500 € sans broncher...tandis que le autres attendront
    un an, deux ans le temps que Canon réduise ses ambitions tarifaires....ou la période de liquidation des stocks (dans 4 ans ?).

  • @53
    "@51 Mr le Péremptoire,
    Sans doute êtes-vous d’une ignorance crasse en matière d’exercice photographique, je vous informe donc qu’il existe encore des photographes à l’instar de Bernard Plossu qui contrairement à vous exposent et publient préférant photographier avec un matériel modeste plutôt que de pérorer comme vous le faites."

    Oui, et alors ??? Ai-je jamais dit qu’il fallait absolument travailler avec du matériel "cher" ???
    Bernard Plossu travaillait avec un reflex Nikon 24x36 + 50 mm du temps de l’argentique.
    Ça tombe bien : Je prône le 24x36 pour tous et il est désormais bon marché
    (Des boîtiers FF en déstockage se trouvent à < 650 € et le kit Canon RP + 24-105 STM est à 1160 € en ce moment même !).
    Ce sont désormais les "formats de pauvres" qui deviennent hors de prix (Fuji XT4, OMD EM1 Mk III, Pana G9...) !!!

  • Vous êtes où les acquéreurs de matos ? Voyage, on ne vous voit pas. Concert ? On ne vous voit pas. Architecture ? On ne vous voit pas. Mode ? On ne vous voit pas. Portrait de famille dans le jardin parfois. Sortez de chez vous au lieu de claquer 10000 dans du matos.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE