Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

FUJIFILM

Canon PowerShot G3 X : plus long le zoom

18/06/2015 | Benjamin Favier

Présenté en début d’année, cet appareil ressemble beaucoup au G7 X, fer de lance de la gamme PowerShot. S’il est dénué de viseur, il se rapproche toutefois plus de l’univers des bridges, de par son zoom 25x et son gabarit…

Présentation

L’annonce du G3 X vous avait peut-être échappé, puisqu’elle survenait en même temps que celle des EOS 5DS/5DR, EOS 750D/760D, EOS M3 ou encore l’EF 11-24 mm f/4L USM. Au beau milieu de ce feu d’artifice, Canon dévoilait le prototype d’un boîtier fortement inspiré du G7 X, lancé en 2014.

Baptisé G3 X, ce boîtier s’intercale entre ce dernier et le G1 X Mark II, doté d’un capteur plus grand. Car le G3 X se contente d’un imageur d’un pouce et 20 Mpxl : celui embarqué dans le G7 X. La comparaison entre les deux modèles se poursuit au niveau du design. Canon a adopté une approche similaire en affublant le déclencheur et le barillet de réglages d’une couronne rouge, qui fait écho aux optiques de la série L. Signe que ce boîtier se situe dans le haut de la gamme PowerShot.

Le flash, extractible via un bouton, est placé au même endroit que sur le G7 X. Le jeu des comparaisons s’arrête là, car le G3 X offre une ergonomie plus poussée. Sur le dessus, la griffe porte-accessoires permet de monter n’importe quel flash Speedlite de la marque (ou des modèles compatibles), mais sans la possibilité de les utiliser en mode esclave, le flash intégré n’assurant pas de fonction maître ; la griffe peut aussi accueillir le viseur électronique EVF-DC1 (2,36 Mpts), apparu en même temps que le G1 X Mark II et également compatible avec l’EOS M3. Près du déclencheur trône une molette, paramétrable, au même titre que la bague de mise au point de l’optique et la roue codeuse à l’arrière.

Au dos, la disposition des touches est identique à celle du G1 X, seule leur nature diffère. L’écran de 3,2 pouces, monté sur charnière, est inclinable à 180° vers le haut (à condition de ne pas utiliser le viseur externe), mais aussi à 45° vers le bas, ce qui est pratique pour viser au-dessus d’un obstacle ; rappelons que le LCD du G7 X pivote uniquement vers le haut. Tactile, il autorise le déclenchement, la navigation dans les menus ou l’agissement sur les réglages pendant un enregistrement vidéo du bout des doigts. L’écran compte 1,62 Mpts.

Mais la principale raison d’être du G3 X se trouve sur la face avant : il s’agit bien sûr du zoom 25x, équivalent à un 24-600 mm f/2,8-5,6, stabilisé sur deux axes (cinq en vidéo) avec un gain annoncé à 3,5 vitesses. La formule repose sur dix-huit éléments, dont quatre lentilles asphériques, deux verres UD et un Hi-UD, répartis en treize groupes. Notons que, contrairement à son habitude, Canon a placé le système IS près de la lentille frontale, afin de gagner un peu en compacité.

Le diaphragme est composé de neuf lamelles. Quant à la distance minimale de mise au point, en mode macro, elle est de 5 cm au grand-angle, et de seulement 85 cm à 600 mm. Un bouchon est fourni, muni d’un cordon pour l’attacher au boîtier ; cependant, le pare-soleil LH-DC100 est optionnel : la bague permettant de le visser possède un filetage pour employer des filtres. À noter, le G3 X offre la possibilité d’activer un filtre ND intégré, aussi bien en photo (utile, l’obturateur plafonnant à 1/2000s) qu’en vidéo.

Canon insiste beaucoup sur les capacités du G3 X en matière de tournage. Il est vrai que le boîtier possède quelques atouts, à commencer par la double présence d’une prise micro et d’une prise casque, avec la possibilité de contrôler le niveau sonore via un vumètre dans les menus (nous ne savons pas encore s’il s’affiche à l’écran pendant le tournage). En revanche, il faudra encore patienter pour tourner en 4K chez Canon, l’EOS-1D C demeurant pour l’instant le seul appareil photo de la marque à pouvoir le faire. Il faudra ici se contenter de filmer à 24 ou 60 im/s en 1080p. Les réglages sont entièrement débrayables pendant le tournage : la fonction tactile de l’écran est précieuse dans cette perspective pour agir en toute discrétion. Le focus peaking peut lui être mis à contribution pour faire le point manuellement. Détail appréciable, la semelle du G3 X est munie d’un double pas de vis pour optimiser l’usage avec des rotules vidéo.

Parmi les autres fonctions, soulignons l’apparition d’un déclenchement Bulb, accessible via le mode d’exposition manuelle. En tant que modèle « expert », le G3 X permet de photographier au format Raw. En revanche, pas d’intervallomètre (il y a simplement un mode Scène Star Time-lapse Movie) ou de mode de panorama par balayage. Ni de récepteur GPS. Néanmoins, le WiFi NFC est bien là, et permet de déclencher le boîtier à distance, aussi bien en photo qu’en vidéo, ou d’envoyer des fichiers vers des périphériques connectés, via l’application Camera Window.

Pour finir, il est important de signaler la présence de joints d’étanchéité : sans revendiquer le label « tropicalisation », le G3 X est ainsi le premier boîtier de la gamme PowerShot G à bénéficier de protections contre les intempéries. Avec un poids de 733 g, le G3 X n’est clairement pas un compact. Et en ajoutant le viseur externe et le pare-soleil (hélas optionnel), l’embonpoint devient manifeste. Le grip en façade, très bien dessiné, rend la prise en main confortable.

Le boîtier est alimenté par l’accu NB-10L, qui autorise, selon Canon, trois cents vues (deux cent quarante avec le viseur électronique). La sortie est prévue pour la mi-juillet au prix de 899 €. Parmi les accessoires optionnels, le pare-soleil et la bague adaptatrice, tous deux en plastique, devraient se situer aux alentours de la quarantaine d’euros, tandis que le viseur EVF-DC1 coûte 250 €.

- Le site de Canon

Premier avis

Positionné à 899 €, sans viseur, le G3 X aura fort à faire, tant la concurrence est rude sur le segment des boîtiers dotés d’un capteur 1 pouce. Ses principaux rivaux sont des bridges : les Panasonic FZ1000 et Sony RX10/RX10 II. Face à eux, le G3 X a pour lui la polyvalence de son zoom 25x. En revanche, le Lumix et le RX10 II filment en 4K (mais ce dernier se situe dans une autre sphère tarifaire) et intègrent un viseur…

Reste que pour un usage vidéo, ce boîtier s’avère très attrayant pour qui veut éviter d’avoir à changer d’optiques sur le terrain, tout en bénéficiant d’un capteur d’une taille suffisante pour jouer sur la profondeur de champ. La pertinence du G3 X pose plus question sur le versant photo : comme nous l’avons mentionné, la présence de boîtiers munis de viseurs à des tarifs équivalents, comme les Panasonic FZ1000 et Sony RX10, risque de mener la vie dure au nouveau venu. Mais nous attendrons d’avoir effectué un test pour émettre un jugement définitif. L’avènement du G3 X pose en revanche des questions sur le futur des bridges au sein de la marque sur le segment grand public : un créneau de plus en plus occupé par les compacts dotés d’un zoom de forte amplitude, comme le SX710 HS. Le dernier bridge en date en entrée de gamme est le SX60 HS et son délirant zoom 65x.
Même question concernant le G1 X Mark II. Certes, il adopte un capteur plus grand que les G7 X et G3 X. Mais avec la réussite du G7 X, plus celle de l’EOS M3, que l’on peut considérer comme le « vrai » premier compact à objectifs interchangeables de Canon, il reste peu de place à un éventuel successeur du G1 X Mark II…

Caractéristiques

  • Capteur : Cmos BSI 1" (8,8 x 13,2 mm), 20 Mpxl
  • Taille d’image : [3/2] 5472 x 3648 pxl
  • Vidéo maxi : 1080p (30 ou 60 im/s, son stéréo)
  • Format de fichier : Jpeg, Raw, MP4
  • Zoom : 24-600 mm (éq. 24 x 36) f/2,8-5,6
  • Mode macro : 5 cm (GA) - 85 cm (Télé)
  • Mise au point : multizone (31), détection de visages, ponctuelle
  • Stabilisation : oui (optique)
  • Écran : LCD 3,2 pouces tactile, 1,62 Mpts, orientable à 180° vers le haut et 45° vers le bas
  • Viseur : optionnel (EVF)
  • Modes d’exposition : Auto, PASM, scènes (7), filtres créatifs (10), vidéo
  • Sensibilités : 125 - 12 800 Iso
  • Balance des blancs : auto, prédéfinie, mesurée
  • Vitesses : 1 s - 1/2 000 s
  • Rafale : 5,9 im/s
  • Flash : incorporé ou externe sur griffe Iso
  • Stockage : SD - SDXC
  • Connectique : Mini HDMI, USB 2, micro, casque
  • Wi-Fi : Transfert de fichiers, contrôle à distance, géolocalisation, configuration simplifiée par NFC
  • GPS : -
  • Accu : Li-Ion NB-10L ; environ 300 déclenchements (240 avec le viseur optionnel)
  • Dimensions / poids : 123,3 × 76,5 × 105,3 mm / 733 g (avec accu et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

BBB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Fujifilm