Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon : un capteur de folie !

08/09/2015 | LAURENT KATZ

Alors que l’on s’extasie sur les 50 Mpxl de l’EOS 5Ds, Canon annonce le développement d’un imageur de 250 Mpxl. Pas pour Monsieur Tout-Le-Monde, mais pour des applications bien particulières.

Il y a cinq ans, pour l’édition 2010 de Canon Expo, nous titrions « un cru haute définition », car outre un moniteur 4K, Canon dévoilait deux capteurs Cmos, l’un de 50 Mpxl avec une matrice de filtres utilisant six couleurs, le rouge, deux verts, un orange, un bleu et un violet, l’autre procurant 120 Mpxl. Nul ne doute qu’à Canon Expo 2015, qui se tiendra du 13 au 15 octobre, à la Grande Halle de La Villette, à Paris, cet imageur de 250 Mpxl tiendra la vedette. Même si l’on verra peut-être le prototype d’un reflex avec un capteur de 120 Mpxl, pas forcément le même que celui montré cinq ans auparavant.

Parlons un peu chiffres. Canon indique qu’il s’agira d’un capteur Cmos APS-H (29,2 x 20,2 mm), un format employé sur certains reflex de la marque dans le passé et tombé en déshérence depuis l’EOS 1D Mark IV, lancé en 2009, qui montait à 102 400 Iso et avalait dix images par seconde. Bon compromis entre l’APS-C et le plein format, l’APS-H présente un facteur multiplicateur de focale de 1,3x, le 50 mm de base devant un 65 mm quand l’APS-C version Canon le transforme en 80 mm. Leica a aussi employé ce format avec les M8, M8-1 et M8-2. La définition exacte est de 19 580 par 12 600 pixels. Canon ne donne pas d’indication sur la taille des photosites ou la sensibilité maximale. Mais pour la sidération des foules, elle précise que « ce nouveau capteur a permis de réaliser des images sur lesquelles étaient lisibles les lettres figurant sur la carlingue d’un avion volant à environ 18 km de distance », ajoutant dans une notule du communiqué de presse que cela a été obtenu « par la combinaison de possibilités optiques et numériques. La lecture de l’image permettant de distinguer les lettres a été possible après agrandissement d’une zone correspondant à environ 1/40 000e de la surface totale de l’image ». Dont acte.

Tant de pixels, c’est bien, mais le capteur doit les transmettre fissa à l’appareil. Canon indique que l’électronique associée mouline à 1,25 milliard de pixels à la seconde, ce qui a permis, avec une caméra prototype de filmer à la cadence asthmatique de 5 im/s des vidéos de 250 Mpxl, soit 125 fois la Full HD et 30 fois la 4K. Ce capteur a vocation à être exploité en vidéosurveillance grâce à la faculté de zoomer et zoomer encore dans l’image. Souvenez-vous de la scène du film Blade Runner de Ridley Scott où Harrisson Ford, grâce à un ordinateur d’analyse d’image, extrait un détail d’une petite photo. Ce qui est techniquement impossible puisqu’aucune intelligence ne peut inventer des données absentes de l’image, alors qu’un capteur avec tant d’informations rendrait ce type de procédure plus crédible. Autre usage, la surveillance de procédés industriels pour lesquels une caméra associée à un logiciel assurerait, par exemple, un contrôle très fin de l’état de surface d’un matériau.

- Le site de Canon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • C’est un peu de la "fausse com".
    Au moment de l’annonce du 1 D-X (octobre 2011), Canon nous jurait "main sur le coeur" que la pixelrace était terminée,
    qu’ils allaient s’intéresser à d’autres paramètres (dynamique, rendu des couleurs, vitesse des rafales,etc...)
    et puis Canon a finalement annoncé son reflex de 50.6 MP.
    Il semble en réalité que les opticiens soient incapables d’abandonner la pixelrace parce que celle-ci continue d’être un argument marketing important.
    Canon, comme les autres fabricants, a besoin de faire rêver sa clientèle en proposant des appareils toujours plus performants (en particulier vis à vis de ses concurrents) et la pixelrace n’est donc pas prête de s’achever de sitôt !

    Ce genre d’annonce n’est donc qu’une toute petite partie du travail d’investigation des fondeurs de Canon qui nous donne une petite idée de ce à quoi ressembleront les reflex (ou mirrorless ?)de "Demain" (5 à 10 ans).
    Pas un mot sur l’évolution de l’AF capteur, la dynamique, le global shutter,etc....

    Au printemps 2007, Canon avait présenté un capteur APS-H de 50 MP qui a finalement abouti au 5Ds 24x36.

    En août 2010, Canon présentait un capteur APS-H de 120 MP qui devrait aboutir à l’annonce d’un vrai produit
    pour 2016 (Canon vient officiellement d’annoncer son développement).

    On peut donc également raisonnablement penser que ce capteur de 250 MP aboutira à un reflex 24x36 (ou un mirrorless !) de définition identique à l’horizon 2020.

    Notez que la progression de la définition des capteurs suit une courbe empirique de + 20% (en nombre de pixels) par an depuis la sortie du premier 1 Ds en septembre 2002 ...

    Si une telle progression se poursuit jusqu’en 2030, elle pourrait signer l’obsolescence des converters x1.4 & 2x du fait de
    la limitation de ces capteurs par la diffraction (Le futur DSLR 120 MP sera limité par la diffraction à f/8).

  • En astrophoto on fait des images haute définition avec un capteur de webcam : on combine et on traite (par logiciel) une suite de clichés légèrement décalés. On peut faire pareil en photo sur des sujets statiques, comme des oeuvres, des monuments. Sur des sujets dynamiques il faudrait pouvoir obtenir des rafales très rapides ou s’orienter vers des systèmes sans obturateur capables de lire plusieurs milliers de fois par seconde l’information issue du capteur, et de la traiter ou l’enregistrer. Un léger décalage du capteur peut être programmé pour intervenir lors de la prise de vue. Plusieurs pistes sont donc ouvertes. Un « capteur de folie » associé à des objectifs à la hauteur n’est certainement pas la plus économique.

  • Perso je me contente très bien de 16mpx. Si ce capteur sortait demain, ça serait un enfer de stockage et de traitement, pour un gain insignifiant. Dans un cadre photographique "traditionnel" en tout cas.

  • @eric-p : tout à fait d’accord avec toi !
    J’ai acheté un D800 uniquement parce qu’il offrait la meilleure dynamique disponible, mais je me serais très bien contenté de 1/3 de pixels en moins, ce qui aurait par ailleurs signifié une dynamique et / ou une montée en ISO encore meilleures.
    Sony propose d’ailleurs actuellement un modèle avec peu de Mpx mais une forte montée en ISO... comme quoi il doit bien avoir de la demande dans ce domaine !

  • @P-M M

    Les choses sont peut-être en train de changer de ce côté là puisque Sony a commercialisé des capteurs "empilés"
    1" qui pourraient être étendus au format APSC voire 24x36 à l’avenir.
    En réalité, l’annonce de Canon est un trompe-l’oeil qui masque difficilement le retard de la marque dans certains
    domaines :

    - Toujours pas d’"exmor" que Sony continue de développer depuis 8 ans

    - Pas de capteur BSI "maison" (ceux du G3X /G7X proviennnent de Sony !)

    - Pas de technologie "stacked CMOS"

    Ça commence à faire beaucoup...

  • Je vois plutôt là un nouveau "progrès" dans la surveillance des citoyens, déjà considérablement surveillés et controlés .....
    Le reste est anecdotique puisque ce produit par son prix et sa technologie ne s’adresse visiblement pas à l’homme de la rue.

  • "Alors que l’on s’extasie sur les 50 Mpxl de l’EOS 5Ds"

    Quand je pense aux levées de boucliers en l’honneur des 36 Mp du D800....
    Pour le reste, ok avec le commentaire 6.

  • Avec ce genre d’annonces on s’éloigne de plus en plus de la photographie !
    Il n’est pas nécessaire de posséder des batteries de missiles pour tuer des mouches...

  • @8
    Pourquoi s’éloignerait-t-on de la photographie en augmentant la définition du capteur ???
    Du temps de l’argentique, on commercialisait des films HD (Gigabits,etc...) censés restituer les plus fins détails des objectifs....mais qui nécessitaient un développement spécial (pas dans le commerce courant).
    Aujourd’hui, Canon s’apprète à proposer un capteur ultrafin suceptible de satisfaire les utilisateurs de MF argentique voire de chambre photographique 4" X 5 ", les MF numériques étant toujours aussi rares sur le marché....bien sûr avec tous les avantages du numérique et de la gamme pléthorique EOS !
    Qui se plaindra d’un capteur susceptible de simuler du MF (de nouvelles optiques TS sont paraît-il en cours de développement) ? Il faudra monter au moins des Otus pour espérer répondre
    à ce capteur de 185 pl/mm ...ou attendre la prochaine génération de "grands blancs" qui promet des perfs optiques inédites...
    Avec une telle définition, on pourra faire des tirages géants de 1 m X 1.5m à 220 ppp bien sûr sans interpoler le fichier. L’usage commercial est évident.
    Et puis, l’intégration d’un mode caméra 8 K en S35 mm va intéresser plus d’un professionnel, croyez-moi !

  • @8 :

    Avec ce genre d’annonces on s’éloigne de plus en plus de la photographie !
    Il n’est pas nécessaire de posséder des batteries de missiles pour tuer des mouches...


    Moi aussi j’ai assez des 16 Mpixels de mon Fuji X-T1 etc., mais l’intérêt de la sortie d’appareils avec capteurs à 50 ou 100 Mpixels c’est que ça fera baisser les prix des appareils qui n’ont "que" 16 ou 24 Mpixels.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE