Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Capture One Pro : version 20 ou 13.1

20/05/2020 | LAURENT KATZ

La version 20, qui est en fait la treizième mouture, fait l’objet d’une évolution apportant un avantage ergonomique inexplicablement absent jusqu’alors, ainsi que des évolutions de l’importation Lightroom et des commandes de correction et de clonage.

À peu près cinq mois après le lancement de la version 13, en fait numérotée 20 comme 2020, voici la 13.1 qui apporte son lot d’évolutions et montre que l’éditeur Phase One ne cède toujours pas aux sirènes de l’intelligence artificielle. Du moins officiellement, car il se refuse à répondre à la plus anodine des questions concernant les pistes d’évolutions que Capture One Pro pourrait emprunter.

JPEG - 41.2 ko
La palette de calques enregistre ceux dédiés aux corrections et au clonage. À droite, les options relatives à ces commandes.

Les outils Masque de correction et Masque de duplication évoluent, associés à la création automatique d’un calque de correction ou de clonage dans lesquels vont s’empiler toutes les interventions. Pour les différentier, il est toujours possible d’ajouter manuellement des calques de la même nature. Avec le correcteur, Capture One Pro détermine automatiquement la zone source pour remplacer la zone, masquée au pinceau, qui comporte un défaut ou un objet indésirable. Plutôt avec pertinence pour nos quelques essais effectués. Mais il est permis de déplacer la zone source choisie automatiquement, pour peaufiner au besoin l’intervention. C’est le seul changement au niveau des outils de retouche.

JPEG - 122.2 ko
Les masques de correction. La zone source de celui de gauche a été repositionné manuellement.
JPEG - 118.2 ko
Le résultat de la correction.
JPEG - 117 ko
L’outil de clonage.
JPEG - 117.7 ko
Le résultat du clonage.

L’autre amélioration concerne, enfin, la faculté de comparer l’image avant et après retouche. Pas en les confrontant côte-è-côte, mais en alternant leur affichage ou en faisant apparaître une frontière verticale (mais pas horizontale) mobile qui délimite, au sein de la zone de visualisation les rendus avant et après. Sinon, un raccourci clavier fait alterner les deux états de l’image.

JPEG - 78.7 ko
La comparaison avant/après marche aussi en mode Multivue.
(photos LK)

Bien que cela ne soit pas nouveau, l’importation d’un catalogue Lightroom a été revue en matière d’interface. Il suffit dans Capture One d’invoquer, dans le menu Fichier, le sous-menu Importer le Catalogue>Catalogue Lightroom pour acquérir les Collections gérées par le catalogueur d’Adobe, mais pas celles qui sont dynamiques, et récupérer quelques interventions basiques (pas la courbe de tonalité ou les interventions locales) et de récupérer les mots-clés et leur hiérarchie, les notes et les balises colorées.

JPEG - 71.1 ko
Le début de l’importation Lightroom.
JPEG - 34.1 ko
La progression lors de l’importation d’un catalogue Lightroom.
JPEG - 259.2 ko
Capture One Pro 20 récupère la bibliothèque hiérarchique des mots-clés de Lightroom et ceux qui sont associés aux photos importées (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

À noter que les appareils suivants sont désormais pris en charge.

- Canon 250D, Canon PowerShot G5X Mark II et G7X Mark III
- Leica M10 Monochrom
- Nikon P950
- Olympus OM-D E-M1 Mark III
- Phase One iXH 150
- Zeiss ZX1

Enfin, à l’image des versions dédiées aux appareils Fujifilm et Sony, il en existe maintenant une pour Nikon.

Les versions et options d’achat de Capture One Pro 20 pour Mac et Windows sont listées ici pour un usage individuel et dans une optique multi-utilisateur. Des partenaires autorisés assurent aussi la vente. Une version d’essai gratuite de trente jours est téléchargeable.

Le logiciel est vendu 349 € en licence perpétuelle ou 29 € par mois sur abonnement sans engagement de durée (24 €/mois avec engagement annuel ou 220 € annuellement). Les versions pour Fujifilm, Nikon ou Sony valent chacune 149 € ou 18 €/mois en abonnement sans engagement (11 €/mois avec engagement annuel ou 109 € annuellement).

- Site de Capture One Pro

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour,
    Qui peut expliquer à qui sert le nombre d’activations indiqué sur leur products plan ?
    Je ne peux mettre ici le lien pourtant présent dans cet article sinon c’est la censure :(
    Et accessoirement pourquoi Canon est privé de plan ???
    Merci !

  • @1 Bonjour ; C’est le nombre d’ordinateurs sur lesquels vous pouvez installer et activer le logiciel en même temps. Avec 3 activations, vous lancez le logiciel sur un ordinateur à votre travail, à votre domicile ou sur un portable sans manipulation particulières. Une, deux ou trois personnes peuvent s’en servir. Avec deux acivations, il faudra rendre inactif le logiciel sur l’une de ces trois machines. Cela pour éviter qu’avec une licence, l’on puisse se servir en même temps du logiciel sur beaucoup d’ordinateurs.
    Pour la question 2, il faut demander à Canon, car les versions dédiées résultent d’un accord entre le fabricant de l’appareil et Phase One, l’éditeur du logiciel.

  • @2
    Certes, ou bien « demander à Phase One » pourquoi Canon n’est pas encore éligible ?
    ...Et puis, demain, pourquoi Pentax, Leica, etc. ne seraient pas également exclusifs ?
    Sous la pression, les gens de Canon, obtiendront bientôt satisfaction.
    Pour moi, c’est déjà fait, mais ai payé le prix de la polyvalence. Normal.
    Capture One est aujourd’hui le must ( :-))
    Je recommande vivement C1 après avoir pratiqué DXO depuis le début et mis de côté au profit de LR, il y a 2 ans maintenant.
    J’utilise au quotidien C1, totalement personnalisable, et constate que les mises à jour bonifient le logiciel à la demande. Tout n’est pas parfait, mais presque (pour moi).

  • @1 Phase One refuse systématiquement de répondre aux questions concernant le futur du logiciel, les orientations techniques, stratégiques ou commerciales..

  • Merci pour la réponse !
    Sans formule (Canon ou autres), le prix est dissuasif. Plus cher que le "plan" Adobe.

  • @5
    C1 propose régulièrement des -30%, en fin d’année par exemple.
    C1 n’est peut-être pas fait pour vous ?
    Il existe le logiciel maison Canon, gratuit et qui est très bien.
    Je suis toujours étonné des sommes dépensées allègrement pour l’achat d’un équipement photo, souvent plusieurs milliers d’euros, et le frein à main sur le logiciel de traitement.
    En numérique, c’est Prod ET Postprod.
    Faut tester DXO Photolab 3 ainsi que Luminar 4 gratuitement et mesurer ensuite pourquoi on se détermine finalement er sérieusement vers les produits Adobe.

  • @6 Et moi, je suis étonné qu’on puisse penser que tout le monde dépense sans compter.
    Non, je n’ai pas de Leica, ni aucun appareil hors de prix.
    « Je suis toujours étonné des sommes dépensées allègrement pour l’achat d’un équipement photo, souvent plusieurs milliers d’euros, et le frein à main sur le logiciel de traitement. »

  • @7
    Vous faites un complexe d’infériorité et ne répondez pas à #5 qui semble méconnaître les tarifs des logiciels de Postprod, de 0€ à 300€.
    Au fait, c’est quoi pour vous un appareil hors de prix ? Méfiez vous tout est relatif.
    Que vient faire Leica ici ?
    Vous ne semblez pas concerné par l’évolution inexorable du marché et l’intérêt que quelques uns portent à tout ce qui touche la photographie, seuls le tarif ou le voyeurisme motivent votre intervention.
    Dans ce cas, salut à vous jusqu’au black friday.

  • Comme disait ma grand mère :
    « 7 est un mal tourné ». 

  • @8 Ce n’est pas parce que vous êtes un "expert" en psychanalyse de comptoir que je répondrai à vos attaques personnelles car le sujet, ce n’est pas ma personne et/ou mes possessions mais bien un logiciel. Je vous invite à garder pour vous vos stupéfiantes analyses des commentaires de ce site.
    Le troll @9 : vous salurez votre grand-mère de ma part. En deux mots, la condescendance sied bien à votre lignée.

  • @10
    Propos inexacts, vous dites ne pas me répondre et précisément vous faites aussitôt le contraire ici ?
    Etonnant, non !
    Vous semblez énervé, keep calm boy, on déconfine.
    C’est vrai que parfois cela perturbe les organismes, vous êtes excusé.
    Au fait, vous en pensez quoi et vous nous dites quoi sur le logiciel ? On attend vos développements.
    A oui, vous écrivez : « En deux mots, la condescendance sied bien à votre lignée ».
    Encore une erreur, c’est pas en deux mots, mais en sept !
    Reelax, Max ( :>)

Hors-séries Le Monde de la photo