Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Conclusion et Informations

01/04/2008 | Sébastien ABRIC

Même s’il propose quelques fonctionnalités intéressantes, Lightzone est à des années-lumières de Lightroom et d’Aperture, aussi bien en terme de gestion de votre banque d’images que de votre flux de travail. Mais il faut prendre les choses avec du recul. Il y a encore deux ans, ce logiciel était totalement inconnu et la petite société californienne (même si elle a de nouveaux investisseurs), ne possède pas la même expérience que des rouleaux compresseurs du marketing et du traitement numérique que sont Apple ou Adobe… Malgré tout, LZ propose des outils et des fonctions de retouches sélectives dont ne disposent pas ces logiciels et il n’est pas absurde de l’associer en tant qu’éditeur externe (ce que je fais avec Lightroom...). Vous avez alors un ensemble cohérent et performant. Cela s’avère encore plus vrai avec des logiciels comme DPP, Capture One ou Expression Media pour ne citer qu’eux.

Toutefois, un paramètre doit être pris en compte. À la question « Lightzone est-il un logiciel de retouche ? » La réponse est « non ! ». Il ne faut pas confondre retouche et post-traitement. Même si les deux peuvent se combiner lors du flux de travail, ces opérations n’en sont pas moins différentes. En retouche, ce sont les éléments présents sur votre photo qui vont être modifiés (suppression, ajout, changement de formes, de couleur, encadrements, ajout de texte…), alors que le post-traitement consiste à modifier les informations qui composent votre image (luminosité, contraste balance des blancs, netteté…). Photoshop, PaintShop Pro sont des logiciels de retouche, alors que CameraRaw, Lightroom, Capture One, DPP ou DxO sont des logiciels de posttraitement.

Du côté des reproches, on regrette l’absence de corrections des défauts optiques ainsi que quelques améliorations de confort (une visionneuse à la Lightroom pour affiner l’accentuation). Néanmoins, le logiciel est bien né. À peine deux ans après sa sortie, il nous propose un panel d’outils relativement complets et performants (RELIGHT, édition sélective, mode noir et blancs complets…). Vous l’aurez compris, la force actuelle de ce logiciel tient dans ses possibilités d’édition. Même si la mode et la demande du public tendent vers une solution tout-en-un permettant la gestion du flux de travail numérique sous une interface unique, nombre d’éditeurs n’ont pas sauté le pas ou leurs essais restent encore bien timides. C’est là qu’intervient LZ. Il est un parfait complément à tous ces logiciels. Par contre, si vous ne jurez que par Linux, il est incontournable !

Les caractéristiques :

Lightzone est disponible en deux versions Full et Basic, aux prix respectifs de 175,57 € et 105,33 €. Le change aidant, ces tarifs baissent tous les jours…
Comme toute application graphique, 2 Go de mémoire vive sont un minimum et un processeur dual-core est préférable. D’ailleurs, il nécessite un jeu d’instructions SSE2 que ne possèdent pas tous les processeurs simple coeur. La version d‘évaluation, valable 30 jours est complète et sans restrictions. LZ tourne aussi bien sous Windows (XP et Vista) que sous MacOS (Java 1.5 Release 5 indispensable) ou sous Linux.
La liste des appareils pris en charge est longue et évolue constamment. Elle est régulièrement mise à jour et disponible sur le site de Light Craft

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • ... je ne connaissais pas. Ce logiciel est-il multilingue ?
    Anna

  • Enfin un petit concurrent aux « poids lourds » du domaine … Dont acte, votre présentation semble complète, et argumentée.
    On peut seulement regretter la « conclusion qui tue » : « à des années-lumières » des logiciels monopolistiques du domaine. Or, puisque vous écrivez cet article dans la langue de Molière, serait-ce incongru de vous rappeler que c’est bien ce pays de gaulois qui inventa le Photographie, pour preuve encore : le précurseur de bien des matériels et produits depuis plus de cent ans avait érigé son 1er grand Labo en dehors des U.S. à .. Châlons-s-Saône ! Et lui,curieusement, avait toujours ménagé les adaptations « locales » de certains matériels et produits, puisqu’il s’agit de Kodak, en train de disparaître, avec plus de 1000 Brevets d’actualité (faut-il le rappeler, c’est lui qui inventa la Photo numérique) … que bouda le public de l’époque, trop en avance peut-être ?).
    Quoi qu’il en soit, je suis heureux de vous signaler qu’il existe, de plus en plus de jeunes qui n’ont pas forcément envie de voir déjà cochées toutes les cases optionnelles, et n’avoir plus qu’une chose à faire : CLIQUER !(et bien sûr, PAYER SURTOUT !)
    Et même si on nous met des « paillettes bleues ou jaunes » pour faire croire que nous avons le choix des logiciels, alors qu’on enseigne de plus en plus la Photo numérique en France UNIQUEMENT à travers UN SEUL logiciel (tout comme de distingués Professeurs prétendent enseigner l’Informatique à travers un seul système – le 7ème vous dites ? - ) je me marre de voir ces jeunes geeks enrayer cette belle mécanique avec du Linux, du Gimp, du Libre-Office, et autres outils du monde libre … Les poids lourds du marketing,comme vous dites si bien, n’ont qu’une envie : TUER la concurrence, .. et avec elle, l’innovation des jeunes.
    Sachez, cher ami, qu’il y aura encore (eh oui, de + en + !) des « vieux emm…s » qui vont troller pas seulement sur Face-de-Bouc pour dénoncer la main mise des géants du marketing US sur l’innovation numérique …Alors oui, plutôt LightZONE que LightROUME, plutôt PhotoFiltre que Photo-ch’ti-Touche (et j’ty retouche !) au mépris de toutes les lois sur la protection de l’image des personnes (cf. le dossier de Benjamin FAVIER sur une Loi –impossible ?- contre la retouche à tout va), et Vive l’innovation des petites entreprises. Ah oui, j’oubliais : c’est pas Microsoft qui a conçu le 1er système d’exploitation multifenêtres sur PC, c’est .. Digital Research, il s’appelait « Concurrent DOS). Krosoft n’a eu de cesse que de TUER les innovateurs, c’est pareil pour la Do-DAUBE, c’est pareil pour le Toshoping. Allez vous continuer à encourager les FATwares à nous gonfler les disques ?... Bien gauloisement vôoootre, Agilion

    • Cher monsieur Agilion, votre intervention m’a beaucoup fait rire ce matin, dommage que son appel à la révolte restera cantonné dans une réponse à un article paru il y a près de quatre ans.
      Quel sens aiguisé de la critique... malheureusement, il se trompe totalement de cible, et au lieu d’attaquer les grands qui foutent les petits dehors (il serait plus juste de dire les bons foutent les mauvais dehors) ou nous ressortir un discours confus sur la grande conspiration qui a tué Kodak et qui cherche des noises aux révolutionnaires Linux et GIMP (qui doivent flirter avec 0,5 % d’utilisateurs dont l’agitation a probablement le même effet que de jouer de la trompette devant la Tour Eiffel en espérant qu’elle se mette à danser), je vous rappelle simplement, cher monsieur, que c’est bien Lightcraft qui a purement et simplement sabordé et abandonné son produit, sans aucune considération pour ses clients.
      Vous regrettez la prédominance de certains acteurs incontournables sur le marché ? J’ai bien peur qu’il va falloir vous y habituer, d’autant que l’offre est de qualité, à des années lumières de tous ces petits produits confidentiels du monde soi-disant libre.

      Cdlt,
      Gilles Theophile
      Rédacteur, spécialiste de Light-Roume.

    • Bonjour et merci de nous faire découvrir en détail ce produit intéressant qu’est LightZone et qui finalement refait surface (juin 2013).

      J’avoue rejoindre les propos d’Agilion en ce sens que je n’aime pas les monopoles, je n’aime pas qu’on m’impose une marque, un produit, que ce soit à propos d’informatique, de voitures, ou de matériel high-tech. "Le Meilleur des Mondes", d’Aldous Huxley, non merci !

      Par ailleurs, je ne suis JAMAIS fait aux produits d’Adobe, quels qu’ils soient. Je n’aime pas les sous-sous-menus, je n’aime pas l’austérité de leur interface et je n’aime pas
      que LightRoom veuille A TOUT PRIX faire un CATALOG de mes quelques 85 000 photos quand tout ce que je souhaite c’est dans modifier UNE SEULE !

      Cordialement