Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Craquer pour une imprimante A3

06/12/2013 | Yvon Dargery

La tentation est grande lorsqu’on obtient une belle photo de l’imprimer en grand format. L’impression A4 en pleine page est déjà très valorisante, mais le A3 fait rêver un grand nombre de photographes. Du rêve à la réalité, on prétend qu’il n’y a qu’un pas…

GIF - 54.8 ko
La 2880 d’Espion est une entrée de gamme dans le monde du A3+ à possibilités étendues : encres pigmentées, impression à plat ou en rouleaux. À moins de 600 €, elle reste toutefois
un investissement à rentabiliser… ou à partager.

Si le A4 ne suppose pas d’ambiguïté en termes de dimensions et mesure bien 21 x 29,7 cm, il n’en va pas de même pour le A3+. Le A3 strict est standardisé, dans la progression des formats A en reprenant pour largeur la longueur du format précédent et pour longueur le double de la largeur précédente. Le A3 strict mesure donc 29,7 x 42 cm (21 x 2). La plupart des imprimantes amateur A3 acceptent bien sûr le A3 strict, mais impriment également en A3+, dimension non normalisée, dont le but à l’origine était d’obtenir une épreuve A3 en « bord franc », c’est-à-dire sans marges après découpe. Les imprimantes actuelles permettent l’impression sans marge, et impriment donc en A3+ une image sur un papier dont les dimensions, selon les fabricants vont de 28 x 45 à 30 x 48,3 (13 x 19 pouces) pour les plus répandus. Dans la plupart des cas, le A3+ représente donc 25 % de surface supplémentaire par rapport au A3 normalisé. Assurez-vous avant de craquer que votre imprimante accepte le format classique A3+ soit le 30 x 48,3 cm.

Que du plaisir

Avec une imprimante A3, on retrouve les plaisirs du labo photo avec le travail d’optimisation de l’image avant impression et cette magie de la sortie ligne par ligne de l’image finale. Il faut dire que le coût d’une épreuve – encre plus papier – est assez élevé pour se dispenser de faire de nombreuses sorties d’essai. Outre la charge d’encre, qui est double comparée au A4, la tentation d’essayer les papiers « arts graphiques » onéreux proposés par les constructeurs et les fabricants de papiers est grande… Beaucoup n’existent qu’en format A3+ et leur prix élevé incite à imprimer à coup sûr et donc à bien maîtriser son imprimante et les profils colorés correspondant au papier. C’est en A3+ que le vrai travail d’editing prend tout son sens. On peut presque imprimer en A4 voire en 10 x 15 de façon automatique sans véritable préparation de l’image. En A3+, indépendamment des aspects financiers, on ressent vraiment le frisson du photographe dans son laboratoire, et le résultat final, manipulable à deux mains, ressemble réellement à un travail de professionnel.

Grand format et Internet
Si le format est déterminant et que vous souhaitez réaliser un tirage limité, la solution pourrait consister à sous-traiter le tirage en le confiant à un prestataire. Les laboratoires de proximité acceptant de faire ce travail sont assez peu nombreux, mais Internet regorge de prestataires prêts à tirer vos photos. Si le gros de leur travail gravite autour des tirages amateurs 10 x 15, nombre d’entre eux proposent des tirages en moyen ou grand format. Certains sont spécialisés dans les formats spéciaux et proposent quantité de solutions de tirage. C’est le cas de Pixartprinting qui imprime vos clichés sur support semi-rigide, adhésif, rigide ou tableau (épaisseur du support 5 cm). Un tableau de 50 x 70 cm vous coûtera 55 €, imprimé sur un support toilé, il fera grande impression dans votre salon !

Exposer son oeuvre

Une des destinations privilégiées du tirage au format A3+ est bien sûr le mur d’une salle d’exposition. Dès lors, se pose la question de la fragilité de l’objet face aux agressions de la lumière (des UV notamment), de l’oxydation au contact de l’air et des effets de polluants atmosphériques, notamment en ville (ozone, composés aromatiques divers, etc.). On en vient tout naturellement à la protection de l’affichage avec plusieurs solutions possibles : le verre, limitant les échanges avec l’air ambiant, le film anti UV, ou le choix d’une encre spécifique et par conséquent d’un certain type d’imprimante. Il existe deux types d’encres – nous reviendrons sur le sujet –, les encres colorées (contenant des colorants) et des encres pigmentées (contenant des pigments en suspension dans un solvant). Les colorants sont beaucoup plus sensibles que les pigments aux agressions dues à l’exposition à l’air libre, mais supposent une technologie spécifique : une imprimante destinée aux encres pigmentées n’accepte pas d’encres colorées en vice versa. Pour supporter une exposition à l’air et à la lumière pendant plusieurs jours, l’usage d’une encre pigmentée est pratiquement indispensable et ce d’autant plus que certains papiers « arts graphiques » ne réagissent pas correctement
aux encres colorées.

Du très grand format

GIF - 34 ko
Certaines imprimantes A3+ Epson acceptent le papier en rouleaux de 32 cm de large et de 10 m de longueur.

Pourquoi ne pas faire plus ? Il existe des imprimantes A2, A1 ou A0 ! Si le résultat est époustouflant, les premiers modèles frisent malheureusement les 2000 € en A2 et le coût d’impression est élevé même si du fait de la taille des cartouches il l’est moins qu’en A3+ rapporté à la surface imprimée. Si vos moyens vous permettent cette expérience exceptionnelle, il faut prendre en compte la taille de l’imprimante et la spécificité du papier puisqu’en A2, toutes les références du A3+ ne sont pas disponibles. Les imprimantes grand format sont le plus souvent des imprimantes verticales pesant plusieurs dizaines de kilos et utilisent du papier en rouleau qui fait également son poids. Seule la Stylus Pro 3880 fait exception : elle se pose sur une table. On la trouve sur certains sites de vente à distance à près de 1200 €.

Supports épais

Il est très agréable et valorisant d’imprimer sur des supports très épais qui peuvent s’afficher tels quels sur un mur. En outre, si certains papiers art graphique acceptent de se plier, leur épaisseur peut entraver l’entrainement classique de l’imprimante. Ces supports ne sont donc pas utilisables avec les chargeurs automatiques standards qui supposent un léger pliage du papier à l’introduction.De nombreuses imprimantes proposent toutefois une impression des supports « à plat ». Dans ce cas, il faut prévoir une position très dégagée de l’imprimante puisque le papier va être entrainé à plat à l’arrière avant de ressortir à l’avant en cours d’impression.

GIF - 24.8 ko
Le Designjet T790 permet des tirages en 60 cm de large (120 cm pour le 1118) sur plusieurs mètres de long. Les cartouches de grande capacité permettent un coût acceptable.

Impression panoramique

Quoi de plus valorisant qu’une impression en 32 cm, sur plusieurs mètres, d’une vue panoramique faite depuis une montagne voisine ! Contrecollée sur une plaque de médium, elle trônera dans votre salon ou dans tout autre espace en mesure de l’accueillir. Mais pour réaliser un tel exploit, il faudra disposer d’une imprimante A3+ acceptant le papier en rouleaux et il n’y a pas beaucoup de modèles qui le permettent. Epson offre toutefois cette possibilité sur ses machines, par exemple la 2880 à 600 € utilise des encres pigmentées et imprime sur rouleaux de 32 cm.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.