Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Adobe Creative Cloud 2015 : une édition majeure

16/06/2015 | Laurent Katz

Bien que les mises à jour du Creative Cloud soient permanentes, il faut bien marquer les esprits de temps à autre et introduire de nouveaux produits. Ce que fait Adobe avec l’édition 2015, qui apporte l’accès à une photothèque commerciale, l’évolution de l’ensemble des applications CC et le transfert d’un travail entrepris sur un ordinateur vers un autre matériel grâce à Adobe CreativeSync.

L’écosystème Adobe se consolide mois après mois. Avec l’officialisation de l’édition 2015, le Creative Cloud renforce la synergie des cinq acteurs que sont le poste de travail qu’il soit sédentaire ou nomade, les équipements mobiles, l’espace communautaire (famille, relations, clients, prestataires), les ressources (fichiers multimédias, dont photos et vidéos, polices de caractères, réglages personnalisés…) et l’environnement commercial Adobe (abonnements, achats divers).

Avec la technologie Creative Sync, votre travail n’est plus lié à un ordinateur. Vous commencez un photomontage sous Photoshop à votre domicile ou au studio, vous partez en déplacement et vous le reprenez sur votre portable là où il en était. Photos, polices, réglages, données IPTC… tout cela est synchronisé entre les postes de travail utilisés.

Un nouvel entrant arrive dans le CC 2015, Adobe Stock, une banque d’images servant à puiser des photos, des illustrations et des dessins vectoriels (comme ceux d’Illustrator), pour créer des mises en pages, des affiches ou les agglomérer dans un photomontage. Son accès est intégré aux applications, via la palette Bibliothèques, mais ceux qui ne sont pas abonnés y auront aussi accès au travers d’une interface Web. Les photos sont libres de droits, mais leur mise à disposition est payante. 9,90 € HT l’unité, avec des tarifs dégressifs. Par exemple 49,99 € HT par mois pour disposer d’une dizaine de clichés (29,99 € HT pour les abonnés au Creative Cloud, quelle que soit la formule) ou 159,99 € HTpar mois pour 750 images. Une fonction de recherche thématique est proposée, reposant sur des mots-clés associés à chaque visuel, et aboutissant à une page index pour choisir ceux qui seront achetés ou dont seule la visualisation basse définition sera téléchargée. Une recherche fondée sur la similarité est aussi à disposition.

JPEG - 214.1 ko
L’interface Web d’Adobe Stock (cliquer pour agrandir).
(document Adobe)

Qu’apporte l’édition CC au photographe ? Camera Raw évolue, avec un nouveau réglage Dehaze, pour diminuer l’effet dévastateur de la brume et du voile atmosphérique sur les couleurs et les détails. Ou au contraire, rendre brumeuse une ambiance ensoleillée. Un ajustement qui rappelle DxO ClearView. Plutôt efficace… mais pourquoi ne pas l’avoir rendu modulable par le filtre gradué, car poussé un peu trop il apporte une sous-exposition souvent inutile du premier plan. Les réglages locaux (pinceau de retouche, filtres gradués et radiaux) s’enrichissent des réglages Blancs et Noirs.

Le réglage Dehaze de Camera Raw (Correction du voile dans Lightroom) comparé aux autres ajustements
L’image de base
Saturation au maximum
Augmentation des bleus en saturation et diminution de leur luminosité
Filtre Dehaze à 50
Filtre Dehaze à 75

Photoshop CC, outre des commandes pour faciliter le design graphique d’applications mobiles, synchroniser et exporter des éléments de vos Bibliothèques, amène un nouveau réglage dans la palette Outils Effets de flou. On y ajuste son niveau, son intensité dans les hautes lumières, sa coloration, sa structure... pour rendre le réglage plus photographique. Déplacement basé sur le contenu, dans la palette d’outils , servant à déplacer une zone de l’image vers une autre avec reconstitution de l’arrière-plan, est associé à des transformations géométriques : agrandissement/réduction et rotation.
Les calques ont droit eux aussi à un bonus 2015. Non seulement sont-ils enregistrables en tant que fichier via le nouveau dialogue d’exportation, mais ils bénéficient d’une application multiple d’un même style de calque, du moins pour certains comme Ombre portée, Contour, Incrustation couleur.... Ainsi, il sera possible de créer plusieurs bordures de teintes et épaisseurs différentes, pour créer cadre particulier.

JPEG - 324.9 ko
L’application de trois Styles de calque identiques (Contours) au même calque a permis de créer cette bordure (cliquer pour agrandir).

Un compartiment bénéficie d’une accélération considérable des performances, 120 fois par rapport à Photoshop CS6 revendique Adobe : celui des outils de correction locale des défauts (Correcteur, Correcteur localisé et Pièce), grâce au moteur de traitement Adobe Mercury Engine qui tire parti de la carte graphique. L’assemblage panoramique est complété par l’outil Contenu pris en compte pour reconstituer les bords manquants quand l’alignement entre chaque vue n’a pas été précis et qu’il existe des zones vides.

JPEG - 136.7 ko
L’ajustement du flou, ici le Flou de diaphragme, s’accompagne au besoin de l’ajout de Bruit servant à simuler du grain.
(photo LK)

Sur le plan des applications mobiles, Hue permet à partir d’une image de composer une palette de couleurs à partir d’une image et de créer un rendu colorimétrique, à appliquer à une séquence vidéo dans les logiciels Premiere et After Effects, ou dans l’application mobile Premiere Clip (voir ci-dessous). Android n’est pas oublié, puisque y déboulent : Shape CC, Color CC, Brush CC et Photoshop Mix. À signaler qu’Adobe Photoshop Touch a disparu de l’App Store et du Play Store. Pour laisser place à une future application pour iPad, prévue pour la fin de l’année, dont une mise en bouche est disponible sur YouTube, montrant la retouche d’une photo de 50 Mpxl issue d’un EOS 5DS ! Rassurez-vous, mode non destructif et gestion des calques seront d’actualité.

- Le site d’Adobe

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Elle a l’air bien la banque d’images Adobe Stock ! : il y a écrit "walks on train" ce qui ne veut rien dire, au lieu de "walks on trail" !

  • Comme j’ai besoin de Photoshop ET de InDesign ET d’Acrobat, je serais oblige de payer 720 € par an (ou 60 € par mois pendant un an au moins) !
    Je reste donc à ma version Adobe CS6, qui deviendra obsolete au fil des ans.
    Pénible.

  • A noter que le "désembuage" s’appelle "correction du voile" dans Lightroom.
    L’éditeur Kolor doit être content, après les panoramas, Adobe intègre une fonctionnalité de plus qui était disponible dans un de ses logiciels : NeutralHazer (http://www.kolor.com/neutralhazer/).

  • cher LD31 : tu seras OBLIGE de payer 720 € ? Mais que fais-tu donc de si extraordinaire ?
    ... et sans supplément à payer, tu seras libre d’alimenter gratos la banque d’images Adobe Stock ?

  • Cher Marketeux : que me proposes-tu à la place d’Indesign, Photoshop et Acrobat pour mettre en page mes livres, faire la photogravure de mes images et donc générer les fichier PDF prêts pour le CTP pour mon imprimeur ?
    Quand tu donnes les fichiers à l’imprimeur, et que l’impression coûte 15.000 €, tu aimes bien que tout soit OK.
    Mes trois premiers livres sont là : http://www.tmso-multimedia.com/
    J’en prépare d’autres.

  • @Marketeux :
    « ... et sans supplément à payer, tu seras libre d’alimenter gratos la banque d’images Adobe Stock ? »

    Serais-tu masochiste ? Mes photos je les garde pour mes livres ou je les vends (via une agence) pour des publications payantes. Quel intérêt de mettre ses photos gratuitement chez Adobe Stock pour qu’ils se fassent de l’argent sur notre dos ?

  • Cher LD31,
    Vous voulez utiliser les produits Adobe pour fabriquer vos livres. Et pour ce faire les acheter (louer).
    Pour admirer vos livres il faut s’acquitter de la somme de 40 euros.
    Il vous suffit dons de vendre 18 livres pour amortir la partie logiciel de leur fabrication.
    En quoi la version CS6 sera obsolète si ce n’est le fait qu’elle ne soit plus supportée par un OS (dans une temps certain) ?

  • Cher Esteban,

    Pour admirer vos livres il faut s’acquitter de la somme de 40 euros.
    Il vous suffit dons de vendre 18 livres pour amortir la partie logiciel de leur fabrication


    Sur mon site web, j’ai vendu environ 5 livres en 10 ans. Les autres je les vends via mon distributeur, qui me laisse 45% de marge, soit 15 € (mon dernier livre se vend 36 € TTC). Avec ces 15 € il me faut payer entre autres environ 15.000 € d’impression, plus le matos (je viens d’acheter un moniteur + sonde, 1700 €, etc.).

    C’est marrant, on dirait que ça vous plait qu’une énorme boite comme Adobe abuse de sa position dominante ?! Quand on utilise InDesign etc. on n’a pas d’autre choix : les fichiers (livres) déjà faits on les jette ?

  • Cher Esteban,

    En quoi la version CS6 sera obsolète si ce n’est le fait qu’elle ne soit plus supportée par un OS (dans une temps certain) ?


    Adobe CS6 est sortie en 2012, ça fait déjà 3 ans ; pour le moment elle me convient très bien ; mais d’ici 2, 3 ou 4 ans, sera-t-elle supportée par Windows 10 etc. ?

  • Cher Esteban :

    Pour admirer vos livres il faut s’acquitter de la somme de 40 euros.


    Puisque ça vous plait la location, une fois que vous aurez payé 40 € pour mon livre, je vous demanderai de me donner 20 € par an pour des mises à jour ;-)

    Rendez-vous compte que j’ai déjà acheté cher Adobe CS plus les mises à jour depuis 10 ans, alors payer en plus 720 € par an non merci !