Publié le : 20/08/2013

Décès de René Bouillot

C’est avec beaucoup de tristesse que nous venons d’apprendre le décès d’un "grand" monsieur de la photographie. Le 13 août dernier, René Bouillot est mort à l’âge de 82 ans.


Une curiosité sans limite, une capacité de travail phénoménale et une sincérité parfois déconcertante : ainsi pourrait-on qualifier René Bouillot, qui n’aurait manqué sous aucun prétexte un Salon de la Photo ou une Photokina, tellement sa vie était liée à celle du monde de la photographie.

Diplômé de l’École nationale supérieure Louis Lumière en photographie, René Bouillot a signé ses premiers ouvrages aux éditions Paul Montel au début des années 70. Dès lors, il n’a cessé d’actualiser, d’expliquer et de questionner pour comprendre le fonctionnement des systèmes photographiques, laissant derrière lui une liste d’ouvrages trop longue pour la publier ici. Il a signé plusieurs best-sellers, de véritables bibles pour tous les photographes curieux, comme La pratique du reflex numérique, dont la quatrième version a été publiée en début d’année par les éditions Eyrolles, Cours de photographie numérique, Cours de vidéo, ou encore Cours de traitement numérique de l’image aux éditions Dunod, sans oublier ses ouvrages sur les techniques d’éclairage.

Si la plupart d’entre vous ne connaissait René Bouillot que par la qualité technique et rédactionnelle de ses livres, nul doute que dans son univers professionnel, beaucoup s’accorderaient à dire qu’il était également un homme d’exception par son franc-parler, sa joie, son écoute et sa gentillesse.

La rédaction du Monde de la Photo présente toutes ses condoléances à sa femme et ses filles.

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • René Bouillot a deux filles Laurence et Sophie

  • Un grand et complet technicien de la photographie comme il y en a peu, et qui m’a accompagné il y a une dizaine d’années lors de mes études en BTS Photo. Ses ouvrages feront référence pendant encore de nombreuses années sans aucun doute.

    • Un grand journaliste de la photo.
      J’ai découvert la photo avec ses articles très bons dans la revue Phot’Argus (photo et vidéo très technique à l’époque une réf pour moi).
      Un vrai mentor sans oublier les livres supers, on peut les acheter les yeux fermer...
      Je lui dits encore merci, et bon voyage.
      De tout cœur avec les siens.

  • Aïe ! Comme beaucoup de photographes amateurs, j’éprouve une grande tristesse en apprenant cette nouvelle.
    René Bouillot répondait au courrier des personnes qui lui écrivaient. Si ces ouvrages manquaient parfois de rigueur sur le plan théorique, il aura permis de vulgariser la technique
    de la photographie en la rendant abordable pour le plus grand nombre.
    Indiscutablement un grand travailleur. Ces livres étaient très agréables à lire. Il nous manquera beaucoup.

  • Je suis triste, très triste.
    Et il savait également être drole....

  • Sincères condoléances à sa famille.
    Ses livres ont accompagné ma passion dès mon adolescence.

  • 22-09-2013.

    Bonjour.

    Je n’ai pas eu la chance de bien connaître la personne, mais c’est tout de même triste parce que sur des vidéos j’aimais bien l’entendre : je trouve qu’il y avait quelque chose de relaxant et de passionné dans ce que j’ai pu constater en tout cas.
    Moi ce fut surtout à l’occasion de la traduction d’un livre qu’il a effectué que j’ai été amené à le découvrir (et d’ailleurs je continue d’étudier la photographie aussi par cet ouvrage). C’est anecdotique et triste parce que j’ai du commencer l’étude du livre à peu près au moment de son décès.
    Je dirais qu’écouter René Bouillot pour moi, c’est surtout une dimension bien éloignée de l’agressivité sur des forums, et permettre de sentir la passion (avec une impression de gentillesse) à son travers. Moi j’aimais bien.
    C’est tout de même dommage que je n’ai pas pu lui écrire un petit mot.
    Je ne m’attendais pas à ce que Monsieur décède. Certes il ne me semblait plus tout jeune, mais j’avais tout de même le sentiment qu’il avait encore de la vie devant lui.

    Si ses proches me le permet, qu’ils reçoivent un peu de compassion de la part d’un inconnu.

    Cordialement.

    Lionel G.

  • Un grand personnage. Nous nous sommes rencontrés au Salon de la Photo 2012. Il me disait qu’il est d’abord préférable d’apprendre à photographier, et bien tard à retoucher.

[
0
]