Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Depardon USA : l’école américaine

12/09/2018 | Benjamin Favier

Ce beau livre édité par Xavier Barral revient sur une période fondatrice pour le photographe français. Dans la bouillonnante actualité mondiale des années 60, le reporter parcourt le monde, appareil en bandoulière, avant d’adopter une approche plus documentaire…

De toutes les errances qui ont jalonné son parcours, celles qui l’ont régulièrement mené aux États-Unis revêtent une importance particulière. Durant les années 60, alors que le pays traverse l’une des décennies les plus marquantes de sa jeune histoire, Depardon cherche sa place, en tant que photojournaliste. Fondateur de l’agence Gamma, il parcourt le monde et couvre l’actualité sur tous les fronts, se répartissant la tâche notamment avec son ami Gilles Caron. Il se retrouve ainsi sur le tarmac de Sioux City, dans l’Iowa, un matin de novembre 1968, seul photographe français à photographier le président Richard Nixon. Quelques années auparavant, en 1961, lors de la célébration de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, il partage une orange avec Robert F. Kennedy, qui fait partie des invités officiels, en devisant, en français, sur la ségrégation raciale, avec le frère de JFK, qui fut assassiné la même année que Martin Luther King Jr…

JPEG - 144.7 ko
Richard Nixon, Sioux City, Iowa 1968
© Raymond Depardon / Magnum Photos

Témoin privilégié de l’histoire américaine, il côtoie les hommes de pouvoir, couvre les manifestations des opposants à la guerre menée au Vietnam, tout en suivant l’influence de Walker Evans ou Robert Frank, dont il découvre le fameux livre The Americans, alors introuvable en France. Raymond Depardon s’inspire aussi de la manière de travailler des photographes de news outre-Atlantique : plutôt que d’attendre qu’une actualité se déroule, il la devance. Puis, petit à petit, une mue s’opère. Tout aussi inspiré par les paysages californiens que les cosmopolites artères new-yorkaises, où il élit domicile avec Claudine Doury, l’hiver 1980, il délaisse le photoreportage. Il « apprend à regarder sans courir après des histoires », selon la belle formule de Philippe Séclier, qui signe le passionnant texte en fin d’ouvrage. Après Traverser paru l’an dernier, Depardon USA, également édité par Xavier Barral, s’avère incontournable, dans la riche bibliographie de Depardon.

- Légende image d’accueil :
Universal Studios, Los Angeles, California 1982
© Raymond Depardon / Magnum Photos

Lire notre sélection de livres dans notre numéro 109, disponible en édition numérique et le 15 septembre en kiosque.

- Depardon USA
- Par Raymond Depardon
- Éditions Xavier Barral
- 180 pages
- 21 x 28,2 cm, 45 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages