Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

FUJIFILM

DxO PhotoLab 4 : l’intelligence chasse le bruit

21/10/2020 | LAURENT KATZ

Avec la version 4, DxO officialise son entrée dans les technologies assistées par l’intelligence artificielle et ce d’une belle manière avec DeepPRIME, pour réduire le bruit avec des résultats plus qu’intéressants.

Il y a quasiment sept ans que DxO a lancé la réduction de bruit Prime, sur la base d’une analyse approfondie du bruit et de l’environnement de chaque pixel afin d’éradiquer au mieux cette nuisance, tout en préservant les couleurs et les détails. Aujourd’hui, un an après la version 3, l’éditeur lance un nouveau moteur de réduction du bruit, DeepPRIME. « Deep » comme profond ou plutôt apprentissage profond, une technique liée à l’intelligence artificielle, dont l’usage, déjà acté par Adobe ou Topaz, ou Luminar, explose en cette fin d’année. Cet apprentissage s’appuie sur la pléthore d’images que DxO a accumulées pour caractériser les qualités techniques des matériels, avec des variations de focales, d’ouvertures et de sensibilité, auxquelles s’ajoutent des photos de la vraie vie. La phase d’apprentissage a confronté les versions idéales, de haute qualité technique, avec les rendus aux différentes sensibilités des appareils, puis a cherché à réduire le bruit jusqu’à obtenir le rendu le plus proche de cette version étalon. Pour cela, elle met aussi en jeu le dématriçage (les Jpeg ne bénéficient pas de DeepPRIME), car il n’est pas envisageable d’isoler le bruit pour le supprimer sans avoir une véritable connaissance de ce que sont ou pourraient être les vrais pixels. Petite remarque : ce dématriçage plus évolué n’est appliqué qu’avec DeepPRIME, en raison de temps de calcul variant de quelques secondes à plusieurs dizaines de secondes.

JPEG - 106.2 ko
Réduction de bruit PRIME.
JPEG - 109.2 ko
Réduction de bruit DeepPRIME

Le résultat est bluffant, même avec des images au bruit intense. Je vous en dirais plus dans le test à paraître dans le prochain numéro du Monde de la photo. Mais les copies d’écran ci-dessous montrent déjà ce qu’il en est, sachant que les résultats obtenus ici proviennent d’une version préliminaire sous Windows datant d’environ un mois avant la sortie définitive de la version officielle. On remarque une préservation des détails plus grande, un contraste et des couleurs mieux respectées.

JPEG - 140 ko
Comparé à PRIME, DeepPRIME élimine les effets d’escalier sur les lignes obliques - ici un fort zoom a été appliqué (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 296.9 ko
À gauche, l’original fortement bruité (Canon EOS 5D Mark II, 25 600 Iso), à droite son traitement par DeepPRIME (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 256.7 ko
À gauche, un autre extrait (Canon EOS 5D Mark II, 25 600 Iso), à droite son traitement par DeepPRIME. Notez le très bon traitement du néon (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Comme avec PRIME, qui subsiste, la visualisation de la correction n’intervient que dans une petite fenêtre, car les calculs sont intensifs. DxO n’en est pas restée là et introduit d’autres nouveautés. L’interface des panneaux du mode Modifier bénéficie de quelques améliorations plus que significatives… indispensables. Avec des onglets qui thématisent les réglages et la faculté pour chaque onglet de définir des panneaux favoris pour vos réglages préférentiels que vous affichez à la demande, sans que les autres appartenant même onglet n’apparaissent. Quand aucun onglet n’est sélectionné et que les favoris sont activés, vous obtenez le panneau de tous vos réglages favoris. Enfin, un interrupteur propose de n’afficher que les réglages sollicités pour la photo en cours de traitement.

JPEG - 240.8 ko
À gauche : onglet Éclairage avec ses panneaux favoris, puis avec tous les réglages d’origine. À droite, le regroupement de tous les réglages favoris des différents onglets (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Autres atouts ergonomiques : une commande de renommage par lots, encore simple (pas d’inclusion de métadonnées), mais efficace, un copier/coller sélectif des réglages et enfin un panneau historique très précis qui présente les valeurs des réglages et qui, en cas d’application d’un rendu prédéfini est capable d’afficher tous les ajustements qu’il regroupe, avec leur valeur évidemment.

JPEG - 49.1 ko
Le renommage (texte plus compteur).
JPEG - 48.3 ko
Le renommage par remplacement de texte.
JPEG - 138 ko
Le Copier/Coller sélectif des réglages (cliquer pour agrandir).

Dernière nouveauté : le placement d’un filigrane, texte ou image, mais pas les deux en même temps, sauf à créer un filigrane graphique mêlant ces deux types d’éléments.

PNG - 738.3 ko
L’ajout d’un filigrane texte (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
PNG - 50.5 ko
L’historique des réglages favorise les retours en arrière.

Jusqu’au 19 novembre inclus, le logiciel est vendu 149,99 € dans sa version Elite et 99,99 € pour la version Essential. Après, ce seront respectivement 199 € et 129 €. La promotion concerne aussi la mise à jour : 69,99 € et 49,99 €, pour passer ensuite à 89 € et 69 €.

DxO PhotoLab 4 fonctionne sous macOS à partir de la version 10.14 ou sous Windows, en 64 bits, depuis la version 8.1. La version d’essai, pleinement fonctionnelle, est toujours à portée de souris sur le site web de l’éditeur.

- Le site de DxO

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

BBB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Fujifilm