Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

DxO PhotoLab : première retouche

06/12/2017 | Laurent Katz

Juste lancé il y a un mois, DxO PhotoLab bénéficie d’évolutions mineures, mais toujours bienvenues et gratuites, concernant le nouvel outil de retouche local à base de U-Points, et bien sûr de l’ajout de quelques nouveaux appareils dans son escarcelle déjà bien remplie.

DxO PhotoLab, nouvelle appellation de DxO Optics Pro, n’a pas été qu’un changement de nom opportun, puisque son concepteur y a introduit les retouches locales, avec un masquage s’appuyant sur les U Points, technologie rachetée à Google qui en garde aussi l’usage, ne serait-ce parce que l’application mobile Snapseed, sous Android et iOS, la met à contribution.

JPEG - 327.5 ko
Flux et Opacité sont les deux nouveaux ajustements du pinceau de masquage (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Le masquage à la sauce DxO est aussi de type traditionnel, avec un pinceau dont la taille et la progressivité du contour sont ajustables. Deux attributs s’y ajoutent, le flux et l’opacité. Cette dernière ajuste la transparence du masque. Par exemple, si elle est réglée à 50 %, les corrections ne seront appliquées qu’avec une intensité du même niveau. Le flux détermine « l’épaisseur » du masque : ajusté à 25 %, il faudra quatre passages au même endroit pour atteindre le niveau d’opacité spécifié. Si cette dernière est de 50 %, chaque coup de pinceau amène donc un masque à 12,5 % d’opacité. Cette sophistication est bien utile pour les corrections en finesse, par exemple pour traiter le rendu de la peau et éviter des aspects marqués entre zones corrigées ou pas.

JPEG - 97.2 ko
Le mode Comparatif pendant l’ajustement d’un des paramètres de la retouche locale.

Dans le même registre des corrections locales, la DxO PhotoLab Windows gagne un atout ergonomique introduit sous macOS avec la version 1 : la faculté d’activer l’affichage comparatif avant/après. L’autre évolution concerne l’ajustement Netteté de l’optique qui gère mieux les contours au niveau des hautes lumières écrêtées, pour éviter l’apparition d’artefacts.

Au chapitre des nouveaux appareils reconnus, apparaissent les Canon EOS M100, DJI Mavic PRO et Phantom 4 PRO, Olympus OM-D E-M10 Mark III et Olympus Tough TG-5, Sony RX10 IV.

Pour mémoire, les éditions Essential et Elite, sous macOS et Windows, téléchargeables ici ou vendues en boutique, sont respectivement facturées 129 € et 199 €.

- Le site de DxO

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Pourriez-vous me dire si DxO prévoit de traiter les raw des capteurs xtrans de Fuji ? J’appréciais la technologie U point de Capture n x 2 quand j’utilisais Nikon. Je suis désormais passé chez Fuji et je vais arrêter LR en raison de sa politique annoncée sur ses nouveaux produits et les conséquences pour ses actuels clients sous licence.

  • LR en raison de sa politique annoncée sur ses nouveaux produits et les conséquences

    Ça serait sympa si Abdobe financait une publicité sur sa nouvelle politique.

  • @1 :
    jacques, non, DxO l’exclut catégoriquement dans cette mise au point :
    https://support.dxo.com/hc/en-us/articles/115012469587-Why-DxO-PhotoLab-doesn-t-support-Fuji-cameras-with-X-Trans-sensors-

    Tant que DxO sera centré sur des capteurs à matrice Bayer, les capteurs X-Trans seront laissés pour compte.

  • @3
    merci pour la précision. Dommage, DxO m’aurait tenté. Si j’ai bien compris Capture ne traite pas non plus les raw bruts X trans. Existe-t-il une alternative ?

  • @3 :
    jacques, je ne suis pas spécialiste de Fuji (bien que grand admirateur), et cela précisément en raison de l’offre logicielle trop éparse à mon goût.
    Cependant, une nouveauté à signaler, pour caméras compatibles :
    http://www.fujifilm.com/news/n171130.html
    X RAW Studio, qui utilise le processeur de la caméra Fuji et ses algorithmes.

    Par ailleurs, Iridient vient de lancer le convertisseur RAW -> DNG pour Fuji, qui devrait en principe permettre de traiter le DNG comme celui de toute autre caméra :
    http://www.iridientdigital.com/products/xtransformer.html

    Mais seul un essai pratique pourra vous renseigner sur la viabilité de l’un ou l’autre procédé.

  • @1
    jacques, je vous soutiens dans votre position contre Adobe et sa politique commerciale !
    Egalement, utilisateur de CS6 et de LR6, dès que je ne pourrai plus travailler correctement et libre de mes choix avec ces 2 produits, je les quitterai.
    J’espère que d’autres utilisateurs comprendront qu’il y a des limites à tout !

  • Oui, mais toujours pas de catalogage avec DXO....Ils y pensent, me dit-on ce matin !
    Quand les clients ayant quitté LR seront passés chez LUMINAR , il sera trop tard pour rattraper le train.
    Que de temps perdu par DXO avec ce DXO One, un flop qui égare les services Développement et se dispersent au détriment du cœur de métier : DXO Lab.

  • @1 et @6 : j’ai pris la même décision et compte mettre à profit mes prochaines vacances pour domestiquer Dxo Lab.

    J’espère que les auteurs et éditeurs de livres et revues vont aussi cesser de nous gaver d’articles sur LR (notamment les articles paraissant dans Le Monde de la Photo, qui ne sont que des recyclages des livres déjà édités par le propagandiste habituel d’adobe) pour faire avec DXO, voire d’autres programmes, tout le travail qu’ils ont fait depuis plusieurs années avec Adobe.. : alors au travail messieurs, et on cesse de ronronner et copier-coller à porpos de LR..

    En tout cas, je nai pas acheté le dernier numéro du Monde de la photo, ayant vu au dernier sommaire qu’on comptait nous former à LR CC (il est vrai que le simple choix de la formule et son installation méritent maintenant de longues explications qui sont du pain bénit pour les "journalistes" spécialisés ; ceux-ci, en définitive profitent tout autant que les auteurs de logiciels, des modifications , reventes et complications incessantes que nous subissons)

  • Ca y est, j’ai sauté le pas. Après des années de parfait bonheur avec LR en "standalone", je n’ai pas envie de céder au racket d’Adobe ! D’autant plus que DXO Lab pouvant être ajouté comme module externe à LR, je peux garder ma version de LR actuelle pour peaufiner des réglages qu’il fait mieux (je pense, mais je ne connais encore pas bien DXO Lab).

    Sinon, j’avoue être bluffé par la qualité des RAW développés ainsi que par le débruitage fait par PRIME. Je redécouvre littéralement les possibilités de mon (vieux) boîtier (Oly E-M5) en basse lumière.Un bon point aussi à la fonction "Smart Lighting" qui dégrossit assez bien et rapidement le réglage des hautes et basses lumières dans l’image Bon, après, le menu foisonnant est un peu fouillis et redondant, mais il parait que l’on peut le personnaliser.

    Je pense que globalement, il égale et même dépasse LR sur certains points. Il y a des choses que je trouve que LR fait un peu plus finement, comme la gestion de la netteté, de l’équilibre tonal et de la "clarté". Et puis, il manque le module "bibliothèque" bien utile dans LR.

    En tout cas, je pense avoir trouvé la vraie alternative à LR (et chez un éditeur français, de plus)

  • @9
    Bravo Corbes, bel exemple de résistance !
    Nous sommes fatigués de tous ces "pharisiens" ceux qui font fi de nos libertés et ceux qui ne prennent pas vraiment position pour défendre les utiisateurs préférant le "cul entre 2 chaises" protéger leurs petits revenus... Le lecteur dans tous ça on s’en moque ; oui et bien dans tout ça le lecteur fini par se lasser et par ne plus avoir envie d’acheter des revues qui s’apparentent davantage au catalogue de la Redoute qu’à un véritable outil de réflexion défendant des valeurs et des passionnés de photographie.