Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Exposition : Charles Pétillon s’invite à la Maison de la Photographie de Lille

07/03/2015 | Sandrine Dippa

Jusqu’au 22 mars, le photographe présente sa série Invasion à La Maison de la Photographie de Lille.

Pour sa série de photo visible jusqu’au 22 mars à La Maison de la Photographie de Lille intitulée Invasion le photographe Charles Pétillon a imaginé un débordement de ballons dans différents lieux.

JPEG - 351.6 ko
Folklore © Charles Pétillon

« Ces invasions sont des métaphores qui ont pour but de changer le point de vue de ce que nous côtoyons chaque jour sans y porter attention », a expliqué l’artiste à propos de sa démarche. En effet sur chaque cliché composant la série on peut voir une armée de ballons blancs de différentes tailles envahir tour à tour une maison abandonnée, une voiture, un terrain de basket, une forêt ou encore une cabine téléphonique inoccupée.

JPEG - 107.9 ko
Conversations © Charles Pétillon

La photo baptisée PlayStation par exemple, sur laquelle on peut voir les sphères gonflées à bloc investir un terrain de basket symbolise les stations de jeux.
À travers cette œuvre, le photographe a voulu réfléchir sur « l’emprise obsessionnelle et quelquefois néfaste de ces jeux sur l’homme ».

JPEG - 218.2 ko
PlayStation © Charles Pétillon

Autodidacte, Charles Pétillon a commencé ses activés comme photographe de pub. Dans les années deux-mille, il collabore avec différents magazines tels que Muze, Vogue ou Numéro tout en continuant à développer ses recherches sur l’homme et son environnement.

JPEG - 102 ko
Outrances © Charles Pétillon

Informations pratiques

- Invasion de Charles Pétillon - Maison de la Photographie de Lille, 28 Rue Pierre Legrand - 59 800 Lille

- Le site de la Maison de la Photographie de Lille

- Crédit de l’image d’accueil : Igloo mobile © Charles Pétillon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.