Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Exposition Kodachrome au Leica Store à Paris

15/11/2011 | Benjamin Favier

Jean-Marie Sepulchre, collaborateur au Monde de la Photo, propose une exposition autour du film couleur de Kodak. À voir au Leica Store, à Paris, jusqu’au 25 décembre.

Fin décembre 2010. C’est officiel. Kodak annonce qu’il ne sera plus possible de développer les Kodachrome, films couleurs au rendu particulièrement contrasté et saturé, prisé de nombreux professionnels. Une décision qui ne laisse pas Jean-Marie Sepulchre indifférent, lui qui a débuté dans la photo avec ces pellicules. Il décide de monter une exposition autour de cette thématique, à partir de photos effectuées en août 2010, lors d’une croisière en Allemagne du Nord et en Norvège. D’où le nom Dernière croisière en Kodachrome. Pourquoi le Leica Store ? Leïcaiste dans l’âme, Jean-Marie, qui collabore chaque mois dans les pages du magazine, est parti avec un Leica M5 et deux Summicron : « Mon appareil principal est un Leica M5 équipé de l’excellent petit Summicron-C de 40 mm modifié pour afficher le cadre du 35… (j’hésite toujours entre le 35 et 50 en temps ordinaire !) et j’emporte aussi un M3 dont le viseur à fort grossissement fait merveille avec le Summicron de 90 mm, ce dernier avec mes trois derniers Kodachrome 64. Ainsi je dispose d’environ un 36 poses par jour, ce qui conduit à un certain ascétisme photographique quand on est habitué au numérique à longueur d’année ! »
Une exposition à voir jusqu’au 25 décembre au Leica Store, 150 rue de la Pompe (Paris XVI).

- Le blog du Leica Store

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • la plus belle pellicule qui a disparu c’est une perte énorme même aujourd’hui à l’ère du numérique. La déconfiture de Kodak c’est un grand dommage car on ne doit plus espèrer revoir la kodachrome à moins d’un riochissime qui rachète les machines et les brevets. Sait-on jamais ? les leicaïstes de renom vont-ils se réveiller ? auraient-ils assez de poids ?

    • Bonsoir,
      C’est vrai que la perte du Kodachrome est dure. En 50 années de photo et cinéma j’en ai consommé moulte quantités ! J’ai encore dans mes archives les dias de papa réalisées en 56 avec la Rétinette c’est dire ! Comme il se doit elles n’ont pas bougé d’un poil au bout d’un demi siècle. Je n’en dirais pas autant des Ektas E2, et autre Gévacolor de l’époque.
      J’ai utilisé mes premieres dia en Kodachrome 10 ASA et j’ai suivi l’évolution tout au long de l’existence de ce film. J’ai même fait du Kodachrome 120 dans mon Blad, c’est dire si je suis vicieux.
      Ah nostalgie quand tu nous tient !