Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Exposition : Les images intranquilles de Valérie Belin

30/05/2015 | Sandrine Dippa

Le Centre Pompidou présentera Les Images intranquilles de Valérie Belin à partir du 24 juin prochain. Composée d’une trentaine d’œuvres, cette exposition est consacrée à la série Super Models de la photographe.

Du 24 juin au 14 Septembre Le Centre Pompidou propose de découvrir Les Images intranquilles de la photographe Valérie Belin. Pour l’occasion l’artiste, qui renoue avec la thématique du mannequin, présente une série de portraits de modèles dont il est difficile de savoir si ces derniers sont réels ou artificiels.

JPEG - 245.4 ko
Valérie Belin
Mannequins (Sans titre), 2003
Épreuve gélatino-argentique
© Centre Pompidou, MNAM-CCI/G.Meguerditchian /Dist. RMN-GP © Adagp, Paris 2015

« Je photographie des visages comme des masques » a déclaré l’artiste dans une interview accordée à Clément Chéroux, conservateur au Musée National d’Art Moderne, pour la revue Code Couleur. En effet l’artiste, pour qui la photographie « s’est imposée comme un moyen d’exister », immortalise ses modèles de cire avec l’envie de conserver un certain réalisme. Pour cela, elle intègre des artifices et des décors afin de renforcer le côté humain des mannequins.

JPEG - 204.6 ko
Valérie Belin
Lido (Sans titre), 2007
Épreuve gélatino-argentique
Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles © Adagp, Paris 2015

Formée, entre autre, aux Beaux-Arts de Bourges Valérie Belin réalise sa première exposition en noir et blanc autour des cristaux en 1994. Influencée par les peintres et artistes minimalistes américains Robert Morris et Robert Ryman elle intègre l’Homme à ses œuvres à partir de 1999 avec Bodybuiders. Viendront ensuite les séries Transsexuels, Femme noires ou encore Mannequin de Vitrine en 2003.

JPEG - 219.5 ko
Valérie Belin
Têtes couronnées #2 , 2009
Sérigraphie couleur sur papier
Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles © Adagp, Paris 2015

À travers ses œuvres, l’artiste aime introduire la notion d’« inquiétante étrangeté ». Un concept présent dans la littérature romantique allemande du XIXème cher à Freud. Ce dernier, reprenant les théories du psychiatre allemand Ernst Jentsch, avançait que ce sentiment irrationnel pouvait subvenir par le doute suscité « soit par un objet apparement animé dont on se demande s’il s’agit réellement d’un être vivant, soit par un objet sans vie dont on se demande s’il ne pourrait pas s’animer ».

- Le site du Centre Pompidou
- Le site de Valérie Belin

Informations pratiques
Centre Pompidou
Place Georges Pompidou
75004 Paris

Crédit image d’accueil
Valérie Belin
Métisses (Sans titre), 2006
Tirage pigmentaire
Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles © Adagp, Paris 2015

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages