Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X-T10 et X-T1 : côte à côte

29/07/2015 | Benjamin Favier

Nous avons reçu le X-T10 il y a une semaine dans le cadre d’un test, à paraître dans notre numéro de rentrée. D’ici là, nous vous proposons une prise en main comparée avec le X-T1, dont il est fortement inspiré…

X-T1 vs X-T10

Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons un « bonus » de notre banc d’essai consacré au X-T10, avant sa parution en kiosque, prévue pour la mi-septembre dans notre numéro 79. Nous profitons de ce test pour comparer ce dernier boîtier hybride signé Fujifilm au X-T1, auquel il emprunte de nombreuses fonctions, outre une évidente ressemblance. Tour d’horizon du propriétaire en images.

Les deux boîtiers partagent de nombreux points communs, à commencer par un design néorétro. On note l’absence de verrou sur les barillets dédiés aux réglages de la vitesse et à la sélection des modes de prise de vue sur le X-T10. Mais, au niveau de ce dernier, le levier sert à extraire le flash intégré (NG = 5 pour 100 Iso). Le X-T1 en est pour sa part dépourvu, étant livré avec un appendice externe. Le flash intégré du X-T10 fait office de flash maître mais, dans la gamme Fujifilm, seul l’EF-EX20 fonctionne en tant qu’esclave. Et uniquement en mode manuel. D’autres marques proposent des flashs compatibles (Nissin, Metz, Cactus). Toujours sur le dessus, la roue dédiée aux Iso disparaît sur le X-T10, de même que le sélecteur de mode d’exposition (multizone, spot, pondérée centrale). La touche Fn a été déplacée au dos.

JPEG - 181.7 ko
À noter, le filetage pour utiliser un déclencheur souple, absent sur le X-T1. Enfin, le poussoir au niveau du barillet de vitesse permet de sélection un mode SR Auto, qui confirme l’obédience plus grand public du X-T10.
JPEG - 284.2 ko
Le bouton situé près du grip sur le X-T1 n’a pas été reconduit sur le X-T10.

La touche vidéo est directement paramétrable, sans passer par les menus, en la maintenant enfoncée deux secondes. Mais il s’agit par défaut de l’unique porte d’entrée dans le mode vidéo. Hélas, impossible de prévisualiser une séquence au format 16/9 avant de lancer l’enregistrement. Alors qu’il est possible d’opter pour des réglages manuels, le focus peaking demeure inaccessible pendant le tournage. Et comme l’écran n’est pas tactile, l’accès aux réglages s’avère limité durant l’enregistrement. Vous l’aurez compris, le X-T10, comme le X-T1, ne s’adresse pas aux vidéastes.

Les deux boîtiers adoptent une ergonomie très similaire. Le X-T10 fait l’économie de la touche Focus Assist. Mais les molettes situées à l’avant et à l’arrière sont cliquables. Et par défaut, celle située au dos embrasse la même fonction, à savoir zoomer dans l’image pour affiner la mise au point en prise de vue, ou pour vérifier la netteté en mode Lecture. En revanche, en manipulant les deux appareils, la différence saute aux yeux sur le plan de la qualité de construction : pour résumer, on peut dire que le X-T10, made in Thaïland, souffre de la comparaison avec son aîné, assemblé au pays du soleil levant : les molettes et barillets sont beaucoup moins fermes sur le X-T10.

Au niveau de la visée, EVF et LCD n’ont en revanche pas à rougir : s’ils offrent respectivement un grossissement et une taille inférieure par rapport au X-T1, ils s’avèrent de qualité.

Seul bémol, également valable à l’échelon supérieur, l’écran, qui bascule à 90° vers le haut et 45° vers le bas sur les deux modèles, n’est pas tactile. La touche « View Mode », au niveau de l’oculaire, permet de basculer entre différents modes de visée : EVF, LCD seul, ou détecteur oculaire.

JPEG - 146.1 ko
Le Fujifilm X-T1 avec le flash externe fourni et le XF 10-24 mm.
JPEG - 151.9 ko
Le Fujifilm X-T10 avec le 16-50 mm XC II.

Le Fujifilm X-T1 offre une prise en main plus ferme que le X-T10, grâce à une poignée plus généreuse. Certains utilisateurs du X-T10 éprouveront le besoin d’acquérir le grip optionnel MHG-XT10 (109 €), en métal. En outre, sur ce dernier, le filetage pour trépied se trouve au centre…

… et non pas trop près de la trappe d’accès à l’accu et à la carte mémoire, comme c’est le cas par défaut (voir ci-dessus). À ce niveau, X-T1 et X-T10, match nul ! Même chose au niveau de la connectique. Les deux carburent à l’USB 2 seulement, et la prise micro adopte le format 2,5 mm… Le X-T10 a un port micro-HDMI (mini-HDMI sur le X-T1). Contrairement au X-T1, le X-T10 n’a pas droit à une prise broche pour le studio.

Vous pouvez voir quelques images et captures de menus du X-T10 dans l’onglet ci-contre. Rendez-vous en septembre pour notre test complet !

- Le site de Fujifilm

XT10 : menus et images, premier aperçu

Quelques menus de personnalisation à la loupe

JPEG - 63 ko
Le X-T10 offre un impressionnant degré de personnalisation : la touche Fn peut être paramétrée à sa guise, ainsi que les quatre boutons qui constituent le trèfle. En outre, on peut attribuer la fonction de son choix à la molette avant et à la touche vidéo.
JPEG - 76 ko
Toujours au niveau de la personnalisation, le menu rapide peut être configuré : il existe jusqu’à sept panneaux (C) différents, dont chaque case est paramétrable de A à Z.
JPEG - 53.7 ko
Il est possible d’inverser les fonctions des molettes avant/arrière. Et de permuter entre les touches AE-L/AF-L.

Exemples de rendus avec les Simulations de films

JPEG - 439.6 ko
Simulation de film Standard.
JPEG - 313.8 ko
Simulation de film Classic Chrome.
JPEG - 450.8 ko
Simulation de film Astia.
JPEG - 460.2 ko
Simulation de film Velvia.

Panorama par balayage

PNG - 505.9 ko
Le mode de panorama par balayage n’est pas infaillible… il a fallu s’y prendre à plusieurs reprises pour obtenir un cliché satisfaisant, et « balayer » la scène au rythme adéquat, sous peine de devoir recommencer.

WiFi

L’application Camera Remote s’avère très complète et rend le X-T10 très agréable à utiliser en mode « connecté ». Malgré les errements de Fujifilm dans le domaine de la vidéo sur ses boîtiers, ici, il est possible de lancer un enregistrement depuis un périphérique connecté ; mais on ne peut toujours pas prévisualiser le cadre ! Sauf si l’on opte pour la taille d’image adéquate dans les menus.

Hauts Iso

PNG - 512.5 ko
Extrait à 100 % d’une photo prise à 3200 Iso avec le X-T10 et le 16-50 mm XC II. Jpeg directement issu du boîtier, réduction de bruit standard. L’équilibre entre lissage et restitution des détails est remarquable à une telle sensibilité pour un capteur APS-C.

Retrouvez notre test complet du Fujifilm X-T10 dans notre numéro 79, à paraître mi-septembre. Vous pourrez lire nos conclusions sur les performances du boîtier, notamment sur le rendement de l’autofocus…

- Le site de Fujifilm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • j’ignore qui a fait les photos pour cet article mais franchement techniquement, il y a mieux : sous exposition récurrente qui empêche de voir les détails des appareils, mauvais positionnement des appareils qui empêche de bien voir la différence de gabarit, etc.

  • @Benjamin le monsieur (ou la dame) ne vois pas clairement les inscriptions sur les photos (arrière des appareils, bord des lentilles, écran, etc). Il / elle veut tout lire !!!
    Ben alors Benjamin... pour une prise en main on ne voit rien. Ahh zut j’ai oublié de mettre mes lunettes...

  • Sous-ex ? Faudrait penser à revoir votre calibration. Il n’y a que le détail du barillet vitesse qui manque un peu. Mais ça passe largement. Retournez-vous vers le site de Fuji si vous voulez voir des images en FuulHDNumericoParfait

  • Le filetage du X-T1 ne sert pas qu’à recevoir un déclencheur souple. Il est aussi très utile pour y visser un bouton de déclenchement (un accessoire méconnu, mais l’essayer, c’est l’adopter).

  • Le choix de monter le XF10-24 sur le XT1 et le XC16-50 sur le XT10 est pour le moins douteux, on aurait pu s’attendre au XF35-55 sur les deux ou encore le XF16-55 sur le XT et le XF16-50 sur le XT10.

    Certe cela donne plus de volume au XT1 mais en quoi est ce pertient pour la compréhension du lecteur.

  • Bonjour
    Je ne comprends pas le sens de cette phrase, qui parle du X-T10 : "En outre, sur ce dernier, le filetage pour trépied se trouve au centre et non pas trop près de la trappe d’accès à l’accu et à la carte mémoire, comme c’est le cas par défaut". Le filetage est justement tellement près de la trappe qu’elle est systématiquement condamnée, même avec une attache rapide de petite dimension comme celle d’un gorillapad.

    • Bonjour,
      « ce dernier » fait référence au grip optionnel MHG-XT10 dans le texte. Car sur cet accessoire, le filetage pour trépied est placé plus au centre, et donc plus loin de la trappe, tout en donnant accès à celle-ci. Alors que sur la semelle du X-T10, par défaut, l’utilisation d’un plateau empêche d’ouvrir la trappe, comme le montre l’illustration.
      Cordialement,
      Benjamin

  • Le X-T10 est une astuce marketing de plus comme on peut en rencontrer chez les éditeurs de logiciels qui veulent occuper le terrain en permanence.
    Ces pratiques commerciales sont risibles car les photographes attendent plus que du bricolage accompagné de M.A.J. "miroir aux alouettes"...
    Une telle proposition aurait été vraiment pertinente si le taux de rafraîchissement du viseur EVF avait été sérieusement amélioré le tactile de l’écran étant vraiment très accessoire en comparaison.
    Pour la série X Fuji produit régulièrement des optiques de qualité malgré des manques incompréhensibles comme l’absence de joints d’étanchéité des bagues de diaphragme trop souple, etc. ; optiques dont on ne peut malheureusement pas exploiter tout le potentiel car les boîtiers ne suivent pas vraiment à l’endroit du viseur.
    Exemple : quand on fait des portraits avec le 56mm c’est particulièrement frustrant de voir en postproduction qu’on a un décalage entre ce qu’on a décidé de capturer et le résultat ...
    Toute cette production X laissent un goût d’inachevé, le sentiment qu’elle est le fruit d’expériences, de balbutiements, d’économies de ménagères que l’on fait payer cher aux clients, de manière particulièrement astucieuse...

  • Merci Benjamin pour la précision sur le grip et la trappe, j’avais en effet lu trop vite et fait un contresens. Du coup le grip devient sacrément intéressant, par exemple pour pouvoir changer de batterie sur un long time-lapse sans tout démonter et donc perdre le cadrage ...

  • Bonjour, possesseur d’un XE2 qui me donne entiére satisfaction je ne voit pas l’utilité du XT10 dans la gamme Fuji autant économiser quelques euros et prendre le XT1 qui est un boitier beaucoup plus abouti ,je pense, que le XT10.Enfin c’est mon avis qui n’engage que moi.