Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Festival Sportfolio : la seconde édition n’aura pas lieu en 2014…

18/04/2014 | Benjamin Favier

Gilbert Benedicto et Bénédicte d’Audigier, co-fondateurs de Sportfolio, ont décidé d’annuler son déroulement, initialement prévu du 28 mai au 15 juin. Selon eux, les conditions n’étaient plus réunies, au lendemain des municipales, suite à des désaccords avec le nouveau maire de Narbonne. Ils reviennent sur les raisons de cette décision et assurent garder la confiance de leurs partenaires pour l’an prochain, laissant la porte ouverte à d’autres villes pour l’organisation de l’événement.

Comment se sont déroulés vos échanges avec le nouveau maire ?

Au lendemain du second tour des élections municipales, nous avons pris contact et provoqué un rendez-vous urgent avec le nouveau maire, monsieur Didier Mouly, dans la mesure où notre planning était serré : nous devions produire plus de douze expositions, organiser des conférences, des projections, etc. Nous souhaitions avant tout connaître son sentiment sur le festival, puis envoyer toutes les maquettes des photos à tirer chez nos imprimeurs partenaires Central Dupon Images et TPP.

Avant l’entretien, on nous annonçait par mail qu’un des lieux prévus pour les expositions ne pouvait plus être mis à disposition en raison de la tenue, le 12 juin, d’un conseil municipal, soit trois jours avant la clôture du festival. Ce lieu était très important, l’Agence France-Presse, partenaire historique devait présenter un travail remarquable sur la Coupe du monde de football au Brésil. Cela nous a alors déstabilisés.

Est-ce la seule raison qui vous a poussé à annuler l’édition 2014 ?

Dès le début de l’entretien, Monsieur Mouly nous a annoncé que deux lieux supplémentaires, pourtant réservés comme les autres depuis un an, étaient supprimés : la Cour d’honneur, où devait être présentée une exposition exceptionnelle de l’agence Chine Nouvelle, il nous a précisé qu’il s’agissait d’un lieu de passage et qu’il devait le rester. Cette exposition devait être inaugurée par une délégation chinoise, car cette année nous célébrons le cinquantième anniversaire de l’instauration de relations diplomatiques entre la France et la Chine. Cela aurait été très délicat à expliquer à l’agence. Le troisième endroit est une salle de l’office du tourisme qui avait été réservée pour Nikon, partenaire financier principal, qui devait organiser pour la première fois chez nous des formations de la Nikon School.


Gilbert Benedicto, co-fondateur de Sportfolio avec Bénédicte d’Audigier. Photo : Jean-Didier Loizeau

Nous avons ensuite appris que le vote de subvention de la ville ne serait entériné que le 24 avril par le conseil municipal, c’est-à-dire beaucoup trop tard pour réagir dans un sens ou dans l’autre. Au vu de l’ensemble des contraintes évoquées auxquelles les équipes n’étaient absolument pas préparées, la raison et la responsabilité nous ont conduits à déprogrammer et à annuler, la mort dans l’âme, le Festival Sportfolio 2014.

Plusieurs parutions locales font écho d’une volonté du maire d’ouvrir le festival aux Narbonnais…

Par voie de presse, le nouveau maire s’était largement exprimé notamment pendant sa campagne municipale sur le Festival Sportfolio et nous avons découvert alors des arguments peu positifs. Le Festival Sportfolio était programmé pour faire rayonner Narbonne au-delà de ses propres frontières pour la ville et son territoire. Sa programmation proposait une véritable ouverture sur le monde ; à cela s’ajoutait une exposition dédiée au sport emblématique de Narbonne, le rugby, en hommage à Michel Birot, fondateur du magazine Attitude Rugby. De plus, nous étions favorable à la mise en place d’un festival « off », dont l’organisation avait déjà commencé.

N’était-il pas possible de trouver un compromis ?

Le Festival Sportfolio devait être inauguré le 28 mai prochain et se clôturer le 15 juin. Des personnalités issues du sport, de la culture et de l’image étaient attendues du monde entier. Le calendrier et les planning de production de nombreuses équipes avaient démarré dès janvier 2014, et le mois de mai ne propose que quinze jours ouvrés. Modifier les expositions et surtout les déplacer n’était pas techniquement réalisable. En effet, les scénographies avaient nécessité plusieurs mois de réflexion, de travail et de mise au point. Les expositions étaient validées par leurs auteurs dans des lieux précis qu’ils avaient eux-même pris soin de venir visiter avant de nous donner leur accord.


Guillaume Néry, champion du monde d’apnée. Le reportage du photographe Franck Seguin pour le journal L’Équipe figurait au programme de l’édition 2014, finalement annulée. Photo : Franck Seguin/Pressesports L’Équipe

Le maire nous a suggéré de présenter un projet modifié qui devait intégrer la répartition des expositions dans les écoles, les églises et les quartiers excentrés du cœur historique de la ville de Narbonne, mais nous lui avons signalé que nos partenaires fournisseurs d’images et financiers avaient aussi leur mot à dire. Nikon nous a fait savoir qu’il était hors de question de décaler l’événement, compte tenu de leur propre calendrier de programmation national et international.

Sportfolio va donc continuer d’exister…

Nous sommes dans un processus très lourd et douloureux d’annulation. Mais il est clair que nous sommes particulièrement motivés pour envisager l’avenir du Festival Sportfolio. Et malgré notre profonde désolation pour Narbonne, nous ne pouvons que constater les conséquences irrémédiables.

Est-il envisageable qu’une autre ville accueille Sportfolio ?

Il est clair que nos partenaires, très affectés, se sont sentis exclus par Narbonne. Rien n’est impossible, d’autres villes se sont déjà spontanément manifestées pour accueillir le festival Sportfolio, dans toute la France et même à l’étranger.

Propos recueillis par Benjamin Favier

- Photo logo : Guillaume Néry, champion du monde d’apnée, remonte à la surface.
23 juin 2013.
Photo : Franck Seguin/Pressesports L’Équipe

- Lire aussi notre couverture de la première édition de Sportfolio

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE