Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Freeman dans la poche

30/11/2018 | Benjamin Favier

Ce livre constitue un bon aperçu de la manière dont le prolifique auteur anglais conçoit la photographie. Il s’adresse avant tout à ceux qui découvrent l’usage d’un appareil photo.

Parmi les nombreux ouvrages commis par Michael Freeman, nous avons une préférence pour L’œil du photographe et l’art de la composition (éditions Pearson). Michael Freeman, aussi prolifique et incontournable que Scott Kelby ou Tom Ang, a publié d’autres livres exhaustifs sur des thématiques phares comme le noir et blanc ou l’exposition. Le guide essentiel du photographe, qui investit la collection « Focus », aux éditions F1rst , ne boxe pas dans la même catégorie. Moins pointu, il vise les apprentis photographes – en dehors du smartphone – désireux de se familiariser avec les fondamentaux en matière de réglages, de notions de prise de vue, mais aussi de postproduction, problématique qui occupe une centaine de pages, sur les 256 que compte ce petit opus.

Approche (trop) sobre

Petit, car son format (15 x 21 cm) le destine à accompagner le photographe sur le terrain. Pour autant, s’il trouvera facilement une place dans un sac photo, il ne faut pas négliger son poids (quelque 300 g). Distinguer une optique grand-angle d’un téléobjectif ; comprendre la dynamique d’un capteur ; s’initier au HDR ; évaluer les conditions d’éclairage ; saisir les nuances de bokeh ; traiter ses fichiers Raw ; corriger les défauts optiques… voici quelques exemples des thématiques abordées. Le ton de Freeman se veut sobre (en tout cas, la traduction, assurée par Laurence Charbard l’est)… un peu trop, à notre goût, car avec son expérience, l’auteur pourrait distiller quelques anecdotes ou recommandations, liées à sa pratique. En revanche, les nombreux schémas et clichés qui illustrent le livre rendent les explications très concrètes. Les références au matériel ou aux logiciels datent un peu. Ce qui n’est pas gênant, dans le premier cas (les modèles D810, LX100 ou 6D sont cités par exemple). Mais dans le second, la part belle faite aux captures d’écran de versions Lightroom et Photoshop datant de la période précédent le Creative Cloud, dénote un peu. Les conseils pour accentuer ses fichiers ou bien choisir son espace colorimétrique n’en demeurent pas moins pertinents… à condition de s’accommoder d’une police de caractère vraiment petite. Un état des lieux instructif pour effectuer ses premiers pas avec un appareil photo.

- Le guide essentiel du photographe
- Par Michael Freeman
- Éditions F1rst
- 256 pages, 15 x 21 cm, 15,95 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • " la part belle faite aux captures d’écran de versions Lightroom et Photoshop datant de la période précédent le Creative Cloud, dénote un peu"

    Les fondamentaux de la photographie se passent très bien d’ Adobe ©$™, quelle que soit la période, et d’ailleurs aussi très bien du pissepixels M.Freemann.