Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm 14 mm et zoom 18-55 mm OIS : optiques en monture X

06/09/2012 | Laurent Katz

Si le 14 mm (21 mm, éq. 24 x 36) n’était pas l’optique la plus espérée, le transstandard stabilisé et silencieux pallie l’absence de zoom dans la gamme.

Présentation

La famille de 18, 35 et 60 mm, lancée à la sortie du X-Pro1, a le plaisir d’annoncer la naissance d’un XF 14 mm f/2,8 R (21 mm, éq. 24 x 36) offrant une distance minimale de mise au point de 18 cm. Pour le 23 mm, permettant de retrouver les 35 mm du 24 x 36, il faudra attendre 2013, qui verra le lancement de cinq autres objectifs, comme annoncé ici. L’autre bébé est un zoom stabilisé, le XF 18-55mm f/2,8-4 R LM OIS, qui descend à 30 cm en position grand-angle (27-87,5 mm éq. 24 x 36). Tous deux, par leur qualité de fabrication et leur diffusion plus modeste que celle d’une optique destinée à un reflex Canon ou Nikon, ne sont pas donnés. Sachant que le capteur Cmos sans filtre passe-bas des X-Pro1 et X-E1 ne s’accommoderait pas d’optiques moyennes. Le zoom est annoncé pour 649 € (il revient à 400 € quand il est vendu en kit avec le X-E1) et le 14 mm à 799 €.

Le Fujinon XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS est le zoom attendu par beaucoup, et il faudra patienter jusqu’en novembre. L’usage d’un double moteur linéaire contribue à la rapidité annoncée de l’AF et au silence escompté pour un usage vidéo. Il intègre un stabilisateur pouvant, selon Fujifilm, faire gagner 4 IL. L’ouverture étant flottante avec la focale, la bague de diaphragme ne montre pas de valeurs. Un commutateur assure la bascule entre les modes A (pour Automatique, employé en exposition programmée ou en priorité Vitesse) et Manuel (priorité Ouverture et exposition manuelle). Fujifilm revendique une maîtrise de la distorsion et des aberrations chromatiques. Avec le X-Pro1, en visée optique, le cadre de visée change de taille automatiquement, son agrandissement étant mis sur 0,37x. Pour passer à 0,6x après la focale de 35 mm et obtenir une visée plus confortable, il faut solliciter le levier frontal gérant le taux d’agrandissement du viseur.

Le grand angle Fujinon XF 14 mm f/2,8 R, un 21 mm en éq. 24 x 36, ne présente pas de distorsion indique Fujifilm, évitant toute correction logicielle préjudiciable au piqué. Contrairement à ce j’ai écrit dans le magazine (les infos et images sont venues alors que LMDLP était bouclé et parti chez l’imprimeur), une bague manuelle, activable par translation vers l’arrière, bénéfice d’échelles des distances et de profondeur de champ. Une optique à mettre sous cloche, où elle rejoindra les (12 mm et 60 mm Macro d’Olympus), tant ce type de prestation devient rares sur les optiques destinées aux hybrides. Dans le viseur optique du X-Pro1, quatre équerres marquent les coins de la zone de cadrage et la correction de parallaxe est inactive. L’optique est en cours de finalisation et sa sortie interviendra en décembre.

Fiche technique 14 mm

Fujinon XF 14 mm f/2,8 R

  • Prix : 799 €
  • Type : grand-angle
  • Focale : 14 mm (21 mm, éq. APS-C)
  • Monture : X Mount
  • Formule optique : 10 éléments (2 asphériques, 3 ELD) en 7 groupes
  • Protection : -
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : f22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 18 cm
  • Grandissement : 0,12x
  • Accessoires :
  • Diamètre du filtre : 58 mm
  • Dimensions (L x ø)  : nc
  • Poids :nc

Fiche technique 18-55 mm

Fujinon XF 18-55 mm f/2,8-4 R LM OIS

  • Prix : 649 €
  • Type : zoom transstandard
  • Focale : 14 mm (21 mm, éq. APS-C)
  • Monture : X Mount
  • Formule optique : 14 éléments (3 asphériques, 1 ELD) en 10 groupes
  • Protection : -
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui (LM)
  • Stabilisation : OIS
  • Ouverture maximale : f/2,8-f/4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm (à 18 mm), 45 cm (à 55 mm)
  • Grandissement : 0,08-0,15x
  • Accessoires : nc
  • Diamètre du filtre : 58 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 70,4 x 65 mm
  • Poids : 330 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ah ah ! On dirait que Fuji met de l’eau dans son vin d’optiques révolutionnaires !
    Souvenez-vous : Lors de la présentation du X100, un responsable de Fuji vantait les mérites de la conception du 23/2 dont la pupille de sortie était déplacée vers l’avant
    pour ne pas avoir de rayons trop inclinés.

    L’inconvénient de cette méthode, c’est que la distorsion remonte et que Fuji doit corriger à la volée grâce à une correction logicielle "in-board".
    C’est le même principe qui a été adopté sur le 18/2 R....mais dont on a pu voir les limites (l’optique flanche dans les coins et les promoteurs ont évité de montrer des samples de cet objectif....en préférant vanter les mérites du 35/1.4 R de conception plus classique.)

    Pour ce qui est du 14/2.8 R, les observateurs se demandaient un peu comment les ingénieurs de Fuji allaient s’y prendre étant donné que les problèmes de correction de
    distorsion seraient plus difficiles à corriger.
    ....Ben on a la réponse : La conception du 14/2.8 est sans doute beaucoup plus classique et s’inspire sans doute de ce qui se fait en reflex depuis 40 ans maintenant.
    En tenant compte du format, l’encombrement TOTAL de ce 14/2.8 est quasi identique à celui d’un 20/2.8 EF Canon commercialisé il y a 20 ans !!!
    (Ct=5.46 pour le Fuji Vs Ct=5.73 pour le Canon reflex)
    En revanche, si la distorsion ne fait plus l’objet de correction logicielle selon le communiqué de Fuji (c’est possible mais j’en doute), elle n’est certainement pas nulle nativement.
    J’ai quand même l’impression que Fuji prend ses clients pour des lapins de 6 semaines !

    À quoi bon réaliser un système mirrorless s’il ne parvient pas à être plus compact (en tenant compte du format évidemment !) qu’un bon vieux système reflex ?

    Pour Fuji, cet objectif sonne comme un sérieux revers technique malgré l’acharnement qu’ils mettent à s’auto-persuader que leur système présente une qualité d’image
    "comparable" à celle du 24x36.

    On va voir quelle tête ils feront au moment où Nikon posera son D600 sur la table.

    Pour ce qui est du 18-55/2.8-4 R, il n’a rien de particulièrement folichon : Sigma avait déjà un 28-70/2.8-4 de 285g et 64mm de long il y a presque 20 ans de celà....

    Quant aux tarifs annoncés(1000 € le nouveau boîtier, 600 € le 18-55), Fuji est totalement à l’ouest et semble se faire pas mal d’illusions sur le format APSC et la crédulité de sa clientèle...
    Je rappelle que Sigma vendait en 2002 son 28-70/2.8-4 relooké pour...200 € et que le D600 FF est "rumoré" à 1300 €.
    Que dire de plus ?

    Ah oui : L’annonce de "la fin du monde",c’est dans une semaine selon... les gourous de Nikon !

    @ Laurent Katz :
    Fuji n’a pas révélé le poids de son 14/2.8 R en indiquant simplement que ce produit était en cours de finalisation.
    En revanche, les dimensions de l’objectif ont bien été rendues publiques sur le site Fuji : 65mm X 58.4 mm (DxL)

    Les coupes optiques n’ont pas été révélées non plus pour le moment.

    Les courbes MTF sont probablement fantaisistes (des MTF à 15 pl/mm qui planent à 100% sur la plupat du champ, je demande à voir !).

    • D600 rumore a 1500 USD donc 1500 euros puisque de manière générale, les prix européens équivalent hélas les prix en dollars.

    • Un intervenant d’un site bien connu a intercepté un message issu d’un site allemand.Le modérateur de ce site indiquait un tarif de 1300 € officiel.
      Compte tenu des pratiques en vigueur, on peut même espérer voir le D600 cotoyer la barre mythique et symbolique des 1000 € !

      À titre historique, le "mythique" Canon 300 D à capteur APSC était officiellement vendu 1100 € en 2003 avant que la pratique des SP ne lui fasse franchir
      la barre des 1000 € : Ça a tué le marché de l’argentique.

    • Ne pas oublier que les prix américains sont HT et les prix européens TTC ce qui réduit de beaucoup la différence !

    • espérons que canon réagira vite pour nous proposer un 5d mk ll low cost...

    • Je vais poser une question naïve : comment leica fait il pour arriver a fabriquer des optiques aussi compactes pour du plein format (ok visée telemetrique) alors que le mi’rrorless Fuji n’arrive pas a faire aussi compact ? est-il idiot de comparer Fuji mirrorless a un leica telemetrique ?
      Quant au prix du 14 mm, il est "normal" compte tenu du prix du zeiss pour leica M qui est a 1200 euros. Un bon 21 mm eq. Ne peut etre bon marche si on veut qu’il soit de qualite mais encore faut-il qu’il le soit.

    • Ma réponse se fera en 2 parties :

      Dans le système Leica M, il y a 2 types d’optiques ; Les GA et les autres (50mm et plus).

      1-Pour ce qui est des optiques de > 50mm, les objectifs Leica ne sont pas moins encombrants que les objectifs reflex.
      D’ailleurs le 90/2 AA pour Leica M partage la même formule optique que son homologue pour Leica R !

      2-Pour ce qui est des 50mm, il se trouve que la cage reflex impose une construction de l’optique légèrement différente pour laisser le passage au miroir.
      Il en résulte que les 50mm pour reflex sont légèrement plus encombrants que les modèles équivalents pour Leica M.
      Ainsi un 50/1.4 M pré-asph mesure 46.7 mm de long Vs....51 mm pour un Canon 50/1.4 EF pour EOS. Excusez du peu !

      3-Pour ce qui est des objectifs GA, les objectifs pour Leica M ne conviennent pas aux reflex car l’espace arrière entre la dernière lentille et le plan focale ne suffit pas pour laisser le passage au miroir du reflex.
      Les opticiens ont donc dû inventer des formules spécifiques pour les GA dédiés au reflex qui laissent un espace suffisant pour permettre le débattement du miroir reflex.
      On appelle ces formules "retrofocus" (nom donné par son "inventeur" français, Pierre Angénieux, en 1950).
      Ces formules sont quasiment toujours plus encombrantes que celles pour des boîtiers télémétriques.

      Si Fuji ne parvient pas à faire des optiques aussi compactes que celles de Leica, c’est également pour des raisons techniques :
      Le Leica M9 utilise un capteur spécial qui permet d’utiliser de vieilles optiques Leica pré-numériques.
      Les technologies liées au capteur du Leica M9 sont évidemmment brevetées et Fuji ne peut pas les utiliser.
      Ils sont donc obligés d’utiliser des capteurs classiques qui ont la particularité de ne pas supporter des rayons très inclinés.
      Les optiques Fuji comme le 14/2.8 R sont donc plus encombrantes que les Leica M (relativement au format) mais les rayons qui en sont issus sont moins inclinés...

      Pour ce qui est du tarif du 14/2.8 R, je persiste à dire qu’il est délirant à plus d’un tiutre (format 1.5 x inférieur, masse de verre à formule identique 3.6x moins élevé,
      MF "by wire" inadmissible chez certains clients parce que source de pannes "définitives",...)
      Par ailleurs, les verres et les matériaux utilisés pour les objectifs Leica sont de bien meilleure qualité que les objectifs Fuji R.
      Il y a donc bien "tromperie" sur la " marchandise" !

    • une fois n’est pas coutume, je vais abopnder dans votre sens par rapport à la qualité surfaite des objectifs Fuji, perception due en partie à un buzz fondé probablement sur le fait que depuis longtemps tout le monde attendait un remplaçant moins cher au Leica M. 
      En effet, le site Lenstip, à mon avis un des plus fiables car à chaque fois sur le terrain, j’ai pu vérifier leurs dires (pas pour toutes les optiques quand même je précise), le Fuji 30 mm F1,4 porté aux nues n’est en fait qu’un objectif "passabe" avec plein de défauts que je cite ci-après :

      image quality near the maximum relative aperture on the edge of the frame should have been better,
      noticeable longitudinal chromatic aberration,
      distinct coma,
      huge vignetting,
      not very accurate autofocus.

      bon ben, après ça, on peut commencer à relativiser sérieusement .... surtout quand on voit la qualité du 50f1,4 nikon et son prix....entre autres, Leica est hors jeu vu son prix.

    • Le prix officiel du Nikon D600 pour la France est de 2099 euros, boîtier nu.

    • "Quant aux tarifs annoncés(1000 € le nouveau boîtier, 600 € le 18-55), Fuji est totalement à l’ouest et semble se faire pas mal d’illusions sur le format APSC et la crédulité de sa clientèle.."

      Vous avez l’air sacrément calé en histoire de l’optique, mais le marketing est une notion complètement inconnue à vos yeux.

      Ce ne sera pas les premiers à inventer une monture spécifique pour marger sur les optiques, avec l’aide une avancée technologique sur le boitier pour attirer les foules, ou vice versa.

      Et il y a un paradoxe dans votre argumentation que je ne comprends pas :

      Vous avez l’air de vous y connaitre et je veux bien vous croire quand vous estimez que Fuji a sous-estimé le travail à réaliser pour fabriquer des objos GA compacts.
      Ainsi la compacité est génératrice de valeur ajoutée (j’entends, qu’il est justifiable de vendre plus cher).
      Ensuite vous faites un calcul sur la masse de verre employée pour justifier du prix de vente : pas beaucoup de verre donc fuji ne devrait pas le vendre aussi cher.
      Là je ne comprends pas.

      Le prix de vente doit être fixé à la valeur que les acheteurs veulent bien mettre, pas à un facteur multiplicatif d’un coût de revient.
      Et si on cherche absolument à concrétiser une sorte de valeur "justifiable", je dirais de Fuji vends une innovation et le risque qu’ils prennent.

      Votre exemple de sigma est d’ailleurs mal choisi je pense.
      Sigma a fabriqué une optique pour un parc client conséquent (puisque adaptable à plusieurs montures propriétaires) et donc adressé un marché dit de masse.
      on n’adresse pas un marché de masse avec un prix élitiste, mais on n’adresse pas non plus un marché de niche avec des prix cassés. Leica le sait très bien d’ailleurs.

      fuji sont-ils des "voleurs" ?
      Si ça marche, les autres vont se lancer dans un produit frontalement concurrent et faire baisser les prix.
      On se souviendra d’eux comme les premiers, cet ensemble x-mount deviendra "Mythique" comme vous dites. Bien qu’imparfait et vendu cher aujourd’hui.
      Finalement, rien de nouveau sous le soleil non ?

    • J’ai acheté le X-E1 avec le zoom 18-55. N’en déplaise à cet écrivain pseudo technique, désagréable par avance de la sortie du matériel, je suis satisfait de mon achat et des qualités obtenues. Je viens de l’argentique et ce produit répond aux règles de la photo. Le ton de notre écrivaillon est certainement lié à une notion religieuse liée à une marque préférée. La pratique ne mérite pas de doctrine aveugle. Bien cordialement

  • Je confirme ce que Eric pense de l’optique, le zoom est riquiqui et au prix de 649 euros, on se demande de qui on se moque, au vu de sa finition !! C’est un zoom qui vaut 250 euros à tout casser. Au premier petit choc, vous aurez une optique en dix morceaux....

  • Tout d’abord, il s’agit du 18-55 mm et non d’un 15-55.
    La production du 14 mm est retardée pour laisser les usines Fuji produire le zoom 18-55 mm vendu en kit avec le XE1.
    l’optique est stabilisée et on peut penser que ce sera un choix prioritaire aussi pour les acheteurs d’un XE1, reste que 650 euros pour un zoom transstandard, c’est un peu cher.