Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X-A1 : moins de technique, plus de couleurs

17/09/2013 | Franck Mée

Après le X-Pro1, le X-E1 et le X-M1, Fujifilm poursuit lentement mais sûrement sa descente en gamme. Dernier venu, le X-A1 vient faire la jointure entre l’univers des compacts design colorés et celui des appareils à objectifs interchangeables.

Présentation

Depuis son arrivée sur le marché des compacts à objectifs interchangeables, Fujifilm a montré une volonté constante : toujours aller vers un plus large public. Le X-Pro1 était un objet limite luxueux, coûteux et parlant aux nostalgiques des télémètres ; le X-E1, un modèle expert encore haut de gamme ; le X-M1, un milieu de gamme adressé aux amateurs de design rétro.

Avec le X-A1, Fujifilm franchit le dernier pas : les photographes non-techniciens, ceux qui n’ont pas la nostalgie des années 70 et qui veulent un produit moderne et connecté.

Le boîtier est pourtant rigoureusement identique à celui du X-M1 : dimensions, formes, commandes, tout est repris, y compris l’écran orientable et la connexion WiFi. La principale différence : le X-A1 sera disponible en noir ou rouge, avec pour l’un une surface granuleuse à l’aspect plutôt moderne et pour l’autre un revêtement texturé façon cuir, à l’instar de celui trouvé sur le compact XF1.

Bien entendu, le coût a également été révisé dans une optique plus grand public : le X-A1 sera lancé à 579 € avec l’objectif 16-50 mm. Un kit double avec en plus le nouveau 50-230 mm sera également proposé pour 779 €.

Pour gagner 200 € sur le prix de vente, pas de miracle : Fujifilm a dû faire des économies. Elles sont cachées à l’intérieur : le X-M1 est le premier compacts à objectifs interchangeables de la marque à ne pas profiter d’un capteur X-trans. Son capteur, un 16 Mpxl au format APS, repose donc sur une matrice plus classique. Il conviendra de voir en test l’influence que cela aura sur la qualité d’image, mais il est probable que le piqué soit revu à la baisse et/ou que le moiré soit plus visible...

Bref, Fujifilm semble avoir ici sacrifié la qualité d’image sur l’autel de l’élargissement du marché. Reste à voir s’il parviendra à attaquer le NEX-3N, encore moins cher (mais dépourvu de WiFi et accompagné d’un 16-50 mm Sony plutôt moins convaincant que le Fujifilm)...

- Le site de Fujifilm

Fiche technique X-A1

- Capteur : Cmos Bayer APS-C, 16 Mpxl
- Monture : Fujifilm X
- Stabilisation : -
- Vidéo maxi : 1080p, 30 im/s, son stéréo
- Formats de fichier : Jpeg, Raw (RAF), Mov
- Écran : LCD 3", 920 kpts, orientable verticalement
- Viseur : -
- Modes d’exposition : P, A, S, M
- Sensibilités : 100 - 25 600 Iso
- Extension de dynamique : jusqu’à 400 %
- Vitesse : NC
- Rafale : NC
- Flash intégré : Pop-up, NG=7 (pour 200 Iso)
- Stockage : SD/SDHC/SDXC
- Positionnement : -
- Connectivité : WiFi (partage de fichiers, sauvegarde automatique)
- Accu : 7,2 V, 1 260 mAh
- Dimensions/poids : 116,9 x 66,5 x 39 mm / 330 g (avec accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour,

    Une petite question à Fuji : pourquoi avoir gardé le préfixe " X " pour un modèle équipé d’un capteur classique ?
    Il me semble que cela jette une confusion par rapport aux autres modèles équipés quant à eux de capteur X-Trans.

    Espérons que la qualité d’image reste de haut niveau, comparable à celle produite par la gamme Nex.

    Par contre, j’espère que les viseurs - électronique et/ou optique - vont se démocratiser.
    Viser à bout de bras quand on porte des lunettes n’est pas très pratique, en tous cas moins pratique que dans un viseur.

    Fred

    • Tous les appareils Fuji commencent dans leur dénomination par la lettre "X" : x10, x20, xs1, etc. Il n’y a donc aucune raison de penser qu’une confusion puisse naitre dans la tete des gens d’autant que la gamme XA est prévue pour etre distribuée dans les grandes chaines comme Médiamarkt, soit là où la clientele s’intéresse plus a la couleur du boitier qu’a son capteur.

    • Faux. Les Finepix X100, X10 et XF1 n’ont pas de capteur X-Trans mais une matrice de Bayer classique. ;)

    • Je ne vois pas le rapport. Qu’est ce qui est faux ? je dis simplement que tous les appareils Fuji commencent par la lettre X. Juste oui ou non ?
      A l’époque, les nikon s’appelaient F...... Personne n’a jamais confondu un FE avec un FM !
      De toute façon etant donné le positionnement sur le marché, c’est un faux problème. Chez médiamarkt ou auchan, monde s’en fout de savoir si le capteur est X ou Y. Ceux qui vont chez les spécialistes, ou bien ils savent déjà, ou le revendeur les conseillera.
      Vous pouvez toujours suggérer a Fuji d’appeler ses modeles équipés du X trans de s’appeler XT machin, par exemple XT E1. mais le marketing a ses lois.

  • L’intérêt ici serait de voir une comparaison photo entre les deux capteurs de meme definition théorique mais avec deux technologies différentes. On serait peut etre bien surpris...

  • Je suis particulièrement perplexe sur l’initiative de Fuji.
    Fuji se lance dans les économies de bout de chandelle maintenant ?
    Même pas sûr que ce soit de "vraies" économies.
    Moi, je crois plutôt que Fuji resserre ses marges plus qu’autre chose.

    En quoi le fait de passer d’une matrice X-trans à une matrice de Bayer permet-il de faire des économies ????
    Un processeur plus complexe à réaliser ? Quel est le surcoût du processeur X-trans fabriqué à l’échelle industrielle par rapport à un processeur de dématriçage du peuple ??? 1 € ?
    Si Fuji est respectueux de sa clientèle, il doit remettre en place un filtre AA sur son capteur Bayer....comme chez les concurrents...mais ça leur coûte de l’argent.
    Apparemment, ils ne l’ont pas fait ce qui va provoquer des commentaires chez les concurrents...sur le retour de l’aliasing absent des modèles d’entrée de gamme ailleurs.

    Franchement, j’ai beaucoup de mal à me mettre à la place des responsables marketing de Fuji et de leurs raisonnements étranges...

    • C’est tout à fait le sens que je voulais donner à mon message.
      Simplement, je l’avais formulé de manière bien différente et peu claire.
      Ce qui prouve que les dominations ont une importance et doivent permettre à un néophyte comme moi de s’y retrouver facilement et rapidement.

      Concernant le coût d’une matrice de Bayer, d’un filtre AA, ou d’une matrice X-Trans, je crois que c’est un peu plus compliqué que ça, notamment pour les logiciels de conversion analogique-numérique, ensuite de la transformation en image Jpeg et enfin sur l’autofocus par contraste.
      Sans vouloir entrer dans les détails, parce que je n’y connais pratiquement rien, je pense que ça ne doit pas être aussi simple à gérer qu’on le dit, témoins les màj firmware pour les X 100s et consorts ...

      Fred

    • Correction d’une faute de frappe : il faut lire " dénomination " et non " domination ".
      Mil excuses
      Fred

    • Mais qu’est ce que vous raconter Monsieur Eric-P,
      Il ne s’agit pas ici de réaliser des économies de bout de chandelles mais d’élargir le public simplement.
      Il n’y a rien d’incompréhensible, il s’agit tout simplement de rendre plus accessible et plus démocratique la gamme X-Premium qui s’étend désormais du X-Pro1 au X-A1 en passant par les X100s et X20. A sa sortie, pour rappel le X100 avait un simple CMOS de 12Millions et la qualité d’image était déjà très élevée (cf tout les tests presse).
      On peut se douter que le CMOS utilisé ici sera le même que celui implanté dans le Ricoh GR par exemple (quelques recherches sur le web permettent de faire le rapprochement), il n’y a donc pas lieux de craindre une significative perte de qualité (surtout quand on connait les capacités de traitement de bruit du processeur EXR). En tout cas le public visée ne verra pas forcément la différence entre la qualité d’image d’un X-M1 et d’un X-A1.

      Donc en effet pour vendre un appareil moins cher, il faut baisser les coûts de production et acheter un capteur développé par d’autres revient certainement moins cher que de développer son propre capteur. Ce sont des économies certes mais pas de bout de chandelles.

      Arrêtons un peu de toujours sauter au cou des constructeurs qui tentent des choses pour se remettre à flot ou renflouer ses caisses. Il n’y a rien de honteux à vouloir accroître son capital en élargissant sa cible tant que derrière le produit est cohérent (et il y a peu de chance qu’il ne le soit pas)

      La concurrence en face est rude ( Sony, nikon, pana...) sur ce segment mais Fuji a désormais une aura solide. Et puis n’oublions pas une chose...il faut de l’argent pour développer des produits haut de gamme comme le X-Pro et consort donc si le X-A1 peut permettre de faire rentrer un peu de sous dans les caisses en toute légitimité ne lui jetons pas l’opprobre avant même de l’avoir essayer.
      cdlt

    • Mouais.
      Les acteurs de l’industrie logicielle ne se sont pas pliés aux contraintes de la technologie X-Trans et n’ont donc pas voulu développer de nouveaux logiciels spécifiquement
      pour Fuji (Logiciel de dérawtisation ,traitement numérique spécifique des fichiers) ! On peut les comprendre.
      À ce moment là, on peut quand même se demander si Fuji a fait preuve d’une très grande lucidité en développant une technologie vouée à l’isolement...
      Le X-trans a été très pertinent sur le plan technologique (Je l’ai approuvée à sa sortie car elle permet facilement de virer le filtre AA coûteux et mangeur de piqué).
      Sur le plan commercial, l’annonce du X-A1 ressemble à un aveu d’échec pour le X-trans...
      Ça me rappelle quelque chose chez Sigma ...

    • Les capteurs sont probablement les mêmes.
      Des capteurs Sony à technologie Exmor 16 MP.
      En fait, la seule chose qui change, c’est l’abandon du X-trans auquel on pouvait reprocher un manque de compatibilité avec les logiciels de traitement existants
      (C’est également ce qu’on reproche aux Sigma Fovéon et leurs fameux fichiers X3F )
      et qui avait tendance à faire fuir la clientèle. Ainsi, Fuji revient dans les clous des produits commerciaux...

    • Bien d’accord, la venu du modèle A1 signe la disparition à terme de la matrice x-tans, mais Fuji est coutumier de ça, avant il y a avait les capteurs EXR...
      C’est honnête de la part d’une marque de tester de nouvelles techniques et de confronter aussi à la loi du marché.
      Le nouveau x-a1 si je juge les épreuves diffusées n’a rien à envier au x-trans donc il s’impose que c’est le plus rentable qui va gagner !
      En ce moment il y a une confrontation avec les capteurs développés pour les smartphones et qui évolue aussi énormément
      Question iso ( usage standard ), la guerre est fini Fuji a gagner, Il reste à améliorer la dynamique et Samsung à promis un nouveau capteur franchissant un bond dans le domaine, alors à voir...

    • Non non pas vraiment c’est juste un mouvement de balancier, on développe des techniques, si elles sont au point et rentables on commercialise , cas du x-trans - beau succès car résultats probants, mais dans le même temps la technique évolue et le bayer standard évolue et reprend la main etc etc. Dans ce domaine Samsung annonce un nouveau capteur avec une dynamique 3 fois supérieure ! etc etc