Publié le : 09/01/2012
Par : Laurent Katz

Fujifilm X-Pro1, hybride signé Fujifilm

En filigrane du lancement du X100, transparaissait le désir d’un hybride qui en reprendrait les mêmes bases, la possibilité de changer d’optique en plus. C’est désormais officiel, le X-Pro1 est sous les feux de la rampe, avec un capteur innovant qui évite l’usage du filtre passe-bas pour maximiser la définition.

Présentation du boîtier

JPEG - 79.6 ko
Le X-Pro 1 et le XF 35mm f/1,4 R

2011 a marqué le grand retour de Fujifilm sur le devant de la scène. Si la marque a laissé des regrets aux photographes ayant apprécié les qualités des reflex FinePix S1, S2, S3 et S5 Pro, elle enthousiasme désormais avec ses modèles X Premium. Le X100 bien sûr, le récent compact expert X10 et le futur bridge X-S1 constituent un solide trio qui, comme Les Trois Mousquetaires, va accueillir son D’Artagnan.

Le boîtier, dont la base et le dessus sont en alliage d’aluminium, présente une disposition des commandes similaire à celle du X100. Il est recouvert d’un matériau synthétique granité à la finition cuir. Fujifilm indique que la rotation intempestive du correcteur d’exposition a été corrigée grâce à une mise en retrait de ce dernier. D’emblée, le X-Pro1 est proposé en finition noire, dont l’effet dévastateur en matière de pulsion d’achat a déjà été mesuré avec le X10. On retrouve les fondamentaux du X100, avec des variations cosmétiques dans le grip et le levier de bascule entre visée optique et électronique. Évidemment que Fujifilm a reconduit l’une des attractions du X100 : la faculté de cadrer « en vrai » avec un ingénieux système affichant en superposition les données techniques ou « en simulé » au travers d’un micro afficheur interne.

JPEG - 159.2 ko
Le nouveau capteur X-Trans comparé à la génération actuelle de Cmos (cliquer pour agrandir)

Le capteur Cmos innove, tout droit sorti de l’imagination fertile des ingénieurs spécialisés de la marque (souvenez-vous, les originaux Super CCD et Cmos EXR ont montré que l’on pouvait faire progresser la technique). Quand un capteur standard présente une matrice de Bayer (les filtres colorés rouges, verts et bleus qui recouvrent les photosites) alternant régulièrement les couleurs primaires avec des lignes ne comportant que du bleu et du vert, ou du rouge et du vert, Fujifilm introduit une nouvelle disposition. Chaque rangée ou colonne comporte les trois couleurs, toujours en privilégiant le vert auquel la vision humaine est plus sensible. Cet agencement est, selon Fujifilm, tellement peu sensible au moiré que la présence d’un filtre passe-bas est inutile. Et comme ce filtre floute les détails les plus fins, ces derniers devraient être restitués avec une plus grande précision. Voilà le fondement technique du X-Trans Cmos, proposé ici avec la définition de 16 Mpxl. Fujifilm indique que le résultat est supérieur à ce que propose un capteur plein format. L’argument est contestable, puisque rien n’empêche de coiffer un capteur 24 x 36 d’un tel filtre coloré et de ne pas l’associer à un passe-bas ! Qui dit optique interchangeable, dit problème de poussières. Un nettoyeur interne à base d’ultrasons a donc été mis en place.


La visée hybride du X100 (optique et électronique) a été reconduite, avec une adaptation automatique selon l’optique montée du grossissement (0,37x pour le 18 mm et 0,6x pour les 35 mm et 60 mm) et du cadre de visée. Les commutations manuelles sont aussi proposées, bien pratiques pour juger du cadre sans avoir à changer d’optique. Reste à voir comment cela se passera avec d’autres focales et surtout avec d’éventuels zooms. Au dos, l’afficheur est un LCD de trois pouces, de type RGBW (Red, Green, Blue, White). Sur les quelques un million deux cent vingt-trois mille points, un quart sont blancs, afin de d’offrir une plus grande luminosité globale et donc une meilleure lisibilité en plein soleil. La définition réelle est doublée par rapport à celle de l’écran équipant le X100 (460 kpts de type RVB). Cet afficheur est mis à profit par un menu, sollicité par la touche dorsale Q. Il présente la plupart des réglages, que l’on peut modifier grâce à la molette, le pavé servant à passer d’un ajustement à l’autre. Reste la touche Fn, programmable pour accéder rapidement à un réglage préférentiel.


Fujifilm a développé un nouveau processeur, l’EXR Processor Pro pour dématricer les données brutes qui semble-t-il demandent plus de puissance informatique pour être traitées. Selon les informations qui nous sont parvenus jusqu’alors, cette mention EXR ne concerne pas le capteur, l’extension de dynamique étant obtenue de manière logicielle par exploitation optimale des données Raw. La plage des sensibilités standards va de 200 à 6 400 Iso, avec des extensions vers 100 Iso et 25 600 Iso. Les rafales montent à 6 im/s et la vidéo, elle, est au standard H.264 pour des fichiers Mov, est d’obédience Full HD. Le document initial transmis par Fujifilm fait aussi mention d’une fonction de double exposition, avec un contrôle visuel de la superposition de la seconde photo sur la première.

Les simulations de films s’enrichissent de réglages modes Professional Color Negative Film (Pro Neg. Std and Pro Neg. Hi) et le rendu monochrome bénéficie des filtres employés en N&B pour influer sur le rendu (rouge, orange, jaune, vert). Bien entendu, le mode Panorama par balayage est toujours présent.

JPEG - 55.9 ko
L’optique XF 60 mm f/2,4 R Macro

Des optiques accompagnent le lancement du X-Pro1. Il déboule accompagné d’un trio en série XF, avec la nouvelle baïonnette X-Mount, présentant un tirage de seulement 17,7 mm. De sorte que la lentille arrière se trouve au plus près du capteur. Ces focales fixes présentent des couvertures, en équivalent 24 x 36, de respectivement 27 mm, 53 mm et 91 mm. Une gamme qui ne demande qu’à se développer. On ne doute pas que Fujifilm ait déjà en chantier d’autres modèles. Sur notre liste de souhaits : un 24 mm, un 35 mm comme sur le X100, un petit transstandard (un 24-60 mm f/4 serait un compromis intéressant) et un zoom télé. Cela tombe bien, car le communiqué de presse officiel dévoile les prévisions de développement de la gamme optique. À l’automne 2012 : un grand-angle XF 14 mm f/2,8 R (21 mm, éq. 24 x 36) et un transstandard 18-72 mm f4 R IS (27-108 mm, éq. 24 x 36). En 2013 : un pancake 28 mm f/2,8 R (42 mm, éq. 24 x 36), puis un 23 mm f/F2 R (34,5 mm, éq. 24 x 36), un zoom téléobjectif 70-200 mm f/4, R IS (105-300 mm, éq. 24 x 36) et un zoom grand-angle 12-24 mm f/4 R IS (18-36 mm, éq. 24 x 36). Joli brochette !

On note qu’aucune des trois optiques actuelles n’est stabilisée (certains futurs zooms le seront). Fujifilm revendique un encombrement minimal et explique que leur ouverture maximale (lire ci-dessous) et l’usage des hautes sensibilités ne justifient pas la présence d’une unité de stabilisation. Et l’on remarque que la bague de mise au point, dénuée d’échelle de distances (affichée dans le viseur) semble être de nature électrique. Espérons que son découplage ne soit pas aussi aberrant que celui de la bague de l’objectif équipant le X100. La bague de diaphragme, elle, offre une précision au 1/3 d’IL. Les prix et les disponibilités ne sont pas encore établis.

JPEG - 70.8 ko
L’optique XF 18 mm f/2 R
  • XF 18mm f/2,0 R : 27 mm (éq.24 x 36), 8 lentilles (2 asphériques) en 7 groupes, mise au point minimale de 18 cm, back focus 11 mm, filtre 52 mm.
  • XF 35 mm f/1,4 R  : 53 mm (éq.24 x 36), 8 lentilles (1 asphérique) en 6 groupes, mise au point minimale de 28 cm, back focus 22,2 mm, filtre 52 mm.
  • XF 60 mm f/2,4 R  : 91 mm (éq.24 x 36), 10 lentilles (1 asphérique, 1 ED) en 8 groupes, mise au point minimale de 26,7cm, back focus 22,5 mm, filtre 39 mm.

Quelques accessoires sont annoncés : un grip HG-XPro1, un flash EF-X20, un étui en cuir LC-XPro1 et une paire de filtres protecteurs (39 mm et 52 mm) dotés du traitement multicouche Super EBC propre à Fujifilm, également employé sur les optiques. Le prix sera défini en Europe fin janvier, mais le site américain d’Amazon indique 1 700 $ pou rle boîtier nu !

- Le site de Fujifilm

LIEN COMMERCIAL : PROFITEZ DE REMISES EXCEPTIONNELLES
Jusqu’au 15/01 de nombreuses remises (jusqu’à 450 €) sont offertes sur la gamme X Premium (X-T1 et objectifs Fujinon) dans la boutique officielle Fujifilm. Cliquez ICI Pour en profiter

Fiche technique

  • Capteur : X-Trans Cmos 23,6 x 15,6 mm, format 3/2, 16,3 Mpxl
  • Définition maxi. : [3/2] 4 896 x3 264 [16/9] 4 896 x 2 760 [1/1] 3 264 x 3 264
  • Définition vidéo. : 1080p (24 im/s, H.264)
  • Monture : Fujifilm X, coeff. 1,5x
  • Stabilisateur : Non
  • Tropicalisation : Non
  • Sensibilité : 200 - 6 400 Iso (100 - 12 800 Iso en Jpeg)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raf, Mov
  • Espace de couleurs : Adobe RGB, sRVB
  • Mise au point : Auto (au déclenchement ou continue)
  • Zones de mise au point : Auto (1 ou 9), manuel (49 en visée électronique, 25 en visée optique)
  • Illuminateur AF : Oui
  • Mesure de l’exposition  : Multizone (256), pondérée centrale, ponctuelle (2 %)
  • Histogramme : Prise de vue, Lecture
  • Compensation d’exposition IL : +/-2 IL par 1/3
  • Bracketing d’exposition : 3 vues (+/- 1/3 IL, 2/3 Il, 1 IL)
  • Vitesse : 1/4000e - 30 s
  • Mode d’exposition : PSAM
  • Mode rafale : 6 im/s
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (7), manuel (1), K
  • Bracketing balance des blancs : Non
  • Réglage divers : Mode film (Astia, Provia, Velvia, Pro neg. Hi, Pro neg. Std.), N&B, sépia
  • Flash : Non
  • Prise flash : Sabot et prise de studio
  • Compensation éclair : -
  • Visée : Hybride (90 % optique, 100 % électronique 1,44 kpts), grossissement 0,37x et 0,6x, dégagement 14 mm
  • Moniteur : LCD RGBW 3 pouces/1,23 Mpts
  • Affichage : Zoom, index (4, 9 , 100), Affichage par date, visage, type, notation (0 à 5 étoiles)
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC
  • Écran LCD de contrôle : -
  • Interfaces : Hi-speed USB, mini HDMI
  • Personnalsiation : 1 touche
  • Divers : Panorama (120° ou 180°)
  • Alimentation : 1 accu Li-Ion
  • Logiciels : Raw File Converter
  • Accessoires fournis : Dragonne, câble USB, accu et chargeur
  • Dimensions : 139,5 x 81,8 x 42,5 mm
  • Poids : 450 g (avec accu et SD)
LIEN COMMERCIAL : PROFITEZ DE REMISES EXCEPTIONNELLES
Jusqu’au 15/01 de nombreuses remises (jusqu’à 450 €) sont offertes sur la gamme X Premium (X-T1 et objectifs Fujinon) dans la boutique officielle Fujifilm. Cliquez ICI Pour en profiter

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Beau produit mais assez gros, comme souligné dans l’article comment va ce comporter le viseur avec des focales tiers.

    Je vais être de mauvaise fois, Fuji copie Ricoh, pas de filtre passe bas comme le module M du GXR* et ça semble vraiment être un plus. Le module Ricoh ne semble pas trop souffrir de moiré donc là ça devrait passer.
    Et l’écran arrière reprend le sous pixel blanc des écrans des Ricohs CX6 et GRD IV.

    *Oui Leica aussi.

  • ça y est... je crois qu’on y est ! Enfin l’appareil que j’attendais. J’attends les premiers tests avec impatience !

  • Ces focales fixent présentent

    Pouvez-vous corriger cette erreur de grammaire ?

    • Fujifilm l’entreprise qui inove dans le bon sens et particulièrement pour notre porte-monnaie, merci !
      Cet appareil est probablement appelé à un grand avenir dans une qualité d’image qui n’a rien à envier aux Nichons et Chanons des chatouilleux bobos de la photographie. Maintenant que les montures Nikon sont hors brevet, ce serait une audace pertinente pour Fujifilm, produire des reflex plein cadre, le 6 Pro par exemple. Nous attendons toujours la bonne nouvelle.
      L’histoire n’est pas finie.

    • Cette appareil photo est béni des dieux !!! Encore un dizaine de films TRI-X à dérouler et mon voigtlander va prendre sa retraite. Merci Fuji pour cette alternative au leica M9 :-))

    • Attendez de voir les prix car vous risquez fort de déchanter !
      1800€ pour le boitier et 650€ mini par optique sont estimés après conversion des prix supposés par Fujufilm USA. Ce ne sera pas accessible pour tous. C’est un boitier pro après tout. A destination de ceux pour qui la photo est leur gagne pain et des aisés bien entendu. Je fais parti de la première catégorie et pas encore tout à fait de la seconde, encore que la photo représente moins de 10% de mon CA.
      Possesseur d’un Minolta CLE avec un 50mm et un 90mm dans les années 90, je rêverai d’un X-Pro1. Je pense que je vais encore continuer de rêver un peu… en attendant de voir comment évoluera le parc occasion de ce boitier.

    • Il ne faut pas abandonner l’argentique pour autant ; bien au contraire, il faut passer au moyen format argentique c’est complémentaire du numérique avec le plaisir de tripoter une pellicule, de prendre son temps, de réfléchir puis d’obtenir un modelé incomparable.

    • Petite remarque sur les prix (qui ne sont pas encore officiels) : il faudrait comparer les prix du Minolta CLE (sorti en 1980) et de ses optiques corrigés par l’évolution de l’inflation pour se faire une idée de l’évolution du marché sur 30 ans ! Souvent dans nos souvenirs les appareils photos n’étaient pas chers...mais dans les années 1960 il n’était pas rare qu’un reflex mécanique de base avec son 50 mm coûte...2 mois de SMIG !

    • TRES JUSTE .
      Sur les prix, rien ne change . Aux Etats-Unis c’est à peu près la moitié du prix en France (hors TVA) , d’où la tentation lors des voyages ...
      Il y a 49 ans, j’ étais aux USA , un appreil à 100 $ coutait 2000 F en France .
      Le dollar ( $ ) cotait environ 4,85 F . Donc, c’ était plus du double en France .
      Vous pouvez faire des comparaisons édifiantes en consultant des sites américains de photographie, analogues à lmdlp.com

    • "qui n’a rien a envier aux Nichons et Chanons des chatouilleux bobos de la photographie" !!!!!!!!!!!!!!!!!!

      J’avoue avoir du mal à comprendre ce genre de déclaration !!! la possession d’un "Nichon ou d’un Chanon" impliquerait donc automatiquement que l’on soit un bobo chatouilleux ???
      Ce commentaire qui se veut sans doute intelligent me semble être l’expression d’une forme de sectarisme assez primaire !!! Personnellement qu’importe le boitier la finalité n’étant que celle du plaisir de pratiquer la photographie doublé du plaisir de partager cette passion avec d’autres !
      Personnellement, c’est cela qui m’anime depuis 38 ans moi le bobo de 52 ans qui avoue bien aimer tripoter son Nichon D300 parce qu’enfin avec ce genre de boitier on a retrouvé le toucher des reflex de la génération argentique !!! Alors merci Nichon et chanon mais sans oublier aussi fujinon !

    • Il y a longtemps que vous n’êtes pas allé aux Etats Unis !
      Le Fuji x100 coûte 1200 $ au mieux à New York et 950 Euros en France !
      Quand le dollar est à 0.75 euros comme en ce moment, il n’y a aucun intérêt à acheter aux Etats Unis ! Surtout qu’il faut souvent payer des taxes et une garantie en plus !
      Allez voir sur le site de B&H (le moins cher aux US) et vous verrez que votre affirmation ne tient pas la route !

    • Et en quoi pensez-vous que ce boitier soit une alternative au Leica M9 ?

      Il ne dispose pas de capteur plein format, il n’y a aucun couplage avec les objectifs Leica, ce n’est pas un appareil pour de la mise au point manuelle, ah...si...je vois le rapport...Il y a un viseur sur le côté et un par-soleil rectangulaire !

    • Tu trolls gars.
      Ca veut dire quoi exactement pour toi une alternative ? faire un appareil identique ?
      C’est clair le Xpro1 est différent du M9, mais il propose pour un prix 3-4x moindre (avec objectifs) justement une belle alternative au photographe qui cherche un boitier simple*, efficace et pas trop volumineux, Cerise sur le gateau, il semblerait que le Xpro1 propose une meilleure qualité d’image en sortie.

      Et puis cette histoire de full frame ca ne rime à rien ! Le full frame vient d’un choix arbitraire et pas parce que c’était la meilleure taille possible pour le photographe.

      (*) sans tous les trucs qui (AMHA) ne servent pas à grand chose pour faire de la photo et que l’on retrouve sur nombre boitier du marché.

  • dommage que la la première optique ne soit pas plus grand angle (mini equiv 24mm) l’ensemble serait plus polyvalent.

  • un ensemble boitier objectif qui va faire rêver les vieux de la vieille qui ont rêvé d’un leica sans pouvoir ce le payer.....en espérant que les menus et le développeur raw soient un peu + pro.

  • Cher Laurent Katz,

    Sur l’argument du capteur sans filtre AA > capteur FF, je ne suis pas sûr que ce soit suffisant.
    J’ai également des doutes sur le fait qu’il suffise d’une matrice aléatoire et un processeur plus puissant pour traiter le problème.
    Pourquoi Kodak n’y aurait-il pas pensé pour son DCS pro-n ou pour ses capteurs MF ?
    Je pense que la résolution du capteur (16 MP, soit 105 pl/mm) doit bien faciliter les choses et une telle technique n’aurait sans doute pas été aussi efficace
    en l’appliquant sur le capteur d’un DCS pro-n (14 MP,soit 63pl/mm )

    Le capteur du futur Nikon D800 FF devrait compter 36 MP, soit 105 pl/mm, la même finesse que celle du capteur du X-Pro-1.
    Comme par hasard, il se murmure qu’une version sans filtre AA est à l’étude sur ce capteur.

  • Ce n’est pas encore tout à fait le Leica du pauvre, mais c’est déjà le Leica du moins aisé !

    Des objectifs à focales fixes qui ouvrent grand, des capteurs de plus grande sensibilité tout en étant moins affectés par le bruit numérique : Fujifilm a bien identifié l’attente de nombreux passionnés d’une alternative au Leica M9.

    Une question se pose tout de même, par rapport au formidable choix d’objectifs disponibles pour un Leica :
    Comment Fujifilm va-t-il faire pour ouvrir rapidement le choix d’objectifs, surtout en conjonction avec la technologie du viseur du X-Pro1 ?

    • Encore une fois, pourquoi pensez-vous que ce boitier soit une alternative à un M9 ?

      Intérêt du Leica M9 :

      - Boitier télémétrique à l’ancienne
      - Couplage avec les objectifs
      - Le plus petit boitier plein format au monde
      - Mise au point manuelle à l’ancienne
      - Parc d’optiques très fouillé et d’excellente qualité

      En comparaison avec le Fuji X Pro1 qui lui est un boitier :

      - Destiné à être utilisé avec l’autofocus
      - Sans couplage avec les objectifs manuels (excepté via l’utilisation du viseur électronique mais dans ce cas la cela rend le viseur optique inutile !)
      - Capteur APSC deux fois plus petit qu’un capteur plein format

      Si vous voulez mon avis, si quelqu’un qui était intéressé par un M9 retourne sa veste aujourd’hui en disant "ah...voila enfin une alternative au M9 que j’envisageais !" et bien je peux vous dire que cette personne fait bien de retourner sa veste aujourd’hui car elle n’a en fait aucune idée de ce dans quoi elle allait s’embarquer avec un M9, de toute évidence.

    • On a tous compris que le Leica M9 ne supporte aucune comparaison,
      un roi comparé à un manant m’enfin !
      Ceci dit, vu la différence de tarif entre le Leica M9 et le Fuji X Pro 1,
      il y a sans aucun doute un truc à part le nom de la marque.

      Dans l’idée d’une alternative, c’est justement de pouvoir s’approcher
      d’une certaine qualité sans se ruiner définitivement,
      c’est l’idée de faire de la photographie plutôt que d’en rêver
      en attendant de gagner le gros lot pour s’offrir un boîtier de luxe,
      c’est ouvrir des possibilités et expérimenter,
      c’est enfin une formidable opportunité pour les photographes
      à qui l’on fait attention à nouveau.

      Loin de la course aux nouvelles sorties numériques (presque tous les 2 mois),
      il faut être patient et voir l’évolution de ces boîtiers dans 2 ou 3 ans.

  • Bandant !!!!
    Un seul regret toute fois : si j’ai bien compris le fonctionnement du viseur hybride il n’y a pas moyen de faire une MAP manuelle autrement que via le LCD.
    Pourquoi ne pas imaginer une visée télémétrique dans laquelle on utiliserait la superposition d’une image optique, provenant du viseur, avec la projection d’une image numérique venant du capteur, ça permettrait d’avoir un télémètre couplé beaucoup moins chère à fabriquer et moins délicat qu’un modèle tout "optique" façon Leica.
    S’il y a parmi vous un spécialiste de la chose.....
    Ceci dit, merci Fuji de nous faire du si beau matos.

  • Que sait on du ou des systèmes de mise au point ?
    J’ai entendu parlé d’un système de mesure "externe"
    Qu’est ce que cela signifie ?

  • Et un commentaire de plus, UN !
    Comme la plupart d’entre vous cette annonce ne peut que me réjouir et les images disponibles depuis quelques jours sur certains sites, prises avec des X Pro-1 de présérie entre 200 et 25800 iso laissent présager d’une machine infernale.
    Certains ont même été jusqu’à faire des tests sur un même sujet avec un D3 (pas "s"), le X100 et le X Pro-1 qui enterre tout le monde. Assez époustouflant !
    Reste que la visée approximative du viseur optique ou imparfaite du viseur vidéo (à moins d’un nouvel EVF cadencé à 250 images seconde au moins !) aura du mal à détrôner une visée reflexe à 100% pour des cadrages rapide et précis.
    Comme pour les Leica M, il faudra choisir entre discrétion et encombrement pour investir,.... à moins d’avoir les moyens de travailler avec les deux systèmes suivant les occasions.
    Je suis conquis et je plébiscite Fuji pour son écoute des pros qui en ont ras le bol de transporter 10 kilos de matos tous les jours !!!!

    • "PRO" pas entièrement car le verre Sapphire n’est semble-t-il pas encore de la partie et je ne suis pas certain que ce boîtier soit entièrement étanche à quelques gouttes/poussières...
      Accessoirement, lancer en premier un 18 mm (27 mm en 24 x 36) tandis que la focale la plus recherchée est certainement le 23 mm f/2 (35 mm en FF) montre à quel point les constructeurs sont surtout très "pro" en marketing...

  • Comme pour la sortie du X100, que d’encre et combien de commentaires pour un appareil que personne n’a encore vu.
    Attendons. Une chose m’inquiète : quid du correcteur dioptrique du viseur ? Personne ne souligne son absence.

  • Fidèle lecteur du Monde de la Photo je suis tombé dans le rubrique courrier des lecteurs sur cette reproduction de mon post ici.
    Que sait on du ou des systèmes de mise au point ?
    J’ai entendu parlé d’un système de mesure "externe"
    Qu’est ce que cela signifie ?

    Cela m’a donné l’envie de revenir lire tout ce qui avait pu être ajouté depuis mon passage et du coup découvrir la réponse de Laurent Katz que je remercie pour son suivi attentif de nos interventions.
    Manque toutefois ici comme dans le numéro de ce mois au demeurant très complet une réponse à la première partie de mon intervention qui contient la vraie question, la deuxième partie ne valant que comme commentaire.

    Je prend beaucoup de plaisir à lire les différents chroniqueurs dans les différentes revues traitant de notre passion et chacun d’entre eux,chacun dans son cadre éditorial apporte à notre communauté son lot d’informations avec chaque fois un éclairage différent.
    Quoi de plus normal au fond pour des photographes que de rechercher des lumières différentes...

    Pour revenir au Fuji,fruit des réflexions d’un manufacturier pour lequel j’ai un affect très profond lié à mes anciens boitiers AX3 et AX5 (toujours disponibles dans leur sac qui m’ont accompagné partout durant longtemps et il y a longtemps hélas) Pour revenir au X1 Pro je n’ai pu vérifier nulle part si le système d’autofocus était commandé par un autre système que celui sans doute très performant "par mesure de contraste" mais qui met les appareils hors jeu en terme de réactivité.
    Le terme hors jeu étant sans doute excessif disons plutôt que s’il ne dispose de rien d’autre alors ’il devra être comparé avec tous les nouveaux hybrides sur ce plan la et surement pas avec les reflex.
    Finalement seul Sony a tenté avec son miroir fixe et semi-transparent une expérience réellement progressiste dans ce domaine.
    La nature des systèmes d’autofocus, en attendant que les système par mesure de contraste puisse vraiment damer le pion au système par détection de phase au point de les éliminer de nos boitiers, est une donnée importante à connaitre avant de se faire une idée du potentiel d’un boitier.

    pourriez vous profiter du prochain numéro pour nous éclairer sur ce point. ?
    Et pourquoi pas à nouveau dans votre courrier des lecteurs sachant maintenant que ce blog peut occasionnellement en tenir lieu.

    Voici une présentation qui pourra intéresser ceux qui veulent rassembler des infos sur le X1 Pro.
    Elle ne prétend pas se substituer à une analyse de professionnels de la presse technique mais elle est agréable à lire sans doute parce que sortie du clavier d’un fameux ancien de la presse écrite.
    http://www.canalblog.com/cf/fe/tb/?bid=805102&pid=23183929

    • Merci Cocagne pour cet intéressant développement. Et pour ce lien vers mon bien modeste blog. C’est élégant et sympathique. Je ne prétends certes pas rivaliser avec le remarquable Monde de la Photo. Je me suis plutôt fait une spécialité du X10, mais ce X-Pro1 promet, d’autant que les premiers prix annoncés en Allemagne sont moins enflés que ceux qu’on avançait lors de la présentation de Las Vegas, voilà un mois.

  • J’ai une une très grande sympathie pour Fuji : mon premier reflex a été un Fujica ST 801, acheté en 1973 (2200 F. avec un 50 de 1.8). Non seulement il fonctionne toujours, il est pratiquement comme neuf, mais il m’arrive même de l’utiliser de temps en temps, pour le plaisir, malgré une bardée de Nikon argentiques. J’ai adoré ce boîtier, mon préféré en argentique avec le Nikon 801S, malgré les FM2, F5, et autres F6. Sur l’objectif du X-Pro1, je vois les mentions Fujinon et EBC (si j’ai bonne mémoire, Electron Beam Coated, comme l’ annonçait alors fièrement Fuji ),que l’on trouvait déjà sur les objectifs de l’époque (42 à vis, filtres de 52 ). Je vais peut-être regarder de plus près ce nouveau Fuji, qui m’a l’air très séduisant (j’ai abandonné l’idée d’acheter le X100, beaucoup de ses utilisateurs voyant en lui un appareil "crise de nerfs"). Près de 40 ans après le ST801,ce serait pour moi une sorte de retour aux sources, la technologie dernier cri en plus !

  • J’ai hate de l’essayer. En tout cas que de bonnes idées. Le viseur du X10. Des focales fixes et lumineuses. Encore compact pour un format de capteur sérieux. Absence de petit flash intégré qui ne sert à rien si ce n’est prendre de la place. L’esthétique à l’air un peu surprenante avec une lègère pente coté déclencheur. Y a plus qu’a attendre le prix et la disponibilité !

[
0
]