Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X-T2 : il vole en rafale

07/07/2016 | Laurent Katz

Une génération chasse l’autre, fondée sur un nouveau capteur X-Trans de 24 Mpxl. Avec ce second modèle depuis le X-Pro2, Fujifilm cible aussi la catégorie de photographes ayant besoin de photographier en rafales et avec une visée continue… ou presque.

Présentation

Fujifilm n’y croyait pas vraiment quand elle a lancé le X100 en mars 2011. Bien sûr, elle comptait en vendre, mais elle n’a pas eu suffisamment conscience que ce type de modèle, au tarif élevé pour un compact APS-C, correspondait à une profonde attente de nombreux photographes, prêts à dépenser bien plus que le prix d’un compact expert avec un petit capteur. Même avec une focale fixe. D’ailleurs les prévisions ont été explosées par la demande. Ce fut le début d’une longue lignée, avec les compacts X-100S, puis X-100T, mais aussi l’arrivée sur le marché d’une gamme d’hybrides, notamment le X-Pro1 reprenant le viseur mixte (optique et électronique) de la famille X100, et du X-T1 qui arborait l’aspect d’un reflex et offrait une protection tout-temps — une première. Cette dernière fut reconduite sur le X-Pro2 qui inaugurait l’imageur X-Trans Cmod III de 24 Mpxl (contre 16 auparavant), associé au processeur X-Processor Pro. Deux éléments qui se retrouvent sur le X-T2.

JPEG - 380.1 ko
Le capteur X-Trans présente une répartition différente des filtres RVB de celle qu’offre la matrice de Bayer de la quasi-totalité des capteurs Cmos monocouches.
(document Fujifilm)

Contrairement à d’autres, comme Olympus ou les derniers Panasonic, Fujifilm ne stabilise pas son capteur. Il faut donc compter sur l’optique pour cela… et pourtant le transstandard le plus intéressant de Fujifilm, le XF 16-55 mm f/2,8 ne l’est pas. Sans doute en raison de difficultés imprévues, car la feuille de route qui liste les objectifs en préparation le présentait comme stabilisé. À signaler que le plus modeste XC 16-50 mm f/3,5-5,6 est, lui, stabilisé OIS, ainsi que le 18-55 mm f/2,8-4.
Le capteur porte les ferments de l’autofocus avec des photosites dédiés à la détection de phase, pour une couverture élargie par rapport à l’ancien modèle. La détection de contraste, elle, porte sur toute la surface. Mais avant d’entrer dans le détail de l’AF, le tour du propriétaire dévoile de nombreuses évolutions.

Un peu de plus


La prise en main et l’ergonomie ont subi de positives évolutions. Le grip est plus grand, les molettes plus hautes et l’œilleton plus proéminent. Le LCD est devenu tridirectionnel, un terme employé à dessein pour signifier qu’il n’est pas multidirectionnel comme l’écran pivotant d’un Panasonic GX8. Il s’oriente vers le haut et le bas, mais aussi verticalement grâce à une seconde charnière placée sur son côté droit.

L’hybride hérite du joystick huit directions du X-Pro2 pour faire valser les collimateurs AF et comporte un double emplacement pour SD, compatible UHS-II. La batterie évolue, apportant une meilleure gestion thermique et offrant une plus grande résistance. La première bonne nouvelle est qu’elle est extérieurement identique à l’ancienne, donc compatible avec les autres modèles d’appareils, et inversement. L’autre motif de satisfaction est la capacité du boîtier à recharger la batterie via sa prise USB et un chargeur de téléphone. Lentement, car elle ne véhicule que 5 V quand l’accu en accepte 7,4, mais c’est un atout indéniable. Il n’y a toujours pas de flash intégré, mais Fujifilm fournit un mini flash externe de dépannage.

Autre changement, ce port USB qui avait déçu sur le X-Pro2, car figé sur la norme Hi-Speed USB (USB 2), passe à la norme SuperSpeed (USB 3.1 Gen 1), mais il reste en retard sur l’état de l’art qu’est le SuperSpeed+.
L’autofocus est remodelé, les rafales mieux gérées et le grip d’alimentation booste certaines performances. Et la 4K est introduite, ou plutôt l’UHD. On en parle dans les onglets suivants. Fujifilm et Adobe travaillent de conserve. On ne s’étonnera donc pas de trouver assez rapidement la compatibilité d’Adobe Camera Raw et de Lightroom avec les Raw du boîtier. Par ailleurs deux plug-ins pour Lightroom seront lancés en septembre pour photographier en mode connecté depuis le logiciel. L’un standard avec le déclenchement et la visée, l’autre professionnel offrant le paramétrage du X-T2 depuis l’ordinateur.
Le tarif du X-T2 sans objectif devrait être de 1 599 €, un kit avec le 18-55 mm f2,8-4 stabilisé étant prévu pour 1 899 €. Un autre kit avec le grip est à l’étude. Le grip, quant à lui, reviendra à 329 €, sans batterie. Le prix du flash EF-500, protégé contre la pluie et les poussières, est fixé à 500 € environ. Il sera complété par un pack d’alimentation (EF-BP1), livré avec un étui souple et comportant huit accus Ni-MH (non fournis) assurant 350 éclairs et un recyclage de 1,5 s.

- Le site de Fujifilm

Presque pareil, mais mieux

Ici, pas de passage vers le microafficheur LCD du Leica SL et ses 4,4 Mpts. Fujifilm continue avec l’Oled de 2,36 Mpts, comme sur le X-Pro2, avec le Real Time Viewfinder 2 offrant un grossissement de 0,77x. Le moiré et les fausses couleurs sont à la baisse revendique Fujifilm, ainsi qu’un gain de 1 IL en basse lumière. Le taux de rafraîchissement atteint est fixé à 60 ou 100 im/s (contre 54 im/s sur le X-T1) pour gagner en fluidité et la luminosité est boostée à 500 cd/m2 contre 200 cd/m2. Un coup d’œil dans le viseur donne un rendu autre que sur un X100S qui offre la même définition en visée : la colorimétrie paraît plus saturée, le relief plus grand renforçant la notion d’acutance.

- Le site de Fujifilm

Des rafales plus sportives

Pour concurrencer les reflex quand il s’agit de photographier les compétitions sportives ou la faune dans son habitat, Fujifilm a mis le paquet sur cet aspect. L’autofocus repose toujours sur la détection de contraste et la détection de phase, mais cette dernière couvre 75 % de la hauteur et 50 % de la largeur, contre 40 % dans les deux directions auparavant. À la question de savoir pourquoi il n’est pas plus étendu sur les bords, Fujifilm rétorque que la tâche serait plus difficile pour la détection de phase et qu’elle souhaite privilégier la qualité d’image dans les angles et donc réserver les photosites de ces régions à l’image plutôt qu’à l’AF. On est bien loin des 425 collimateurs assurant la détection de phase d’un Sony A6300 assurant une couverture proche des angles et des bordures. Fujifilm indique que la sensibilité de l’AF à détection de contraste est de -3/-4 Il, celle de la détection de phase pointant à -2 Il.

JPEG - 123.2 ko
Voici l’un des modes prédéfinis gérant le fonctionnement de l’autofocus continu : ici pour des sujets se déplaçant de manière imprévisible avec des variations de vitesse importantes.

Un nouvel algorithme est introduit pour mieux assurer le suivi. En rafale, la qualité de la visée est primordiale, surtout quand le sujet se déplace vite et change de direction. Dans le cycle autofocus-déclenchement, le temps où le capteur n’est pas disponible pour la visée a été écourté, passant de 0,28 s à 0,13 s et même à 0,114 s si le nouveau grip d’alimentation est monté. Ce qui laisse plus de temps pour visualiser l’image en temps réel et maintenir le cadrage… mais la cadence s’en ressent, passant à 5 im/s ou 3 im/s. Sans LiveView, c’est 14 im/s en obturation électronique, 8 im/s en obturation mécanique et 11 im/s si le grip optionnel est monté et placé en mode Boost.

Comme sur les reflex évolués, le comportement de l’autofocus est paramétrable. Sur trois critères. Le premier, Tracking sensitivity, concerne la sensibilité du suivi, de sorte que l’AF reste calé sur le sujet même s’il est brièvement occulté. Il varie entre 0 et 4, soit de 0 à 1,2 s par intervalle de 0,3 s. Avec Speed Tracking (0-2), l’AF tient compte du niveau d’accélération/décélération du sujet ce qui influe sur l’algorithme de prédiction du mouvement. Le dernier ajustement permet de passer d’un sujet à l’autre selon leur distance respective. Avec Center, la mise au point reste calée au centre, même si le sujet quitte cette position, alors qu’avec Auto elle assure le suivi du même sujet quand il quitte le centre. Enfin, Front se cale sur le sujet le plus proche. Tout cela n’étant pas évident à combiner, le X-T2 propose, à l’instar d’un Canon qui intègre dans ses configurations d’AF des situations types, cinq préréglages. Ainsi, 1 correspond-il à tous types de mouvement, tandis que 2 s’attache à suivre un sujet centré pouvant fugacement passer derrière un obstacle (animaux en déplacement rapide), que 3 est indiqué pour les courses automobiles (accélérations/décélérations), que 4 concerne les sujets pouvant apparaître soudainement, que 5 vise par exemple le tennis et que 6 est une position utilisateur.

- Le site de Fujifilm

La vidéo

Oui, les amis, la 4K est là, ou plutôt l’UHD et ses 3 840 x 2 160 pixels, quand le 4K Cinema en propose 4 094 x 2 160, établis sur la base de 5 120 x 2 880 photosites (3 000 x 1 687 pour la Full HD). La cadence est de 30, 25 ou 24 im/s, quand la Full HD offre en plus les 50p et 60p. La sortie HDMI véhicule du 4:2:2 sur 8 bits. Le boîtier comporte une entrée micro 3,5 mm, mais pour la sortie casque, il faut passer par le grip optionnel. Qui assure une autonomie de 30 mm en UHD comme en Full HD, alors qu’avec le boîtier seul, c’est respectivement 10 et 15 mn.

Lors de la présentation à la presse, il a été dit que le X-T2 délivrait des vidéos au format Mov, et en H264/All-I (toutes les images sont compressées individuellement). Mais l’aspect vidéo est en cours d’évaluation auprès de professionnels, dans le but de compléter le paramétrage dans le firmware. Aujourd’hui, outre la balance des blancs et la simulation de films qu’assurait déjà le X-T1, sont ajustables la tonalité des hautes et basses lumières, ainsi que la couleur. Et l’on sait au vu des évolutions du microcode que la marque sait faire évoluer significativement ses boîtiers, comme elle l’a récemment fait pour le X-E2 au point de lui faire concurrencer son successeur, le X-E2S. Une philosophie qui mérite d’être saluée. Cependant, il y a un hic, car le X-T2 ne dispose pas de commandes silencieuses, ce qui fait regretter encore une fois que le LCD ne soit pas tactile.

- Le site de Fujifilm

Grip et accessoires

Un nouveau grip accompagne la sortie du X-T2. Le VPB-XT2 reprend le joystick pilotant les zones AF, les molettes et la touche Fn2, plus accessible que son homologue du boîtier, la plus grande épaisseur du correcteur d’exposition nuisant à sa disponibilité. À l’instar des reflex, une poignée latérale facilite l’usage d’un lourd télé en mode Paysage, comme le Fujinon XF 100-400 mm F4,5-5,6 R LM OIS WR testé ici. Un bouton, Boost, amplifie les performances, faisant écho à la touche Fn8 du boitier — celle au bas du pavé directionnel - qui augmente aussi, mais dans une moindre proportion ces performances.

JPEG - 117.5 ko
Le grip abrite deux accus identiques à celui du boîtier.

Avec le grip, les rafales passent à 11 im/s sans Liveview (contre 8) et à 5 im/s avec ; l’intervalle entre deux déclenchements descend de 0,19 s à 0,17 s et la réactivité du déclenchement est de 45 ms contre 50 ms. Si l’obturation électronique est enclenchée, c’est 14 im/s sans visée exacte. En mode normal, l’autonomie annoncée est de 910 vues. Le grip apporte aussi la prise casque 3,5 mm qui fait défaut au boîtier et s’avère capable de recharger la paire d’accus via l’adaptateur secteur.

Outre ce grip, Fujfilm propose le MHG-XT2, une embase dénuée d’accu, mais offrant un grip raccourci facilitant la prise en main. Un demi-étui (BLC-XT2) enrobe la base de l’appareil prolongé par une courroie. Un trio de remplacement, composé de protections pour le sabot porte-flash et l’œilleton, plus un bouchon pour la prise flash de studio, est commercialisé.

- Le site de Fujifilm

Premier avis

Il est incontestable que les hybrides visent à chasser les reflex de leurs terres. La génération 2016-2017 s’attaque à leur terrain d’action privilégié qu’est la photo animalière et sportive. Ce n’est pas gagné, les Canon EOS 7D Mark II et EOS 1Dx Mark II ou encore les Nikon D5 et D500 ayant de solides arguments que les hybrides sont loin de présenter. Les tests terrain faits avec les derniers Nikon ont étonné la rédaction par le taux de réussite de l’autofocus avec les sujets les plus divers. Du côté des hybrides, un Sony A6300 montre lui aussi des progrès étonnants et iI se dit qu’Olympus risque de surprendre à la prochaine Photokina. Ce qui explique pourquoi Fujifilm lors de la présentation à la presse a peu mis l’accent sur les performances photographiques du capteur, préférant insister sur la nouvelle facette de l’autofocus et de la visée en mode Rafale.
Commençons par les points décevants. Par exemple l’absence de stabilisation du capteur, et ce d’autant plus que deux optiques de base que sont le transstandard 16-50 mm f/2,8 et la focale fixe macro 60 mm f/2,8 ne le sont pas (un 80 mm Macro stabilisé et tropicalisé est prévu pour 2017). L’autre grief concerne l’écran qui n’est pas tactile, alors que son introduction sur le X70 laissait augurer que l’omission sur le X-Pro2 n’était qu’un phénomène passager. Dommage, car en vidéo pointer du doigt la zone de mise au point est un atout, silencieux de surcroit, sans parler de l’ergonomie apportée.
Heureusement, les motifs de satisfactions ne manquent pas. Un court contact montre un viseur Oled très fin et fluide. Le bruit de déclenchement en obturation mécanique reste discret, tandis que l’obturation électronique apporte le silence. Les molettes sont bien crantées et leur verrouillage apporte la sécurité. Pas de commentaires ici sur l’autofocus en mode Rafale, seul un test terrain est en capacité de le jauger et de vérifier si la visée est vraiment compatible avec le suivi d’un sujet en mouvement erratique. La pierre de touche sera le D500 de Nikon dont les prestations sont de haute volée. En tout cas, les cinq préréglages de l’AF selon le type de mobilité vont faciliter la prise en mains des trois paramètres régissant l’AF continu. Pour le reste, qualité d’image et réglages, tout devrait être dans la lignée du X-Pro2. Ce dernier offre une approche formelle différente, ressemblant plus à un compact argentique en raison d’une visée hybride, optique ou électronique, qui explique un prix un peu plus élevé (1 799 €). L’un évoque le reflex, l’autre l’appareil argentique, plus discret, plus classique et moins doué pour la vidéo et la prise de vue en rafale. Avec les deux modèles, on peux s’étonner du prix officiel, somme toute élevé.

- Le site de Fujifilm

Fiche technique

  • Capteur : X-Trans Cmos III 23,6 x 15,6 mm, format 3/2, 24,3 Mpxl
  • Définition maxi. : [3/2] 6 000 x 4 000 [16/9] 6 000 x 3 376 [1/1] 4 000 x 4 000
  • Définition vidéo. : UHD (30p, 25p, 24p), Full HD (60p, 50p, 30p, 25p, 24p)
  • Monture : Fujifilm X, coeff. 1,5x
  • Stabilisateur : -
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilité : 200 - 12 800 Iso (100-51 200 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raf (14 bits), Mov
  • Espace de couleurs : Adobe RGB, sRVB
  • WiFi : transfert d’images et pilotage avec Camera Remote
  • GPS : -
  • Mise au point : autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase ; modes Zones AF et Large/Suivi sur 325 points ; mise au point manuelle (avec focus peaking)
  • Illuminateur AF : oui
  • Mesure de l’exposition  : multizone (256), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : prise de vue, Lecture
  • Compensation d’exposition IL : +/-5 IL par 1/3
  • Vitesse : 1/8 000s - 30s ; 1/32 000s - 1s (électronique) ; 1/32 000s - 30 s (électronique + mécanique) ; 1/32 000s - 4 s (électronique + mécanique en mode P)
  • Mode d’exposition : PSAM
  • Mode Rafale : 14 im/s (83 Jpeg, 33 Raw compression sans perte, 27 Raw non compressés) obt. élec ; 11 im/s (idem) en obt.mécanique avec grip, 8 im/.s sinon
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Divers : modes Film (Astia, Provia, Velvia, Classic Chrome, Acros, Pro neg. Hi, Pro neg. Std., N&B avec ou sans filtre, sépia, Effet de grain), plage dynamique, filtres créatifs, intervallomètre, exposition multiple
  • Balance des blancs : auto, préréglée (7), manuel (3), K
  • Flash : -
  • Prise flash : sabot et prise de studio
  • Compensation éclair : NC
  • Visée : électronique Oled 2,36 Mpts, 100 %, grossissement 0,77x, dégagement 23 mm
  • Moniteur : LCD 7,5 cm /1,040 Mpts
  • Affichage : Zoom, index (4, 9, 100), Affichage par date, visage, type, notation (0 à 5 étoiles)
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC x 2 (UHS I/II uniquement dans le compartiment 1)
  • Interfaces : Hi-speed USB, micro HDMI, micro 3,5 mm, télécommande 2,5 mm
  • Personnalisation : 6 touches
  • Alimentation : 1 accu Li-Ion NP-W126S
  • Logiciels : Raw File Converter
  • Accessoires fournis : Dragonne, câble USB, accu et chargeur
  • Dimensions : 132,5 x 91,8 x 49,2 mm
  • Poids : 507 g (avec accu et SD)

- Le site de Fujifilm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Le kit avec le grip devrait être 200 euros plus cher, le grip revenant alors à 199 euros mais cela dépendra sûrement des distributeurs....

  • Frànchement, un xt2 au prix d’un Sony a7ii, ça fait réfléchir. Sony aurait une gamme comme Fuji, cette dernière ne survivrait pas sans conteste à son concurrent full frame.

  • Fuji a tout compris,et tant mieux...
    pour répondre au message précédent, si sony avait....mais sony n’a pas de gamme optique digne de ce nom, que se soit en full frame ou aps.....rien à voir avec les objectifs Fuji qui sont superlatifs..et la différence et bien là..
    le problème du full frame c’est les objectifs..plus dur a fabriquer et bien trop grands
    les gens veulent du léger et du très bon, et Fuji est plus que bien placé.....

  • Fuji trace sa route, avec pour seule idée : apporter le produit que les clients demandent... et que les autres négligent de produire.
    Je suis toujours surpris que l’on présente le FF comme la panacée. Comme si une photo en APS-C était une sous-photo faite par un sous-photographe.
    Mais c’est à l’image de tout le reste (sans jeu de mot) : pour être respecté il faudrait une Grosse voiture, ou une Grosse moto, ou une Grande maison, ou un Gros capteur.
    Franchement, à quoi bon un boitier hybride si c’est pour mettre dessus des objectifs de 2 kg (voir zoom Leica) ?
    Les derniers objectifs Sony dédiés à la gamme Alpha sont aux aussi gonflés aux stéroïdes, ce qui interroge du coup sur le concept, si boitier + objectif sont au même poids qu’un reflex.

    Fuji garde son cap. Petits boitiers, petit capteur (enfin, tout est relatif) et petits objectifs. Et dans ce domaine ils ont une clientèle qui augmente parce que, surtout, leurs produits délivrent de magnifiques images, à un prix qui reste raisonnable (même si le XT2 a prit une petit gifle / XT1).
    J’ai récemment fait un autre choix que Fuji mais j’applaudis des 2 mains (faut dire, d’une seule c’est pas ça) quand je vois ce qu’ils proposent.

  • On dit que l’amour rend aveugle et en lisant les propos de certains Fujistes, il faut croire que c’est bien vrai !!!
    À en lire certains, l’APSC serait au moins l’égal du 24x36 pour ne pas dire plus !
    C’est à se demander pourquoi ils ne passent pas au MFT voire au Pentax Q !
    Eh non, désolé, si de plus en plus d’industriels se décident à passer au 24x36, c’est qu’ils ont de bonnes raisons de le faire.
    Fuji avait d’ailleurs fait des déclarations dans ce sens lors de la Kina 2012.
    Certains Fujistes doivent avoir la mémoire courte...

    En ce qui concerne le XT2, bof !
    Il est certes moins cher qu’un reflex FF disposant d’un AF "digne" de ce nom en rafale, il ne vaut toujours pas un
    5D Mk III sorti il y a 4 ans. La tortue mirrorless n’a toujours pas rattrapé le lièvre reflex. Ceux qui prétendent le contraire nous racontent des fables...même pas de La Fontaine !
    Quant aux photos vue par vue, un malheureux 6D fait mieux pour moins cher. Cherchez l’erreur...

    J’ai beau chercher à la loupe les photographes pros équipés en Fuji pour l’Euro, il n’y en a point...

  • @Gil
    Ok , la gamme optique E Sony laisse passablement à désirer (Elle fait ricaner les canikonistes depuis belle lurette !)et la concurrence en a profité pour tailler des croupières au marchand de Bravias...du moins au Japon.
    Pour autant, Sony ne se décourage pas et sort régulièrement de nouvelles optiques FE qui tiennent à peu près la route.
    Les tests DxO parlent plutôt en leur faveur (Leur 24-70/2.8 GM surpasse le dernier Nikon concurrent sur bien des points).
    Sony devrait également bientôt commercialiser son 70-200/2.8 GM d’ici septembre
    Où est donc la version équivalente chez Fuji ? Vous avez bien entendu le droit d’évoquer le 50-140/2.8 OIS ...à vos risques et périls !
    Par ailleurs, les performances optiques des objectifs Fuji sont tellement extraordinaires qu’ils n’osent pas les faire tester chez DxO ! Ils sont bien trop précieux...

  • @PP
    On peut être pro, ne pas faire l’euro, aimer dans certaines circonstances voyager léger (avec certains objectifs) tout en étant plus discret avec des optiques somme toute qualitatives, posséder également du FF de dernière génération, du moyen format et des chambres techniques mais finalement faire le choix du mirroless en fonction de son humeur, de ses buts, etc.
    Vous êtes parfois très intéressant mais souvent très fatiguant de vouloir penser pour les autres...

  • J’attendais la sortie du x pro 2 et du X t2 pour me décider. Un vendeur d’une grande chaine photo française m’a dit que Fuji n’assurait plus le SAV après deux ans, la facture faisant foi. Je dois dire que cela me fait fortement hésiter. Est-ce vrai ?

  • @7
    Ah je n’ai jamais prétendu penser pour les autres ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.
    J’entends bien les gens qui m’expliquent vouloir se faire plaisir et posséder plusieurs systèmes en même temps.
    Un de mes amis possède un xT1 +56/1.2 et quelques babioles dans le genre...mais il garde quand même son D700
    sous le coude. On se demande bien pourquoi ...

    Maintenant, si on regarde l’ambition réelle des acteurs du mirrorless, c’est bien de déboulonner les acteurs historiques du reflex et prendre leur place.
    Problème : La "mayonnaise" ne prend toujours pas, 75% des ventes sont toujours assurées par canikon alors que le système est censé être "usé", "vieilli ", "fatigué". Diable, on nous aurait menti ?
    Il arrive un moment où, à défaut de prétendre penser pour les autres, on doit se demander pourquoi le mirrorless ne parvient pas à réaliser son OPA sur le marché reflex.

    Provocateur comme pas deux, je vais même lancer une provocation supplémentaire : Et si le mirrorless n’était in fine qu’une fausse bonne idée ?

    Les critiques que je fais à l’encontre du mirrorless sont sans doute celles que les clients du marché reflex adressent à ce système.Accessoirement, ces personnes REFUSENT catégoriquement d’investir dans un deuxième système parce qu’elles savent pertinamment qu’il finira par y en avoir un qui restera au placard. À quoi bon dans ces conditions investir dans un 2ème système qui, en définitive, ne parvient pas à réellement faire ses preuves (Les arguments généralement avancés pour justifier le mirrorless sont biaisés).

    Tout le problème est là. Le XT-2 est un boîtier honorable mais même en mettant de côté la question ô combien délicate du prix de la chose, ne parvient pas complètement à convaincre.
    Sony annonçait paraît-il 8i/s sur son A-6300 avec visée et Fuji arrive avec un boîtier plus cher que le Sony tout en affichant des perfs dégradées sur les rafales 5i/s avec AF +visée voire 3i/s (d’après LMDP).
    Bref, chez Fuji , y’a moins bien mais c’est plus cher et certaines personnes (il suffit de relire les autres interventions)
    se posent des questions...

  • "Par ailleurs, les performances optiques des objectifs Fuji sont tellement extraordinaires qu’ils n’osent pas les faire tester chez DxO ! Ils sont bien trop précieux..."

    Un objectif se teste avec son appareil or il me semble que DXO n’est en mesure que de tester les matrices de Bayer.
    Voici leur commentaire :
    " Nous ne testons pas les capteurs X-Trans en raison de leur technologie spécifique. Nous aurions besoin de plus de temps pour adapter notre protocole, mais nous n’avons pas eu la chance de le faire. C’est un peu technique, mais voici pourquoi. Les fichiers X-Trans ne sont pas compatibles avec le mappage de pixels de la matrice de Bayer.

    Ce mappage permet d’associer des données venant d’un ensemble bien précis. Dans le cas des X-Trans, ces données proviennent d’unités de 6 x 6 pixels, dont la répartition RVB est plus aléatoire. Cela signifie que nous devrions développer un lecteur spécifique pour ces fichiers, puis appliquer divers changements à notre protocole de mesure."

  • @9
    "et quelques babioles dans le genre"
    Cessez d’être méprisant avec les personnes qui font autrement que vous...
    Nombreux sont ceux qui se moquent de vos histoires de mayonnaise et de savoir que le mirrorless ne parvient pas à réaliser d’ OPA sur le marché reflex.
    Le seul point sur lequel on peut être d’accord avec vous c’est à propos de la politique commerciale de Fuji.
    Pour le reste, j’insiste, prenez un peu de recul et cessez de nous jouer à longeur de temps le "jesaitout" car vous en devenez vraiment ridicule.

  • @3
    J’ai simplement voulu dire qu’à prix égal et à encombrement plus ou moins égal - les objectifs fujinon ne sont pas si petits que ça - entre Fuji et Sony, il faudrait être fêlé pour choisir l’apsc plutôt que le FF. Oui, le FF n’est pas la.panacee et on peut se poser la questions de savoir si 42 megapixels , c’est démesuré. Mais il.faut savoir que certains professionnels ont besoin de cette définition, l’amateur non, dans la.mesure où ses tirages ne dépasseront pas le 30/40.
    Pour ma.part, j’ai,comparé un cliché fait dans les mêmes conditions avec un apsc et un sony rx1, photo faite à Londres entre chien et loup : quelle tuerie pour l’apsc ! Par contre, j’attends avec impatience la photokina car il parait qu’il n’est pas impossible que Fuji présente un moyen format "abordable" , là cela.devient plus intéressant.
    Enfin, pour une fois, je serai d’accord pour dire qu’il existe aujourd’hui des boîtiers FF extrêmement abordables avec des optiques tout aussi abordables qui ne justifient plus - hors toutes autres considérations - l’investissement dans de l’apsc. Signalons aussi que si,les,fabricants poussent au FF (par exemple en ne prooduisant pas d’optiques fixes lumineuses en grand angle), c’est pour des raisons de profit et sûrement pas parce qu’ils croient que le.FF c’est l’avenir. Les derniers chiffres CIPA et autres montrent une chute terrible des ventes DSLR tandis que le mirrorless est stable, voire augmente.

  • @3
    Les objectifs sont bons, mais pas tous (18 MM. Très moyen, 35 F1.4 faible aux grandes ouvertures) mais pas.meilleurs que les Canonikon. Les forums des fans clubs ont largement idéalisé des produits certes de bonne qualité mais pas,vraiment au dessus du lot non plus.
    @4
    J’aimerais bien savoir quel à été cet autre choix....

    @4
    Les lois européennes obligent les fabricants à avoir des pièces de rechange pendant une durée de dix années. Méfiez vous des revendeurs qui,disent n’importe quoi pour vous vendre du matériel où ils ont de meilleures ’marges

  • @12
    Votre discours est toujours le même ; vous faites de l’obsessionnite aiguë !
    Vous vous répétez à longueur de messages, nous vous avons donc compris...
    Arrêtez de parler pour les "pros" ; tous les professionnels ne sont pas atteint de JRNITE ; bien au contraire, certains affectionnent des formats plus intimistes.
    Je vous conseille de vous rendre au musée du Jeu de Paume (si ce n’est déjà fait) pour vous rendre compte que les tirages aux formats modestes de Josef Sudek sont tout aussi profonds que certaines "toiles cirées" tendues sur les murs.

  • @10, Antony

    Ah je l’attendais celle-là ! C’est évidemment l’excuse des mauvais !
    Compte tenu du préjudice indirect que fuji subit par l’absence de commentaires sur les produits de cette marque (compte tenu de l’adage : "On peut parler de moi, même en bien !),
    Fuji aurait bien pu demander à DxO de faire un effort pour qu’ils adaptent leur logiciel à leurs produits.
    Ça ne semble pas une tâche insurmontable compte tenu du "pédigré" du comité scientifique de DxO (3 membres de l’académie des sciences SVP !).
    S’ils ne l’ont pas fait , c’est peut-être parce qu’ils ont peur d’avoir à souffrir de la comparaison avec les optiques 24x36.
    De fait , les optiques 24x36 affichent des valeurs de 10 P-MP (pour les super nanards !) à 45 MP pour les meilleures
    (300/2.8 LI S II sur 5DsR).
    Des optiques APSC existent dans d’autres marques et effectivement, elles souffrent bien d’un déficit de performances
    par rapport aux ténors du 24x36.
    Si je m’en tiens aux optiques dédiées APSC sur les meilleurs capteurs APSC défiltrés (Nikon D7200, 24 MP),
    les perfs vont de 6 MP à 18 MP.
    Par charité chrétienne,j’ai soigneusement évité de parler des optiques Sony E, sujet ô combien tabou, et qui leur a d’ailleurs valu quelques facheuses conséquences sur le résultat des ventes au Japon (Olympus est repassé devant eux avec un capteur plus petit !).

    Il y a tout lieu de penser que les optiques Fuji ne feront pas mieux que les optiques concurrentes du marché
    APSC (Bien sûr, lorsqu’on s’intéresse au marché MFT, les résultats sont encore plus mauvais-Normal-).

  • @11
    Mais je ne suis pa méprisant du tout. Où allez-vous chercher ça ?

    Ceci dit, il arrive un moment où il faut dire les choses. Les choix réalisés par les clients Fuji sont loins d’être des modèles de rationnalité.

    Les Fujistes (pour ne rien dire des Olympussiens !)n’arrêtent pas de nous bassiner sur les vertus du mirrorless,les
    fameux gains de poids supposés,les gains en terme d’encombrement et les fameux gains en terme de discrétion.
    Désolé d’avoir à bousculer une fois encore vos certitudes, mais les comptes de Fuji ne sont pas bons et les faits sont têtus :

    1-Le fameux 56/1.2 pèse la bagatelle de 405g et 73mm de diamètre se négocie environ 1.000 €
    En 24x36, chez Nikon on dispose depuis longtemps d’un 85/1.8 AFS qui pèse 350g pour 80mm de diamètre
    se trouve à 500 €.Accessoirement la MTF revendiquée par Nikon est meilleure que celle du FUji à Po.
    Autrement dit, chez Fuji, y’a moins bien mais c’est plus cher...

    On prend une autre babiole ?Allez, on va voir du côté des "vitrines technologiques de la marque :

    2-Le 50-140/2.8 OIS WR doit être en réalité comparé avec un 70-200/4 en 24x36.Devinez quoi ?
    Eh bien notre Fujinon est plus lourd et plus cher que les ,modèles concurrents de Canikon !

    On continue la visite de la boutique Fuji et interessons-nous de plus près au fer de lance des zooms transtandards :
    le 16-55/2.8 R NON OIS de 655g vendu la bagatelle de 1100 €.

    3-Manque de bol, Canon possède encore à son catalogue un 24-105/4 L IS de 690g (c’est pas 35g de plus qui vont effrayer douloureux du dos), offre plus de range depuis plus de 10 ans et qui se négocie
    plutôt autour de 800 € (Il était censé être remplacé par un 24-70/4 LIS mais les clients ne sont pas tout à fait du même avis que canon !).

    4-Et si on regarde l’offre GA, c’est la misère du côté de Fuji une fois qu’on met de côté le 10-24/4 OIS :
    Canon offre la bagatelle 3 zooms GA, 1 zoom FE et une pléthore de GA/UGA, sans parler de l’offre des indépendants.
    Le 10-24/4 OIS ne tient pas la route face au 16-35/4 LIS malgré son déficit théorique en couverture angulaire (3º !)
    mais Fuji le vend pourtant aussi cher (Et encore une fois, c’est pas les 200g de plus du canon qui dissuaderont la clientèle).

    Aux dernières nouvelles, Fuji en a d’ailleurs rabattu sur ses prétentions et certaines optiques du fameux "roadmap"
    ont disparu (Le 8mm orthoscopique par exemple) ou ont perdu quelques mm de focales (Le fameux 120 mm macro
    s’est transformé en 80mm macro, sans doute sous l’effet de la fée carabosse).

    Bref, c’est pas en soufflant à 7 sur la maison des 3 petits cochons reflex que le mirrorless parviendra à conquérir le marché avec des arguments pareils...

  • @12

    Vous commettez une grave erreur d’analyse. Les fabricants ne "poussent" pas les clients vers le FF pour faire de la marge
    (encore que !) mais pour des raisons techniques.

    Pour obtenir l’équivalent d’un 85/1.8 24x36 en APSC, il faut non pas un 56/1.8 mais un 56/1.2 (La pupille d’entrée est exactement la même dans ces deux cas et la PDC idem).
    Comme je l’ai démontré dans le message 16, Fuji se casse les dents car il est obligé d’introduire des verres spéciaux
    pour tenter de corriger les aberrations géométriques qui ne manquent pas de s’inviter "à la fête" lorsqu’on passe de
    f/1.8 à f/1,2. Accessoirement, on obtient ainsi un objectif moins bon mais plus cher que le basique 85/1.8.

    C’est la mème chose pour les GA. Nikon a récemment commercialisé un 20/1.8 AFS qui est beaucoup plus facile à réaliser qu’un 10.5 /0.95 Voigtländer pour le MFT.

    Enfin dernière raison, la clientèle pro & expert consomment plus de focales fixes que les amateurs se contentant pour la plupart de zooms.
    Les pros & Experts achètent des fixes de manière à faire la différence avec les zooms en terme de PDC.
    D’où une recrudescence des fixes ultra-lumineux en semi-télé /standards/GA
    voire UGA (Le fameux 20/1.4 DG Art de Sigma) .

    Pour ce qui est de l’avenir du 24x36 , on peut y croire à condition que les industriels soient capables de ramener le coût
    du capteur 24x36 à 3x celui de l’APSC. C’est l’objectif que s’était officiellement fixé Canon il y a 13 ans.
    On y est pas encore tout à fait mais des progrès ont été indiscutablement accomplis dans cette direction.

  • @12
    "Les derniers chiffres CIPA et autres montrent une chute terrible des ventes DSLR tandis que le mirrorless est stable, voire augmente."
    Où avez-vous vu ça ???

    Les dernières stats de la CIPa (Janv-mars 2016 ) montrent amha 2 choses :

    1-Les PDM du reflex se maintiennent depuis quelques années, soit 75% pour le DSLR(75.62% pour les livraisons entre janv-mars 2016 selon CIPA). Not too bad...pour un système
    que les promoteurs du mirrorless nous annonçaient comme mort depuis longtemps.
    Souvenez-vous, Samsung , grâce à de très sérieuses études de cabinets très professionnels nous annonçaient dès 2008 20% de PDM pour le mirrorless puis > 50% pour 2015 et au delà.
    Dans la réalité ils ont beaucoup transpiré pour atteindre...20% de PDM et samsung a fait faillite depuis !

    2-L’engouement pour le mirrorless au Japon s’est quelque peu émoussé.
    Souvenez-vous, il y a quelques années, les ventes de mirrorless ont atteint jusqu’à 50% de PDM dans ce pays !
    Aux dernières stats CIPA (janv-mars 2016), nous n’en sommes plus qu’à 34.76% pour le mirrorless.

    Entendons-nous bien : Nous sommes tous d’accord pour dire que le reflex est bien sur la sellette à cause de nombreux
    avantages potentiels du mirrorless. Pour autant, toutes les lacunes techniques du mirrorless n’ont pas encore été résolues.
    En particulier, aucun acteur du mirrorless n’a pas encore été capable de présenter un boîtier pro présentant des rafales de 14i/s (ou plus !) avec AFC ET Visée continue ou presque.Embêtant...
    Il y a bien entendu des rumeurs du côté de chez Sony mais tant qu’on restera au stade de la fumée, la répartition
    des PDM restera ce qu’elle est, c’est à dire laaaaargement favorable à Canikon...

  • Pin-pon, pin-pon, pin-pon, turlulutte, turlulutte, turlulutte...
    Les urgences svp !

  • Bon le commentaire de l’ambulance, faudra repasser , on me l’a déjà fait.
    Ça vient généralement des gens qui sont surtout à court d’arguments ...comme par hasard.

  • Je suis pro.....et pas d’hier ! Je viens de travailler sur la serie "Prison Break" pour la 21 e Century Fox avec 2 Fuji X-Pro 2 sans que cela ne gêne personne ! Et oui l’APSC est aussi bon qu’un "Full Frame" .....a propos pourquoi le " Full Frame" ne serait pas l’APSC ou le 6x6...... Quand je fais une photo elle est de toute façon full frame !!!! Elle représente ce que j’ai vu....full Frame....quel querelle stupide ...faites photos....gagnez votre vie avec pendant 36 ans et on en reparle.....du Full Frame.... Vous pouvez aussi acheter de la peinture et des pinceaux....vous ne serz pas Picasso pour autant....Full Frame

  • Et c’est reparti pour un tour de manège !
    Si l’APSC vaut le FF, pourquoi l’APSC ne vaudrait-il pas le MFT ?
    Je continue : Si l’APSC et le MFT se valent, bah !On peut alors dire que le 1" vaut pratiquement le MFT !!!
    Et de proche en proche, vous finirz bien par nous dire que le Pentax Q n’est pas si différent du 24x36...
    J’exagère à peine.

    La réalité, c’est que ces formats ne se valent pas (même si l’écart qualitatif sur bien des images n’est pas si évident à faire)...mais que les industriels pour facturer des optiques "équivalentes" (ou plutôt vendues comme telles)
    le prix d’une optique 24x36 !
    Désolé, maois la pilule ne passe pas pour moi et elle ne passe pas pour la plupart des pros.
    Lors du dernier Euro, on cherchait les boîtiers à la loupe !
    En fait, on a surtout vu une forêt de Full-frêmistes !

    Pour ce qui est de Picasso, je connais aussi mais je n’ai aucune difficulté à retourner le compliment.
    Venant de l’argentique, celà m’aurait coûté plus cher de revendre mes optiques 24x36 au profit de modèles équivalents
    en APSC...qu’on est loin de trouver puisque l’essentiel du choix optique se fait toujours en 24x36 !
    Finalement, dans un certain sens, vous avez raison : Passer en APSC est un luxe trop coûteux pour moi !

  • Et, bien, Eric P. à tout dit... le FF est incontournable, Fuji est trop cher et c’est de la m....e.
    Heureusement pour Fuji, nous sommes nombreux à aimer leur système... nous devons être stupides.
    Après avoir été longtemps en Fuji avec ses objos, mon dos m’a fait passé chez Fuji avec le X-T1. En septembre j’aurais le X-T2, et à aucun moment ne me viendrait l’idée de revenir chez Canikon. Allez savoir pourquoi...
    Une chose que semble oublier Eric, c’est qu’importe le flacon, pourvu qu’on ai l’ivresse. Le X-Txx correspond exactement à mes attentes, et je me fou de la marque, si il y a mieux POUR MOI je n’hésiterai pas à changer (sauf mon portefeuille). Rien de peut désormais remplacer l’ergonomie bague diaf, barillet vitesses et isos etc...
    C’est de l’APS-C ??? et alors... la seule diff avec le FF lorsque l’on ne dépasse pas le tirage en 40/60 ou A3+ (ce qui est mon cas), c’est le bokeh, mais avec des objos en F1.2... difficile de faire la différence. En se qui concerne la qualité des objos Fuji, s’ils ne sont pas mieux que Canikons, ils ne sont pas moins bien (en plus ils ne sont pas en plastoc).
    Alors Eric, tu es content du Canikon... parfait. Mais garde ton bourrage de crane et tes calculs pseudo savants pour toi, et laisse nous avec notre m....e Fuji,... tu ne peux pas comprendre.

  • Je confirme, ERIC, vous nous "saoulez la galette".
    On en à rien à faire de vos élucubrations.
    C’est toujours le même discours.
    Certains pensent que vous devriez consulter, réfléchissez-y sérieusement ; relisez vos multiples interventions et vous comprendrez PEUT ÊTRE ???

  • @23
    Yoyo,

    Je n’ai jamais que Fujiest de la Mmm*** !
    J’ai simplement voulu dire qu’ils ne sont pas compétitifs par rapport à Canikon ou Sony 7 vu les limites d’un capteur APSC par rapport au 24x36 (> 1 diaph en S/B , la PDC idem, la profondeur des couleurs,etc...).
    Qu’ils passent en 24x36 (et ils y pensent avec leur propre technologie) et on en reparlera...

  • @24
    "C’est toujours le même discours."

    Eh bé évidemment c’est toujours le même discours...puisque Fuji reproduit pratiquement les mêmes erreurs qu’avec le XT1 !!!
    Fuji propose un boîtier au tarif d’un Canon 7D Mk II ou un Nikon D500 (C’est en tout cas la cible apparemment visée par
    Fuji ) sans en avoir les perfs !!!
    Quant à Sony, il y a un certain A7 Mk II qui fait mieux (capteur 24x36) pour moins cher. Cherchez l’erreur...
    Vous ne voudriez tout de même pas que je jette des fleurs à Fuji pour cet "exploit", non ?

    Je sais bien que l’amour rend aveugle chez les Fujistes mais il arrive un moment où il faut "enlever la cravate" et dire ce qui ne va pas.
    Dans le cas contraire, le "succès" de Fuji restera ce qu’il est,c’est à dire marginal...

    PS : Si vous lisez le "premier avis"(très modéré, hein !) de LMDP , vous verrez qu’ils disent des choses assez similaires
    en ce qui concerne l’AF. Bref,le compte n’y est pas...

  • La profondeur des couleurs grâce au FF....... mdr.
    Tu prouves au moins une chose Eric, si l’amour de Fuji rend aveugle, celui de Canikon rend autiste...
    Prend un APN de n’importe qu’elle marque et fait des photos pour le plaisir et non pas pour la technique, et tu verras, tu finiras avec... un Fuji X-T2 :-))
    Mais mon petit doigt me dit que lorsque tu vois une photo, tu fais partie de ceux qui sont le nez collé dessus pour voir si les poils de la mouche du fin fond de la photo sont nickels. Ou alors tu passes ton temps à faire des crops à 200% pour contrôler s’il y a des artéfacts ???? re mdr.
    Reste dans tes stats et tes croyances, continu ton prêchi prêcha, moi je sors faire des photos avec mon X-T1.

    Au fait, j’ai investi dans Fuji pour un avenir en apsc... alors que fuji n’écoute surtout pas les gens comme toi, NON NON NON je ne veux pas du FF (que je connais très bien), mais qu’ils continuent à développer leur système.
    Bye.

  • @27
    Alors pourquoi le lisez-vous ???
    Non, la vérité, c’est plutôt que mon avis "réaliste et objectif" dérange ceux qui ont intérêt à défendre Fuji...

  • @28
    Ne soyez pas autant MDR et allez voir les tests DxO concernant le rendu des couleurs sur APSC et sur FF :

    - Sur APSC et à technologie égale, un capteur Sony affiche 24-24.5 Bits en couleurs selon le boîtier APSC
    - Sur 24x36 ,24.8-25.7 bits en couleurs sur boîtiers Nikon, selon le boîtier FF...

    Il y a donc 1 bit de différence entre APSC et FF. Le fait de passer chez Fuji ne changera pas grand chose : La technologie utilisée vient de la même maison !

    Ensuite, sur les autres paramètres ("Low light", dynamique ), le FF est clairement devant...

    Ne vous laissez donc pas abuser par la propagande Fuji dont certains clichés sont remarquables... mais d’autres beaucoup moins (Et Fuji évite d’aborder ce sujet ô combien délicat !).
    Donc, non, je ne suis pas aveugle , j’ai bien noté que Fuji avait pris soin de sa communication en mettant en avant
    des clichés remarquables de son XPro-1...tout en demandant à un photographe sous contrat de retirer les clichés qui dérangent sur son site (Pris à 3200 isos et truffés de défauts).

  • On se moque de vos tests, de vos avis à la ..... ... .. ....., de votre prose de "je sais tout".
    "Lâchez-nous la grappe" et arrêtez de polluer ces pages avec votre science de bistrot !
    Seriez-vous sourd ou malentendant ?

  • Epargnez-vous vos litanies ridicules.
    Je comprends que vous vous sentez humilié devant autant d’expertise à laquelle vous êtes incapable de répondre.
    Le mieux pour vous est de ne pas lire mes messages et d’acheter les yeux fermés... un Fuji XT-2 malgré tout !
    Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous à pas prévenu plus tard si quelque chose vous déçoit sur votre XT2 !

  • J’implore la rédaction de bien vouloir appeler un médecin pour lui passer un camisole :)

  • Voir le message 19...

    Vous savez que vous me décevez.
    Personnellement, j’attendais de vrais arguments de votre part pour défendre ce brave XT2 à 1600 €.
    Au lieu de ça, vous invoquez l’ambulance. Bon, quelque part, ça me conforte dans mon analyse et la
    défense des Fujistes marque le pas...

  • @eric-p

    J’ai beau chercher à la loupe les photographes pros équipés en Fuji pour l’Euro, il n’y en a point...


    C’est à cause de l’AF, pas à cause de la qualité d’image etc.
    J’ai eu un Nikon D7000 (APS-C) + Tamron 70-300 f:3,5-5,6 (350 €). Pour des photos en basse lumière (spectacle de danse amateur), je réussis 3 fois moins de photos nettes avec mon X-T1 + Fujinon XF 55-200 mm f/3,5-4,8.
    Idem quand je veux photographier des vautours en montagne.
    L’AF du X-T1, malgré les affirmations, N’EST PAS RAPIDE DU TOUT par rapport à un reflex amateur peu récent (D7000).
    Pour moi c’est le seul point négatif du X-T1 par rapport à un reflex. Pour de la photo de sport, oubliez le X-T1 (et certainement le X-T2).

    Sinon pour 1 kg de 24 à 350 mm (equiv. 24x36) de bonne qualité, le X-T1 + XC 16-50 + XC 50-230 sont imbattables (je suis pro)

  • et qu’en est il du délai de la sortie de veille ???? ( en general plus long que marche arret)

  • La vérité dans tout ça est Que notre ami ( autre Etic) a raison techniquement ( assez certainement ) mais il a tort en terme d’attractivité du produit . Fuji rend adictif, joue sur des critères cognitifs ( molettes , design vintage ...) qui font que le produit est attractif quoique cher . Canikon semble en voie de ringardisation, Sony n’est pas un produit tactile agréable . La plupart des gens ne veulent pas entrer dans un débat très technique parce que les motivations d’achats sont différentes. Harley Davidson fait de ’mauvaises motos ’ mais les gens adorent .. Fuji A un gros avantage en terme de design thinking et de bien jolies images .. CQFD

  • Monsieur Eric-p vous devriez mieux sortir faire de la photo plutôt que d’écrire des heures des idioties sur Fuji et perdre votre temps.

    Pour ma part, j’ai eu pendant 20 ans des reflex, d’abord Pentax puis Canon.

    Et un jour, à force de lire des commentaires dithyrambiques j’ai voulu faire l’expérience du X100 juste pour voir si ce que disaient les gens était vrai. Donc j’ai acheté un X100s et je peux vous dire que jamais je n’ai pris autant de plaisir à prendre des photos. Pour avoir essayé le mirrorless je peux vous affirmer que pour rien au Monde je ne reviendrais au Reflex : pouvoir voir en temps réel ce que voit le capteur c’est tout simplement un pur bonheur, moi faisant que du N&B je peux distinguer les ombres, le contraste, mes réglages de luminosité en temps réel c’est un plaisir inouï et aussi pouvoir visualiser ses images correctement en plein soleil, sans compter l’encombrement, mon X100 ne me quitte pas et en rando par ex. au bout de quelques minutes je ne le sens même plus.

    Je me mets récemment à la photo N&B carré et quel pied avec un X100s de pouvoir voir sa photo en carré comme si elle venait d’être imprimée avec une qualité et une luminosité à couper le souffle !!!

    Essayez donc de faire cela avec un reflex ? Vous aurez à la limite une grille immonde carrée qui vous ne donnera absolument pas la sensation d’un vrai format carré !

    Après vous partez dans des détails techniques qui sont, pour moi, de la foutaise. Dans la photographie, la technique on s’en fout : ce qui compte c’est surtout la facilité avec laquelle vous pouvez photographier, pouvoir prendre un instant furtif et ne pas se faire chier avec des menus et des usines à gaz comme dans les Canon et Nikon.

    Donc essayer un Fuji et vous verrez la différence et vous verrez le plaisir que vous aurez à enfin faire de la photo.

    Je vous invite à lire l’excellent article d’un grand photographe M. Tim Clinch dans le Black+White Photography de Juin 2016 page 58.

    Il y explique comment lors d’un reportage photo dans le vignoble bordelais il a endommagé son Canon 5D Mark II (il travaillait avec Canon depuis plus de 20 ans).

    Pourtant totalement réticent au mirrorless un ami à lui l’a dépanné avec un Xpro-1 : ce fût une véritable révélation pour lui et de toute sa carrière le plaisir de faire de la photographie !!! A tel point qu’il envisage de rester chez Fuji. Vous verrez tout le bien qu’il dit du Mirrorless c’est assez incroyable et pour avoir testé je peux vous dire que je suis à 200% avec lui.

    Pour ma part, je trouve l’image de Canon et Nikon moche : mielleuse, fade, banale, sans aucun caractère au antipodes de ce que fait Leica par exemple. Je préfère 1000 fois les jpeg de Fujifilm qui pour moi, ont plus de caractère.

    Après c’est une affaire de goût. Vous parlez de l’absence de Fuji chez les photographes de l’Euro. Pensez-vous franchement qu’il s’agisse de photographie franchement. Nikon et Canon correspondent à un standard de photo pour la mode, les magazines, le sport, c’est tout. Mais peut-on parler de standard en photographie ?

    Faîtes l’expérience Fuji avant de critiquer et cela vous permettra peut-être de donner un avis plus factuel et votre ressenti sur ce matériel plutôt que de répéter comme un mouton ce que vous lisez des journalistes soit-disant photographes...

  • Je me régale de tous ces commentaires, vous êtes super !!
    Je crois savoir que les FF étaient déjà la risée des vrais photographes (chambres, 6x9,6x6....)il y a quelques dizaines d’années. ..non ?
    Bon, enfin on s’en tape ! Le débat existera encore et encore, et de toute façon c’est pas celui qui fait les plus grosses merdes qui mange forcément le mieux !
    La photographie sera toujours savoir prendre le temps de voir,que ce soit 1/100s ou 30mn .....tu fait pas une photo de foot comme un paysage ou une scène de rue.....tu choisis (selon tes moyens...ou disponibilité )l’outil correspondant.
    Fuji à développé une gamme qui a trouvé ses fans et l’occurrence leurs attentes.
    J’ai commencé il y bien longtemps avec Ricoh, puis Minolta (très inventif, alors que les canonikonistes , toujours les mêmes juraient que l’autofocus était pour les amateurs.....) bref...et que dire des Leicaistes.....qui regardaient les autres avec un dédain presque caricatural ! !
    Revenons en à la photo, le plaisir, le goût, la passion, la communication, laissons les commentaires de l’outil de côté.
    Quand je visite une exposition je me fous d’avec quoi c’est fait, je me régale du cadrage, de l’ambiance, des couleurs, des effets. Si mon oeil aime, c’est super, sinon c’est pas grave on peux pas tout aimer.
    Alors quand je regarde mes photos je me rappelle que j’étais bien en couple avec le boîtier dans mes mains et qu’il me donnait l’envie de créer .....
    Depuis 1 an j’ai un xt1, je hais son autofocus, j’adore son viseur électronique, je hais sa batterie, j’adore son ergonomie, je hais sa visée manuelle, j’adore ses objectifs......bref, l’important c’est qu’il me donne l’envie de photographier, après tout c’est bien cela l’essentiel, la motivation du couple homme ET machine !!

  • En argentique j’avais un Minolta 600si, j’adorais ce boitier car l’argument c’était qu’on avait un visuel sur tous les réglages d’un seul coup d’oeil. On voyait si on était en mesure spot, les iso, la vitesse, etc ... C’était bien pratique parce que les automatismes me rebutaient. J’aime bien avoir le contrôle comme on dit ...
    Avec les reflex d’aujourd’hui je me suis rendu compte que finalement on nous vend une pseudo simplicité mais entièrement piloté par la machine ( l’ordinateur de bord en sorte)
    Bien évidemment chacun peut passer en manuel, mais c’est plus compliqué. Faut rentrer dans les menus, dévalider tel truc, etc ....
    Avec un FUJI X-T10 par exemple ( c’est ce que j’ai) je peux avoir tous mes réglages manuels à portée de main. Comme à l’ancienne ! Et cela me plait, et je sais très bien que ça plait à une foultitude d’autres photographes. Monsieur FUJI a écouté la demande sans aucun doute.
    Pour ce qui est du débat sur les capteurs, il n’y a qu’à regarder les photos, et elle sont légion, sur des banques comme FLICKR ou autres qui affichent les EXIF. A moins d’être miro (pas le peintre) les appareils avec capteur équipés de passe bas APSC sont en retrait par rapport au XTRANS. C’est d’une évidence folle.
    Pour pouvoir atteindre le même rendu il faut voir des images FF sur des capteurs 36MP. Enfin, c’est que mes yeux me donnent à voir ! C’est mon jugement et je le partage ! Donc faut être équipé avec des ordis plus puissants et des HDD à rallonges pour stocker tous les belles images.
    Les pros n’utilisent pas FUJI ? Mais qu’est ce qu’un pro ? Un gars enregistré avec un numéro de SIRET ? Ou un gars capable de comparer deux images ?
    FUJI fait de bonnes optiques, chères c’est vrai, mais bonnes. Qualité de construction, finition, etc ... Personne ne vient baver sur LEICA et ZEISS qui sont encore plus cher et pas forcément mieux que certaines optiques FUJI si l’on en croit les tests de définition notamment. Après, si on veut faire des photos avec du HDR bien baveux avec un FF, ou même des photos de sport à 6400 ISO avec CANIKON, c’est un choix ...
    Le capteur XTRANS est une révolution, et le mot n’est pas faible.
    Pour le reste c’est de la poésie.

  • Petit avis personnel : j ai un 6D depuis sa sortie,avec une flopée d objectif specifique 24x 36 de qualité, et apres l argentique j ai commence le numerique par des bridge puis reflex aps_c.
    Mais bon si je suis resté Canon( et j ai eu en main pas mal de relex de cette marque) c est par facilité de compatibilité des objectif.Mais je ne suis ni vacciné, ni obtu.J ai eu l occasion de faire un voyage avec un XE-1 (oh mais c est demodé ça...) que j ai acheté pour avoir un appareil compact avec des photos de qualités et ne vous en déplaise, j en ait été enchanté.Les photos ( et je précise que je les tire dans DXO ) etaient excelentes en jpeg ,et sur les tirages 30x40 que j ai fait,je vois peu de difference avec ce que j aurrais pu faire avec le 6d.Mais c est vrai que je passe plus de temps à faire des photos qu a disequer les croops à 200%.Bien sur , je l ai revendu car je n ai ni les moyens ni l utilité d avoir 2 boitiers et surtout 2 parcs d objectifs, mais ne vous en deplaise ce n est pas pour un soucis de qualité ou de "suprematie" du FF SUR L APC (meme si je reconnais quand meme certains aventages) mais avec beaucoup de regrets.
    Et le jour ou fuji sortira un XT2 ou XT3 avec une autonomie correcte,il est possible que je me laisse tenter.
    Pour resumer,je shoote Canon mais je ne peux que me rejouir de la demarche de FUJI .

  • Mon marteau est plus lourd que le tien ! Oui mais le mien a un manche plus long !
    Mais qui se pose la question de l’utilité ou du domaine d’emploi de l’outil.
    Cet appareil a certaines caractéristiques qui conviendront ou non pour le job que l’on veut faire.
    Pourquoi vouloir qu’il ressemble à ceci ou soit moins que cela.
    Le match ne se situe pas dans reflex/hybride ou dans lent/rapide mais dans adapté ou non pour le but qu’on s’est fixé.

    et VIVE l’écran NON tactile (surtout quand on a des boutons, des molettes et les doigts sales) !!!

  • Eric-P, vos commentaires sont lourds, votre ton méprisant. J’ai rarement lu sur des forums une personne aussi peu ouverte d’esprit que vous. Si le capteur était si important, tous les photographes utiliseraient des moyens formats.
    Expliquez-nous pourquoi diable ils préfèrent se cantonner à un format plus petit, le 24x36 ? Pour une meilleure ergonomie ? Pour voyager léger ? Tenez-donc, ça me rappelle quelque chose ! Quant à croire que tous les pros travaillent autour du pelouse, sortez un peu de votre bulle. C’est d’autant plus déplaisant que je suis globalement d’accord sur le fait que beaucoup sur vendent les boitiers Fuji...qui répondent clairement à une demande, avec une offre bien construite.

  • Petit avis perso : J’ai acquis un Fuji X-Pro1 pour compléter un Sigma DP2 Merrill et j’en suis plus que satisfait ! J’avais le choix entre le Pro1 et les entrées de gamme de FF CanikonSony et bien j’ai opté pour moins de pixels en Apsc , pour beaucoup moins cher...Je l’utilise avec des bagues d’adaptation pour optiques ’vintage’ , du Rokkor MC, du Porst, du Helios...Bref je m’éclate et ne manque pas une occase de sortir avec mon boitier ! Il est léger , ergonomique, pratique et les Jpgs sont beaux, définis, nuancés ! ’’Le meilleur appareil, c’est celui qu’on a toujours sur soi ! " et je rajouterai, qui vous ’’inspire’’...et bien le Fuji m’inspire...N’en déplaise au tenants de la photo/technologique/cropeuse. J’ajoute qu’aillant photographié en argentique, le résultat du Fuji (et du Sigma !) se rapprochent pour moi bien plus de la péloche que ce que produisent les autres FFistes... :)

  • Je réponds avec un peu de retard à la demande @13 ainsi qu’à qq commentaires lus plus bas.
    J’abandonne mon Sony A 850 et son zoom 24/70 Zeiss 135 f : 1.8 Zeiss en effet essentiellement pour 2 raisons :
    1- Le poids
    2- L’ennui
    Ces 2 caractéristiques combinées font que j’ai très peu sorti l’ensemble malgré ses qualités intrinsèques.
    J’ai véritablement eu envie du Xpro2, mais finalement j’ai opté pour un Leica M 240.
    La raison de ce choix n’est pas le FF qui est le cadet de mes soucis. Je n’ai encore jamais vu quiconque me dire que la photo qu’il a sous les yeux mériterait un capteur plus grand...
    J’ai choisi ce boitier parce qu’il me donne le sentiment d’être un artisan photo et qu’il exige de moi la maitrise des différents paramètres : MAP, lumière etc...
    Je retrouve le plaisir que j’ai eu lorsque je suis passé de mon Nikon 801 au M6.
    Ma démarche est donc inverse de la course à l’armement.
    Je n’en fais pas un titre de gloire. Ce que je ressens à 55 ans c’est le besoin de photographier de cette façon.
    Jamais on ne verra un Leica M au bord d’un stade. Et alors ?
    Jamais on ne verra un pilote de F1 au volant d’une Clio ça ne fait de cette voiture un mauvais choix pour moi.
    Jamais on ne verra un Chef étoilé cuisiner dans une poêle Tefal ce n’est pas pour ça que je mange mal.
    Peut-être qu’un peu de modestie sur nos capacités à utiliser tout le potentiel de notre matériel éviterait certaines affirmations de critiques qui n’ont par ailleurs bien souvent jamais utilisé le matériel qu’ils massacrent dans leurs commentaires.
    Je précise que ma femme veut elle aussi se mettre à la photo désormais.
    Et qu’après avoir étudié tous les tests et avis divers et variés, elle va s’orienter vers un XT2 équipé d’un 50 f:2
    Bonnes photos à tous.

  • je cherche un bon appareil pour prendre des belles photos de mes robes dubai. Quel appareil me conseillez-vous ?

  • @ Bernard
    La question qui tue...
    Quel appareil pour faire de belles photos ?
    La question devrait plutôt être "Quel photographe pour faire de belles photos ?" voire éventuellement "Quel objectif ?"
    Le boitier n’est qu’un ordinateur, il ne fait rien seul. Par ailleurs, le meilleur boitier assorti d’un cul de bouteille ne donnera que très difficilement (pour ne pas dire jamais) de belles photos, même dans des mains expertes.
    Donc Bernard, choisissez d’abord le style d’image que vous voulez faire (détails de la robe, photos de groupe en robe, portrait en pied ??? etc...) vous aurez une idée plus précise de l’objectif le mieux adapté. Et partant de là, vous pourrez regarder quelle marque propose l’objectif qui a le meilleur rapport qualité / prix à vos yeux, puis le boitier qui peut le supporter... et que votre budget peut supporter.

  • juste ma petite contribution personnelle au match Fuji contre FF : après plusieurs boîtiers Nikon je suis passé avec satisfaction au concept fuji ( X M1 puis X T1 1 18-55 ,56 1,2) et récemment je n’ai pas résisté à revenir chez Nikon pour un FF le D 750 (avec un 50 + 28_300 FX) et pour être honnête je me "force " à l’utiliser car mon XT1 m’avait fait oublier le poids++,les réglages très sensibles etc..certes je ne suis qu’un amateur ( comme 95% des acheteurs) mais pratiquant la photo depuis des dizaines d’années, tout de même exigeant , je dois dire que pour moi entre la qualité des photos (surtout avec le 56)très comparable et l’agrément d’usage le fuji est un vrai bijou++

  • J’avoue avoir du mal à comprendre que quelqu’un qui choisi le FF veuille à tout prix convaincre ceux qui choisissent l’APS-C qu’ils n’ont rien compris.
    Rappelons quand même que le 24x 36 était autrefois appelé le "petit format" ; ça n’a pas empêché des générations d’amateurs, puis de pros de se faire plaisir en photographiant. Qui dirait aujourd’hui que seul le MF est digne de belles images ?
    Franchement, la photo est, comme tout, une question de compromis.
    Pour certains la priorité sera au format du capteur, à l’autonomie, à la gamme d’objectifs.
    Pour d’autres ce sera la légèreté, la compacité, le rendu de Fuji si particulier.
    Et alors ?
    Je ne vois pas en quoi les choix des uns ou des autres suscitent une telle agressivité ? Qu’est-ce que cela ôte ou coûte aux uns que les autres fassent un choix différent du leur ???
    Il y a une sorte d’intégrisme dans cette attitude que je ne peux pas partager. Genre : si tu ne penses pas comme moi je te mets sur la g....
    Au final toutes les personnes qui visitent ce site aiment autant la photo les unes que les autres. Mais au lieu de voir ce qui nous rapproche et ce que nous pourrions apprendre d’intéressant du point de vue de l’autre, il y a une sorte de réflex identitaire ou je ne sais quoi qui fait que l’on DOIT imposer son point de vue à l’autre.
    Relisez les commentaires. Est-ce que ça marche ? Est-ce quelqu’un a dit : "Ooops, quel idiot. C’est vrai, ton format est vraiment super. Merci copain !". Personne, tout simplement parce que personne ne semble comprendre que quand un photographe fait un choix, ce n’est pas par ignorance, c’est après mures réflexions et que SES priorités l’ont conduit à SES choix, qui ne valent que pour lui.
    Si vous n’avez pas la même voiture que votre voisin, ce n’est pas parce que lui est un crétin (bon c’est peut-être le cas, mais ce n’est pas le propos...) et vous un génie. C’est parce que ses priorités ou ses besoins sont différents des vôtres.
    Pourquoi ce qui est simple à accepter pour une voiture semble impossible avec un boitier à 2000 balles ???
    C’est un mystère pour moi.