Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm série S : quatre bridges dont un tout-temps

06/01/2014 | Franck Mée

Fujifilm profite du CES pour annoncer quatre nouveaux bridges. Le S8600 reçoit un zoom 36x, un capteur CCD et se passe de viseur ; les clones S9200 et S9400W passent à 50x et au Cmos BSI. C’est cependant le S1 qui peut se faire remarquer : il possède un autre objectif 50x et un écran orientable… et surtout une protection tout-temps, unique sur le marché !

Présentation

L’an passé, Fujifilm dévoilait au CES pas moins de neuf modèles, dont six bridges, qui n’étaient que l’avant-garde d’une armée de clones. Cette année, la gamme paraît un peu plus raisonnable : le constructeur ne lance que quatre bridges et un compact — et encore deux bridges sont-ils identiques.

Le S8600 est le premier bridge, en fait dépourvu de viseur (comme les Olympus et certains Nikon). Son capteur CCD de 16 Mpxl et son objectif 25-900 mm ne feront pas tourner les têtes, non plus que sa vidéo HD 720p avec son monophonique. Sa principale originalité est en fait d’être alimenté par trois piles AA, sur un marché où un quatuor d’accus est la règle.

Les S9200 et S9400W sont un peu plus intéressants, avec leur viseur (médiocre), leur zoom 50x (24-1200 mm f/2,9-6,5) et surtout leur capteur Cmos BSI de 16 Mpxl. Celui-ci leur ouvre la voie de la vidéo HD 1080, ici en entrelacé à 60 trames par seconde ; d’ailleurs, ils enregistrent un son stéréo. Seule différence entre ces deux jumeaux : le S9400W dispose d’une connexion WiFi, permettant de transférer les images et de récupérer la géolocalisation d’un smartphone — mais pas de piloter l’appareil à distance.

Enfin, le S1 sort un peu du lot. À première vue, ses spécifications sont très proches de celles de ses petits frères, avec un capteur Cmos BSI de 16 Mpxl et un zoom 24-1200 mm. Celui-ci est cependant un peu plus lumineux (f/5,6 à la plus longue focale) et dispose d’un vrai diaphragme, permettant de régler l’ouverture par 1/3 IL. L’appareil propose également un écran sur rotule latérale et un viseur plus défini (920 kpts), quoique toujours de petite taille. Notons enfin des commandes plus avancées : une molette permet de régler les paramètres d’exposition, l’enregistrement en Raw est possible et une touche permet de dé-zoomer rapidement pour retrouver un sujet perdu en longue focale, comme sur les bridges Canon.

Mais sa vraie plus-value, qui le distingue de toute la production actuelle, c’est sa protection tout-temps. Comme les reflex haut de gamme, il ne devrait donc pas craindre une sortie dans un environnement hostile — pluie, poussière, etc. Il est également le seul de la gamme S à pouvoir être contrôlé depuis un smartphone : nous ne comprenons pas pourquoi tous les modèles WiFi ne le permettent pas, mais il est heureux qu’un appareil aussi évolué que le S1 propose cette fonction…

À l’heure où nous écrivons, nous ignorons le tarif de ces nouveaux modèles et leurs dates de disponibilité exactes. Fujifilm a habituellement une politique tarifaire agressive sur ses bridges, mais on ne peut exclure que le S1, unique sur le marché, en profite pour saler un peu la note.

- Le site de Fujifilm

Fiche technique

S8600S9200/S9400WS1
Protection - Tout-temps
Capteur CCD 16 Mpxl Cmos 16 Mpxl
Définition [4/3] 4608x3456 [4/3] 4608x3456 [panorama] 11520x1624
Vidéo 1080p 30 im/s
Son Mono Stéréo
Fichiers Jpeg, Mov Jpeg, Raw, Mov
Zoom 25-900 mm f/2,9-6,5 24-1200 mm f/2,9-6,5 24-1200 mm f/2,8-5,6
Macro 1 cm
Mise au point AF multizone, central ou suivi idem ou manuelle
Stabilisation Optique
Écran 3", 460 kpts 3", 920 kpts, orientable
Viseur - 0,2", 230 kpts 0,2", 920 kpts
Exposition PASM, scènes
Sensibilité 100-1600 Iso 100-12800 Iso
Vitesse 8-1/2000 s 8-1/1700 s 8-1/2000 s
Rafale 10 im/s
Flash Pop-up, auto, forcé, interdit, anti-yeux rouges, synchro lente
Griffe flash - Oui
WiFi - Sur S9400W : transfert et géolocalisation Transfert, géolocation et pilotage
Stockage SD-SDXC
Connectique HDMI, USB
Alimentation 3xAA 4xAA Li-ion NP-85
Dimensions 121,3x80,8x116,2 mm 122,6x86,9x116,2 mm 133,1x90,9x110,3 mm
Poids 450 g 670 g 680 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Le bridge Sony RX10 est également résistant à la poussière et aux éclaboussures. Le S1 de Fuji n’apporte donc rien de plus. Pas de raison de saler la note.

  • Euh, Sony a également salé sa note pour son bridge Sony RX10 en raison de sa protection ... mais surtout de son capteur 1" et de son zoom 24-200mm F2.8 !

  • L’ancien bridge xs1 etait aussi résistant aux intempéries a ce qu’il me semble et il etait fort cher a sa sortie, ce fut d’ailleurs un fameux flop commercial, les xs1 etant bradés eb fin d’année 2013 a moins de la moitié de leur prix d’origine. Le probleme de ce bridge etait son prix mais aussi quelques problèmes auxquels Fuji ne nous avait pas habitué : sujet figé au moment de la pression sur le bouton mise au point (donc impossible de suivre dans le viseur un sujet en mouvement), zoom faiblard aux focales moyennes et prix trop élevé. Donc, on peut rectifier en disant que Fuji est agressif sur les bridges bas de gamme mais cher sur les hauts de gamme. Si jamais ce bridge s1 devait se positionner entre 700 et 900 euros (ce que je crois), le rx10 Sony lui fera de l’ombre sans le moindre doute !

  • Apparemment, le s1 serait positionné à 500 euros, ce qui en fait un potentiel best seller si l’optique est à la hauteur.

  • En fait, le Fuji s1 serait un sl1000 avec un zoom un peu plus lumineux en grand angle, la connexion wifi et laprotection tout temps. Le Sl 1000 etait positionné à 299 euros, le S1 à 499 euros, cela nous fait pour les trois prfectionnements une facture 65 pcts plus élevée..... Dur dur quand on sait qu’il y a en face les excellents Sony hx300 et le Panasonic fz200, certes non protégés mais avec d’autres arguments TRES convaincants.

  • J’espère que le pb d’AF figeant l’image pendant la mise au point aura été résolue.

    Par contre, autant le FZ200 est très bon, autant le HX300 est franchement pas terrible en IQ.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE