Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm : un zoom et un pancake standard

25/06/2013 | Franck Mée

Fujifilm complète sa gamme d’objectifs avec deux nouvelles références. La première est la XC 16-50 mm, qui accompagnera le X-M1 tout en coûtant moins que le 18-55 mm précédent. La seconde est une focale fixe compacte ("pancake") de 27 mm, offrant le champ d’un objectif standard.

Présentation

On ne peut pas reprocher à Fujifilm de ne pas vouloir construire une vraie gamme optique pour ses compacts à objectifs interchangeables (COI). Deux ans après le lancement de son système, celui-ci propose déjà une belle palette d’objectifs : des focales fixes grand-angle (14 mm et 18 mm), un équivalent aux classiques "fast 50" (le 35 mm f/1,4), un objectif à portrait et macro (60 mm), un très bon zoom de base (18-55 mm) et récemment un zoom télé (55-200 mm).

Avec le X-M1, Fujifilm propose un COI à un prix abordable. Le 18-55 mm souffrant d’un tarif prohibitif, il lui fallait un zoom standard moins élitiste. Ce sera donc le nouveau XC 16-50 mm f/3,5-5,6.

Moins lumineux de 2/3 IL au grand-angle et 1 IL au télé, celui-ci est également dépourvu de bague d’ouverture. Ce réglage est donc dévolu à une molette de l’appareil photo, ce qui sera un peu moins pratique... mais permet de réduire le coût : le 16-50 mm sera livré avec le X-M1 pour 100 € de plus que le boîtier nu — nous ignorons son tarif au détail.

Standard pancake

Les acheteurs de COI ayant un goût prononcé pour les objectifs ultra-plats, la gamme actuelle manquait également de ces "pancakes" : seul le 18 mm peut revendiquer une certaine compacité. Fujifilm propose donc un 27 mm, soit l’équivalent d’un 41 mm. Beaucoup moins lumineux que le 35 mm f/1,4 (il se contente d’un très ordinaire f/2,8), il est aussi bien moins encombrant : il ne fait que 23 mm d’épaisseur. Notons que cette épaisseur restreinte a contraint Fujifilm à faire un choix : seule la bague de mise au point a survécu et, comme le 16-50 mm, il obligera à régler l’ouverture depuis l’appareil photo.

Annoncé pour 449 €, ce pancake est la focale fixe la moins chère de la gamme Fujifilm, mais reste relativement coûteux.

Fiche technique XC 16-50 mm

- Plage focale : 16-50 mm (équiv. 24-75 mm en 24x36)
- Formule : 12 éléments en 10 groupes
- Ouverture max : f/3,5-5,6
- Diaphragme : Circulaire à 7 lamelles
- Mise au point mini : 30 cm au grand-angle, 40 cm au télé
- Rapport de reproduction : 0,15x
- Filtres : Φ 58 mm
- Dimensions/poids : Φ 62,6 x 65,2 mm / 195 g

Fiche technique XF 27 mm

- Focale : 27 mm (équiv. 41 mm en 24x36)
- Formule : 7 éléments en 5 groupes
- Ouverture max : f/2,8
- Diaphragme : Circulaire à 7 lamelles
- Mise au point mini : 34 cm
- Rapport de reproduction : 0,1x
- Filtres : Φ 39 mm
- Dimensions/poids : Φ 61,2 x 23 mm / 78 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • "Relativement couteux" c’est un doux euphémisme... Êtes vous sûr du prix ? Car cela me semble très exagéré (le double de la concurrence) pour un pancake.

  • On voit pourtant distinctement une bague d’ouverture sur la photo du zoom. Etrange...
    Les premières images des protos du pancake montraient également une bague de diaphragme.
    A l’heure des choix, Fuji semble vouloir privilégier les amateurs du tout-auto.
    Pour moi ça sonne un peu comme un bug dans la stratégie qui a prévalu jusqu’ici depuis l’arrivée de la gamme X.
    J’étais assez tenté par le pancake, là je vais revoir mon jugement
    Dommage...

  • Mouais. L’idée intéressante de Fuji est de substituer les 18-55 "éternels" comme zoom standard au profit d’un 16-50 pas plus onéreux.
    C’est à peu près tout ce que Fuji dispose pour draguer de nouveaux clients car le tarif
    du XM-1 est carrément délirant. Il était censé représenter l’entrée de gamme !

  • Pour ce qui est du tarif du pancake f/2.8, Fuji pousse "la grand mère" dans les orties là !
    Ils nous refont le coup du "mythique" Nikkor Tessar f/2.8 (en moins gros certes !) vendu 6-7 x plus cher qu’un 50/1.8 AFD tout en étant moins performant et sans AF !
    Chez Canon, on en rigole encore....
    Je rappelle à tout hasard que Canon dispose à son catalogue d’un 50/1.8 vendu couramment 99 € dans toutes les bonnes supérettes...

    • Et le 27/2.8 XF, c’est un collector peut-être ?
      Je reste perplexe à l’idée de claquer 450 boules là dedans...

    • Si j’étais Canon, et aussi bons les leurs soient-ils, je crois que j’éviterais de parler de prix des cailloux en ce moment...

    • En effet.

      Un bavard, ici, n’analyse pas les prix de la même manière selon qu’il s’agit de Canon ou d’un autre fabricant.

    • 449€, c’est le prix officiel à sa sortie. Pour le comparer avec le 50F1.8, il faut attendre un certain temps et voir son prix de la rue. La différence sera bien moindre...
      Quand il s’agit de parler de matériel Canon, tu aimes citer le prix le plus faible en promotion que tu trouves sur internet....
      Enfin, comparer un 27mm et un 50mm, ce n’est pas du tout du tout la même chose, l’angle de vue change quasi d’un facteur 2. Peut-être que tu l’as oublié ?

    • Pour quelle raison ?
      J’imagine sans doute que vous voulez aborder le thème des gros blancs.

      Les nikonistes jaloux nous font des procès d’intention en ce moment sur les tarifs des nouveaux gros blancs
      ....en oubliant de rappeler qu’ils sont plus modernes que les nikkors concurrents
      et en oubliant de rappeler que Canon s’aligne in fine sur la concurrence.
      Au Japon, le tarif des 300/2.8 LIS II est pratiquement aligné sur celui du 300/2.8 AFS VR II bien que le Canon soit plus moderne,léger et performant.
      Idem pour le 200/2 LIS Vs 200/2 AFS VR II.

      Ça finira par arriver en France...

      Je me permet de rappeler à ces messieurs nikonistes que la marque jaune ne s’est pas privée de facturer son 800/5.6 AFS VR au prix fort (>20% du Canon homologue !)

    • À ma connaissance, il n’y a pas de SP comparable pour les produits Fuji.
      Par ailleurs,le tarif officiel du 50/1.8 II EF était en 1990 de ...500 Frs (75 € !).
      Pour fixer les idées, un 85/1.2 L était vendu...27x plus cher (13.600 Frs)

      Le gros problème de Fuji est que les quantités d’objectifs vendus ne sont pas les mêmes, ce qui va les handicaper sur le marché.

      Pour ce qui est de la couverture angulaire, le 27/2.8 XF correspond à un 41/2.8 en 24x36.
      On est bien dans le domaine des objectifs standards de l’époque argentique (Nikon proposait par exemple son fameux Tessar 45/2.8 AiP).

      Sinon, Nikon a bien produit un 35/1.8 AFS DX pour l’APSC qui est moins cher que ce Fuji 27/2.8 XF.
      Quelque part ça sonne faux.

    • Pourquoi êtes vous en conflit permanent avec ceux qui ne partagent pas vos choix, en particulier les adeptes de Nikon ?

      Cela frise l’obsession.

      Essayez d’admettre que chacun voit midi à sa porte ; vous verrez, c’est plus reposant et plus constructif que la critique systématique.

    • "On est bien dans le domaine des objectifs standards de l’époque argentique " sauf pour le 50mm APS-C avec lequel tu as essayé de nous embrouiller au début ;)

    • C’est-eux-qu’ont-commencé ! ;-)
      Je suis "en conflit" (le mot est un peu fort) avec des gens qui ont l’air d’ignorer que les tarifs pratiqués par Fuji sur ses mirrorless sont excessifs.
      Fuji... et la quasi totalité des autres acteurs du mirrorless !
      Connaissant relativement bien le marché photo et sa "brutalité", je me permets d’attirer l’attention des lecteurs mal informés qui ont tendance à voir une vision angélique
      du marché photo.
      J’estime, et l’histoire récente m’a hélas donné raison, que le marché est en pleine mutation et qu’on ne peut pas jurer de la pérennité du mirrorless APSC.
      Actuellement, le mirrorless se partage en 8/9 acteurs qui ont chacun de toutes petites parts de marché et qui ne parviennent pas réellement à séduire la clientèle
      du reflex.
      L’histoire du mirrorless n’est pas terminée mais cette technologie n’est pas suffisamment mûre pour réellement inquiéter les leaders du marché reflex.
      Pendant ce temps, Canon et Nikon engrangent les bénéfices et creuse l’écart avec les autres.
      Cet écart en terme de gamme optique n’a jamais été aussi grand et je ne vois pas très bien comment les acteurs du mirrorless pourront combler leur retard avec
      les choix politiques qu’ils ont fait.

      Sinon,les autres lecteurs ont le droit de continuer à investir à fond perdu. On est bien dans une société de libertés...

    • Il y a des embrouilles que là où vous voulez bien les voir.

      En argentique, on considérait qu’un objectif était "standard" pour des valeurs de focale allant grosso-modo de 40 mm à 58 mm environ (Ces focales se contentaient de formules optiques simples et éprouvées comme les Tessar et double-Gauss )

      Avec ce 27 mm (on est en format APSC !), on est bien dans ce cas de figure même si la formule utilisée n’a plus grand chose à voir avec les "ancêtres" argentique
      (plus de lentilles,présence d’un dioptre asphérique, rayons moins inclinés et donc en principe moins de vignetage).

    • C’est la faute des autres...
      Toujours la même rengaine depuis la maternelle.

      Cessez de considérer qu’à part vous, personne n’est correctement informé et suffisamment lucide pour avoir un avis sans votre "aide".

    • Bah, de temps en temps c’est rigolo de faire sortir le loup du bois, surtout quand on sait qu’il court tel un furet sur à peu près tous les sujets photo possibles et imaginables. Ca occasionne quelques barres de lol au milieu de tout son spam de VRP ^^

      Parce que fondamentalement, j’en ai passablement rien à carrer des leçons canoniques aux fujistes, et lycée de Versailles. C’est juste que j’ai bien aimé voir le roquefort dire au camembert qu’il pue, au point de l’inciter ensuite à s’en prendre au maroille :-)

    • C’est bien là que le bât blesse : l’erreur fondamentale est de croire que le mirrorless ne progresse pas, ce qui est archi faux ! Tous les chiffres du marché, tous les forums, les chiffres d’amazon (Fuji xm1 est en troisieme position des meilleures ventes photo cette semaine ! ), autant d’indices qui montrent clairement qu’Eric P est a côté de ses pompes à 200 pourcents. Il voudrait bien nous faire croire que dans cent ans Canon sera le seul fournisseur de bon matériel photo, que l’apsc et le micro 4/3 vont mourir bientôt, et j’en passe. C’est autant risible que tragique que d’enfoncer ce clou rouillé. C’est pire que de la mauvaise foi. Oui, un pancake Fuji est plus cher qu’un 40 mm Canon, et alors ? un Zeiss aussi est plus cher. Un Leica encore plus cher. Oui, c’est trop cher dans l’absolu mais pas dans le relatif. Il est absolument malhonnête intellectuellement de comparer des Fuji et des Canon. C’est comme si on comparait un RAV 4 avec une BMW serie 3. Chaque marque a ses particularismes, Fuji a toujours occupé un marché niche mais cela change. En effet, la meilleure réponse a faire a notre Canoneric, c’est qu’il se rende dans n’importe quel magasin et qu’il essaye d’acheter un 55-200 ou un xm1 quand il sera disponible : zéro stock, et pourquoi croyez vous ? Parce que tout a déjà été vendu. Alors pourquoi Fuji se tracasserait il, puisque sa production se vend comme des petits pains. Il faut des semaines pour avoir aussi un x100s. L’apsc en déclin ? Laissez moi rire ......

    • De nouveau grosse erreur de croire que les quantités vont les handicaper sur le marché. Fuji a l’intelligence de ne pas avoir de surstock. Ils vendent ce qu’ils produisent. Les produits fabriqués en moindre quantité so t logiquement plus chers mais là n’est pas le probleme, mon cher Éric P ! Le problème, il est dans la rentabilité et la marge finale dégagée. si en produisant moins, Fuji fait des bénéfices, ou est le probleme ? tout le monde ne veut pas investir dans un pancake à 400 euros ? Et alors ? Fuji s’en fout parce que de toute façon, ils vendront tous ceux qu’ils ont fabriqués. Chaque mois, Fuji grignote des parts de marché aux "ténors". Pourquoi ? Regardez les photos faites avec des Fuji et vous comprendrez, c’est lameilleure réponse qu ’on puisse faire.

    • Je persiste surtout quand je suis interpellé par une personne qui n’est pas capable d’assumer son identité et les propos qu’il tient sur un forum.
      Tel n’est pas mon cas.
      En ce qui me concerne, j’ai suffisamment de recul et d’expérience pour donner un avis qui, s’il ne représente pas La Vérité, permet tout de même
      d’apporter un éclairage différent de ce qu’on peut lire dans la presse ou sur le net.
      Je persiste à dire, et je vous prie de croire que mes doutes dont fondés, que j’ai des doutes sur l’avenir du mirrorless APSC.

      Pour le moment, ce que je peux dire, c’est qu’on ne voit pas beaucoup de traces de votre connaissance du marché.

    • Ça me rappelle le discours des Olympussiens il y a quelques années....
      Depuis, il y a eu le scandale que tout le monde connaît mais nos avocats restent droit dans leurs bottes !

      Monsieur salociN : Voudriez-vous juste nous rappeler les propos tenus par Fuji à la suite de la présentation des Canon 6D & Nikon D600 ?

    • Décidément, vous semblez prendre vos désirs pour des réalités.
      Amazon donne des chiffres de vente pour un produit à une date T dans un espace donné.
      Honnêtement je n’ai pas regardé les chiffres que vous m’indiquez mais je ne peux avoir qu’une confiance relative dans les données auxquelles vous faites référence
      pour les raisons que je vous ai déjà expliquées.
      Personnellement, je me réfère plutôt aux stats de vente de l’institut Gfk.
      Sur les dernières données disponibles (janvier-février 2013), les stats de vente montraient une stagnation des ventes de mirrorless dans le monde : - de 20%
      du total COI+SLR+SLT.
      Or les objectifs avoués dès 2008/2009 étaient d’atteindre 20% des PDM puis dépasser les 50% de PDM en 2015.
      Hem ! On est loin du compte...
      Quid du m4/3 ? Ben on peut dire qu’Olympus n’a pas tenu ses promesses sur le 4/3 !
      Certains annoncent même la disparition d’Olympus dès 2014 ! Ce n’est pas moi qui le dit !
      Quant à une gamme m4/3 complète avec un modèle pro, faut pas rêver !Les rares professionnels ayant fait confiance à Olympus ont déserté le navire depuis longtemps !
      Ils ne vont se faire attraper une deuxième fois !
      Un modèle expert alors ? Une évolution de l’OMD-EM5 à 1100 € ?
      De vous à moi : Qui va encore mettre 1100 € dans un Olympus m4/3 avec une gamme optique famélique (comparativement à Canikon ),
      un reflex 6D ,dont le capteur est 4x plus grand qu’un m4/3, qui se trouve aujourd’hui en Europe pour moins de 1600 € et dont le tarif continue de décroître au rythme de 2% par mois au Japon ?
      Qui ne s’est pas encore rendu compte que les optiques m4/3 sont vendues en réalité à des tarifs comparables à ceux du 24x36 équivalent ?
      Par exemple, combie coûte un 25/1.4 Leica-Panasonic à côté d’un 50/1.4 AFS Nikkor ?
      Les gens sont plus lucides que vous croyez et au besoin, ce seront les commerciaux de Canikon qui ne se priveront pas de leur ouvrir les yeux !

    • eric-p n’est qu’un pseudonyme.
      Il ne révèle en rien votre identité, au même titre que tartempion.a ou untel.b ...
      Vous n’assurez pas plus !

    • La notion de flux tendu, la concurrence connaît ça depuis quelques années déjà...
      Pour ce qui est du coût de production supérieur, ce n’est pas un problème pour vous ni pour un Leicaïste. Pour les autres, si.
      À partir du moment où vous êtes moins compétitifs, vous avez moins de PDM, vous gagnez moins d’argent, vous faites moins de R&D,etc...

      Dans l’industrie photographique, on n’a encore jamais vu une boîte se maintenir durablement, disons plus de 10 ans, avec les principes que vous énoncez.

      Entendons-nous bien : J’ai beaucoup de sympathie pour Fuji et ils ont indiscutablement de bonnes idées (Viseur hybride du X100/ X-Pro-1, matrice pseudo-aléatoire et retrait du filtre AA,etc...) mais qu’ils comptent trop cher.

      Aujourd’hui,le FF devient de plus en plus compétitif ce qui plombe de plus en plus l’avenir de l’APSC et du sytème X de Fuji tel que nous le connaissons.
      Aujourd’hui, le X-Pro-1 se trouve à 1490 € quand le 6D se trouve à 1599 €. Les gens commencent à réfléchir...

    • La moindre des choses serait de faire preuve d’un minimum d’honnêteté sur la comparaison des prix.
      Le X-Pro1 se trouve couramment autour de 1250 € nu, 1500 € avec le 35 mm f/1,4.
      L’EOS 6D se trouve autour de 1600 € nu, 1900 € avec le 24-105 mm f/4 ou avec le 40 mm f/2,8.
      Poussons jusqu’à comparer chez le même vendeur : chez Digit-Photo par exemple, X-Pro1 nu = 1239 €, X-Pro1 + 35 mm = 1648 € ; EOS 6D nu = 1789 €, EOS 6D + 40 mm = 1929 €.

  • Enfin avec le 27 un vrai objectif pour hybride, sauf qu’il est fermé, alors que Fuji surfe sur des optiques ouvertes (des fois inutilement).
    Encore un diamètre de filtre différent et un objectif somme tout pas si compact.

    Je ne sais pas si Fuji découvre que commander le diaph par une bague sur l’objectif n’est pas la solution la plus ergonomique en ne la mettant plus ?
    Le problème c’est que l’ergonomie des boitiers n’est pas pensé pour cela.

    • Le.pancake Fuji répond parfaitement a la demande qui n’aurait pas manqué de voir le jour si a la sortie du xm1, Fuji n’avait pas prévu d’objectif compact, il est donc logique qu’en meme temps qu’un boitier plus compact, Fuji sorte aussi un pancake. Quant au diametre de filtre, ce n’est vraiment pas un drame. Il existe des bagues d’adaptation pas chères du tout et qui permettent meme d’éviter du vignetage, avec un polarisant par exemple. Enfin, ce 27 mm est un compromis entre performances, prix et compacité comme toutes les optiques d’ailleurs. Pour etre positif et ne pas râler inutilement sur ce qui ne pourra de toute façon pas changer, il faut considérer aussi que le xm1 avec le 18 et le 27 offre un "kit" de voyage ultra compact et plus interessant qu’un x100s pour ceux qui peuvent se passer d’un viseur.