Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 OIS WR : poids lourd en approche !

10/09/2014 | Benjamin Favier

Comme prévu, le téléobjectif lumineux, stabilisé et tropicalisé sera commercialisé en fin d’année. Fujifilm lève enfin le voile sur les caractéristiques et le tarif…

Présentation

Le Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR a été annoncé lors du lancement du X-T1. Il s’agit du premier zoom téléobjectif haut de gamme pour Fujifilm X. Comme le stipule la dernière feuille de route publiée par la marque, il arrivera en novembre. Ce 50-140 mm (76-213 mm, éq. 24 x 36) rejoint le 18-135 mm (en test dans notre numéro de rentrée à paraître le 16 septembre) parmi les optiques tropicalisées de la marque (WR). Fujifilm souligne au passage qu’il peut endurer des températures négatives, jusqu’à – 10°.

La formule optique est ambitieuse : on compte vingt-trois éléments répartis en seize groupes, dont cinq verres ED et un Super ED. La stabilisation (OIS) est de la partie, en revanche il n’est pas possible de choisir en différents modes sur le fût, ce qui est utile pour optimiser la réalisation de filé, par exemple. Il est possible de régler le diaphragme via la bague dédiée. La distance minimale de mise au point est de 1 m à toutes les focales. Détail appréciable (mais commun sur ce type d’objectif), le fût ne se déploie pas lors du zooming. Un collier de pied est fourni et il ne sera pas de trop ! Ce téléobjectif pèse près d’un kilo : pas vraiment un modèle de légèreté, principal critère revendiqué par les fabricants de compacts à optiques interchangeables par rapport aux reflex – rappelons que le X-T1 accuse seulement 440 g sur la balance. Le 50-140 mm sera disponible en novembre, au prix de 1549 €.

Dans le même temps, Fujifilm annonce la sortie en fin d’année d’une nouvelle version de son 56 mm f/1,2. Elle est baptisée « APD », en raison de l’intégration d’un filtre d’apodisation, situé proche du diaphragme, qui permet d’amplifier le bokeh.
Une bague supplémentaire sert à moduler l’effet. Le reste des caractéristiques est identique à la version existante. Ce modèle coûtera 1349 €.

- Le site de Fujifilm

Fiche technique Fujinon XF 50-140 mm f/2,8 R LM OIS WR

  • Prix : 1549 €
  • Type : Zoom téléobjectif
  • Focales : 40-150 mm (76-213 mm, éq. 24 x 36)
  • Monture : Fujifilm X
  • Formule optique : 23 lentilles en 16 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : oui
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 1 m
  • Pare-soleil : fourni
  • Diamètre du filtre : 72 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 175,9 x 82,9 mm
  • Poids : 995 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ça donne envie, néanmoins, le téléobjectif paraît effectivement démesuré pour un COI, mais Fuji ne pouvait faire mieux, car la compacité a des limites d’un point de vue optique, en particulier concernant le paramétrage d’ouverture.
    Toujours est-il, que j’ai toujours pensé que l’ouverture à f2.8 pour une optique de ce genre et à ce prix ostentatoire, est une escroquerie, car à ce prix, la moindre des choses serait d’avoir un caillou ouvrant maximum à f1.8 !
    Enfin, j’attends de voir de quel bois sera fait le téléobjectif d’Olympus, son 40-140mm f2.8. Mais suis d’avis de penser qu’il fera aussi tomber à l’eau l’argument principal des COI sur la légèreté des objectifs.

  • Ils sont fous chez Fuji ? Des optiques apsc au prix des optiques FF, on croit rêver. Sans doute Fuji enfonce t il le clou en surfant sur la vague des désormais inconditionnels de la marque mais de tels tarifs risquent bien de ramener les photographes amateurs au FF. On aurait pu croire a un moment que Sony allait rafler la mise avec ses boitiers ultra compacts FF mais hélas, ils pratiquent la meme folie tarifaire que Fuji. J’avais investi dans un xt1, je suis en train de me dire que finalement un bon d610 avec un 70-200 f2.8 d’occasion , c’est une bien meilleure affaire.....

  • @2 au détail près que les boitiers Sony sont du FF et non du APS-C comme ici...

  • C’est vrai que l’on est en droit de se demander légitimement la question sur les avantages supposés d’un COI par rapport à un reflex FF : à part la légèreté, y a pas grand chose à l’horizon... du moins pour l’instant. Parce que, en ce qui concerne les tarifs, les meilleures optiques de Fuji, Olympus, Panasonic ou Sony, sont aussi prohibitifs que ceux des reflex FF !

    Et suis aussi d’avis que si le seul avantage est la légèreté, autant retourner au reflex FF, et là, on aura en plus une meilleure qualité d’image...

  • Me suis trompé : le téléobjectif du futur Olympus, n’est pas le 40-140mm, mais plutôt le 40-150mm...

  • @3
    Vous avez mal lu mon intervention. Il s’agissait de montrer que le Sony en présentant un FF a la limite plus compact que le Fuji xt1 pouvait avoir des optiques éventuellement aussi compactes mais hélas a des prix tout aussi prohibitifs que Fuji. La question portait donc a la fois sur un problème de positionnement de prix par rapport a l’avantage de la compacité qu’offre aujourd’hui le FF matérialisé par le Sony A7 et l’offre en optiques équipant ces boitiers compacts. Il est évident pour moi qu’à prix et encombrement à peu pres équivalents entre un apsc et un FF, l’apsc ne se justifie plus comme investissement. Svp lisez plus attentivement avant de faire des remarques qui passentà côté du sujet. J’espère qu’ainsi exprimé, c’est plus clair pour vous.

  • Entièrement d’accord avec vous (commentaire 6), qu’à ce genre de tarif aussi élevé que les optiques des reflex FF, l’investissement en COI n’a plus aucun intérêt, n’étant plus du tout attractif !

    A quoi sert-il effectivement de se vanter de la simple légèreté d’une optique quand on la vend ensuite sur le marché au même tarif qu’un objectif encombrant et lourd ?

    Un compromis aurait du être trouvé par les fabriquants des COI et hybrides, entre la compacité et le tarif, de telle sorte que ce secteur puisse demeurer à jamais séduisant et attractif. Or, ce que nous constatons en ce moment, avec les tarifs Fuji et même Olympus et Panasonic, qu’en fin de compte, peu importe l’avantage d’un produit sur un autre, tous deux finissent généralement par être vendus au même tarif...

    En conclusion, l’ère des COI et des Hybrides, n’aura duré que six ans... depuis son apparition.

  • Aux chialeurs de tout poil qui se lamentent sur le prix trop élevé : vous avez vu le tarif de lancement du 50-150 chez Samsung ?
    Donc, Fuji est bien sur la bonne tranche tarifaire.
    Et l’équivalent en FF coûte encore plus cher chez les constructeurs des marques origines.
    Quant à un 50-150 ouvrant à 1,8, faut arrêter un peu là, hein.
    C’est de la mauvaise foi caractérisée !

  • Même prix que les optique FF ??? Il faut se renseigner un peu : le 70-200 2.8 stabilisé de chez Canon coute 2300 € à la FNAC (alors que le prix public conseillé par Canon est de 2799 € et c’est bien de PPC dont on parle)...

    L’équivalent Nikon dans la même enseigne 2400 €....

    Quand à comparer avec le prix de matériel d’occasion... Pourquoi pas un Canon IXUS 155 (24-240) à 80 € sur le bon coin !

    On a clairement à faire à deux conceptions différentes, en terme de prix, de poids, et même de fonctionnalité. Aucun des deux mondes n’est mauvais, c’est à chacun de choisir en fonction de ses affinités.