Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujinon XF 8-16mm F2,8 R LM WR : zoom grand-angle pour la gamme XF

23/07/2018 | Patrick Lévêque

Présenté par Fuji comme le zoom grand-angle le plus large du monde, le Fujinon XF 8-16mm F2,8 R LM WR revendique également une remarquable résolution du centre aux bords et offre une grande ouverture sur toutes les plages de focales

Présentation

Dans le sillage du Fujinon XF200mm f/2 R LM OIS WR, Fuji annonce le zoom Fujinon XF8-16mm f/2, 8 R LM WR, un zoom ultra grand-angle lumineux doté d’une ouverture constante de f/2,8 et d’une plage de focales équivalente à 12-24 mm en format 24 x 36.

Ce zoom vient ainsi se ranger auprès des objectifs à ouverture maximale constante f/2,8 de Fuji, les XF16-55mm f/2.8 R LM WR et XF50-140mm f/2.8 R LM OIS WR, pour constituer la fameuse triplette sensée couvrir la plupart des besoins des photographes. Conçu pour exploiter au mieux les qualités du capteur Cmos X-Trans, le Fujinon XF8-16mm F2, 8 R LM WR promet un excellent piqué des la pleine ouverture.

Ce zoom exploite une formulation optique mettant en œuvre. Vingt lentilles, réparties en treize groupes. Quatre lentilles asphériques contrôlent la distorsion et les aberrations sphériques et six lentilles ED (dont trois lentilles super ED) assurent la maîtrise des aberrations chromatiques latérales. Une configuration technique assurant une résolution élevée sur toute la plage des focales tout en conservant une grande ouverture constante de F2,8.

Afin de limiter la courbure de champ, caractéristique des objectifs ultra grands-angles, l’objectif intègre un mécanisme de correction s’ajustant selon la position du zoom afin de proposer un piqué parfait du centre aux bords de l’image. La face arrière des deux premières lentilles bénéficie du traitement Nano-GI afin d’éliminer les réflexions parasites, les images fantômes et le flare provoqués par la lumière en incidence oblique et produire des images nettes et contrastées. L’AF est confié à des moteurs linéaires, ultra rapides et silencieux. Le barillet du zoom est scellé sur 11 points, protégeant le zoom contre les intempéries, résistant à la poussière, à l’humidité et adapté aux faibles températures jusqu’à -10 °C. La lentille frontale bénéficie d’un traitement à la fluorine la protégeant de l’eau et des poussières tout en garantissant la qualité des images. Promis pour la fin du mois de novembre 2018, ce zoom devrait rencontrer un grand succès auprès des possesseurs d’appareils de la série X.

Le zoom sera vendu 1 999 € fin novembre 2018
- Le site de Fujifilm

Fiche technique


Type : Fujinon XF8-16mm f2.8 R LM WR
Formulation optique : 20 lentilles réparties en 13 groupes (dont 4 lentilles asphériques, 3 lentilles ED, 3 lentilles super ED
Focale : 8-16 mm (12-24 mm équivalent en format 24x36)
Angle de champ : 121°- 83.2°
Ouverture max. : f/2,8
Ouverture min. : f/22
Nombre de lamelles : 9 (diaphragme circulaire)
Incrément : 1/3 IL (19 valeurs)
Plage de mise au point : de 25 cm à ∞
Grossissement max. : 0.1x (en téléobjectif)
Dimensions externes : Φ88 mm x 121,5 mm (diamètre x longueur)
Poids : 805 g
Accessoires fournis : bouchon FLCP-8-16, bouchon arrière RLCP-001, tissu de protection

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Quand je vois les prix, je me demande si les Japonais savent qu’il y a de plus en plus de pauvres en Occident !

  • Fuji se veut de représenter le premium pour le format APSC et propose de fait souvent du materiel hdg qui s’adresse à un public averti ... et économiquement aisé.
    S’il n’y avait pas de demande pour ce type de produit ; il n’existerait pas.

  • j’ai quand même du mal à trouver une justification à ces tarifs. Peut-être justement le peu d’acheteurs potentiels...

  • Le Sony 12-24mmf4 est sorti au même prix.
    Un fabriquant d’objectif n’investit pas si il n’y a pas de demande. C’est un objectif pour un usage professionnel.

    Même si pour un UGA en paysage, je préfère un F4 qu’un 2.8, question poids et prix.

  • Le problème n’est pas tant de savoit s il y’a un public pour cette optique a c prix mais de se dire qu.un Sony A7 iii a peu près au même prix qu’un fuji stabilisé, accompagné d’une optique équivalente (sauf en poids) est plutôt une meilleure affaire, et en tout cas devrait nous faire réfléchir sur le fait de savoir s’il faut investir dans de l’apsc, fut ce du « haut de gamme » ou dans du FF . Pour moi le,choix est clair.

  • @5 : Tout à fait ;
    Je cherche des raisons de faire de l’apsc, j’en vois pas trop. D’autant que les Sony A.. sont assez compacts. Après, le poids des objectifs, la différence n’est pas si énorme.
    Entre un Sony AIII avec un 24x105 et un Fuji HX1 par exemple avec un 16x55, bon, la question se pose...ou ne se pose plus !

  • @1
    Et si l’Occident n’était pas le centre du monde pour les japonais ?

  • @7 : Ce n’est pas une question de centre du monde, mais de marché. A l’étranger, il me semble que ce sont aux USA que sont leurs principales exportations. L’Europe, je ne sais pas, mais sans aucun doute, les US et l’Europe représentent un marché très important pour leur industrie photo.

  • Le plus large du monde...en zoom f/2,8 car il existait déjà un 8-16 mm Sigma pour capteur APS ;o)

  • @JMS
    Et le 11-24/4 L Canon alors ???

    Sinon, oui , c’est le zoom le plus "large" du monde avec une ouverture f/2.8 !

  • Il y a quelques mois, j’avais fait le pari que ce 8-16/2.8 XF ne parviendrait pas à être plus léger que
    le 12-24/4 G Sony FE justement du fait de son ouverture f/2.8 .
    Pari gagné : Ce nouveau 8-16/2.8 XF pèse 42% plus lourd que le 12-24/4 G FE.
    On m’avait pourtant juré que l’APSC conduisait à des objectifs plus légers !
    Eh bien c’est faux ; un opticien désireux de produire des objectifs en APSC devra produire des optiques avec une ouvertures supplémentaire afin de comparer ce qui est comparable : Des optiques ayant la même pupille d’entrée pour une couverture angulaire donnée...

    Idem pour le 200/2 XF OIS ; il doit plutôt être comparé à un 300/2.8 en 24x 36 pliutôt qu’un 300/2 (sauf sur le design de la formule optique !).
    Dans ce dernier cas, Fuji gagne (de justesse !) la bataille du poids
    (2265g pour le 200/2 XF Vs 2350g pour le 300/2.8 LIS II )
    ...mais pour combien de temps ???
    D’après les oracles du net, Canon devrait annoncer 2 nouveaux grands blancs dont un 300/2.8 LIS III vraisemblablement qui pèsera moins de 2 Kgs sur la balance...

    Tout celà montre la difficulté idéologique de Fuji à s’acharner sur un format APSC à une époque où l’immense majorité des professionnels plébiscite le 24x36...

    Sur le plan technologique, ce 8-16/2.8 XF montre qu’on peut sans doute réaliser un 12-24/2.8 pour le 24x36
    ....mais qu’il sera long et lourd (comptez env. 1.8 Kg et 170mm de long sur une transcription " brute").
    Noter également qu’un des responsables de Canon avait publiquement reconnu avoir envisagé un 12-24/2.8 plutôt
    qu’un 11-24/4 L ...

    Concernant le tarif de ce 8-16/2.8 XF, il est "normal" compte tenu des caractéristiques du produit :

    - 4 lentilles asphériques
    - 3 lentilles ED
    - 3 lentilles SED
    - Le travail en RetD pour un objectif inédit
    Tout celà a un prix...
    Noter également que le 11-24/4 L Canon était nettement plus cher au moment de sa présentation...

  • @eric_p
    Le poids est à relativiser en fonction de pleins de paramètres (vrai WR, matériau finition, type de verre, qualité optique ? A voir avec les tests)
    Pourquoi il y a une différence de poids entre un canon 50mmf1.4 et un sigma 50mmf1.4 ?

  • @pepou
    Sur certaines focales fixes, il peut y avoir effectivement d’importantes différences de poids...pour des différences de performances optiques importantes !
    En ce qui concerne le 50/1.4 Sigma Art et le 50/1.4 EF, les performances optiques n’ont rien à voir à PO.

    En ce qui concerne le 8-16/2.8 XF Fuji, on imagine difficilement un concurrent faire sensiblement mieux (disons 20% plus léger) parce que le cahier des charges d’une telle optique est à peu près le même pour toutes les entreprises en optique photo : Vous devez produire une optique très performante dès la PO ...pour un poids minimum.
    Durant la phase d’étude de l’optique, de nombreuses formules sont comparées et les opticiens arrivent à peu près aux mêmes résultats :
    *Le 16-35/2.8 L III reste dans le même devis poids que le 16-35/2.8 G FE Sony
    *Le 11-24/4 L a le même poids que le 12-24/4 DG Art Sigma
    *Les 24-70/2.8 stabilisés Nikon /Tamron/Sigma tournent tous autour de 1 Kg
    *Tous les 70-200/2.8 tournent autour de 1.5 Kg

    Alors bien sûr, on a un Sigma 105/1.4 DG Art qui pèse 50% plus lourd que le Nikkor 105/1.4 AFS mais il s’agit plus de sadomasochisme de la part de Sigma qu’autre chose : Ils ont raconté que c’était pour diminuer le vignettage !!!
    En général, les opticiens essayent toujours de conserver un poids "raisonnable" pour leurs optiques.

    En ce qui concerne les 50/1.4 "dernière génération" (type rétrofocus ), ils tournent tous autour de 850g-1100g.
    Une exception toute récente : Le 50/1.4 Yongnuo de 572g !
    Il est certes encore 2x plus lourd qu’un antique 50/1.4 EF Canon (on peut faire remonter sa formule à 1968 !)
    mais il offre des perfs optiques comparables aux récents 50/1.4 rétrofocus...

    Pour en revenir aux extrapolations sur le 24x36, on imaginait mal comment on pourrait produire
    un 14-28/2.8 en 24*36 à partir d’un 7-14/2.8 ZD Zuiko de 534g étant donné qu’une mise à l’échelle impliquait
    unpoids de plus de 2 Kgs.
    Un récent brevet de Nikon suggère toutefois qu’un 14-28/2.8 AFS VR est possible est qu’il sera à peine plus lourd
    que l’actuel 14-24/2.8 AFS (le diamètre des frontales est identique ).
    il reste donc un petit espoir de voir "un jour" un 12-24/2.8 autour de 1.2 Kg mais le challenge technique est tout de même de taille !