Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Gérard Planchenault : « l’éclairage crée le climat psychologique »

14/06/2019 | Sandrine Dippa

Du 11 au 14 mai, nous avons assisté à deux workshops organisés par la Nikon School se déroulant chacun sur deux jours. Le premier, « L’art du portrait en studio », dispensé par le photographe Gérard Planchenault, était axé sur la maîtrise de l’éclairage. Le cours fut aussi pour nous l’occasion d’évoquer avec le photographe son approche photographique.

Le Monde de la Photo : Pendant deux jours, vous avez animé le stage « L’art du portrait en studio » à la Nikon School, pouvez-vous revenir sur le contenu de cette formation ?
Gérard Planchenault  : Cette formation vise à démystifier l’univers du studio qui effraie beaucoup de photographes. Je propose aux stagiaires d’avancer pas à pas, avec des exercices pratiques, dans la compréhension de la lumière et tout particulièrement la différence entre quantité et qualité. Je leur propose ensuite l’étude de tableaux de maîtres de la peinture pour réaliser à quel point l’éclairage crée le climat psychologique et affirme la personnalité des sujets portraitisés. S’ensuit une approche plus analytique, plus technique (observation des ombres, des lumières, des zones de transition ombre-lumière, des reflets, etc.) qui met en évidence les lois physiques (lumière dure, lumière douce) qui conditionnent le rendu de tout éclairage. La fenêtre de Vermeer devient en studio une grande boîte à lumière et le mannequin baigne ainsi dans la même lumière que la Jeune fille à la perle. Le stagiaire réalise alors à quel point la technique (générateurs, façonneurs de lumière, réflecteurs, coupe-flux, etc.) doit se faire oublier au profit de la relation avec le modèle. Les images réalisées lui sont montrées, amènent sa confiance et sont autant d’encouragements à son implication, indispensable à toute image authentique. Je dis souvent que le studio, et ses outils qui peuvent impressionner, est d’abord un lieu habité par des êtres physiques, mais aussi des âmes. Et c’est dans ces moments-là que le portrait en studio prend tout son sens.

JPEG - 51 ko
La première partie du cours est consacrée à la théorie et à l’étude d’images.
JPEG - 38.6 ko
Gérard Planchenault nous explique le fonctionnement des rideaux du boîtier.

MDLP : Vous travaillez avec Nikon depuis plus de 20 ans. Quelles autres formations animez-vous ?
G.P : J’anime deux formations éclairage : L’art du portrait en studio. L’éclairage au flash cobra, deux formations photographie urbaine : Paris ville des lumières et Paris Fête de la musique et une formation Développez votre créativité. J’anime aussi des voyages photographiques : Lumières sur Londres. Nature en Camargue. Namibie, l’esprit du désert. Éthiopie, hauts plateaux d’Abyssinie et Danakil.

JPEG - 206.9 ko
Après la théorie, place à la pratique à l’aide d’un mannequin vitrine.


MDLP : En quoi consiste plus précisément le stage Développez votre créativité ?

G.P : Il vise à remettre le photographe au cœur de la naissance de l’image. J’aime affirmer : que le déclic intérieur doit précéder le déclic de l’appareil. L’appareil n’est pas capable d’émotion et ne possède pas un programme Créativité ! Seuls la perception du monde par le photographe, son ressenti, ses émotions peuvent donner naissance à une image qui pourra « toucher » le spectateur. La difficulté est de comprendre que le photographe « écrit avec la lumière », qu’il s’exprime avec le seul langage visuel (lignes, surfaces, contrastes, textures, etc.) Le sujet représenté importe moins que l’image qui en est donnée par le photographe. Mon travail consiste donc, non pas à dire au photographe « à ta place, voilà ce que je ferais », mais au contraire « dis-moi ce que tu souhaites exprimer » et ensuite nous verrons ensemble les moyens à mettre en œuvre pour construire ton image, une image qui te corresponde.



MDLP : À qui ces formations s’adressent-elles ?

G.P : Elles s’adressent aux photographes amateurs (qui connaissent les bases) et professionnels qui souhaitent maîtriser les outils de la photographie et pouvoir oublier la technique pour mieux libérer leur créativité. 


MDLP : Quels conseils donneriez-vous aux débutants qui souhaitent se lancer ?

G.P : Tout d’abord de lire Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke. Une authentique invitation à être soi-même, condition impérative pour toute forme de création artistique. Avant d’avoir son propre style, sa propre « signature », le photographe débutant doit enrichir sa culture visuelle (expositions, films, livres, magazines, réseaux sociaux, etc.). Et bien évidemment avoir une pratique régulière des outils de la photographie. Pour débuter, un budget raisonnable est suffisant : un 85 mm, un parapluie translucide et un flash cobra permettent un réel apprentissage du portrait. Et le perfectionnement se fera jour après jour, image après image sur un chemin qui conduit à la qualité relationnelle, à la maîtrise de l’outil et ainsi à l’affirmation de la personnalité photographique. Être un photographe est un mode de vie avant tout.

JPEG - 204.9 ko
Le workshop fut l’occasion de réaliser un shooting avec un modèle, Camille durant un après-midi. Durant la prise de vues, les stagiaires ont pu mettre en application, les notions abordées lors du workshop, des plans d’éclairages (à effet, du fond, secondaires...) aux types d’éclairages. Pour cette image, l’idée était de déclencher le flash sur le deuxième rideau afin de produire des « trainées lumineuses ».
Photos : SD
JPEG - 263.9 ko
Comprendre et de maîtriser les cinq types d’éclairages les plus utilisés pour le portrait (Rembrandt, le Split, le Profile, le Butterfly et le Loop lighting) est aussi l’objet du stage.
Photo : SD

JPEG - 323.8 ko
La synchronisation sur le deuxième rideau permet à la fois d’obtenir un sujet net et un flou évoquant son mouvement. Ici, lors de la prise de vue, Camille, le modèle s’est redressé au bout de quelques secondes. C’est à ce moment-là que le flash est déclenché et que son mouvement est figé.
JPEG - 202.9 ko
La séance, s’étalant sur un après-midi, fut aussi l’occasion de réaliser un shooting avec des accessoires.
Photo : SD

Retrouvez un compte-rendu complet de l’expérience dans le numéro 117 de MDLP, en kiosque le 15 juin !

Propos recueillis par Sandrine Dippa
Photos : SD
- Le site de la Nikon School
- Le site de Gérard Planchenault

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages