Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Google Pixel 3 : la vision de nuit, c’est chouette

19/11/2018 | Patrick Lévêque

Google met en avant son savoir-faire en matière de développement logiciel avec une nouvelle fonctionnalité introduite dans les récents Pixel 3 et Pixel 3 XL qui leur permet de mieux voir dans la nuit.

La photo de nuit est incontestablement le maillon faible des images produites par les smartphones. Lancés sur le marché français il y a quelques semaines, les nouveaux Pixel 3 et Pixel 3 XL de Google ont déjà su faire de l’œil à leurs heureux propriétaires avec des fonctions photo très évoluées et une qualité d’image exceptionnelle. Google vient de procéder à une mise à jour de ses appareils avec une nouvelle fonction appelée Vision de Nuit disponible depuis le 14 novembre dernier. Salués dès leur sortie pour la qualité de leurs performances photo, les deux appareils s’appuient sur de puissants algorithmes et l’utilisation du Machine Learning (apprentissage automatique) pour par exemple simuler les effets de bokeh. Le nouveau mode Vision de Nuit est une fonction supplémentaire bien plus efficace que les mode HDR+ ou Smart HDR de certains produits concurrents.

Il fonctionne très intuitivement et sait s’adapter aux différentes conditions d’éclairage, capable d’équilibrer les couleurs et de produire un rendu naturel et réaliste. Au lieu de capturer une seule photo bien éclairée, mais floue, le mode Vision de Nuit capte la même quantité de lumière sur plusieurs clichés (jusqu’à 15 images), sombres, mais nets, avec des temps d’exposition jusqu’à six secondes. Un traitement à base d’algorithmes maison analyse les images puis les fusionne pour produire une photo nette avec le meilleur rendu possible.

JPEG - 77.9 ko
Pixel 3. Pose longue de 6 secondes sur pied. © Google - Alex Savu

Si le Pixel 3 est en position stable et que rien ne bouge dans la scène à photographier, le mode Vision de Nuit augmente la durée d’exposition afin de capter le plus de lumière possible et de limiter le “bruit”. Fin analyste, le mode Vision de Nuit procède également à des micro-expositions longues (Motion Exposure) qui lui permettent de détecter les sujets en mouvement.

Le mode sait également détecter la zone où doit se faire le point et assurer un rendu des couleurs très satisfaisant, même si l’on pourra observer parfois quelques dérives de la balance des blancs par défaut ou en mode Vision de Nuit. Non actif par défaut, le mode Vision de Nuit peut s’activer manuellement ou automatiquement en cas de faible luminosité. Le système fonctionne très correctement dans des conditions de faible éclairage, mais se montre inefficace dans l’obscurité totale.

Pour encore mieux comprendre : blog Google

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • "micro-expositions longues" : original...
    Inquietant quand on voit comment les smartphones ont revolutionnes l´ecoute musicale, la reservation de billets d´avion, l´usage d´internet, voir meme du reveil matin et de la calculatrice.
    Que sera la photo dans 10 ans ? Quelle place a nos "vieux reflexs" a visee optique ?

  • Je pense qu’il n’y pas lieu d’avoir peur pour les reflex. La réflexion devrait porter sur l’utilité des photos faites en grand nombre aussi bien avec les photophones ou les apn numériques, elles sont éphémères et disparaissent rapidement. Pour moi la photo est un témoignage, une histoire fixée sur du papier, sous forme de livre ou album à partager avec nos proches et amis et peu importe l’appareil utilisé.

  • @1
    pourquoi croyez vous que les,ventes de dslr sont en chute constante depuis des années ?
    Entre un smartphone qui ne prend quasiment pas de place et qui fait les mêmes photos dans 98 % des situations qu’un appareil lourd avec deux ou trois optiques et un dslr, qu’allez vous choisir ? Pourquoi croyez vous qu’olympus a choisi la course en avant avec du haut de gamme ? Le,problème est qu’un smartphone pourra toujours évoluer vers de meilleures fonction photo tandis’qu’un apsc ne pourra jamais servir de téléphone

  • @1
    Vous oubliez le plaisir , monsieur (ou madame), le plaisir !...

  • @ 98% je me marre... évidemment, si c’est pour faire des photos de tata Ginette à la plage, le smartphone est top (et ça évite de prendre des risques dans le sable avec du matos de qualité). Mais ce n’est pas demain la veille qu’un smartphone permettra de sortir ce que produit un reflex ou un hybride, même aps-c, avec des optiques de qualité.

  • A chaque matériel son usage.
    - Le smartphone pour communiquer et accessoirement photographier.
    - L’appareil photo, comme son nom l’indique pour photographier.

    Inutile de chercher à convaincre quiconque de la supériorité de l’un ou l’autre.
    L’appareil à tout faire ne peut pas rivaliser avec l’appareil spécialisé.

  • @7
    ce n’est pas un problème de supériorité, c’est un problème de parts de marché et d’evolution des mentalités. Depuisdix ans, les ventes de dslr ne représentent plus que 25 % de ce qu’elles étaient . Les compacts bas de gamme ont disparu du marché et les ventes de smartphones ont explosé même si depuis 2018 les ventes se tassent. C’est un constat.

  • ... c’est un problème de parts de marché et d’evolution des mentalités.

    Les parts de marché sont gérées par les pros du marketing qui modifient la mentalité de certains d’entre nous et en font des moutons de Panurge.

  • Les smartphones ont effectivement "tué" les compacts ... mais est-ce un problème pour l’utilisateur ? Sûrement pas.
    Par contre, c’est un vrai problème pour les fabricants de matériel photo, qui tiraient des revenus substantiels de ces produits d’entrée de gamme. Du coup, tous ces fabricants se sont reportés sur le haut de gamme et globalement les prix du matériel photo ont montés pour restaurer (en partie) leurs marges.

    Chaque appareil photo a son utilisation : l’avantage du smartphone est qu’on l’a toujours avec soi, mais pour mon utilisation la qualité des images (même si elle s’améliore) est sans comparaison avec mes reflex, même en plein soleil. La principale raison est la taille du capteur des smartphone et leur dynamique pourrie, vient ensuite le fait de ne pas pouvoir jouer avec des optiques différentes.
    Pour moi, la finalité ultime d’une image est un agrandissement "aux petits oignons" au format A3 ou A2. Pour cette utilisation là, les artifices d’images calculées utilisée sur les derniers smartphone font hurler de rire : regardez bien une image avec un bokeh artificiel, c’est pitoyable, impossible d’agrandir "çà" (!) Par contre, pour s’échanger des photos sur Facebook ou Whatsapp, çà fait le job.

    La vrai révolution du numérique, c’est la qualité incroyable des capteur disponibles maintenant : mon Pentax 6x7 prend la poussière depuis que j’ai un D810 ... la messe est dite.

  • Légèrement en solde sur le Google Store pour le Black Friday. Il reste largement surévalué.
    Pas sûr qu’il se vende à ce prix totalement délirant. Ca sent la baisse de tarif...

  • 12..."Pas sûr qu’il se vende à ce prix totalement délirant"

    TANT MIEUX.

  • @12
    Le délire, c’est d’acheter sans discernement tout ce qui est soit disant "nouveau et évidemment mieux".