[ Accueil ]

[ Club ]

[ ]

[
0
]

Voir le sommaire complet illustré

PARTIE #1 : LES FONDAMENTAUX DE LA PRISE DE VUE

Cette première partie est consacrée aux principes fondamentaux de prise de vue avec un reflex.

Sommaire : ■ 16 points essentiels à connaître ■ Le triangle d’or ■ La profondeur de champ ■ Gestion du bruit et plage dynamique ■

- 16 points essentiels à connaître : Quels sont les principaux points à prendre en considération au moment d’acheter un reflex ou un hybride ? De la qualité de construction au type de capteur en passant par la visée, l’autofocus, les possibilités en matière de vidéo ou l’importance de la stabilisation, nous vous proposons un éventail de paramètres qui nous paraissent essentiels à l’heure du choix. Seize critères pour conclure 2016 ! - Le triangle d’or : L’intelligence artificielle des appareils actuels pourrait nous faire croire qu’il n’est plus nécessaire d’intervenir manuellement pour obtenir une exposition parfaite. Mais dans le meilleur des cas, l’appareil ne fournit qu’une exposition techniquement correcte, qui ne reflète pas toujours notre sensibilité artistique. - La profondeur de champ : Souvent assimilé à l’iris d’un œil, le diaphragme d’un objectif permet de faire varier la quantité de lumière sur la surface sensible. Mais il remplit une autre mission, essentielle à la fois pour les qualités techniques et esthétiques d’une image, celle de définir la profondeur de champ. - Gestion du bruit et plage dynamique : La plage dynamique et le niveau de bruit d’un capteur conditionnent fortement la qualité des images que celui-ci produit à une sensibilité donnée. Zoom sur ces trois facteurs-clés.

APPRENDRE À CADRER : 10 CAS PRATIQUES :

Nous vous proposons DIX thématiques pour perfectionner votre technique sur le terrain. Chacune est abordée à travers deux photos commentées pour revenir sur les conditions de la prise de vue : ce qui a motivé sa réalisation autant que la manière de parvenir à ce résultat.
Motifs et textures ■ Mettre un cadre à l’intérieur d’un cadre ■ Ligne d’horizon : harmonie et tensions ■ Comment voir la vie ne noir et blanc ■ Température de couleur et balance des blancs ■ Comment souffler le chaud et le froid ■ Recadrage à la prise de vue et à posteriori ■ Succession de plans et profondeur ■ Question de symétrie et reflexion ■ Format portrait et format paysage ■ - Motifs et textures : Dans la photographie, un motif se constitue de lignes et de formes répétitives qui remplissent tout ou une grande partie du cadre, suggérant au spectateur qu’il se poursuit au-delà des confins de l’image. Une texture repose sur la structure plutôt que sur les tonalités et couleurs. Elle est mise en valeur par un éclairage latéral et/ou dur. De manière générale, plus la texture est fine, plus la source de lumière doit être directionnelle pour en révéler toutes les nuances. - Mettre un cadre à l’intérieur d’un cadre : Parfois, il est possible de se servir d’éléments de composition existants (fenêtres, porches, arbres, etc.) pour ainsi créer un cadre qui fait écho au cadre de l’image. - Ligne d’horizon : harmonie et tensions : La ligne d’horizon divise l’image en deux parties distinctes. Dans un paysage minimaliste, elle représente souvent la seule horizontale, voire la seule ligne apparente. Si elle sépare l’image en deux moitiés égales (ce qui est souvent déconseillé), celle-ci sera dépourvue de tensions. - Comment voir la vie ne noir et blanc : Transformer une image en noir et blanc permet d’aller à l’essentiel. Débarrassée des couleurs et de tous les problèmes qui y sont associés, une image monochrome s’appuie au premier lieu sur les variations de luminosité entre les couleurs pour créer une image tout en douceur ou fortement contrastée. - Température de couleur et balance des blancs : Grâce au réglage de la balance des blancs, les appareils photo et logiciels de développement Raw offrent un contrôle précis sur l’équilibre des couleurs, permettant de s’adapter à toutes les conditions de prise de vue. - Comment souffler le chaud et le froid : Lorsque des couleurs chaudes (rouge, orange et jaune) s’opposent à des couleurs froides (bleu, vert et turquoise), elles engendrent le contraste chaud-froid qui est à son apogée tant que le rouge orangé côtoie le bleu vert. - Recadrage à la prise de vue et à posteriori : Le format du viseur ou de l’écran LCD exerce une forte emprise sur le cadrage final des images. Bien qu’il soit facile de recadrer l’image dès la prise de vue et/ou au post-traitement pour en mettre en valeur les points forts ou éliminer les éléments superflus, de nombreux photographes cèdent à la pression de composer leurs images en incluant l’intégralité de l’image visée. - Succession de plans et profondeur : Le voile atmosphérique agit tel un filtre sur les plans d’une image, réduisant progressivement le contraste, la netteté et la saturation des couleurs, tout en augmentant la luminosité. Grâce à ce phénomène, une photo de paysage gagne en profondeur... - Question de symétrie et reflexion : Rien ne vous empêche de rompre avec la sacrosainte règle de tiers pour adopter une composition symétrique. La symétrie confère une structure à l’image et lui donne aussi de la rigueur. - Format portrait et format paysage : Avec la plupart des appareils au format rectangulaire se pose la question de l’orientation de l’appareil : verticale ou horizontale. Bien que de nombreux sujets se prêtent à un cadrage vertical, celui-ci est souvent snobé par les photographes.

PARTIE #2 : LE GUIDE MATÉRIEL

BIEN CHOISIR : GAMME PAR GAMME, LES BOITIERS AU BANC D’ESSAI

Gamme par gamme, la rédaction vous propose une sélection tests indispensable pour faire son choix ! |Sommaire : ■ Canon EOS M10 ■ Canon EOS 1300D ■ Canon EOS 760D ■ Fujifilm X-T10 ■ Nikon 1 J5 ■ Nikon D5500 ■ Olympus OM-D E-M10 Mark II ■ Panasonic Lumix DMC-GX80 ■ Ricoh Pentax K-70 ■ Canon EOS 80D ■ Canon EOS 7D Mark II ■ Fujifilm FinePix X-T1 ■ Fujifilm X-T2 ■ Nikon D7200 ■ Nikon D500 ■ Olympus OM-D E-M1 ■ Olympus Pen F ■ Panasonic Lumix GX8 ■ Panasonic Lumix DMC GH4 ■ Ricoh Pentax K-3 II ■ Sigma SD Quattro ■ Sony A6300 ■ Canon EOS 6D ■ Leica SL ■ Nikon D750 ■ Pentax K-1 ■ Sony Alpha 7R II ■ Sony Alpha 7S II ■ Canon EOS 5DS ■ Canon EOS 5D Mark IV ■ Nikon D810 ■|

PARTIE I : AMATEUR

- Canon EOS M10 : Après un EOS M peu convaincant, un M2 non commercialisé en Europe puis un M3 plus crédible, Canon propose avec l’EOS M10 un hybride d’entrée de gamme. Bonne ou mauvaise idée ? - Canon EOS 1300D : Chez Canon, « reflex d’entrée de gamme » se prononce désormais EOS 1300D. S’agit-il d’une simple révolution ou d’une évolution en douceur ? Et est-il convaincant face aux hybrides ? - Canon EOS 760D : C’est la première fois que deux modèles sortent simultanément dans cette gamme d’EOS. Dévoilé en même temps que le 750D, le 760D se distingue de son frère par une ergonomie un peu plus poussée. Au passage, la définition passe à 24 Mpxl sur les deux modèles, après cinq ans de stagnation à 18 Mpxl. Reste à situer la place de ce 760D dans la gamme reflex de Canon : grand EOS à trois chiffres ou petit 70D ? - Fujifilm X-T10 : La comparaison avec le X-T1 est inévitable et très instructive. En dépit de nombreux points communs, les différences sont importantes entre les deux boîtiers. Et finalement logiques. - Nikon 1 J5 : Avec le 1 J5, Nikon adopte pour son hybride d’entrée de gamme une nouvelle ergonomie et un design dans l’air du temps, tout en conservant une qualité d’image très satisfaisante. - Nikon D5500 : Le D5500 est une petite révolution : c’est le premier reflex de Nikon équipé d’une interface tactile, sur un segment où Canon la propose depuis déjà longtemps. Il en profite pour conserver un tarif élevé pour un appareil amateur… - Olympus OM-D E-M10 Mark II : Le successeur de l’E-M10 apporte nombre d’évolutions éprouvées sur les OM-D plus haut de gamme. Cette version Mark II offre un niveau d’expertise élevé dans un boîtier d’une compacité remarquable… - Panasonic Lumix DMC-GX80 : Nouveau capteur, processeur d’image rénové et double stabilisation sont les principaux atouts de cet hybride très réussi. - Ricoh Pentax K-70 : Face à la déferlante des hybrides, Ricoh Imaging maintient le cap avec ce reflex APS-C qui prolonge la tradition de savoir-faire de Pentax qu’elle a rachetée il y a 5 ans. Et l’ambition de fournir au plus grand nombre un appareil riche en fonctions photographiques sans les ruiner.

PARTIE II : EXPERT

- Canon EOS 80D : Ce modèle succède logiquement un 70D sur un créneau de plus en plus occupé par les appareils hybrides. Parmi les reflex, il concurrence les D7200 et K-3 II. Mais avec son écran LCD orientable et tactile, la technologie Dual Pixel AF et un système AF flambant neuf, il affiche, sur le papier, une rare polyvalence. - Canon EOS 7D Mark II : L’attente fut longue. Canon a finalement remplacé son EOS 7D, par un modèle très ambitieux, logiquement baptisé EOS 7D Mark II. Une mise à jour radicale : à l’intérieur, tout change. - Fujifilm X-Pro2 : Le voici enfin, le successeur du X-Pro1, après quatre ans d’attente. Un appareil hybride à part, de par son viseur, électronique ou optique, au choix, comme sur la série X100. Le X-Pro2 n’apporte pas de révolution majeure. Cependant, il inaugure une nouvelle génération de capteur X-Trans, un autofocus plus ambitieux et se pare enfin de joints d’étanchéité. Suffisant pour se démarquer du X-T1 ? - Fujifilm X-T2 : Le X-T2 reprend brillamment le flambeau du X-T1, s’emparant de l’excellent capteur X-Trans III du X-Pro2, d’un système AF flambant neuf et d’un mode vidéo UHD. Des caractéristiques qui en font un des boîtiers les plus polyvalents du marché. - Nikon D7200 : Nikon poursuit le renouvellement biennal de son reflex expert. Le D7200 est une évolution sans révolution du D7100, dont il demeure même étonnamment proche sur certains points. - Nikon D500 : Peut-on considérer un reflex APS-C comme un appareil digne d’un usage professionnel ? Le D500 ne laisse planer aucun doute sur la réponse, tant il affiche un haut niveau de performances dans tous les domaines. Seule l’absence de flash pondère notre enthousiasme vis-à-vis de ce boîtier, qui ravive de la plus belle des manières la flamme sur un front déserté par Nikon depuis le D300s. - Olympus OM-D E-M1 : C’est fini : il n’y aura plus de reflex chez Olympus. C’est en effet un appareil sans miroir, l’OM-D E-M1, qui trône au sommet de la gamme. Selon Olympus, la technologie embarquée dans ce boîtier doit permettre de cumuler la réactivité d’un reflex et la souplesse d’un compact à objectifs interchangeables… - Olympus Pen F : Le mythique Pen-F argentique renaît de ses cendres sous la forme d’un séduisant compact à objectif interchangeable, mais avec un capteur Micro 4/3 plus riche en pixels, assorti d’une richesse fonctionnelle rarement atteinte sur un appareil numérique. - Panasonic Lumix GX8 : En 2015, Panasonic monte en gamme : après un G7 sensiblement plus avancé que le G6, le GX8 hausse à son tour le ton pour relever le GX7. La 4K est bien entendu au rendez-vous,mais ce n’est pas la seule nouveauté. - Panasonic Lumix DMC GH4 : Le Panasonic GH4 ressemble comme un jumeau au GH3. Les modifications sont en fait à l’intérieur, presque entièrement orientées dans une même direction : devenir l’incontournable couteau suisse de ceux qui filment. - Ricoh Pentax K-3 II : Simple évolution du K-3, le K-3 II ? À voir. L’appareil inaugure certaines nouveautés technologiques comme un mode « Haute résolution », un récepteur GPS et une connexion WiFi. Avec tout de même un détail surprenant : cela faisait dix ans
- Sigma SD Quattro : Mettant beaucoup en avant ses compacts DP Quattro, Sigma restait néanmoins un des quatre constructeurs commercialisant un reflex APS à miroir mobile, le SD1 Merril. Sans doute le nouvel hybride SD Quattro qui reprend le nouveau capteur des DP et la monture d’objectif des SD marque-t-il le début d’une nouvelle époque. - Sony A6300 : Dans la lutte de plus en plus ouverte entre les hybrides et les reflex, ce nouveau compact à objectifs interchangeables Sony a de solides arguments à faire valoir. À commencer par un mode Rafale à 8 im/s avec suivi AF et visée électronique en temps réel.

PARTIE III : LE PLEIN FORMAT

- Canon EOS 6D : Le Canon EOS 6D ressemble à un 60D gonflé ou à un 5D Mark III bridé, mais avec des fonctions nouvelles, notamment le GPS et le WiFi. Un instrument contrasté, mais au final séduisant, entre autres pour sa qualité d’image en haute sensibilité. - Leica SL : Voici un appareil sans miroir qui ressemble à un reflex, construit en métal massif et bardé de joints d’étanchéité. Il peut accueillir quasiment tous les objectifs Leica ayant été produits depuis que la marque existe : optiques pour les 39 à vis, les M, les R, les S, le T, le cinéma super 35… le tout au prix d’un Leica M-P… pour quelle cible ? - Nikon D750 : En annonçant le D750, Nikon a créé une vague d’émotion : le D700, resté dans bien des mémoires, allait-il avoir un successeur ? En fait, le nouveau boîtier est plutôt une version « premium » du D610, avec quelques avancées qui manquaient à celui-ci. - Pentax K-1 : Fruit de nombreuses rumeurs confirmées à la Photokina 2014 et concrétisées par la présentation sous cloche d’une maquette au salon japonais CP+ en 2015, le K-1 est enfin apparu au printemps 2016. Avec 36 Mpxl au compteur, la compatibilité avec les optiques K, pour un tarif accessible. - Sony Alpha 7R II : Il n’est pas bien gros, mais à cœur vaillant rien n’est impossible, surtout quand bat au sein de l’A7R II le premier capteur plein format rétroéclairé du monde, qui envoie ses quarante-deux millions de pixels à chaque pulsation. - Sony Alpha 7S II : La série A7 a le vent en poupe. L’A7S II, sous les dehors d’un boîtier identique à l’A7R II, présente un tout autre profil, notamment un capteur à la définition peu élevée de 12 Mpxl, à l’opposé de la tendance actuelle. - Canon EOS 5DS : L’EOS 5D Mk III manquait de pixels pour affronter le D810 ? Qu’à cela ne tienne : Canon propose désormais l’EOS 5DS et son pendant sans filtre passe-bas, l’EOS 5DS R. Avec un nouveau record de définition : 50 Mpxl ! De quoi remplir les disques durs et, peut-être, enregistrer un niveau de détails jamais vu en 24 x 36 mm. - Canon EOS 5D Mark IV : Les versions de 5D se suivent à un rythme régulier, et la sortie du Mark IV était prévisible. Les boîtiers de cette catégorie s’adressent à un large panel de professionnels et de passionnés. Canon soigne donc particulièrement ces best-sellers et leur donne un maximum de fonctions séduisantes. La mouture IV ne déroge pas à la règle et se montre très performante, mais à un prix qui fâche. - Nikon D810 : Deux ans après ses très remarqués D800 et D800E, Nikon renouvelle son 24 x 36 mm haute définition. Le D810 est seul pour remplacer les deux modèles, et prend plutôt la suite du D800E : comme lui, il est dépourvu de filtre passe-bas. Cette édition est un manuel qui place les usages au centre de toutes décisions d’équipement. Quand d’autres sont à l’affut des modèles dernier cri. L’essentiel consiste à bien évaluer ses besoins et garder la main mise sur son outil. Quel que soit son ADN. N’hésitez pas à nous faire vos commentaires sur cette nouvelle édition dans le forum associé à cet article.

MDLP Hors Série #29 Numérique - Tablette, Mobile, Ordinateur

par Vanessa Vigier - 

Editions : numerique - 

Hors série MDLP - 

9.9 €.

RETROUVEZ LE HORS SERIE #29 EN VERSION NUMERIQUE LISIBLE SUR SMARTPHONE ET TABLETTE.

16 points essentiels à connaître ■ Le triangle d’or ■ La profondeur de champ ■ Gestion du bruit et plage dynamique ■ 100% PRATIQUE : Motifs et textures ■ Mettre un cadre à l’intérieur d’un cadre ■ Ligne d’horizon : harmonie et tensions ■ Comment voir la vie ne noir et blanc ■ Température de couleur et balance des blancs ■ Comment souffler le chaud et le froid ■ Recadrage à la prise de vue et à posteriori ■ Succession de plans et profondeur ■ Question de symétrie et reflexion ■ Format portrait et format paysage ■ 100% TEST : Canon EOS M10 ■ Canon EOS 1300D ■ Canon EOS 760D ■ Fujifilm X-T10 ■ Nikon 1 J5 ■ Nikon D5500 ■ Olympus OM-D E-M10 Mark II ■ Panasonic Lumix DMC-GX80 ■ Ricoh Pentax K-70 ■ Canon EOS 80D ■ Canon EOS 7D Mark II ■ Fujifilm FinePix X-T1 ■ Fujifilm X-T2 ■ Nikon D7200 ■ Nikon D500 ■ Olympus OM-D E-M1 ■ Olympus Pen F ■ Panasonic Lumix GX8 ■ Panasonic Lumix DMC GH4 ■ Ricoh Pentax K-3 II ■ Sigma SD Quattro ■ Sony A6300 ■ Canon EOS 6D ■ Leica SL ■ Nikon D750 ■ Pentax K-1 ■ Sony Alpha 7R II ■ Sony Alpha 7S II ■ Canon EOS 5DS ■ Canon EOS 5D Mark IV ■ Nikon D810 ■

Ces dernières années, nous avons beaucoup parlé du plein format. Alors que nous accueillions avec enthousiasme l’arrivée, toujours plus nombreuse de boîtiers sur ce segment, dont les abordables EOS 6D et D610, puis la déferlante des A7, d’aucuns s’interrogeaient sur l’avenir de l’APS-C. Un format a priori coincé entre d’un côté des boîtiers à la compacité appréciable – à optiques interchangeables ou non – dotés de capteurs 1 pouce ou 4/3 et de l’autre, des appareils 24 x 36 experts, dont certains modèles se situent dans des eaux tarifaires raisonnables. La désertion de Samsung du marché photo, et donc de son acclamé NX1, aurait pu accentuer ces sombres hypothèses pour l’APS-C. Il n’en est rien, bien au contraire.
En dressant le bilan des principales satisfactions de l’année, la réponse ne fait aucun doute : non, le format APS-C n’est pas près de mourir ; mieux, il se porte très bien ! Dès janvier, Nikon a ouvert le bal avec le D500, que l’on attendait plus, et qui occuperait la première marche du podium, si nous devions décerner des prix, toutes catégories confondues. Non loin derrière, le Fujifilm X-T2 offre non seulement la meilleure qualité d’image sur le segment APS-C (le X-Pro2 avec lui), mais progresse de façon spectaculaire, autofocus et vidéo en tête. Plus conservateur, le Canon EOS 80D nous a agréablement surpris, grâce à une polyvalence héritée du vénérable 70D, accrue à coups de subtiles évolutions. Sigma investit le domaine hybride avec des SD Quattro (dont un qui abrite un capteur APS-H) à l’ergonomie originale, mais encore en retard sur de nombreux points. Quant au Sony A6500 annoncé peu avant l’impression de ce numéro, il risque de réduire un peu plus le fossé qui sépare les boîtiers dénués de miroirs des reflex en termes de réactivité… Tout n’est pas rose pour autant, car la plupart de ces produits ont été lancés à des prix particulièrement élevés… compte tenu du fait que l’on trouve désormais des appareils plein format à moins de 2000 €. Aussi, faut-il scruter de près les campagnes de remboursement, habituelles à l’approche des fêtes de fin d’année, pour dénicher de bonnes affaires. Beaucoup de modèles au sommaire de ce magazine seront à coup sûr concernés. Et ils sont loin d’être obsolètes malgré leurs quelques années d’existence, pour certains d’entre eux…Par Benjamin Favier

Commenter ce produit

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.