Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Introduction

20/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

Nikon a présenté fin août 2007 son nouveau vaisseau amiral, le D3, qui est arrivé en magasin avec son firmware définitif au cours de la dernière semaine de novembre. J’étais impatient de vérifier la qualité d’image procurée par ce nouveau boîtier…avec les deux nouveaux zooms de reportage qui ont été présentés simultanément.

Si le Nikon D3 n’est pas révolutionnaire en ce qui touche à la définition, qui est de 12 millions de pixels comme le D2x sorti en 2005, il ouvre de nouveaux champs d’exploration photographique en haute sensibilité. Son capteur de format 24 x 36 (FX, pour la marque) travaille par défaut de 200 à 64 00 Iso, et peut être poussé jusqu’à 25 600 Iso en position Hi 2. La position 100 Iso n’apporte par contre pas grand avantage question piqué et diminue la dynamique des hautes lumières, elle ne sera utile qu’en studio en éclairage contrôlé.

Nikon emboîte ainsi le pas de Canon qui avait commercialisé dès 2002 un boîtier pro 24 x 36 de 11 millions de pixels, alors que Kodak fournissait une solution de 14 millions de pixels en monture Nikon. Les avantages du retour au format du film sont au nombre de trois : ne pas changer ses habitudes de cadrage, gérer une profondeur de champ comparable et réutiliser ses objectifs de reflex argentique. Cependant de sérieux problèmes de compatibilité entre les zooms grand angle s’étaient vite révélés préoccupants : vignetage, perte de piqué sur les bords…au point que durant plusieurs années le grand angle en grande ouverture a été le talon d’Achille du numérique plein format.

Quand des rumeurs annonçaient un Nikon 24 x 36, certains sur le web prédisaient même la fin de la célèbre baïonnette Nikon du fait d’un diamètre trop étroit…ces nouveaux zooms parfaitement compatibles avec les Nikon argentiques récents et avec les numériques à petit capteur (où ils équivalent à 21-36 mm et 36-105 mm) apporte un démenti à ces rumeurs. Mieux, le zoom 14-24 est le premier zoom 2,8 qui cadre aussi large !

Le couple 14-24 mm et D3 est un engin redoutable pour le reportage « rentre dedans », même s’il est lourd et encombrant. L’autofocus à 51 collimateurs est très rapide et la cadence de 9 im/s en RAW 14 bits est du jamais vu en format 24 x 36 numérique ! Quand on regarde dans le grand viseur très lumineux, on a l’impression de manipuler un F6 argentique, alors que la prise en main est plus proche du F5. Et quand on cède aux sirènes des sensibilités élevées, on a l’impression de découvrir d’autres espaces photographiques.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.