Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Jetons un œil sous le capot d’Adobe Photoshop

15/02/2013 | Franck Mée

C’est symbolique, mais sympathique : Adobe a permis la publication du code source de Photoshop 1.0, sorti en 1990. Le Computer History Museum permet ainsi aux curieux de consulter les fondations d’un logiciel qui a marqué l’histoire de l’informatique et de la photo.

Est-il utile de présenter Adobe Photoshop ? C’est un des premiers éditeurs d’images grand public (six ans après PCPaint et MacPaint tout de même), et sans conteste celui qui a eu le plus long succès commercial. 23 ans après sa naissance, il reste une référence chez les graphistes, photographes et retoucheurs.

Le programmeurs curieux peuvent désormais consulter son code source. Le code intégral de Photoshop 1.0.1, vendu à partir de 1990, est en effet disponible au téléchargement sur le site du Computer History Museum. 179 fichiers, 128 000 lignes de code, cela peut paraître beaucoup ; en fait, c’est étonnamment peu pour un logiciel qui gérait déjà certaines fonctions avancées comme la sélection à bords flous, le tampon, les filtres, et disposait d’une mémoire virtuelle pour les images de grande taille. Les sources des dernières versions se comptent, elles, en millions de lignes de code. Quant à l’éditeur "open source" Gimp, il en compte environ un million.

Pour Grady Booch, ingénieur logiciel chez IBM interrogé par le Musée, "en ouvrant les fichiers du code source de Photoshop 1.0, je me sentais comme Howard Carter la première fois où il a pénétré la tombe du roi Toutânkhamon".

Pour les simples utilisateurs, cette nouvelle n’a sans doute qu’un intérêt limité. Mais si vous avez des notions de Pascal et d’assembleur et êtes curieux de voir comment Photoshop était construit de l’intérieur, n’hésitez pas à faire ce petit pèlerinage.

- @CHM : Adobe Photoshop source code

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.