Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Kodak ne produira plus d’appareil photo

13/02/2012 | Benjamin Favier

Ce n’est pas une surprise. Alors qu’elle vient de déposer son bilan, la firme américaine annonce son retrait du marché de la prise de vue

Kodak a officiellement déposé son bilan le 19 janvier. Placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis, la marque poursuit ses activités. Mais se retrouve dans l’obligation de revoir sa stratégie. C’est ainsi qu’elle annonce, dans un communiqué daté du 9 février, son retrait du marché des appareils de prise de vue, dans le courant du premier semestre 2012. Elle ne produira donc plus de caméscopes, d’appareils photo ou de cadres photo numérique. Ces derniers semblent d’ailleurs proches de la fin : selon une étude rendue publique par l’institut GfK début 2012, la vente de cadres numérique a chuté de près de 40 % en 2011 par rapport à l’année précédente. Quant aux appareils, Kodak était présent dans les univers du bridge et du compact. Mais les modèles présentés ces dernières années n’avaient rien de bien excitant d’un point de vue technologique. L’entreprise précise néanmoins que tous les services de support et d’assistance technique relatifs à ses produits continueront d’être assurés. Kodak va donner la priorité à l’impression en ligne et en magazine, ainsi qu’à l’impression jet d’encre personnelle. Et poursuit son activité dans le domaine de la pellicule argentique et du papier photo.

- Le site de Kodak

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • C’est la fin d’une époque commencée avec la suppression de produits mythiques et continuée par l’arrêt des produits numériques haut de gamme comme les reflex et les dos Kodak, puis la vente récente de la division capteurs ! Cependant dans la communication embrouillée (pour le moins) de la marque émerge aussi l’idée que Kodak va pouvoir licencier son nom à d’autres constructeurs d’appareils numériques ou de camescopes, par exemple si les numériques chinois no_name veulent inonder les boutiques en mettant "Kodak" desus après avoir payé la licence ils auront le droit, de même pour les produits granbd public la grande usine Kodak de Chine qui fabrique le Gold pourra récupérer les Supra sans doute, puis passer en douceur aux partenaires chinois, comme IBM a vendu ses ordinateurs à Lenovo, mais sans vendre la marque.
    Par contre je pense que dans un an ou deux les diapos devienvront un monopole de Fuji, wait and see...

  • DOULEUR .
    Je ne suis pas du tout d’ accord avec Alain de Cruz .
    La mort d’une marque mythique comme KODAK est une catastrophe .

    C’est vrai qu’ elle n’ a pas su prendre certains virages .
    Et pourtant elle avait bien attaqué le numérique mais la dictature du profit financier a été sa perte .

    Je suis triste. Un sursaut, un rebond est-il possible ?

    Manipuler une pellicule, surtout une Kodachrome , c’était un peu comme manipuler un objet précieux . Avec 12, 20 ou 36 vues , on ne déclenche pas à tout bout de champ et on réfléchit à ce qu’on photographie . chaque vue avait ( peut-on encore écrire a )sa valeur .
    C ’est celà que nous perdons avec le numérique . Moi j’ essaye de faire un peu les 2 . Avec la pellicule, pas de photo d’ essai gratuite . C ’est celà la valeur de la photo classique et j’ espère que KODAK survivra d’ une certaine façon .
    C ’est peut être le jetable et le cinéma qui maintiendront le film et il en faut pour alimenter les moyens format accessibles au portefeuille démuni (occasion) .

    Nostalgie ? Sans doute, Mais n’ oublions pas que le film, le tirage sont des mémoires faciles à conserver -longtemps- et directement lisibles par nos yeux , sans appareil(mis à part les lunettes) .
    Il y aura-t-il des gens pour monter un "impossible project" avec KODAK ?

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE