Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

L’adieu de Ren Hang

04/03/2017 | Nadia Trujillo

Actuellement exposé au Musée Foam d’Amsterdam ainsi qu’au Musée de la photographie de Stockholm, le photographe chinois Ren Hang a mis fin à ses jours vendredi 24 février à l’âge de 29 ans.

Révélée par le quotidien flamand De Morgen, la triste nouvelle s’est vite répandue laissant le monde de l’art sous le choc. L’artiste chinois s’est défenestré. Né le 30 mars 1987 dans la banlieue de Changchun, province de Jilin, au nord-est du pays, Rend Hang allait bientôt fêter ses trente-ans. Fils de cheminot et d’une mère ouvrière, Ren Hang étudie le marketing avant de très vite préférer photographier ses amis de dortoir avec son Minolta.

JPEG - 275.7 ko
Photo : Ren Hang

Souvent censuré par le gouvernement chinois pour « pornographie », le jeune prodige s’est illustré dans le reste du monde comme un des pionniers dans la lutte que mène les artistes chinois pour leur liberté d’expression : «  Les idées politiques exprimées dans mes images n’ont rien à voir avec la Chine. C’est la politique chinoise qui veut s’introduire dans mon art. Une de mes expositions a déjà été annulée par le gouvernement chinois pour “suspicion de sexe” ». C’est que Rend Hang n’a que faire des conventions. Ses images mettent en scène la nudité, de manière très crue parfois, souvent en extérieur, n’hésitant pas à montrer des sexes qu’il érige au rang de sujets à part entière, ne faisant aucune différence entre ses modèles féminins et masculins. Modèles qu’il choisit parmi ses propres connaissances, puis au gré de rencontres avec ses fans qui le suivent sur les différents réseaux sociaux qu’il fournit abondamment.

JPEG - 308.2 ko
Photo : Ren Hang

Durant sa brève carrière, Ren Hang fera l’objet de plus d’une vingtaine d’expositions personnelles et participera à soixante-dix autres collectives. L’auteur publiera également seize monographies en auto-édition. En janvier dernier, Taschen consacre une monographie complète à son oeuvre, sobrement intitulée Ren Hang. Son éditrice, Dian Hanson se souvient : « Alors que j’attendais depuis des années un livre qui explore la sexualité en Chine, Ren Hang a largement dépassé mes espérances. Les photos coquines qu’il a prises de ses jeunes amis, hommes et femmes, ouvrent une fenêtre fascinante sur la liberté sexuelle dans une société des plus conservatrices ». Ren Hang est aussi un être torturé sujet à la dépression, à laquelle il consacre un livre en 2013 et une section entière sur son site où il écrit aussi de nombreux poèmes. Difficile aujourd’hui de ne pas voir dans ses images mettant en scène ses modèles nus face au vide la funeste prophétie d’un artiste : « Si la vie est un abîme sans fond, lorsque je sauterai, la chute sans fin sera aussi une manière de voler ».

JPEG - 444.5 ko
Photo : Ren Hang

Découvrir ou redécouvrir l’oeuvre de Ren Hang sur :
Site officiel
Site de l’éditeur Taschen

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Un suicide est toujours un drame. Ceci dit, il ne suffit pas de prendre des photos pour prétendre être un artiste, ou même un photographe. Après avoir visionné les quelques photos disponibles, je n’y trouve rien qui m’émeuve ou simplement m’accroche. Mais bon, ce n’est pas le seul dans ce cas, on a vu ça pendant des années principalement dans la revue "Photo", qui donnait l’impression que parce que l’on photographiait des nus qu’on n’étais devenu un grand photographe....

  • Pour tout dire, je trouve ces photos d’une banalité affligeante ! Mais je n’ai vu qu’une toute partie de son oeuvre, ce qui par ailleurs ne me donne pas envie d’en voir plus.

  • Pour compléter, je trouve ces photos d’une banalité affligeante. Bien sur, je n’ai vu qu’une toute petite partie de son oeuvre, mais ça ne me donne pas envie d’en voir plus.

  • Désolé pour ce commentaire en double du à un pb de connection. Si vous pouvez effacer....

  • Puisque depuis un certain temps, il est de bon ton de venir "vomir" sur ce que propose MDLP ; j’ai le regret de ne pas m’engager sur cette voie.

    Pas plus attiré que ça par certaines photos de l’article, j’ai eu la curiosité de consulter quelques sites pour en voir plus et tenter de comprendre la démarche de l’artiste.
    Ne me considérant ni bobo, ni intello, ni particulièrement snob, mais plutôt curieux ; j’admet qu’à présent, l’œuvre de Ren Hang éveille chez moi une émotion que je ne soupçonnais pas au vu des premières images.

    Chacun est libre d’apprécier l’œuvre avec un ressenti positif ou négatif et je m’abstiendrai bien de penser que ma perception est la seule valable ; mais de grâce, gardons nous d’exprimer un avis tranché qui ne laisse pas de place au libre arbitre de chacun.

    Merci à MDLP de m’avoir fait connaître (certe tardivement) cet artiste qui laisse derrière lui un témoignage important à travers son œuvre.

  • Je ne suis pas venu "vomir" sur ce que propose MDLP, une revue et des infos que j’apprécie et consulte tous les jours. J’ai juste exprimé un avis sur un photographe. Je ne vois pas en quoi cela remet en cause ce que propose MDLP. Ni en quoi cela empêche chacun d’avoir un autre avis. Il faut apprendre à lire.

  • Pour Thierry : si tu as le regret de ne pas t’engager sur cette voie, alors n’hésite pas, vas-y :)

  • @Gyloup Selon mon jugement, le travail de Ren Hang n’est pas du tout banal. Peut-être que vous pourriez nous donner les noms de quelques photographes qui pratiquent ce genre "banal" ? Histoire d’argumenter votre propos...

  • Merci pour votre article, le portrait que vous avez dressé est un des meilleurs que j’ai pu lire depuis une semaine.
    J’ai été ébloui lorsque j’ai découvert Ren Hang il y a quelques années.
    J’avoue avoir du mal à comprendre que l’on puisse être insensible à la beauté, la puissance et la plasticité de son œuvre qui révèle le choc entre corps, objets et villes. Sa photographie capte à mon sens totalement le temps présent et le ressenti de sa génération ; c’est une photo de l’urgence non conforme à l’usage classique de la technique photographique.
    Curieux de savoir à quels photographes les détracteurs de son œuvre peuvent être sensibles.

  • Ce qu’il faut peut être aussi retenir ici, c’est que la Chine semble pratiquer aujourd’hui la même politique qu’un certain régime pratiquait pas loin d’ici à partir de 1933, à savoir considérer qu’il existe un art dégénéré.....
    ppir le reste, je n’aurai pas l’indécence de commenter de manière désobligeante les photos d’une personne qui s’est suicidee a 24 ans, sans doute parce qu’elle n’a pas supporté la,pression exercée par les autorités.

  • On a le droit de ne pas aimer la photographie conceptuelle et on a le droit de le dire...

  • Cher 11,
    On a aussi le droit d’essayer de dire ce qu’on entend par "photographie conceptuelle"...
    même juste avant de la démolir !
    Alors, avant d’être d’accord ou pas, j’attends...

  • D’accord avec 11. De plus, je n’ai pas à justifier mes goûts. Vouloir justifier entraînerait des discussions sans fin et plus ou moins subjectives. Maintenant, j’ai bien précisé que le suicide est un drame. Il y en a environ 27 par jour en France. Donc pas besoin d’être dans un régime totalitaire. Mais le suicide de ce photographe (qui était dépressif) ne peut en aucun cas être une plus value pour ses photos, et je ne vois pas pourquoi cela empêcherait de les critiquer.

  • D’accord avec 11 et Gyloup.
    J’ai regardé tout le site perso de Ren Hang, ok on voit des bites en érection (un chat est un chat), c’est de l’art, ok, si vous le voulez pour vous ça ne me dérange pas.

  • Certes, on a le droit de dire qu’on n’aime pas. Cependant le simple fait de dire , "j’aime pas" j’ai envie de dire qu’on s’en fout royalement s’il n’y a pas un minimum d’argumentation. A noter que la pornographie est interdite en Chine. Ceci explique sans doute son utilisation artistique ?

  • Oui, mais l’argumentation, cela débouche rarement sur un point de vue concordant et ça prend bcp de temps....le domaine de l’art, c’est toujours un peu subjectif. Pour moi, c’était juste pour dire en fin de compte, que ce genre de photos est un peu facile, ne nécessite pas un talent particulier. C’est tout. Après, chacun à le droit d’exprimer ce qu’il ressent.

  • « ok on voit des bites en érection »
    « ce genre de photos est un peu facile, ne nécessite pas un talent particulier »

    Ok, mais montre-nous des images non faciles, de talent etc... avec ou sans bites en érection (la majorité des photos du monsieur ne montre pas de bites, en érection ou pas)

    « l’argumentation, cela débouche rarement sur un point de vue concordant et ça prend bcp de temps »
    On aura compris que tu n’as pas de temps à perdre, occupé que tu es par les importants sujets de MDLP !

  • Tout à fait, et c’est ma dernière réponse. Quant aux photos "non faciles", je pense que tu peux te les trouver toi-même.

  • @17 - (la majorité des photos du monsieur ne montre pas de bites, en érection ou pas)
    Quiconque aura regardé attentivement tout son site perso confirmera les nombreuses photos de bite en érection ou pas.

    @15 - A noter que la pornographie est interdite en Chine
    C’est bien juste, et transgresser la loi fait de vous un hors la loi, en aucun cas un artiste.

    @17 - On aura compris que tu n’as pas de temps à perdre, occupé que tu es par les importants sujets de MDLP !
    Ce genre de remarque est inutile, la discussion peut être au dessus de ça, merci ;)

    Je ne prends jamais la sardine pour du saumon, ni les oeufs de loomp pour du caviar, les voila mes arguments.