Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

L’adieu de Ren Hang

04/03/2017 | Nadia Trujillo

Actuellement exposé au Musée Foam d’Amsterdam ainsi qu’au Musée de la photographie de Stockholm, le photographe chinois Ren Hang a mis fin à ses jours vendredi 24 février à l’âge de 29 ans.

Révélée par le quotidien flamand De Morgen, la triste nouvelle s’est vite répandue laissant le monde de l’art sous le choc. L’artiste chinois s’est défenestré. Né le 30 mars 1987 dans la banlieue de Changchun, province de Jilin, au nord-est du pays, Rend Hang allait bientôt fêter ses trente-ans. Fils de cheminot et d’une mère ouvrière, Ren Hang étudie le marketing avant de très vite préférer photographier ses amis de dortoir avec son Minolta.

JPEG - 275.7 ko
Photo : Ren Hang

Souvent censuré par le gouvernement chinois pour « pornographie », le jeune prodige s’est illustré dans le reste du monde comme un des pionniers dans la lutte que mène les artistes chinois pour leur liberté d’expression : «  Les idées politiques exprimées dans mes images n’ont rien à voir avec la Chine. C’est la politique chinoise qui veut s’introduire dans mon art. Une de mes expositions a déjà été annulée par le gouvernement chinois pour “suspicion de sexe” ». C’est que Rend Hang n’a que faire des conventions. Ses images mettent en scène la nudité, de manière très crue parfois, souvent en extérieur, n’hésitant pas à montrer des sexes qu’il érige au rang de sujets à part entière, ne faisant aucune différence entre ses modèles féminins et masculins. Modèles qu’il choisit parmi ses propres connaissances, puis au gré de rencontres avec ses fans qui le suivent sur les différents réseaux sociaux qu’il fournit abondamment.

JPEG - 308.2 ko
Photo : Ren Hang

Durant sa brève carrière, Ren Hang fera l’objet de plus d’une vingtaine d’expositions personnelles et participera à soixante-dix autres collectives. L’auteur publiera également seize monographies en auto-édition. En janvier dernier, Taschen consacre une monographie complète à son oeuvre, sobrement intitulée Ren Hang. Son éditrice, Dian Hanson se souvient : « Alors que j’attendais depuis des années un livre qui explore la sexualité en Chine, Ren Hang a largement dépassé mes espérances. Les photos coquines qu’il a prises de ses jeunes amis, hommes et femmes, ouvrent une fenêtre fascinante sur la liberté sexuelle dans une société des plus conservatrices ». Ren Hang est aussi un être torturé sujet à la dépression, à laquelle il consacre un livre en 2013 et une section entière sur son site où il écrit aussi de nombreux poèmes. Difficile aujourd’hui de ne pas voir dans ses images mettant en scène ses modèles nus face au vide la funeste prophétie d’un artiste : « Si la vie est un abîme sans fond, lorsque je sauterai, la chute sans fin sera aussi une manière de voler ».

JPEG - 444.5 ko
Photo : Ren Hang

Découvrir ou redécouvrir l’oeuvre de Ren Hang sur :
Site officiel
Site de l’éditeur Taschen

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE